Etna (Sicile / Italie)

On a pu lire ces derniers jours dans la presse italienne plusieurs articles faisant référence à l’Etna et au lent glissement de son versant est vers la Mer Ionienne. Cette information n’a rien d’un scoop car cela fait pas mal de temps (depuis les années 1990, semble-t-il) que les scientifiques ont constaté cette tendance au basculement de l’édifice volcanique.

Les articles lus dans la presse indiquent que la recherche s’appuie sur les relevés par radar satellitaire (InSAR : Interferometric Synthetic Aperture Radar) dont les données ne fournissent pas directement des informations sur le sous-sol mais permettent de mesurer avec une extrême précision l’évolution de la superficie du volcan et donc de comprendre ce qui se passe en profondeur. Ces données sont confrontées aux mesures effectuées sur le terrain. Ce travail de recherche a permis d’obtenir une vue en trois dimensions de la zone instable de l’Etna et ensuite d’évaluer l’épaisseur de la partie du volcan qui est en train de glisser dans la mer. Elle serait d’environ 4 kilomètres.

Il est intéressant d’approfondir l’étude de ce phénomène car il contient sûrement une grande partie des explications de la sismicité que l’on observe régulièrement sur le versant est du Mongibello, cisaillé par plusieurs fractures, celle de Pernicana étant sans aucun doute la plus connue. Il est également fort probable que ce phénomène n’est pas étranger au comportement éruptif du volcan, même si cette dernière relation n’a encore jamais été vraiment expliquée.

 

En ce moment, l’Etna est calme. L’activité sismique est faible et le niveau du tremor éruptif est bas. Au vu des images des webcams, des panaches de vapeur s’échappent de la bouche au pied du Cratère SE, mais on s’aperçoit que leur densité dépend de la température et de l’hygrométrie de l’air, sans être forcément le signe d’une augmentation d’activité.

L’INGV ne signale pas d’événements explosifs dans la Bocca Nuova, mais de telles colères sont susceptibles de se renouveler car la pression des gaz peut faire sauter le bouchon qui obstrue l’orifice. Toutefois, les dernières explosions de ce type ont montré que les matériaux projetés étaient anciens et n’annonçaient pas une montée de magma juvénile.   

Ombre-Etna.jpg
L’ombre de l’Etna plane sur la Mer Ionienne (Photo: C. Grandpey)