Tungurahua (Equateur)

drapeau francais.jpgLe dernier bulletin diffusé aujourd’hui par l’Institut Géophysique indique que l’activité du Tungurahua est restée stable, mais avec de forts rugissements. Entre 18 heures et 23 heures hier, les pluies modérées ont entraîné la formation de petits torrents de boue dans les secteurs de La Pampa, Achupashal, Ingapirca, Confessional et Rea.
Dans la matinée, on a observé de légères retombées de cendre sur Baños et Rio Verde.
S’agissant de la sismicité, le tremor éruptif reste bien présent mais montre une légère diminution par rapport aux jours précédents.

 

drapeau anglais.jpgThe Geophysical Instiute’s latest update (November 30th) indicates that Tungurahua’s activity is stable with loud roarings. Between 18:00 and 23:00 last night, moderate rain triggered small mudflows around La Pampa, Achupashal, Ingapirca, Confessional and Rea. This morning, there has been slight ashfall on Baños and Rio Verde.

The eruptive tremor is still quite high although some decrease is observed compared with the previous days.

 

Publicités

Tungurahua (Equateur)

drapeau francais.jpgLa séquence éruptive se poursuit. Dans son bulletin d’hier, l’Institut Géophysique faisait état de deux coulées pyroclastiques de 500 m et 1 km dans la matinée sur le versant ouest du volcan. Dans le même temps, des panaches de gaz chargés en cendre d’une hauteur de 4 km s’échappaient en rugissant du cratère sans toutefois provoquer de retombées.

 

drapeau anglais.jpgThe eruption is going on. In yesterday’s update, the Geographic Institute indicated that two pyroclastic flows travelled down the western slope of the volcano over 500 m and 1 km. Meantime, ash-laden gas plumes as high as 4 km were coming out of the crater. Roaring could be heard all the time.

 

Kilauea (Hawaii / Etats Unis)

drapeau francais.jpgLes épisodes de gonflement et de dégonflement continuent à se succéder avec une rapidité surprenante sur le Kilauea. Je ne me souviens pas avoir observé ce phénomène sur une aussi longue période depuis que les tiltmètres ont été mis en ligne par le HVO.

Le niveau de la lave dans le pit crater de l’Halema’uma’u réagit chaque fois aux changements d’humeur du volcan.

Deux foyers d’incandescence sont visibles dans les parties est et ouest du cratère du Pu’uO’o ainsi qu’au niveau de la fracture sur le versant SE du cône (à environ 5,7 km du sommet) où une lucarne permet d’apercevoir la lave dont l’écoulement est très variable.

Aucune autre activité n’est visible sur le Kilauea.

Source : HVO.

 

drapeau anglais.jpgBack-to-back D/I events continue with a surprising rapidity on Kilauea. I can’t remember observing this phenomenon over such a long period since HVO put the tiltmeters on line. The level of lava within the pit crater of Halema’ma’u inevitably responds to each D/I event.

At Pu’u ‘O’o, incandescence is visible from sources on the east and west edges, from the fissure on the southeast flank of Pu’u ‘O’o, with a skylight on the tube transporting lava from the fissure on the southeast flank of Pu’u ‘O’o cone about 5.7 km from its summit. D/I events keep lava supply highly variable.

No other activity can be seen on Kilauea.

Source: HVO.

Kilauea-nov-2011.jpg
Succession d’épisodes de gonflement et dégonflement sur le Kilauea
(Avec l’aimable autorisation du HVO)

 

 

Tungurahua (Equateur)

drapeau francais.jpgSuite à la récente reprise d’activité du Tungurahua, les autorités équatoriennes conseillent fortement l’évacuation de quatre villages sur les pentes du volcan. Quelque 700 personnes vivent dans des fermes qui se trouvent menacées par les colonnes de cendre, les nuages de gaz et les avalanches de blocs incandescents en provenance du sommet de la montagne.

 

drapeau anglais.jpgDue to the recent increase in Tungurahua’s activity, Ecuador’s government is urging four villages to evacuate. About 700 people live in the mainly farming communities on the slopes of the volcano and are under threat of the columns of ash, clouds of gas and cascading hot rocks from the summit.

 

Histoire de vis (Galeras / Colombie)

Dans ma dernière note à propos du Galeras (Colombie), je mentionnais la présence de séismes de type « tornillo », souvent annonciateurs d’événements explosifs violents sur ce volcan. Plusieurs blogonautes m’ont demandé des éclaircissements sur le mot « tornillo » qui signifie « vis » en espagnol.

