Histoire de noms (suite)

Un commentaire me fait remarquer que j’ai omis de nommer le volcan qui est la source de l’éruption actuelle : l’Eyjafjöll qui se cache (ou plutôt qui se cachait) sous la calotte de glace de l’Eyjafjallajökull.  C’est vrai que j’aurais dû le mentionner avant même de parler de la coulée de lave dans le secteur de la langue glaciaire du Gígjökull.  

Au vu de ce qui a été dit dans ma note précédente, il est facile de comprendre que Eyjafjöll signifie « la montagne de l’île ». ..

Santiaguito (Guatemala)

drapeau francais.jpgSelon l’Institut National de Sismologie, le volcan a arrosé de cendre une grande partie de l’ouest du Guatemala suite à une crise éruptive « inhabituelle «  et « violente » observée le lundi 26 avril entre 18h50 et 20 heures.

Quatre explosions ont secoué le volcan. Le vent a ensuite emporté la cendre vers le NE, en direction de la province de Quetzaltenango, à 206 km de la capitale.

Le panache de cendre a affecté six provinces, faisant naître la crainte de dégâts pour les cultures et entraînant la fermeture des écoles dans trois provinces.

Le niveau d’alerte a été élevé à l’Orange, soit un cran avant le Rouge qui est le maximum.

L’éruption a propulsé la cendre jusqu’à plus de 8300 mètres de hauteur et il a été conseillé aux responsables de l’aviation civile d’interdire les vols à moins de 15 km du volcan.

 

drapeau anglais.jpgAccording to the National Seismological Institute, the volcano showered ash on Monday between 18:50 and 20:00 over a large area of western Guatemala in an « unusual »‘ and « violent »‘ eruption.

Four explosions shook the volcano. Winds carried the ash in a northeasterly direction from the volcano towards the province of Quetzaltenango, 206km west of the capital.

The ash plume spread across six provinces, raising fears of damage to crops, while classes were suspended at schools in three provinces.

The alert level was raised to Orange, one level below the maximum red.

The volcanic activity propelled gray ash more than 8300m into the air, and civil aviation authorities were advised to ban flying within 15km of the volcano.

Santiaguito-blog.jpg
Le Santiaguito observé depuis le sommet du Santamaria.
(Photo: C. Grandpey)

Eyjafjöll (Islande)

drapeau francais.jpgL’activité du volcan et les émissions de cendre sont stables depuis plusieurs jours et la lave continue à s’écouler vers le nord. La bouche éruptive a une largeur d’environ 200 mètres et une profondeur de 150 mètres. L’éruption ne donne actuellement aucun signe d’épuisement.

La cendre perturbe encore le trafic aérien en Islande. Tous les vols de la compagnie locale Air Iceland étaient différés ce matin, ainsi que des vols au départ et à l’arrivée de Keflavik.

Source : Iceland Review.

 

drapeau anglais.jpgActivity at the volcano and the production of ash have been steady over the last few days and the lava stream continues to flow to the north. The vent is some 200 metres wide and 150 metres deep. There is currently no sign the eruption is coming to an end.  

Ash is still disrupting flights in Iceland. All flights with domestic airline Air Iceland have been postponed, as well as flights to and from Keflavík International Airport.

Source : Iceland Review.

Histoire de noms… (Islande)

L’éruption islandaise a posé bien des problèmes aux journalistes étrangers quand il s’est agi de prononcer les noms de lieux, en particulier le site de l’éruption en cours : Eyjafjallajökull ! Las des moqueries, ils ont souvent adopté l’appellation « petit volcan islandais » qui mettait un terme à leurs soucis!

L’islandais est une langue très ancienne et très complexe dont certaines consonnes ressemblent à celle du vieil anglais tel que je l’étudiais à l’université. Il faut vraiment être né dans ce pays nordique pour prononcer les mots correctement. Lors de mon premier voyage en Islande, j’ai dû m’y reprendre à plusieurs reprises pour dire correctement « bonjour » qui s’écrit « góðan daginn » ou « góðan dag » – à prononcer [goðən daiən]. Au terme de trois semaines de séjour au contact de guides islandais, je suis parvenu à prononcer quelques mots, mais sans jamais comprendre ce que disaient les autochtones !

La première phase de l’éruption a commencé le 20 mars au col de Fimmvörðuháls, mot où l’on retrouve dans « ð » le « th » sonore de l’anglais tel qu’il est prononcé dans « this » par exemple.  Fimmvörðuháls peut être traduit par « le col des cinq cairns », ces derniers étant souvent présents en Islande. Comme je le raconte dans l’une de mes Volcanecdotes, j’ai vu un jour le chauffeur de mon bus déposer une pierre sur un cairn dans la région de Hveravellir – « la zone des sources chaudes » – pour s’attirer les bonnes grâces des elfes.

L’éruption étant proche de l’Eyjafjallajökull, c’est souvent ce dernier nom qui a été utilisé – à tort – pour faire référence à ce début d’éruption. C’est là qu’ont commencé les difficultés de prononciation. La bonne prononciation est [aiə-fjǽtlə-jokutəl]. La première partie du mot signifie « île », la deuxième « montagne », la troisième « glacier ». Eyjafjallajökull signifie donc : « glacier de la montagne de l’île ». On remarque d’ailleurs que tous les noms des glaciers et des langues glaciaires islandais se terminent par « jökull » : Myrdalsjökull, Vatnajökull, Langjökull, etc.

Actuellement, la coulée de lave née de l’éruption se situe dans le secteur de la langue glaciaire du Gígjökull qui signifie « glacier du cratère ».

Aucun nom n’a encore été donné au cône volcanique édifié par la première phase de l’éruption au col de Fimmvörðuháls. Un appel a été lancé pour que les gens fassent des suggestions. Si le nouveau volcan est baptisé « volcans entre glaciers » – eldfjall með jöklum – c’est que ma suggestion aura été retenue….