Lokon (Nord Sulawesi / Indonésie)

drapeau francais.jpgLe Lokon (Nord Sulawesi) a connu trois phases éruptives ce mardi matin, après une intensification de son activité hier lundi 26 décembre 2011.

La première éruption s’est produite à 3h07 (heure locale) et a été suivie de deux autres. Mardi, entre minuit et 6 heures, on a enregistré 23 séismes profonds et 40 événements volcaniques superficiels. Le volcan a émis des nuages de cendre qui ont affolé la population des villages mais aucune évacuation n’a été décidée. L’éruption a été entendue jusqu’à 5 km de distance.

Le niveau d’alerte est maintenu à 3 (Siaga), établi en juillet 2011 quand le Lokon était entré en éruption le 15 de ce mois, entraînant l’évacuation de plus de 5000 personnes.

 

drapeau anglais.jpgMount Lokon in North Sulawesi erupted three times on Tuesday morning after a first increase in its activity on Monday.

The first eruption occurred on Tuesday at 3:07 a.m. (local time) and was followed shortly by two other ones. From midnight to 6 a.m. on Tuesday, 23 deep volcanic tremors, 40 shallow volcanic tremors were recorded. The volcano started spewing clouds of ash and panicking villagers but no evacuation has been ordered so far. The eruption was heard as far as five kilometres away.

The alert level is kept at 3 (Siaga), with an exclusion zone of 2.5 kilometres from the volcano. This alert level had been raised in July 2011 when Lokon erupted on July 15th 2011, forcing more than 5,000 people from three villages to evacuate for two weeks.

 

Kawah Ijen (Ile de Java / Indonésie)

Le niveau d’alerte du Kawah Ijen est maintenu à 3, sur une échelle de 4. Depuis le 18 décembre, les scientifiques indonésiens indiquent que l’activité sismique et volcanique (les émissions gazeuses en particulier) reste trop fluctuante pour autoriser l’accès du volcan aux touristes et aux mineurs. Ces derniers commencent à trouver le temps long car cet arrêt forcé de leurs activités leur fait perdre des journées de salaire, argent qu’ils utilisent, pour beaucoup, pour financer la scolarité de leurs enfants. Ceux que l’on a surnommé « les forçats du soufre » viennent de demander des compensations financières au gouvernement indonésien ou, si c’est possible, un transfert vers d’autres activités rémunérées. En effet, la société qui gère l’exploitation du soufre sur le Kawah Ijen – avec une extraction moyenne de 1400 tonnes par mois – a refusé d’accorder des compensations à ses ouvriers. Ces derniers sont au nombre de 400 mais seuls 23 reçoivent un salaire mensuel fixe ; les autres sont des contractuels.

Les volcanologues indonésiens font remarquer que le Kawah Ijen n’a jamais connu d’éruptions cataclysmales dans les temps historiques. Au 20ème siècle, seule l’explosion à la surface du lac d’acide en 1976 a tué 11 mineurs. Toutefois, rien ne dit que cette activité n’évoluera pas dans les prochaines années. En 2004, l’accès au Kawah Ijen avait déjà été fermé pendant une semaine suite à une augmentation de l’activité volcanique.

Source: The Jakarta Post

 

Porteur-soufre.jpg
(Photo: C. Grandpey)