Cerro Machín (Colombie): Une histoire de volcan et de tunnels…

drapeau francaisEn lisant la presse colombienne, on apprend qu’un nouveau système de tunnels au col Alto de La Línea, dans la Cordillère Centrale, va ouvrir une voie de logistique essentielle pour ce pays et le Venezuela voisin. Le problème est que cette infrastructure sera proche du Machín, un volcan potentiellement actif.
Le gigantesque projet comprend deux grands tunnels de 8,8 et 8,6 km de long, 21 tunnels plus courts et 29 viaducs dont la longueur totale sera de 6,8 km. Le premier des principaux tunnels, qui sera le plus long tunnel routier d’Amérique latine, devrait être achevé au milieu de l’année 2014.
En regardant une carte, on s’aperçoit que dans la province de Tolima la route passe à six kilomètres du volcan Machin, l’un des volcans les plus dangereux de Colombie, qui est entré en éruption six ou sept fois au cours des 10 000 dernières années. L’éruption la plus récente a eu lieu il y a environ 800 ans.
La carte à risques élaborée par l’INGEOMINAS en 1998 a été revue et étendue en 1999, 2000 et 2003. Elle recommande de prendre en compte les dangers posés par le volcan dans les décisions concernant «les projets stratégiques à moyen et long terme, en particulier pour les routes. » Le tunnel de La Línea et le volcan Machín sont distants à vol d’oiseau de 15 km seulement. Si le volcan entre en éruption, le tunnel se retrouvera très probablement sans route de part et d’autre !
Selon les volcanologues colombiens, même la plus petite éruption du Machín serait plus destructrice que l’éruption du volcan Nevado del Ruiz, à 45 km au nord-est, qui en Novembre 1985, a détruit la ville d’Armero, tuant 22 000 de ses 28 000 habitants et faisant plus de 5 000 blessés. Un scientifique a déclaré : « Les éruptions normales du Machín peuvent produire plusieurs kilomètres cubes de matériaux et les plus grandes ont atteint environ 20 km3.  » Si une éruption majeure se produit, un million de personnes sont susceptibles d’être directement affectées, avec un relogement permanent de la population loin de la zone à risques. Les régions de l’ouest et du centre du pays seraient complètement isolées. Trois zones agricoles importantes seraient détruites : Cajamarca, une partie de la province de Quindio, et la vallée d’irrigation de Tolima. Les villes à proximité pourraient être recouvertes d’une couche de cendre d’au moins cinquante centimètres d’épaisseur.
Les autorités espèrent apparemment que le volcan va rester calme pendant de nombreuses années. C’est un peu comme jouer à la roulette russe, avec une épée de Damoclès au- dessus de leurs têtes !

Si je me réfère à mon blog, je remarque que l’on a enregistré une hausse de la sismicité sur le Machin le 17 septembre 2010 avec 140 événements volcano-tectoniques (d’une magnitude pouvant atteindre M 1,8) détectés au sud et au sud-ouest du dôme principal, à des profondeurs allant de 2 à 4 km. D’autre part, le 10 février 2013, l’INGEOMINAS a diffusé un bulletin spécial précisant qu’un accroissement de la sismicité était observé sur le Cerro Machín, avec un essaim de plus de 210 événements. Parmi eux, les sismos ont enregistré une secousse de M 2,9 à une profondeur de 4,7 km qui a été ressentie par la population… No comment!

 

drapeau anglaisWhen reading the Colombian press, we learn that a new system of tunnels at the Alto de La Línea mountain pass in Colombia’s central Cordillera mountain range will open up a key logistics route for this country and neighbouring Venezuela. The problem is that this infrastructure will be close to the Machín, a potentially active volcano.

The gigantic project includes two main tunnels, 8.8 and 8.6 km long, as well as 21 short tunnels and 29 viaducts that will total 6.8 km in length. The first of the main tunnels, which will be the longest road tunnel in Latin America, is to be completed by mid-2014.

Looking at a map, one realises that in the province of Tolima, the road passes six kilometres from the Machín volcano, one of Colombia’s most dangerous volcanoes, which has erupted six or seven times in the past 10,000 years. The most recent eruption occurred around 800 years ago.

The hazards map drawn by INGEOMINAS in 1998 was amplified in1999, 2000 and 2003.

It recommends that the hazards posed by the volcano be taken into account in decision-making on “strategic medium and long-term plans, especially roads.” The La Línea tunnel and the Machín volcano are 15 km apart as the crow flies. If the volcano erupts, there is little doubt the tunnel will be left without a road.

According to Colombian volcanologists, even the smallest eruption by Machín would be larger than the eruption of the Nevado del Ruiz volcano, 45 km to the northeast, which in November 1985 destroyed the town of Armero, killing 22,000 of its 28,000 inhabitants and leaving over 5,000 injured. Said one scientist: “Machín’s normal eruptions can cover several cubic kilometres. And the big ones have been approximately 20 km3.” Should a major eruption occur, one million people might be directly affected with the permanent relocation of the population from the area at risk. The western and central parts of the country would be completely cut off. Three important farming areas would be destroyed: Cajamarca; part of the province of Quindío; and the Tolima valley irrigation district. Nearby towns would be covered with a layer of ash at least half a metre thick

The authorities are apparently hoping the volcano will be calm for many more years. It’s a bit like playing Russian roulette, with a Sword of Damocles above their heads.

Referring to my weblog, I notice that increased seismicity was recorded on Machin volcano on September 17th 2010. About 140 volcano-tectonic earthquakes (up to M 1.8) were located S and SW of the main lava dome at depths of 2-4 km. Besides, on February 10th 2013, INGEOMINAS released a special bulletin indicating that seismicity of Cerro Machín had increased with a seismic swarm of more than 210 events. Among them, seismographs detected an M 2.9 event at a depth of 4.7 km that was felt by the population… No comment!

Machin-blog

Le Cerro Machín, un volcan potentiellement actif.  (Crédit photo: Smithsonian Institution)