Fuego (Guatemala)

drapeau-francaisDans son dernier bulletin du 14 avril, l’INSIVUMEH indique que le 6ème épisode éruptif du Fuego pour l’année 2016 est maintenant terminé, comme on peut le voir sur le graphique ci-dessous. Le 13 avril, le volcan a été secoué par des explosions stromboliennes avec des fontaines de lave atteignant parfois 400 mètres de hauteur et une coulée qui a avancé sur 2 km dans la ravine Las lajas. Le panache de cendre atteignait une altitude de 5,5 km. Comme souvent, les explosions ont généré des ondes de choc ressenties à plusieurs kilomètres de distance.

————————————

drapeau-anglaisIn its latest update, INSIVUMEH indicates that Fuego’s sixth eruptive episode this year is now over, as can be seen on the graph below. On April 13th the volcano was shaken by strombolian explosions with lava fountains as high as 400 m, and a lava flow as long as 2 km into the Las Lajas drainage. The accompanying ash plume ash plume rose up to 5,500 m a.s.l. The explosions produced shock waves that could be felt several kilometres away.

Fuego 13 avril

Source: INSIVUMEH

Puissant séisme dans la région de l’Aso (Japon) // Powerful earthquake in the Mt Aso area (Japan)

drapeau-francaisUn séisme de magnitude M 6.4 (après avoir été estimée à M 7) a frappé la ville de Kumamoto et ses environs sur l’île de Kyushu jeudi soir à environ 21h26. L’étendue des dégâts reste à déterminer, mais il est déjà fait état de bâtiments endommagés et de personnes blessées. Aucune alerte tsunami n’a été déclenchée.
Une forte réplique a frappé la région vers 22h07. Des répliques plus faibles ont également suivi.
L’Agence Météorologique Japonaise a déclaré que l’hypocentre du séisme se trouvait à une dizaine de km de profondeur.

Le trafic sur la ligne du Kyushu Shinkansen a été suspendu.

Après le séisme, la compagnie Kyushu Electric Power a déclaré qu’aucune anomalie n’avait été détectée dans la centrale nucléaire de Sendai, dans la préfecture de Kagoshima. La recherche de dégâts possibles est en cours. Shikoku Electric Power a indiqué que la centrale nucléaire d’Ikata, qui est actuellement à l’arrêt, n’a subi aucun dégât pendant le séisme

Selon l’agence météorologique, le séisme de Kumamoto est le premier événement d’une magnitude M 7 enregistré depuis le grand séisme qui a fait d’énormes dégâts dans la région de Tohoku en mars 2011.

La zone frappée par le séisme se trouve à quelques dizaines de kilomètres de l’Aso. Bien que le lien entre séismes et éruptions volcaniques n’ait jamais été prouvé, le volcan doit être surveillée attentivement.
Source: The Japan Times.

———————————-

drapeau-anglaisAn M 6.4 earthquake struck Kumamoto Prefecture and surrounding areas in Kyushu Thursday evening at around 9:26 p.m. The extent of damage was not immediately clear, but reports of damaged buildings and injuries are slowly coming in. There has been no tsunami warning.

A strong aftershock struck the same region at around 10:07 p.m. Weaker aftershocks also followed.

The Japan Met Agency said the earthquake is believed to have struck at a depth of 10 km. All operations on the Kyushu Shinkansen Line were suspended following the quake.

Following the quake, Kyushu Electric Power Co. said it found no abnormalities in its Sendai nuclear plant in Kagoshima Prefecture. The operator said it is further looking into any possible damage. Shikoku Electric Power Co. said its Ikata nuclear plant, which is currently idled, sustained no damage from the quake.

According to the weather agency, the Kumamoto quake is the first intensity-7 quake since the Great East Japan Earthquake that wreaked havoc in the Tohoku region in March 2011.

The area struck by the earthquake lies a few tens of kilometres from Aso volcano. Although the link between such earthquakes and volcanic eruptions has never been proved, the volcano needs to be carefully monitored.

