Accès à Etna Sud (Sicile) // Access to South Etna (Sicily)

Le 9 avril 2019, le maire de Nicolosi a publié une nouvelle ordonnance définissant les conditions d’accès au versant sud de l’Etna.

Il est écrit que l’accès est autorisé librement jusqu’à 2920 mètre d’altitude.

Au-dessus de 2920 mètres, l’accès ne peut se faire qu’avec l’accompagnement des guides de l’Etna ou de volcanologues professionnels.

Il est demandé à ces derniers de tenir la Protection Civile informée des variations d’activité du volcan susceptibles de représenter un danger pour le public et d’informer préventivement les personnes sous leur responsabilité des risques encourus en milieu volcanique…

… en attendant la prochaine colère de l’Etna qui remettra évidemment en question le texte de cette ordonnance !

——————————————

On April 9th, 2019, the Mayor of Nicolosi issued a new ordinance defining the conditions of access to the south side of Mount Etna.
One can read that access is allowed up to 2920 metres above sea level.
Above 2920 metres, access can only be done with the accompaniment of the Etna guides or professional volcanologists.
These are asked to keep the Civil Defence informed of the changes in volcano acticity likely to represent a danger to the public and to inform the people under their responsibility of the risks incurred in the volcanic environment…
… while waiting the next eruptive activity which will obviously cancel the text of this ordinance!

Extrait de l’ordonnance du 9 avril 2019

Hekla (Islande) : Une bombe à retardement ? // Mt Hekla (Iceland) : A time bomb ?

On peut lire dans la base de données de la Smithsonian Institution que l’Hekla, l’un des volcans les plus actifs d’Islande, se trouve près de l’extrémité méridionale de la zone de rift Est. Au cours de son histoire, il a émis des andésites basaltiques, contrairement aux basaltes tholéiitiques que l’on rencontre généralement sur les volcans de zone de rift en Islande. Les tephras de l’Hekla sont généralement riches en fluor qui présente un risque pour les animaux dans les pâturages. Les nombreuses coulées de lave émises pendant les éruptions historiques – qui remontent à 1104 de notre ère – couvrent une grande partie des flancs du volcan.
Certains volcanologues pensent que l’Hekla a un cycle éruptif de dix ans. C’est vrai si l’on prend en compte les éruptions les plus récentes, mais au vu de l’histoire du volcan, un tel cycle n’existe pas vraiment. Comme je l’ai dit à plusieurs reprises, la notion de cycle en volcanologie n’a jamais été vraiment prouvée. Voici le lien vers une liste des éruptions de l’Hekla sur le site web de la Smithsonian Institution:
https://volcano.si.edu/volcano.cfm?vn=372070

