Eruption du Rinjani (Indonésie) // Eruption of Mt Rinjani (Indonesia)

drapeau-francaisSelon la presse japonaise, au moins 389 randonneurs, parmi lesquels 333 étrangers, pourraient encore se trouver sur le Rinjani qui est entré en éruption mardi après-midi. A l’intérieur de la caldeira, le Barujari est entré en éruption à 15 heures (heure locale) avec un panache de cendre qui est monté jusqu’à 2 km de hauteur.
Le niveau d’alerte a été élevé à 2 (Waspada).
Suite à cet événement,le VSI a recommandé aux personnes vivant sur les pentes du Rinjani, ainsi qu’aux touristes, de ne pas se livrer à des activités à l’intérieur de la caldeira et dans un rayon de 3 km du cratère du Barujari.
L’éruption n’a pas affecté les deux aéroports de Lombok et de l’aéroport international de Bali, mais les compagnies aériennes australiennes Virgin Air et Jetstar ont annulé des vols en provenance et à destination de Bali.

Source : The Japan Times.

———————————–

drapeau-anglaisAccording to the Japanese newspapers, at least 389 climbers, including 333 foreigners, might be still on Mount Rinjani that erupted Tuesday afternoon. Indide the Rinjani caldeira, Mount Barujari erupted at 3 p.m. local time Tuesday, spewing volcanic ash as high as 2 km into the air.

The alert level was raised to 2 (Waspada).

VSI has recommended people living on the slopes of Rinjani and visitors or tourists not to do any activities inside the caldera of Mount Rinjani and within the radius of 3 km from the crater of Barujari.

The eruption has not affected Lombok’s two airports and Bali’s international airport, but Australian airlines Virgin Air and Jetstar have canceled flights to and from Bali.

Source : The Japan Times.

rinjani-3

rinjani

Caldeira du Rinjani avec le cône du Barujari. (Crédit photo: Wikipedia).

Capotes islandaises… // Icelandic condoms…

drapeau-francaisAvant de quitter leur lieu de vacances, la plupart des touristes aiment acheter des souvenirs qui vont des cartes postales aux porte-clés ou encore aux aimants destinés à orner les portes de réfrigérateurs. Si vous visitez l’Islande, vous serez peut-être tenté d’acheter quelque chose de différent: des préservatifs!
Baptisés «Profitez de notre Nature»,  ce sont des «préservatif de haute qualité en provenance de la terre des explosions ». La marque a été créée par deux designers alors qu’ils étudiaient à l’Académie Islandaise des Arts en 2005-2008.
Les préservatifs – inspirés par la nature islandaise – sont disponibles en six variétés – Geysir, Formation rocheuse, Eruption volcanique, vapeur de Hengill, Þursaborgir, Aurores boréales. On peut les acheter au prix de 7,50 dollars sur le site Web de la société (http://www.enjoyournature.com/products/) et au prix de 9 dollars dans la boutique de Reykjavik.

Que choisiriez vous ? Personnellement, j’hésite entre la fougue du modèle « Eruption volcanique » et le romantisme d’ »Aurores boréales »….

————————————-

drapeau-anglaisBefore leaving a place at the end of their holidays, most people enjoy buying souvenirs ranging from postcards to key rings or fridge magnets. If you visit Iceland, you may be tempted to buy something different: condoms!

Called ‘Enjoy our Nature’, the products have been aptly qualified as “High quality condom from the land of explosion”. The brand was created by two product designers while they were studying at the Iceland Academy of the Arts in 2005-2008.

The nature-inspired condoms are available in six varieties — Geysir, Rock formation, Volcanic Eruption, Hengill steam, Þursaborgir, Northern lights. They are available online and are priced at 7.50 dollars on the company’s website (http://www.enjoyournature.com/products/) and at 9 dollars on Reykjavik’s site.

What would you choose? Personally, I hesitate between the mettle of « Volcanic eruption » and the romanticism of « Northern Lights »…

condoms

Le changement climatique menace les réserves gazières russes // Climate change threatens Russian gas reserves

drapeau-francaisC’est bien connu : la plupart des pays s’inquiètent vraiment du changement climatique quand des intérêts économiques ou financiers sont en jeu ; les populations viennent après. La Russie est un parfait exemple de cette approche dans la péninsule de Yamal, dans le nord de la Sibérie. Ce territoire s’étire sur environ 700 km ; il est bordé à l’ouest pas la Mer de Kara et à l’est par le Golfe d’Ob. La péninsule de Yamal recèle la majeure partie des réserves de gaz naturel russes, estimées à 20 milliards de tonnes dans l’Arctique russe.

Le problème à l’heure actuelle, c’est que les effets du changement climatique pourraient être catastrophiques pour la péninsule de Yamal. La hausse des températures accélère la fonte du permafrost, ce qui représente une menace pour les infrastructures locales. De plus, la hausse du niveau de la mer risque fort de faire disparaître la péninsule sous l’eau. Au cours des dernières années, plusieurs grosses compagnies pétrolières russes ont investi des sommes colossales dans l’exploitation du gaz naturel de Yamal. Aujourd’hui, ces compagnies font le forcing pour acquérir des licences afin d’exploiter le gaz le plus vite possible, pendant qu’il en est encore temps.

Source : The Barents Observer.

————————————-

drapeau-anglaisMost nations worry about climate change when their economic and financial interests are at stake. The populations come next. Russia is currently giving a good example of such an approach. The story is about the Yamal Peninsula in northern Siberia. It extends roughly 700 km and is bordered principally by the Kara Sea on the west and the Gulf of Ob on the east. The peninsula and surrounding areas hold the largest part of Russia’s gas resources which are estimated at 20 trillion cubic meters in the Russian Arctic.

The problem today is that the effects of climate change could be devastating for the Yamal Peninsula. Higher temperatures in the area accelerate the melting of the permafrost and consequently threatens local infrastructure. In addition, a higher sea level will ultimately put the flat peninsula under water. Several of Russia’s major petroleum companies have over the last years invested big sums in Yamal field development. Most of them today are rushing to get exploitation licenses in order to make the most of these gas resources as fast as possible.

Source : The Barents Observer.

yamal