Un nouveau Mauna Loa bientôt en Islande? // A new Mauna Loa soon in Iceland?

Voici une nouvelle prévision des volcanologues islandais ! Après avoir dit que la sismicité dans la Péninsule de Reykjanes pourrait – ou ne pourrait pas – déboucher sur une éruption; après avoir affirmé que l’éruption actuelle serait courte – puis qu’elle durerait longtemps – l’un d’eux prévoit maintenant que la lave très fluide qui s’écoule lentement dans la Geldingadalur pourrait finir par former un volcan bouclier semblable au Mauna Loa à Hawaii !

Cela fait seulement neuf jours que l’éruption a commencé avec un débit estimé entre 5 et 7 mètres cubes par seconde. Un professeur de volcanologie à l’Université d’Islande compare l’éruption actuelle à celle du Pu’u’O’o à Hawaii, qui a commencé en 1983 et a duré 35 ans. [A noter que les éruptions du Kilauea à Hawaii présentent des débits éruptifs qui n’ont rien à voir avec le petit débit de l’éruption actuelle en Islande]. Selon le professeur, «l’éruption peut se terminer demain ou elle peut encore durer quelques décennies.» (On appréciera la finesse de la prévision !) Il ajoute : « Si l’éruption continue, le volcan pourrait finir par devenir un volcan bouclier. » Il est bon de rappeler que les volcans boucliers sont des volcans à pente douce, souvent de très grandes dimensions, qui se forment sur de très longues périodes. Dire que l’éruption actuelle pourrait devenir un volcan bouclier après seulement quelques jours d’activité ne rime à rien ! Comme me disait ma mère quand j’étais môme, «quand on n’a rien à dire, on se tait!»

Pour le moment, une seule prévision reste valable: l’éruption a déjà attiré de nombreux visiteurs (environ 10 000 en un week-end) et il en attirera des milliers d’autres si elle continue.

Source: Iceland Review.

A titre de comparaison, l’éruption du Mauna Loa en 1950 a duré 23 jours et a émis 376 millions de mètres cubes de lave.

On a estimé que le volume de lave émis pendant les 22 jours d’éruption du Mauna Loa en 1984 a atteint 220 millions de mètres cubes.

En 2018 le débit de lave au niveau de la seule Fissure 8 pendant l’éruption du Kilauea a été estimé entre 50 et 150 mètres cubes par seconde selon les jours. Rien à voir, donc, avec le débit de l’éruption actuelle en Islande.

—————————————–

Here is a new prediction by Icelandic volcanologists. After saying the seismicity in the Reykjanes Peninsula might – or might not – lead to an eruption; after affirming the current eruption would be a short one – and then a long one – they now predict that the slow-flowing, highly fluid lava emitted in Geldingadalur could potentially form a shield volcano, like Hawaii’s Mauna Loa.

The eruption has now been ongoing for nine days with a steady rate of flow between 5-7 cubic metres per second. A volcanology professor at the University of Iceland compared the current eruption to that of Pu’u ‘O’o in Hawaii, which began in 1983 and lasted 35 years. “It could end tomorrow or it could still be going in a few decades.” (This is a highly reliable prediction!) The professor added: “If the volcano continues to erupt it could end up being categorised as a shield volcano.”

We are reminded that shield volcanoes are gently-sloping, often large volcanoes, usually formed over long periods of time. Saying the current eruption might become a shield volcano after only a few days’ activity is sheer nonsense! Like my mother used to tell me when I was a baby, “if you have nothing to say, you shut your mouth!”

For the moment, one prediction is clear: the eruption is very popular; it has already attracted many visitors (about 10,000 in one week-end) and it will draw thousands more if it goes on.

Source: Iceland Review.

As a comparison, the Mauna Loa 1950 eruption lasted for 23 days and erupted 376 million cubic metres of lava,

The volume of lava emitted during the 22-day eruption of Mauna Loa in 1984 was estimated at 220 million cubic metres.

In 2018, the lava output at Fissure 8 alone during the Kilauea eruption was estimated between 50 and 150 cubic metres per second depending on the day. Th current Icelandic eruption cannot rival with these figures.

Geldingadalur : Une éruption à faible débit

5 réflexions au sujet de « Un nouveau Mauna Loa bientôt en Islande? // A new Mauna Loa soon in Iceland? »

  1. Bonsoir,
    Iceland Review est un site anglophone avant tout destiné aux étrangers qui s’intéressent à l’Islande, c’est noyauté par l’industrie du tourisme à mon avis.