Situé dans le sud de l’Islande, l’Hekla attire les touristes. Cependant, gravir ce volcan n’est pas sans risque car les éruptions se déclenchent très rapidement, sans prévenir.
N’importe qui peut l’escalader car l’ascension ne présente pas de difficultés techniques. Une fois au sommet, on a une vue magnifique sur les environs ; elle est appréciée par des foules de gens chaque année, mais très peu d’entre eux sont conscients des risques qu’ils courent en gravissant la montagne.
Comme je l’ai écrit plus haut, l’Hekla est entré assez fréquemment en éruption au cours du 20ème siècle. Les derniers événements ont eu lieu en 1947, 1970, 1980, 1991 et 2000. Ce qui caractérise l’Hekla, c’est le peu de temps – généralement moins d’une heure – qui s’écoule avant une éruption. Cette dernière commence en général par une séquence explosive au sommet, suivie grandes coulées de lave sur les flancs du volcan.
En conséquence, on peut se demander si les randonneurs qui se trouvent près du sommet en cas d’explosion parviendront à se mettre en sécurité à temps. D’importantes retombées de cendre volcanique au début d’une éruption peuvent blesser les touristes. Des avalanches de cendre chaude et de vapeur d’eau peuvent également se produire et dévaler les pentes de la montagne en quelques minutes. Les gaz toxiques qui accompagnent une éruption, peuvent constituer un autre risque majeur pour l’homme et les animaux.
Les mesures actuelles montrent que la pression dans la chambre magmatique de l’Hekla dépasse ce qu’elle était en l’an 2000. Cela donne à penser que le volcan est prêt à entrer en éruption, bien que personne ne sache à quel moment un tel événement pourrait se produire. Ce pourrait être demain…ou dans 50 ans. J’explique au cours de mes conférences que notre capacité à prédire les éruptions est très faible. S’agissant de l’Hekla, tout ce que l’on sait, c’est que les randonneurs n’auront qu’une heure pour quitter les lieux. Personne ne pouvant dire quand aura lieu la prochaine colère du volcan, il reste ouvert à la randonnée. Les touristes doivent juste être conscients du risque qu’ils courent.
La Protection Civile islandaise a installé un panneau au pied de l’Hekla pour rappeler le risque. En outre, un système d’alerte est en place. En cas de danger imminent, un SMS sera envoyé à toutes les personnes présentes dans la zone. La question est de savoir combien de temps il faudra aux gens pour prendre note de leur message et combien de temps il leur faudra pour quitter la zone dangereuse. Il faut juste espérer que personne ne se trouvera sur le volcan la prochaine fois qu’il se réveillera….
Source: Iceland Monitor.

————————————————–

According to the Smithsonian Institution’s data base, Mount Hekla, one of Iceland’s most active volcanoes, lies near the southern end of the eastern rift zone. It has produced basaltic andesites, in contrast to the tholeiitic basalts typical of Icelandic rift zone volcanoes. Hekla tephras are generally rich in fluorine and are consequently very hazardous to grazing animals. Extensive lava flows from historical eruptions, which date back to 1104 CE, cover much of the volcano’s flanks.

Some volcanologists think that Hekla has a ten-year eruptive cycle. This is true if we take into account the most recent eruptions, but if we look at the volcano’s past history, such a cycle does not really exist. As I have put it several times, the notion of cycle in volcanology has never been clearly proved. Here is the link to a list of Hekla’s eruptions on the Smithsonian Institution’s website:

https://volcano.si.edu/volcano.cfm?vn=372070

Located in South Iceland, Mount Hekla is a great tourist attraction. However, hiking up the mountain comes with a risk, as this volcano’s eruptions are triggered very rapidly, without warning.

Anyone is allowed to hike up the mountain and technically, it is not a difficult hike. You get a great view from the top and it is enjoyed by many people every year. Most likely, though, very few people are aware of the risk they take by climbing the mountain.

As I put it above, Mt Hekla erupted rather frequently during the 20th century. The last events occurred in 1947, 1970, 1980, 1991 and 2000.What makes Mt Hekla unique is the short time leading up to its eruption, usually less than an hour. An eruption begins with an explosive onset at the top, followed my large lava flows.

As a consequence, one may wonder whether hikers who are standing near the top of the mountain in the event of an explosion will make it to safety in time. Large showers of volcanic ash at the onset of an eruption could injure hikers. Floods of hot ash and water could also occur, flowing down the slopes of the mountain in a matter of minutes. Poisonous gases, which accompany an eruption, would also pose a major risk to people and animals.

Current measurements show that pressure in Mt Hekla’s magma chamber already exceeds what it was in the year 2000, suggesting that the volcano is ready for an eruption, although no one knows when such an event might occur. All we know is that hikers would only get an hour’s notice. It could be tomorrow; it could also be 50 years from now. Nobody knows. I explain during my conferences that our ability to predict eruptions is very low. As nobody can predict Mt Hekla’s eruptions, the volcano is not closed to hikers; they just need to be aware of the risk they take.