Source: The Japan Times.

Japon

On peut voir sur cette carte la ville de Kumamoto, avec le Mont Aso à l’est. Plus au sud de l’île de Kyushu, on distingue Kagoshima et le Sakurajima tout proche (Source: Google Map).

Vue informatique du séisme du 24 janvier 2016 à Anchorage // Computer view of the 24 January 2016 Anchorage earthquake

drapeau-francaisLa partie sud-ouest de l’Alaska a été secouée par un violent séisme de magnitude M 7.1 aux premières heures du dimanche 24 janvier 2016 (voir ma note du 25 janvier), avec la destruction de quatre maisons sur la péninsule de Kenai et un mouvement de panique dans toute la région. Le séisme s’est produit à 1h30 (heure locale) sur la rive ouest de Cook Inlet, à environ 105 km à l’ouest de Homer et à environ 260 km au sud-ouest d’Anchorage, à une profondeur de 120 km. Il a duré une trentaine de secondes et a été ressenti jusqu’à Juneau et Fairbanks.

Une vidéo de l’USGS montre de manière amplifiée la réaction, et surtout la résistance à ce séisme, du Robert B.Atwood Building, un édifice célèbre du centre-ville d’Anchorage.
https://youtu.be/Nt0m5JWa62w

La vidéo propose une transposition informatique des mouvements de cet immeuble situé à l’angle de West Seventh Avenue et F Street. Ils sont amplifiés 300 fois à des fins d’étude. Le but est de montrer les contraintes que doit supporter un bâtiment, tant au niveau de la translation – nord, sud, est, ouest – que de la torsion. Bien que les mouvements soient amplifiés dans la vidéo, la durée est conforme à celle enregistrée par les sismographes pendant l’événement.
Les sismologues étudient également les mouvements de deux autres bâtiments d’Anchorage : l’hôtel Hilton et le Frontier Building à l’angle de 36th Avenue et A Street. Aucun d’entre eux n’a été endommagé pendant le séisme.

Sources: USGS / ADN.

————————————–

drapeau-anglaisSouthcentral Alaska was rocked by a strong and prolonged M 7.1 earthquake early Sunday January 24th 2016 (see my note of January 26th), destroying four homes on the Kenai Peninsula and causing panic throughout the region. The quake struck at 1:30 a.m (local time) on the west side of Cook Inlet, about 105 km west of Homer and about 260 km southwest of Anchorage, at a depth of 120 km. It was felt from Juneau to Fairbanks.

A video from the U.S. Geological Survey offers an amplified look at how one of downtown Anchorage’s landmark structures weathered the event.

https://youtu.be/Nt0m5JWa62w

The video depicts computer-generated movements of the Atwood Building at West Seventh Avenue and F Street. They are magnified 300 times for study purposes. The aim is to show the actual motions that a building can have, which is translational — north, south, east, west — and then torsional. Although the motion in the video is magnified, how long the Atwood moves in the clip is unchanged from the day of the quake.

The seismologists are also examining the movements of two other Anchorage buildings during the quake, including the Anchorage Hilton and the Frontier Building at 36th Avenue and A Street. None of them were damaged during the quake.

Sources : USGS / ADN.

Atwood

Robert B. Atwood Building dans le centre-ville d’Anchorage (Crédit photo: Wikipedia)

L’IAVCEI et le rôle des scientifiques en contexte éruptif // IAVCEI and the scientists’part in eruptive situations

drapeau-francaisL’Association Internationale de Volcanologie et de Chimie de l’Intérieur de la Terre (IAVCEI) a récemment publié un document intitulé Vers des lignes directrices de l’IAVCEI sur les rôles et les responsabilités des scientifiques impliqués dans l’évaluation  et la gestion des risques volcaniques, ainsi que la réponse aux crises. Il peut être lu à cette adresse, en utilisant le bouton «Télécharger PDF» sur la page:
http://iavcei.us7.list-manage.com/track/click?u=1285967088bec9dad5716099a&id=bb0d9fc90d&e=077f3f6a29

