Le Japon et la géothermie

drapeau francais.jpgA en juger par plusieurs articles lus dans la presse nationale, il semblerait que le Japon ait pris conscience, après le séisme de M 9 en mars dernier, que les centrales nucléaires ne sont pas forcément le meilleur choix dans un pays sujet aux tremblements de terre. Les Japonais commencent à se tourner vers des sources d’énergie alternatives, en particulier la géothermie.

Le séisme du 11 mars avec, dans son sillage, le tsunami et la catastrophe nucléaire de Fukushima, a déclenché au Japon un mouvement de protestation contre l’énergie nucléaire qui représentait jusqu’alors 30% des besoins du pays, mais aussi un intérêt grandissant pour les énergies alternatives qui ne représentaient que 8%, l’énergie hydroélectrique étant majoritaire. Certaines personnalités japonaises comme Yoko Ono citent l’exemple de l’Islande où l’électricité produite à partir de la géothermie couvre 80% des besoins du pays alors que la géothermie représente actuellement moins de 1% de toute l’énergie produite au Japon.

Selon les experts, le principal obstacle au développement de la géothermie au Japon est le coût initial de l’exploration et du forage des couches profondes pour atteindre l’eau chaude, et ensuite le coût de construction des structures nécessaires à son exploitation. Un autre problème, c’est que les sites qui seraient les meilleurs sont déjà utilisés à des fins touristiques et se trouvent à l’intérieur de parcs nationaux où toute construction est interdite. Il faudrait modifier les lois de protection de ces sanctuaires naturels pour que la géothermie puisse s’y développer.

Il ne fait pourtant aucun doute que le Japon a un réel potentiel géothermique. Ses réserves de chaleur souterraine exploitables sont parmi les plus importantes au monde, juste derrière les Etats-Unis, les Philippines et l’Indonésie, mais le Japon n’est que 6ème si l’on se réfère à ses capacités de production de cette énergie. On estime que le pays pourrait produire 80 000 mégawatts et ainsi satisfaire à plus de la moitié de ses besoins énergétique avec des installations géothermiques classiques.

A côté de cela, des géants industriels comme Toshiba et Mitsubishi comptent parmi les plus importants fabricants de matériel géothermique au monde où ils occupent 70% du marché ! L’an dernier, la firme Fuji Electric a construit la plus grosse centrale géothermique de la planète en  Nouvelle Zélande…

 

drapeau anglais.jpgJudging from several articles in the Japanese press, it seems that after the M9.0 earthquake last March, Japan has begun to realise that nuclear plants are not the best choice for a country that is prone to earthquakes. The country is now contemplating the use of alternative sources of energy, especially geothermal energy.

The March 11th earthquake with the tsunami and the Fukushima nuclear disaster in its wake has sparked in Japan a backlash against atomic power, which previously made up 30% of Japan’s energy needs, and increased interest in alternative energies, which account for only 8%, most of it hydro. Some Japanese celebrities like Yoko Ono are citing the example of Iceland which uses steam and hydroelectric power for over 80% of its energy needs. For now, geothermal makes up less than 1% of the energy produced in Japan.

The biggest hurdle to geothermal, most experts agree, is the high initial cost of the exploration and drilling of deep earth layers that contain hot water, and of then constructing the plants. Another problem is that Japan’s potentially best sites are already being tapped for tourism with popular hot spring resorts or are located within national parks where construction is prohibited so that the rules protecting nature sanctuaries would need to be relaxed for geothermal to grow.

However, geothermal energy has a vast potential. Japan is estimated to have some of the world’s largest reserves of usable underground heat – behind the United States, the Philippines and Indonesia – but is ranked only sixth in terms of geothermal generation capacity.  It has been estimated that Japan could produce 80,000 megawatts and meet more than half its electricity needs with conventional geothermal technology.

Ironically, Japanese giants such as Toshiba and Mitsubishi are already global leaders in geothermal technology, with a 70 percent market share. Last year Fuji Electric built the world’s largest geothermal plant in New Zealand…