Iceland’s Department of Civil Protection has installed a sign at the base of the mountain to point out the risk. Furthermore, a response system is in place, whereby an SMS would be sent to everyone in the area when it is clear that an eruption is imminent. The question is to know how long it takes people to notice their message and how much time they will have to make an escape. Next time Hekla wakes up, let’s hope no one will be on the mountain.

Source : Iceland Monitor.

Vue de l’Hekla (Crédit photo: Wikipedia)

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion): retour en « Vigilance » et accès restreint à l’Enclos // Back to « Vigilance » and restricted access to the Enclos

Dans un communiqué diffusé le 5 avril 2019, la Préfecture de la Réunion indique que suite aux constatations de l’OVPF  et à la reconnaissance de terrain effectuée le 21 mars 2019, le Préfet a décidé de revenir en phase de VIGILANCE pour le Piton de la Fournaise à compter du vendredi 5 avril 2019 à 6H00.

Les travaux de sécurisation consécutifs au diagnostic ainsi que la praticabilité des sentiers permettent une réouverture de l’accès à l’Enclos Fouqué, uniquement sur les sentiers balisés et entretenus par l’ONF :

  • Sentier Pas de Bellecombe – Formica Léo – Sentier Rivals – Cratère Caubet
  • Sentier Pas de Bellecombe – Formica Léo – sentier d’accès au site d’observation du cratère Dolomieu (accès par le nord du cratère)

Les sentiers Kapor jusqu’à Piton Kapor et du cratère Caubet au Belvédère sur Château Fort restent interdits d’accès.

———————————————–

 In a bulletin issued on April 5th, 2019, the Prefecture of Reunion indicates that following the findings of OVPF and the on-the-field reconnaissance  carried out on March 21st, 2019, the Prefect has decided to lower the alert level to VIGILANCE (WATCH) for Piton de la Fournaise, starting Friday, April 5th, 2019 at 6:00 am.
The security work resulting from the diagnosis as well as the practicability of the trails allow a reopening of the Enclos Fouqué, only on the trails marked and maintained by ONF:
• Trail Pas de Bellecombe – Formica Léo / Trail Rivals – Caubet Crater.
• Trail Pas de Bellecombe – Formica Léo / Access trail to the observation site of Dolomieu Crater (access from the north of the crater)
The Kapor trails as far as Piton Kapor and from Caubet Crater to the Château Fort Belvedere remain inaccessible.

Crédit photo: Wikipedia

Le HVO sur l’île d’Oahu (Hawaii)? // HVO on Oahu Island (Hawaii)?

Des rumeurs circulent depuis quelque temps sur un possible transfert de l’Observatoire Volcanologique des Volcans d’Hawaii (le célèbre HVO) de Big Island vers l’île d’Oahu. Pour ceux qui, comme moi, connaissent et ont visité le HVO, une telle décision semble une erreur. L’Observatoire domine la caldeira du Kilauea depuis plus d’un siècle et offre une vue imprenable sur le cratère de l’Halema’uma’u. Grâce à cette position privilégiée, les scientifiques ont pu, au cours des dernières années, observer le comportement du lac de lave dans l’Overlook Crater.
Le HVO a confirmé la semaine dernière qu’Oahu était l’une des options envisagées pour implanter une nouvelle structure Cette relocalisation aurait lieu en raison des lourds dégâts subis par l’Observatoire lors de la dernière éruption du Kilauea. L’intense activité sismique a rendu le bâtiment inhabitable.
Une autre option que l’île d’Oahu consisterait à installer l’Observatoire à l’intérieur du Parc National des Volcans d’Hawaii, ou bien sur le campus de l’Université d’Hawaï à Hilo. Il est bien évident que la première solution serait la plus adaptée.
Le responsable de la Protection Civile du comté d’Hawaï pense, lui aussi, que l’Observatoire doit rester sur la Grande Ile pour « contrôler toute activité liée à la lave ». Janet Babb, porte-parole du HVO, a déclaré qu’elle ne pouvait commenter l’éventualité d’un déménagement, car des discussions sont en cours à Washington, DC. Le HVO est géré par l’USGS, qui dépend du Département de l’Intérieur aux États-Unis.
Le transfert du HVO à Oahu serait justifié par le fait qu’il existe déjà des installations fédérales sur cette île. OK, mais ce serait vraiment très loin de toute activité volcanique sur la Grande Ile. Affaire à suivre. Je tiendrai au courant de l’évolution de la situation.
Source: Journaux américains.

