Machin (Colombie)

drapeau francais.jpgSelon l’INGEOMINAS, on a enregistré une hausse de la sismicité sur le Machin le 17 septembre dernier. 140 événements volcano-tectoniques (d’une magnitude pouvant atteindre M 1,8) ont été détectés au sud et au sud-ouest du dôme principal, à des profondeurs allant de 2 à 4 km. Le niveau d’alerte reste à III (couleur Jaune, « modifications de l’activité volcanique »)

 

drapeau anglais.jpgAccording to INGEOMINAS, increaseded seismicity was recorded on Machin volcano on September 17th. About 140 volcano-tectonic earthquakes (up to M 1.8) were located S and SW of the main lava dome at depths of 2-4 km. The Alert level remains at III (Yellow; « changes in the behavior of volcanic activity »).

Projet de forage dans les Champs Phlégréens (Campanie / Italie)

Le site web du journal anglais The Daily Mail rappelle un projet qui a déjà fait la une des journaux il y a quelques mois. Début 2011, des scientifiques italiens vont effectuer un forage dans les Champs Phlégréens afin d’essayer de protéger la ville de Naples toute proche d’une éruption destructrice de ce volcan dont on ne connaît que peu de choses. Sa dernière éruption remonte à 1538, mais il a connu des soubresauts entre 1969 et 1972,  1982 et 1984 et les géologues redoutent une nouvelle crise éruptive.

Le forage devrait atteindre une profondeur de 4000 mètres et permettre d’étudier les différences de température des roches entre la surface et la chambre magmatique qui sommeille dangereusement sous ce site que l’on peut visiter à 8 km à l’ouest de Naples. Les chercheurs pensent atteindre des couches dont la température est supérieure à 600°C.

On pense que le magma se trouve à environ 8 km de profondeur, de sorte que le forage pourrait également permettre d’atteindre des poches de liquides à haute température utilisables en géothermie. Ces liquides ne se transforment pas en gaz à cause de la pression qui est trop forte.  

Les capteurs à fibres optiques devraient permettre de savoir à quel niveau se trouve la chambre magmatique, tandis que d’autres capteurs étudieront les mouvements du sol autour du volcan, ce qui donnera des informations essentielles sur le risque éruptif. A ce sujet, les capteurs au carbure de silicium capables de résister à de très hautes températures dont je faisais état dans ma note  du 22 septembre pourraient intervenir dans le cadre de ce projet de forage qui ne fait pas l’unanimité. Certaines personnes pensent qu’il est trop proche des zones habitées et qu’il est susceptible de provoquer une explosion.

Solfatara-blog.jpg
Le cratère de la Solfatara, à l’intérieur des Champs Phlégréens.
(Photo: C. Grandpey)