    Iceland Monitor fait paraître le lendemain ou le surlendemain les articles du Morgunbladid qui peuvent le plus intéresser les non-islandais.

    L’éruption était raisonnablement replacée dans son contexte ce matin sur le Morgunbladid, on apprend que si volcan bouclier il y a, il y en a eu beaucoup d’autres par le passé, y compris des petits dans le Reykjanes. Ce ne sera sans doute pas du même acabit que le Skjalbreidur où l’éruption a dû durer entre 250 et 500 ans selon les estimations.
    On apprend aussi des choses sur le flux de lave et sa composition assez étonnante, le Monitor risque de bientôt livrer cet article…

    J'aime

    1. Bonsoir,
      Merci pour ces informations. J n’ai rien contre les volcans boucliers, mais faire des références au Mauna Loa ou au Kilauea à propos de l’Islande n’est pas très adroit. Ce n’est pas demain que l’éruption dans la Geldingadalur avec ses 5 ou 10 mètres cubes seconde va donner naissance à un volcan de 4000 mètres d’altitude, ni même de 1500 mètres. L’éruption durera le temps que se vide le dyke, ce qui à mon avis va prendre un peu de temps car il y avait un joli volume de magma stocké dans les profondeurs. Tant mieux pour le tourisme sur l’île, même si les étrangers se font rares.
      Amitiés.
      Claude Grandpey

      J'aime

      1. Tout à fait d’accord avec vous.

        Vous avez sans doute remarqué ma passion pour cette île mais ça ne m’empêche pas d’être sceptique à propos de l’emballement de certains médias qui voient de l’exceptionnel partout.

        J’ai trouvé très intéressante à observer les différentes phases de remontée du magma, peut-être pourra-t-on retenir des choses sur les mécanismes en œuvre dans le Reykjanes.

        Ne trouvant la réponse nulle part, j’aimerais vous poser deux questions :

        1/ le point chaud est-il la cause de n’importe quelle éruption ayant lieu en Islande ? La simple action de la dorsale peut-elle être considérée comme suffisante dans certains cas ?
        Pour ma part je croyais que pour le Reykjanes le point chaud n’entrerait pas en ligne de compte.

        2/ Moins depuis l’éruption, mais les sismologues préviennent d’un risque de séisme important sous les Brennisteinsfjoll. Sur quoi peuvent-ils bien se baser ? Les lignes de fracture du sous-sol ? L’historique de la région ?

        Merci comme toujours pour la qualité des articles sur votre blog,

        Benoît Rioland

        J'aime

      2. Bonjour Benoît,
        J’ai très vite compris votre attachement à l’Islande, un pays que j’aime beaucoup et où je me suis rendu plusieurs fois. S’agissant du point chaud en Islande, c’est une donnée relativement récente. Plutôt que « point » chaud qui est une notion limitée dans l’espace, je parlerais plutôt en Islande de zone chaude correspondant à une remontée du magma depuis le manteau supérieur. Cette notion de point chaud doit être associée au phénomène d’accrétion au niveau de la dorsale médio-atlantique. En s’écartant, les plaques tectoniques facilitent la remontée du magma qui finit par percer la surface. Pour répondre à votre question, je pense que la zone chaude est à la base de bon nombre d’éruptions en Islande. Je ne connais pas de littérature scientifique qui ait proposé de délimiter la zone chaude, une tâche qui me semble quasi impossible. Au vu de l’éruption actuelle, la péninsule de Reykjanes est concernée.

        Comme je le dis très souvent, nous ne savons pas prévoir les séismes (et pas trop les éruptions non plus). Pour proposer un embryon de prévision, les scientifiques s’appuient sur les événements du passé. Je ne connais pas l’histoire sismique de l’Islande, mais je suppose que la zone que vous mentionnez a été secouée par des séismes dans le passé. A l’échelle de la planète, on connait beaucoup de zones potentiellement sismiques, mais il est impossible de dire quand se produira le prochain événement significatif, voire destructeur.

        J’espère avoir répondu à vos questions.
        Cordialement,
        Claude Grandpey

        J'aime

  2. Merci Claude, oui j’ai l’impression d’y voir plus clair.
    Je crois que je vais m’imaginer sous l’Islande un point chaud dans la zone chaude, ça me plaît bien.

    Amicalement,
    Benoît Rioland

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.