————————————————-

There have been rumours for some time about a possible relocation of the Hawaiian Volcano Observatory (HVO) from Hawaii Big Island to Oahu. For those who, like me, have visited HVO, such a decision would be a mistake. The Observatory has been located at the Kilauea caldera rim for more than a century and offers a great view on Halema’uma’u Crater. For several years, scientists could observe the behaviour of the lava lake in the Overlook Crater. .

The Observatory confirmed last week that Oahu is one option under consideration for a new home. The reason for the relocation is the heavy damage undergone by HVO during Kilauea’s last eruption. The intense seismic activity has made the structure uninhabitable.

Other options than Oahu include a new site within the National Park or on the University of Hawaii at Hilo campus.

The head of Hawaii County Civil Defence thinks that the Observatory needs to stay on the island “to help with the response to any lava activity”. I do think he is perfectly right. Observatory spokeswoman Janet Babb said she can’t comment on the likelihood of a move because discussions are ongoing in Washington, D.C. The observatory falls under the U.S. Geological Survey, which is part of the U.S. Department of Interior.

A potential move to Oahu as a preferred option would be justified by the fact there are existing federal facilities. OK, but it would be very far from any volcanic activity on the Big Island. I will keep informed about the evolution of the situation.

Source: U.S. newspapers.

Le bâtiment du HVO offrait une vue imprenable sur la caldeira d Kilauea (Photos: C. Grandpey)

Mayotte : Une possible activité volcanique ? // A possible volcanic activity ?

En lisant le Journal de Mayotte du 3 avril 2019, on apprend que « deux scientifiques de la mission de volcanologie ‘Tellus Mayotte’ sont sur le territoire du 3 au 10 avril afin de poursuivre la mission initiée en décembre 2018. Ils vont notamment s’intéresser aux émanations gazeuses observées en Petite Terre, et à l’activité éruptive. »

La mission ‘Tellus Mayotte’ de l’Institut Physique du Globe de Paris (IPGP) était venue fin février déposer 6 sismomètres sous-marins autour de la zone d’épicentre des séismes. Ils devraient être relevés vers le mois de septembre.

Une autre équipe de la mission ‘Tellus Mayotte’ est actuellement sur l’île, avec un chercheur de l’Observatoire Volcanologique du Piton de la Fournaise (OVPF) et une physicienne du Laboratoire Magmas et Volcans de Clermont-Ferrand.

Lors de la récupération des 6 sismomètres dans 6 mois, on devrait en savoir plus sur le phénomène qui secoue et angoisse les mahorais depuis prés de 10 mois.

Les deux scientifiques de la mission ‘Tellus Mayotte’ vont poursuivre les études en cours, avec en particulier le suivi de la composition et de la température des émissions gazeuses constatées en Petite Terre, notamment dans le secteur de la plage de l’aéroport et de la Vigie. L’objectif est d’identifier les sources de ces fluides et de détecter tout changement potentiel, notamment en relation avec l’activité sismique en cours.

Un autre objectif sera « la reconstruction de l’activité éruptive et de sa variabilité spatiale et temporelle. » Autrement dit, il s’agit de constater le volume de matière en fusion émise sur la période. On remarquera ici que, pour la première fois, on parle officiellement d’une activité volcanique, ce qui n’avait été jusqu’à présent qu’une hypothèse émise par la mission le mois dernier.

Affaire à suivre, mais il serait grand temps que l’on sache ce qui se passe au large de Mayotte.

