Toujours plus chaud ! // Warmer and warmer !

Alors que l’on attend les dernières statistiques globales de température pour 2017, des informations intéressantes arrivent sur les premiers jours de janvier 2018. 47.3°C ont été enregistrés à Sydney (Australie) le 8 janvier 2017. Dans le même temps, la température matinale ce même jour à Ajaccio (Corse / France) était de 21°C, un nouveau record. De nombreux bulletins d’information se concentrent actuellement sur la vague de froid au Canada et dans certaines parties des États-Unis, mais la vérité est que le réchauffement climatique affecte encore largement la planète. 20°C ont été enregistrés en Sibérie le dernier jour de 2017! Les abondantes chutes de neige dans les Alpes ne signifient pas que le temps est plus froid; cela signifie que de l’air humide est entré en contact avec l’air normalement froid qui règne sur les montagnes en cette saison.
Décembre 2017 a été le mois de décembre le plus chaud jamais enregistré en Alaska. Selon le dernier rapport de la NOAA, la température moyenne en l’Alaska en décembre était de -7,2°C, soit 8,7°C de plus que la moyenne du 20ème siècle. Les records pour l’Alaska remontent à 1925. Le rapport a également constaté que 2017 a été la troisième année la plus chaude enregistrée aux États-Unis depuis le début des relevés en 1895. L’année dernière a également été la septième année la plus chaude en Alaska. Les quatre dernières années font toutes parties des sept plus chaudes jamais enregistrées.
Dans les localités du district de North Slope, le long de l’Océan Arctique, chaque jour de décembre a connu des températures supérieures à la normale.
Selon la NOAA, 2017 a été l’année la plus chaude de tous les temps dans cinq États américains : l’Arizona, la Géorgie, le Nouveau-Mexique, la Caroline du Nord et la Caroline du Sud.

Sources : NOAA, National Weather Service.

————————————-

While we are waiting for the latest global temperature statistics for 2017, some interesting information is arriving about the first days of January 2018. 47.3°C were recorded in Sydney (Australia) on January 8th 2017. Meantime, the morning temperature on that same day in Ajaccio (Corsica / France) was 21°C, a new record. Many news bulletins are currently focusing on the cold snap in Canada and parts of the U.S. but the truth is that global warming is still largely affecting the planet. 20°C were recorded in Siberia on the last day of 2017! The very heavy snowfall in the Alps does not mean that the weather is colder; it means that humid air came into contact with the normally cold air that prevails on the mountains in this season.

December 2017 was the warmest December on record in Alaska. According to the latest NOAA report, Alaska’s average temperature in December was -7.2°C, 8.7°C above the 20th century average. Records for Alaska go back to 1925. The report also found that 2017 was the third warmest year on record for the U.S. as a whole since record-keeping began in 1895. Last year was also the seventh warmest year in Alaska on record. The last four years are all in the top seven warmest on record.

In the North Slope communities along the Arctic Ocean, every single day of December had temperatures above normal.

Five U.S. states had their warmest year on record in 2017: Arizona, Georgia, New Mexico, North Carolina and South Carolina, according to NOAA.

Sources : NOAA, National Weather Service.

Publicités

3 réflexions au sujet de « Toujours plus chaud ! // Warmer and warmer ! »

  1. Re-bonjour Claude,
    Concernant la quantité de vapeur d’eau contenue dans l’atmosphère et sa variation, deux arguments sont parvenus à me titiller l’ouïe. Le premier consiste à prétendre que cette quantité n’est pas mesurée, à la différence du CO2 (Merci le Scripps) et qu’il est impossible donc d’en appréhender la variation, ni saisonnière ni historique. Le second est de dire que l’apport de vapeur est totalement et systématiquement compensé par la formation de précipitations, et l’humidité atmosphérique est donc stable. L’une de ces approches étant réaliste et l’autre théorique, il semblerait que personne ne souhaite véritablement se « mouiller » avec cette flotte. Or, et ces bien le fond de ma pensée, la vapeur d’eau, si je ne m’abuse, est bien le premier des gaz à effet de serre sur la planète, et son volume représente 14% du volume total de l’atmosphère, contre 0.04% pour le CO2. A votre avis, ne serait-il pas judicieux que l’on se penchât quelque peu sur cette mesure, qui doit bien quelque part impacter le réchauffement global. J’ai malheureusement un peu décroché à la lecture du dernier rapport du GIEC (Dont on ne sait vraiment pas s’il existe encore) qui m’avait un peu endormit. Toujours est-il que maintenant bien éveillé je repars à la chasse à l’info, auriez-vous eu « vent » d’une quelconque avancée dans ce domaine. Etant donné qu’apparemment, aborder cette question à un puissant effet soporifique sur son interlocuteur, il vous suffira de cligné d’un œil et je comprendrais « oui » et des deux pour « non ».
    Restons simples
    Re-merci
    Pierre Chabat

    J'aime

    1. Re-bonjour Pierre,
      Au risque de vous décevoir et de vous endormir, je n’ai pas eu vent de récentes mesures de la vapeur d’eau atmosphérique et de son effet sur le réchauffement climatique. Peut-être aurons-nous plus de détails dans les prochains jours lorsque les données globales concernant l’année 2017 seront communiquées. Wait and see, comme on dit de l’autre côté de la Manche.
      Claude Grandpey

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s