Kilauea (Hawaii / Etats Unis)

drapeau francais.jpgL’épisode actuel de dégonflement du sommet du Kilauea a été perturbé le jeudi 2 février par deux importants effondrements dans le pit crater de l’Halema’uma’u à 21h30 et minuit. Le premier effondrement a concerné une partie de la lèvre N tandis que le deuxième faisait disparaître dans le gouffre une portion de la lèvre NE. Ce double effondrement a fait abaisser le niveau du lac de lave qui retrouvait lentement sa position initiale ce matin.

Rappelons que – contrairement à ce que proposent certains agences de voyages – l’approche de l’Halema’uma’u est interdite pour des raisons de sécurité évidentes. On peut facilement imaginer ce qu’il adviendrait d’un groupe de personnes sur le bord du pit crater au moment où de tels effondrements se produisent!

Source : HVO.

 

drapeau anglais.jpgThe current deflation episode at the summit of Kilauea was punctuated on February 2nd by two large collapsed in Halema’uma’u pit crater at 9:30 and midnight, respectively. The first collapse affected the northern part of the rim while the second one involved the NE rim. The double collapse dropped the level of the lava lake which was slowly recovering lost elevation this morning.

Just bear in mind that – contrary to the programmes of some travel agencies – getting close to Halema’uma’u pit crater is forbidden. One can imagine what would happen if a group of tourists stood on the rim of the crater when such a collapse occurs!

Source: HVO.

 

halemau-blog.jpg
Le cratère de l’Halema’uma’u, agrandi par le dernier effondrement.
(Avec l’aimable autorisation du HVO)

 

Semeru (Ile de Java / Indonésie)

drapeau francais.jpgOn observe une augmentation de l’activité du Semeru depuis la fin du mois de décembre 2011. Plus récemment, le 2 février 2012, une coulée pyroclastique a parcouru 2,5 km. C’est pourquoi le niveau d’alerte a été élevé à 3 (Siaga), sur une échelle de 4, le 3 février. Une zone d’exclusion de 4 km a été mise en place sur le versant SE, là où se produisent les coulées pyroclastiques. Il est conseillé aux visiteurs de se tenir à plus d’1 km du cratère Jonggring Seloko.

Source : VSI.

 

drapeau anglais.jpgActivity has been increasing at Semeru since the end of December 2011.  More recently, on February 2nd, 2012, a pyroclastic flow travelled 2.5 km from the crater. As a consequence, the alert status was raised to Level 3 (Siaga) – out of 4 – on February 3rd.  A 4-km exclusion zone has been set up on the SE slopes of the volcano where pyroclastic flows occur. Climbers are advised to remain at least 1 km from Jonggring Seloko crater.

Source: VSI.

Semeru-web-02.jpg
Explosion dans le cratère Jonggring Seloko (Photo: C. Grandpey)

 

Popocatepetl (Mexique)

drapeau francais.jpgLe « Popo » connaît actuellement un certain regain d’activité avec des émissions de gaz, de vapeur, voire de matériaux incandescents, plus fréquentes de d’habitude. Ainsi, pendant la journée de mercredi et la matinée de jeudi, le CENAPRED a enregistré 14 émissions successives de vapeur à laquelle s’était mêlée de la cendre pendant l’après-midi de mardi. Selon l’agence Reuters, les responsables locaux de la Protection Civile ont montré aux populations vivant au pied du volcan la procédure à suivre en cas d’évacuation.

Rappelons que le Popocatepetl dresse ses 5426 mètres à seulement 70 km au SE de la capitale et qu’il a connu au moins 15 éruptions majeures au cours des cinq derniers siècles.

 

drapeau anglais.jpgPopocatepetl’s activity has been slightly increasing during the past days with emissions of steam, gas or even incandescent materials more frequent than usual. CENAPRED registered at least 14 « exhalations » late on Wednesday and in the early hours of Thursday. The most significant emissions came on Tuesday afternoon and were accompanied by a small quantity of ash. According to the Reuters press agency, local civil protection officials have been giving evacuation training in communities near the volcano ahead of a possible eruption.

Popocatepetl (5426 m) stands 70 km SE of the capital and has experienced at least 15 major eruptions in the last 500 years.

Popocatepetl-blog.jpg
(Avec l’aimable autorisation de Wikipedia)

 

 

Etna (Sicile / Italie)

Certains diront que l’Etna se fait attendre et tout le monde est à l’affût du prochain feu d’artifice offert par le Cratère Sud-Est ! Histoire de patienter, voici la liste des paroxysmes qui se sont produits depuis le début de l’année 2011. Le prochain – si prochain il y a ! – sera le vingtième de la série.
J’ai indiqué entre parenthèses le laps de temps écoulé entre deux paroxysmes.

Le n°1 était le 12-13 Janvier 2011, le n°2 le 18 février (36 jours), le n°3 le 10 avril (51 jours), le n°4 le 12 mai (32 jours), le n°5 le 9 juillet (58 jours), le n°6 le 19 juillet (10 jours), le n°7 le 25 juillet (6 jours), le n°8 le 30 juillet (5 jours), le n°9 le 5 août (6 jours), le n°10 le 12 août (7 jours), le n°11 le 20 août (8 jours), le n°12 le 29 août (9 jours), le n°13 le 8 septembre (10 jours), le n°14 le 19 septembre (11 jours), le n°15 le 28 septembre (9 jours), le n°16 le 8 octobre (10 jours), le n°17 le 23 octobre (15 jours), le n°18 le 15 novembre (23 jours), le n°19 le 5 janvier 2012 (51 jours).

A ce jour (3 février), 29 jours se sont écoulés depuis le dernier paroxysme. Nous sommes donc encore loin du record de 58 jours observé entre le printemps et l’été 2011.