Source : Journal de Mayotte

 ———————————————–

Reading the Journal de Mayotte of April 3rd, 2019, we learn that « two scientists from the volcanology mission ‘Tellus Mayotte’ are in the territory from April 3rd to 10th to continue the mission initiated in December 2018. They will focus on gaseous emissions observed in Petite Terre, and eruptive activity.  »
The ‘Tellus Mayotte’ mission of the Physical Institute of the Globe of Paris (IPGP) arrived at the end of February to install 6 underwater seismometers around the epicentre zone of the earthquakes. They are expected to be picked up around September.
Another team of the ‘Tellus Mayotte’ mission is currently on the island, with a researcher from the Volcanological Observatory of Piton de la Fournaise (OVPF) and a physicist from the Magmas and Volcanoes Laboratory of Clermont-Ferrand.
After the recovery of the 6 seismometers in 6 months, we should know more about the phenomenon that has shaken and worried the Maorais for nearly 10 months.
The two scientists of the ‘Tellus Mayotte’ mission will continue studies in progress, with in particular the monitoring of the composition and the temperature of the gaseous emissions observed in Petite Terre, in particular in the sector of the beach of the airport and La Vigie . The objective is to identify the sources of these fluids and to detect any potential changes, particularly in relation to the ongoing seismic activity.
Another objective will be « the reconstruction of eruptive activity and its spatial and temporal variability. In other words, it is necessary to note the volume of molten material emitted over the period. It will be noted here that, for the first time, there is officially talk of volcanic activity, which until now had only been a hypothesis emitted by the mission last month.
Well see what happens next, but it is high time we knew what is happening off Mayotte.
Source: Journal de Mayotte.

Carte montrant l’emplacement des six sismomètres sous-marins (petits carrés) autour de la zone d’épicentre (Source : IPGP)

