Kilauea (Hawaii / Etats Unis)

drapeau francais.jpgLa situation est en train d’évoluer sur le Pu’uO’o. A 1h30 (heure locale) ce 21 septembre, le tiltmètre a enregistré un très brutal gonflement de près de 50 microradians, ce qui est considérable. Dans le même temps, une station GPS a révélé un mouvement d’accélération vers le NO. A ce moment-là, le lac de lave situé dans la partie ouest du cratère alimentait de petites coulées qui s’évacuaient sur le flanc ouest du Pu’uO’o.

Le lac de lave situé dans la partie est du cratère était, quant à lui, peu actif, mais l’activité dans ce secteur a commencé à s’intensifier vers 2h25, parallèlement à l’épisode de gonflement enregistré par le tiltmètre.

Les débordements sur le versant ouest ont alors cessé brusquement et la lave a percé la partie supérieure du versant est. La nouvelle fracture a alors alimenté une coulée bien canalisée qui dévala rapidement la pente en direction de l’est. Sa progression devait être évaluée cet après-midi lors d’un survol par une équipe du HVO. Si la lave continue sa progression, il y a de fortes chances pour qu’elle se dirige vers le SE, en direction des Royal Gardens, en longeant la bordure des coulées de l’épisode 58 (celui du TEB).

Source : TEB

 

drapeau anglais.jpgThe situation is changing at Pu’uO’o. At 1:30 AM this morning (local time), the tiltmeter recorded an abrupt inflation of nearly 50 microradioans. A GPS station on Pu’u ‘O’o recorded accelerated movement toward the northwest starting at about the same time as the inflation.

The western lava lake in Pu’u ‘O’o fed a series of flows down the west flank of Pu’u ‘O’o.

The eastern lava lake was very sluggish, but activity there began to pick up at about 2:25 AM, in parallel with the inflation episode. Then, activity in the crater and overflows to the west suddenly decreased, as lava broke through the upper east flank of Pu’u ‘O’o, bypassing the crater. The new fissure fed a channelized flow that advanced rapidly downslope toward the east. The flow’s progress was to be assessed during an overflight scheduled for today. If the flow continues to advance, it will likely head southeast, along the western edge of the Episode 58 (TEB) lava flow, toward Royal Gardens.

Source: HVO.

PuuOo-21-septembre.jpg
Coulée de lave sur le versant E du Pu’uO’o, vue par la webcam.
(Avec l’aimable autorisation du HVO)

Hello from Alaska ! (7)

Mon voyage dans les terres nordiques arrive à son terme. L’un des buts de ce périple en Alaska était de voir (ou plutôt revoir) la faune qui fréquente les étendues du Grand Nord. Les élans et les ours sont les espèces que l’on observe le plus souvent, mais il n’est pas impossible de rencontrer des loups. L’autre soir à côté de Whitehorse, alors que j’admirais les premières aurores boréales, une meute de loups s’est mise à hurler à quelques centaines de mètres de l’endroit où je me trouvais. Dans le silence parfait de la nuit, c’est un moment que l’on n’oublie pas!

Les élans se rencontrent essentiellement à l’aube et au crépuscule. Il est alors relativement fréquent de voir une femelle accompagnée d’un ou plusieurs jeunes traverser la route, même au centre de la ville d’Anchorage où ils viennent jusque dans les jardins. Les mâles avec leurs ramures impressionnantes se voient moins souvent. En dehors de la période de rut, ils restent dans les zones humides retirées de la montagne.

En ce moment, les ours s’observent souvent le long des rivières où ils viennent se goinfrer de saumons riches en protéines, en vue de l’hibernation qui commence et octobre pour se terminer en avril. Il est relativement facile d’approcher les plantigrades qui ne sont pas agressifs, mais dont le comportement peut s’avérer imprévisible. Certaines règles élémentaires doivent être observées. La première d’entre elles est de ne jamais se trouver entre une ourse et ses oursons. Comme pour les élans, les ours (qu’ils soient bruns ou noirs) n’hésitent pas à pénétrer dans les zones habitées et à se promener à proximité des maisons. La visite des poubelles est l’une de leurs occupations favorites. Il arrive même qu’ils pénètrent carrément dans les maisons. Il y a quelques semaines, l’un deux a visité la cuisine d’une habitation du Kenai en y mettant le désordre que l’on imagine. Il a même réussi déplacer le réfrigérateur!!

Les accidents avec les ours sont rares mais pas impossibles. Cet été, plusieurs randonneurs ont été tués. Deux d’entre eux ont perdu la vie dans le Parc de Yellowstone, probablement parce qu’ils se sont enfuis en courant quand un ours les a surpris. Deux jeunes randonneurs ont également été tués par un ours polaire dans un camping en Norvège. Il ne faudrait pourtant pas sombrer dans la paranoïa. Certes, les ours peuvent être dangereux, mais si l’on reste vigilant et prudent (j’ai toujours un grelot avec moi pour signaler ma présence), on peut passer des heures fantastiques le long des rivières de l’Alaska!

TVB

Bears.JPG
Ourson avec sa mère dans la Chilkoot River près de Haines (Alaska)
L’ourse porte un collier de repérage qui devait se détacher automatiquement le 14 septembre.
(Photo: C. Grandpey)