Kilauea (Hawaii / Etats Unis)

drapeau francais.jpgVoici quelques informations sur l’essaim sismique que je signalais hier soir.

Les secousses ont été enregistrées le long du Ka’oiki Pali, une faille en basculement vers le sud-est, à proximité de la limite entre le Mauna Loa et le Kilauea.

Des essaims sismiques se sont déjà produits dans cette zone en 1990, 1993, 1997 et 2006. Leur durée allait d’une journée à plusieurs semaines. Les événements associés ne dépassaient que rarement M.4.

La sismicité actuelle ne semble donc pas liée à l’activité du Kilauea ; il s’agit plutôt d’ajustements locaux le long de la faille de Ka’oiki.

 

drapeau anglais.jpgHere is some information about the seismic swarm I mentioned in last night’s note.

The earthquakes are located along the Ka’oiki Pali, a southeast-dipping normal fault near the boundary between Mauna Loa and Kilauea volcanoes.

Previous earthquake swarms occurred along the Ka’oiki area in 1990, 1993, 1997 and 2006. They lasted from between a day to several weeks, much of them rarely exceeding magnitude 4.

As a consequence, this seismicity does not seem to be related to Kilauea’s current volcanic activity but rather to local adjustments along the Ka’oiki fault.

 

 

Une activité sismique et volcanique sur Mars?

Des images de la planète Mars, d’une finesse extraordinaire, permettent de distinguer les traces laissées par de gros blocs de 2 à 20 mètres de diamètre tombés d’une falaise dans la région de Cerberus Fossae, une ligne de fractures qui tranche une zone de lave âgée de seulement quelques millions d’années. Les scientifiques britanniques qui ont étudié les images sont quasiment certains que ces déplacements de blocs dans la poussière du sol martien ont été provoqués par des séismes relativement récents et non par la fonte de la glace. En effet, les vents martiens n’ont pas encore fait disparaître les traces comme ils l’ont déjà fait avec celles des rovers envoyés par la NASA. Il se pourrait donc que, de nos jours, une activité sismique intense secoue la planète rouge.

En extrapolant, les chercheurs pensent que si les fractures de la région de Cerberus Fossae sont actives et si les séismes sont provoqués par des mouvements de magma en relation avec le volcan Elysium Mons tout proche, l’énergie produite sous forme de chaleur par l’activité volcanique pourrait faire fondre la glace. L’eau ainsi produite pourrait être source de cette vie que les scientifiques recherchent désespérément sur Mars !

 

Vous pourrez lire l’article (en anglais) dans son intégralité et admirer la photo sur le site SpaceRef à l’adresse suivante:

http://www.spaceref.com/news/viewpr.rss.html?pid=36158&utm_source=feedburner&utm_medium=feed&utm_campaign=Feed%3A+spaceref%2Fjext+%28SpaceRef+-+Space+News+as+it+Happens%29

 

J’admire les observations et découvertes spatiales ou planétaires, mais je regrette que des parties de notre Terre restent inexplorées. Quand on connaît le rôle essentiel jouées par les zones de subduction qui se cachent dans les abysses des océans, on aimerait que les recherches s’intensifient dans ce domaine. Le jour où nous serons capables d’envoyer des sondes dans les fosses océaniques et d’y installer des capteurs pour détecter les mouvements des plaques tectoniques, un grand pas sera probablement franchi dans notre capacité à prévoir – ou au moins anticiper – les séismes.