La fonte des glaciers islandais // The melting of Icelandic volcanoes

L’Islande est l’un des pays où la fonte des glaciers est la plus évidente et la plus préoccupante.
Le pays compte 269 glaciers, depuis la vaste calotte glaciaire du Vatnajökull jusqu’au célèbre Eyjafjallajökull qui domine la côte sud, en passant par le très populaire Snæfellsjökull. Ils sont étudiés et contrôlés par de nombreux organismes qui transmettent leurs données au Met Office islandais.
Depuis le milieu des années 1990, on observe quasiment partout en Islande une perte d’épaisseur des glaciers et la plupart d’entre eux connaissent également une perte de volume presque chaque année. L’un des exemples les plus frappants est le Sólheimajökull, une langue glaciaire du Mýrdalsjökull qui avance jusqu’à quelques kilomètres seulement de la Route n°1. Le glacier a reculé d’environ 1,5 km depuis 1930 ; ce chiffre représente la moyenne de recul des glaciers dans l’ensemble de l’île. La surface totale couverte par les glaciers en Islande a diminué d’environ 2 000 kilomètres carrés depuis la fin du 19ème siècle. Le pays perd actuellement environ 40 kilomètres carrés de glace par an, ce qui n’est pas rien !
Ainsi, parmi les glaciers islandais, l’Okjökull a disparu en 2014. Ce n’était pas le premier glacier à connaître un tel sort. Selon certaines estimations, au moins dix autres glaciers auxquels un nom a été donné ont déjà rendu l’âme, ainsi que de nombreux autres qui n’ont pas reçu de noms.
Pour expliquer la disparition des glaciers en Islande, certains se plaisent à rappeler que l’histoire du pays – comme celle de notre planète – montre une alternance de périodes froides et chaudes et que cela a toujours existé. Cependant, d’autres observateurs affirment que le réchauffement climatique anthropique a atteint aujourd’hui une telle ampleur que le climat de l’île ne se situe plus dans le cadre des variations naturelles.
La liste des conséquences liées à la fonte des glaciers inclut l’isostasie, un processus par lequel la réduction de la glace retire du poids à la croûte terrestre, ce qui provoque une lente élévation du sol. Dans la région du Vatnajökull, cela aura des conséquences considérables pour les populations locales. Comme je l’indique lors de ma conférence «Glaciers en péril», on constate déjà une hausse significative du sol autour du port de Höfn, dans le sud de l’Islande. Le sol se soulève d’un ou deux centimètres par an. Sur un siècle, cette hausse est substantielle et peut atteindre un, voire plusieurs mètres. Cela signifie que le port va connaître  des problèmes au fur et à mesure que l’océan près de la côte va devenir moins profond. Il est probable que dans quelques décennies, certains navires ne seront plus en mesure d’entrer dans le port. Dans la plupart des pays, les gens s’inquiètent de l’élévation du niveau de la mer, mais dans cette région de l’Islande, la terre monte plus vite que l’océan et la mer se retire.
Selon certains géologues, la déglaciation pourrait entraîner une augmentation de l’activité volcanique, avec davantage d’éruptions. En effet, lorsque le poids de la glace est moindre, il se produit modification du point de fusion du magma dans le manteau supérieur et une production légèrement accrue de magma. Cela pourrait augmenter le volume de magma qui remonte vers la surface. En conséquence, la réduction des glaciers pourrait entraîner une augmentation notable du potentiel éruptif des volcans islandais. Cependant, une telle augmentation de l’activité éruptive n’a pas encore été observée.
Avec la fonte des volcans islandais, volcanologues et géologues vont perdre les traces des éruptions du passé. En effet, quand il y a de la cendre dans le glacier, on peut dire de quelle éruption il s’agit. Il y a de l’histoire dans les glaciers. Lorsque l’on fore la glace, on peut obtenir des informations sur les conditions météorologiques au cours des siècles. Le glacier est comme un livre riche en informations, et nous perdons des pages chaque année.
En fondant, les glaciers islandais révèleront également l’histoire de l’île, il y a des millénaires. Par exemple, un jour ou l’autre, les touristes apprendront qu’il existait autrefois une forêt là où se trouve le magnifique Jökulsárlón. Le fragment d’un vieil arbre découvert dans une grotte de glace proche du site a révélé un âge de 3000 ans. Cela signifie qu’à cette époque, le glacier était beaucoup plus petit qu’il ne l’est aujourd’hui et qu’il se développait au-dessus d’une forêt.
Il ne fait aucun doute que les glaciers continueront de fondre en Islande au cours des prochaines décennies. Ils révéleront de nouveaux paysages, mais aussi des secrets inattendus de l’île…

Inspiré d’un article paru dans Newsweek.

——————————————————

Iceland is one of the countries where glacier melting is the most obvious and the most worrying.

The country has 269 named glaciers, from the vast ice cap of Vatnajökull to the famously volcanic Eyjafjallajökull overlooking the south coast, and the much-admired Snæfellsjökull. They are studied and monitored by numerous organisations which send their data to the Icelandic Met Office.

Since the mid-1990s, rapid thinning has been a near universal trend in Iceland’s glaciers, with the large majority decreasing in volume almost every year. One of the most well-known cases is Sólheimajökull, a glacier tongue of Mýrdalsjökull that winds its way down to within a few kilometres of Route One. The overall retreat of the glacier since 1930 has been around 1.5 km, and this is a typical magnitude of the retreat. Iceland’s total glacier-covered area has shrunk by roughly 2000 square kilometres since the end of the 19th century. The country now loses about 40 square kilometres annually, which is quite significant.

Along the Icelandic glaciers, Okjökull glacier died in 2014. It was not the first glacier to pass away. Some estimates say that up to ten named bodies of ice have previously expired, along with countless more that were unnamed.

To explain the disappearance of glaciers in Iceland, some people remind us that the history of the country shows alternating cool and warm periods and this has always been the case. However, other observers affirm that anthropogenic, man-made global warming is now of such a magnitude that it is pulling the island’s climate outside of the natural variations.