Les « tornillos » sont des séismes volcaniques longue période d’une durée de plusieurs minutes dont l’amplitude décroît avec un « signal en forme de vis », d’où le nom qui leur a été donné. Ils représentent l’éclatement des roches encaissantes suite à l’augmentation de pression des fluides lors de la progression du magma dans la croûte.

S’agissant du Galeras, on a remarqué qu’il y avait souvent une corrélation entre le nombre de « tornillos » pré-éruptifs et le volume de matériaux éjectés pendant l’éruption. Cela pourrait indiquer une relation entre le volume de magma présent durant l’intrusion et le nombre de « tornillos ». Ces signaux sismiques ont été repérés pour la première fois sur des volcans comme le Redoubt en Alaska ou le Nevado del Ruiz en Colombie. On les a, par la suite, identifiés sur le Mont St Helens avant l’éruption de 2004. On a reproché à Stanley Williams d’avoir ignoré leur présence sur le Galeras lors de l’explosion de 1993 qui a entraîné la mort de 6 scientifiques et 3 touristes.

Voici un exemple de « tornillos » visible sur l’excellent site Internet d’Erik Klemetti :

http://www.wired.com/wiredscience/eruptions

Tornillos-blog.jpg

 

El Hierro (Iles Canaries / Espagne)

drapeau francais.jpgLe dernier rapport de l’Institut Espagnol d’Océanographie, publié suite aux observations effectuées à bord du navire ‘Ramon Margalef » indique qu’il n’y a actuellement « aucune preuve d’un dégazage ou d’un nouveau foyer éruptif dans la partie nord du rift d’El Hierro.

Les mesures de concentration de gaz dissous dans l’eau de mer ont été effectuées entre les 5 premiers mètres au-dessus du plancher marin et la surface de l’océan. Les premiers résultats révèlent l’absence de concentrations de H2S dans les 100 mètres au-dessus du plancher. De plus, le pH, la température, la salinité et la concentration de CO2 dissous sont parfaitement normaux dans les eaux à cette profondeur.

Dans le même temps, on continue à observer des « jacuzzis » au sud de l’île. Il semblerait, au vu de certains indices (morceaux de lave flottant à la surface de la mer), que l’activité se rapproche du rivage mais la profondeur est encore trop importante et l’activité pas suffisamment intense pour que naisse une éruption surtséyenne.

 

 

drapeau anglais.jpgThe latest report by the Spanish Institute of Oceanography (IEO), from the research vessel ‘Ramon Margalef,’ has concluded that there is currently ‘no significant evidence of outgassing from volcanic eruption or a new focus in the northern rift the island of El Hierro.’
Concentrations were determined in different gases dissolved in the seawater from the first 5 metres above the seafloor to the surface of the ocean. The first results reveal the absence of hydrogen sulphide concentrations in the upper 100 metres above the ocean floor. Besides, the pH, temperature, salinity and dissolved CO2 concentration are completely normal for these waters and these depths.

Meantime, the « jacuzzis » persist to the south of the island with some indication (chunks of lava floating at the surface of the sea) that they might be closer to shore than before – however, they still don’t appear to be in shallow enough water or vigorous enough activity to be surtseyan in nature.

 

Tungurahua (Equateur)

drapeau francais.jpgLe Tungurahua a connu une brutale crise éruptive le dimanche 27 novembre en fin de journée, avec des coulées pyroclastiques et des explosions projetant des blocs et de la cendre dont les retombées ont essentiellement affecté des villes comme Bilbao et Manzano sur le versant ouest du volcan. L’événement s’est produit alors que le Tungurahua traversait une période pendant laquelle l’activité était faible à modérée et était caractérisée par de petites fumerolles dans le cratère et un petit nombre de séismes volcaniques.

Dans son dernier bulletin de ce matin, l’Institut Géophysique indique que l’activité se maintient à un niveau élevé.

Source : Instituto Geofisico.

 

drapeau anglais.jpgTungurahua went through a sudden eruptive crisis on Sunday November 27th late in the afternoon, with pyroclastic flows and explosions throwing blocks and ash whose fall affected some communities like Bilbao and Manzano on the western side of the volcano. The event occurred during a period when activity was low to moderate and characterised by fumaroles in the crater and a few volcanic earthquakes.

In this morning’s update, the Instituto Geofisico indicates that activity remains at a high level.

Source : Instituto Geofisico.