Hello from Alaska ! (2)

Après Anchorage, cap vers l’est par la route n°1 qui conduit à Glennallen, puis vers le sud en suivant la route n°4 pour rejoindre le port de Valdez. Le parcours est riche en paysages qui ont déjà revêtu les couleurs de l’automne. Un coup d’oeil aux glaciers Matanuska et Richardson confirme que le réchauffement climatique fait sentir ses effets également en Alaska.

Valdez est le point d’arrivée de l’oléoduc trans-Alaska que l’on suit presque constamment depuis Glennallen. Ce pipeline de 1300 km relie Prudhoe Bay au nord au terminal pétrolier de Valdez et transporte l’or noir qui permet à l’Alaska d’être un état fort riche.

Il ne faudrait toutefois pas oublier que le nom de Valdez reste associé à la terrible catastrophe écologique de mars 1989, quand un pétrolier en partance de Valdez avec 180 000 tonnes de brut dans ses cuves s’est échoué dans le Prince William Sound en provoquant une gigantesque marée noire. Aujourd’hui, toute trace du désastre a disparu en surface mais je ne suis pas certain que les fonds marins soient intacts.

Quoi qu’il en soit, le site est magnifique et le bateau permet de découvrir la côte et les glaciers comme le Columbia qui vient vêler dans la mer, mais peut-être pas pour très longtemps car son recul est spectaculaire.

Valdez est aussi un point de rendez-vous pour les pêcheurs de saumons qui viennent ici remplir leurs congélateurs. Les poissons pullulent, ce qui ne manque pas d’attirer les goélands, les lions de mer, les phoques, les loutres de mer, mais aussi les ours qu’il m’est arrivé de voir déambuler derrière le charmant B&B où je loge actuellemnt…

Pour terminer, Valdez garde à l’esprit le terrible séisme de mars 1964 et les nombreux panneaux indiquant les zones d’évacuation en cas de problème sont là pour rappeler qu’une nouvelle catastrophe est toujours possible, d’autant que la terre tremble régulièrement dans la région. Comme me disait une habitante de Valdez hier: « On ne fait plus attention aux secousses mais, au fond de nous, nous savons que le séisme de 1964 peut se reproduire ». TVB.

Alaska 005 blog.jpg
Glacier Matanuska, entre Anchorage et Glennallen
 
Pipeline blog.jpg
L’oléoduc trans-Alaska, en zigzag pour faire face aux séismes.
Tsunami blog.jpg
Pourquoi avoir reconstruit Valdez quasiment au même endroit?
(Photos: C. Grandpey)