The list of projected consequences includes isostasy, a process whereby reduced ice removes weight from the earth’s crust, causing the land to slowly rise. Around Vatnajökull, this will have considerable consequences for local people. As I indicate during my conference “Glaciers at risk”, one can already see a substantial rise in the land around Höfn in southern Iceland. It is rising by one or two centimetres a year. Over a whole century this rise is substantial, a metre, or even several metres. This means the harbour will become worse as the ocean near the coast becomes shallower. It is likely that in a few decades some ships will no longer be able to enter the port. In most countries, people are worried about sea level rise, but in this region of Iceland, the land is rising faster than the ocean, so the sea is retreating.

According to some geologists, deglaciation might lead to increased volcanic activity, which is expected to result in more eruptions. Indeed, when the weight of ice is reduced, there is a change in the melting point of magma in the upper mantle, and a somewhat increased production of magma. This might increase the volume of magma that comes to the surface. As a consequence, the reduction of glaciers might lead to a noticeable increase in the eruption of Icelandic volcanoes. However, such an increase has not been observed yet.

With the melting of Icelandic volcanoes, volcanologists and geologists will lose the traces of the eruptions of the past. Indeed, when there is ash in the glacier, you can tell what eruption it was from. There is history in the glaciers. When you drill into the ice, you can get information about weather patterns over the centuries. The glacier is like a book full of information, and we are losing pages every year.

While melting, the glaciers in Iceland will also reveal the past history of the island, as far as millenia ago. For instance, one day or other, tourists will learn that there used to be a forest where Jökulsárlón is now. A piece of an old tree found in a cave close to the site has revealed an age of 3,000 years.  This means that by that time the glacier was much smaller than it is today, and it grew over a forest.

There is little doubt the glaciers will keep melting in Iceland in the coming decades, revealing new landscapes and unexpected secrets of the island…

After an article published  in Newsweek.

Images extraites du CD de 160 photos qui accompagne mon dernier livre « Glaciers en Péril ».

Etna et Stromboli (Sicile) : Niveau d’alerte Vert mais vigilance conseillée // Alert level Green but caution advised

La Protection Civile sicilienne indique que le niveau d’alerte des volcans Etna et Stromboli est actuellement au VERT. Il a été établi sur la base des évaluations formulées lors d’une réunion qui s’est tenue le 29 mars 2019.

Pour l’Etna, le niveau d’alerte était passé du Vert au Jaune en septembre 2018, pour le Stromboli en décembre. Le niveau d’alerte Vert – valable pour les deux volcans – correspond pour le Stromboli à la persistance d’une activité strombolienne normale. S’agissant de l’Etna, on a affaire à une activité qui se caractérise par un dégazage et / ou des explosions intermittentes au niveau des cratères sommitaux, avec possibilité de nuages ​​de cendre à dispersion rapide.

Il convient de garder à l’esprit que certains comportements des deux volcans siciliens sont complètement imprévisibles. En conséquence, même lorsque le niveau d’alerte est Vert, le risque n’est jamais absent. On peut assister à des variations totalement inattendues de l’activité.

Source : Direction de la Protection Civile.

————————————————

The Sicilian Civil Defense indicates that the alert level for Etna and Stromboli volcanoes is currently at GREEN. It was based on the assessments that were made at a meeting on March 29, 2019.
For Etna, the alert went from Green to Yellow in September 2018, for Stromboli in December. The Green alert level – valid for both volcanoes – is linked for Stromboli to persistent Strombolian activity of ordinary intensity. With regard to Etna, this is an activity characterized by degassing and / or intermittent explosions at the summit craters, with the possibility of rapidly dispersing ash clouds.
It should be borne in mind, however, that some phenomenologies of the two volcanoes are completely unpredictable and sudden. As a result, even when the alert level is Green, the risk is never absent. Sudden and unexpected variations in activity can occur.
Source: Civil Defense.

Photos: C. Grandpey