Voici la traduction du préambule de ce document :

L’Association Internationale de Volcanologie et de Chimie de l’Intérieur de la Terre (IAVCEI), en tant qu’association internationale représentative des scientifiques travaillant sur l’évaluation et la gestion des risques volcaniques, favorise une discussion ouverte au sein de la communauté scientifique à propos de nombreux sujets tels que :
* La meilleure façon de comprendre et de prévoir l’activité volcanique, les risques associés, et de contribuer à l’évaluation des risques;
* Les rôles et responsabilités dévolus aux scientifiques avant, pendant et après les crises;
* La nature des relations des scientifiques avec les autorités gouvernementales, les populations à risque, et les médias;
* La manière et l’ampleur de l’implication des scientifiques dans les processus qui conduisent les autorités à prendre des décisions, le degré de responsabilité ou de vulnérabilité des scientifiques dans les conséquences de ces décisions, et la façon dont l’apport des scientifiques peut être perçu et jugé par autrui;
* Le rôle de la culture nationale et locale et la perception du risque à la fois dans la politique de communication et de gestion des risques;
* L’efficacité des descriptions de phénomènes volcaniques prévus, les risques associés, et leurs incertitudes connexes;
* La meilleure façon d’augmenter la sensibilisation, la préparation et l’autonomisation des individus et de la société dans son ensemble, afin de réduire l’impact des phénomènes volcaniques sur la société.

En particulier, IAVCEI, en tant qu’organisme moderne, veut offrir à travers ses médias (son site Web, ses archives, ses documents, ses notes de recommandation) du matériel d’information susceptible d’aider ses membres et d’autres personnes à remplir ces rôles et assumer ces responsabilités. En particulier, les scientifiques ont un rôle à jouer dans la protection des populations et des sociétés contre les dommages causés par des phénomènes volcaniques, dans le cadre de la prise de conscience des besoins et des divers contextes culturels. En outre, l’IAVCEI veut développer des structures au sein desquelles les relations et la communication avec les communautés locales, les médias et les autorités peuvent être encouragées et améliorées.

———————————–

drapeau-anglaisThe International Association of Volcanology and Chemistry of the Eart’s Interior (IAVCEI) has recently released a document entitled Toward IAVCEI guidelines on the roles and responsibilities of scientists involved in volcanic hazard evaluation, risk mitigation, and crisis response that can be read at this address, using the “Download PDF” button on the page:

http://iavcei.us7.list-manage.com/track/click?u=1285967088bec9dad5716099a&id=bb0d9fc90d&e=077f3f6a29

Here is the foreword:

The International Association for Volcanology and Chemistry of the Earth’s Interior (IAVCEI), as the representative international association of scientists working on volcanic hazard evaluations and risk mitigation, promotes sustained open discussion within the scientific community of many relevant issues, including the following:

* how to best understand and forecast volcanic activity, the associated hazards, and contribute to risk evaluations;

* the appropriate roles and responsibilities of scientists prior to, during, and after crises;

* the nature of scientists’ relationships with government authorities, populations at risk, and the media;

* the manner and extent of involvement of scientists in processes that eventually lead authorities to make decisions, the extent of the liability or vulnerability of scientists to

the outcomes of these decisions, and the way that scientists’ input may be perceived and judged by others;

* the role of national and local culture and perception of risk in both mitigation policy and communication of hazard and risk;

* the effectiveness of descriptions of forecasted volcanic phenomena and associated hazards, and of their related uncertainties;

* how to best increase the awareness, preparedness and empowerment of individuals, and society as a whole, in order to reduce the impact of volcanic phenomena on society.

In particular, IAVCEI, as a modern learned society wants to offer through its media (e.g., its website, archives, documents, recommendation notes) informative material, which can help members and others to fulfill these roles and responsibilities. In particular, scientists have a role in protecting populations and societies from harm due to volcanic phenomena, within the context of, and being cognizant of, diverse cultural needs and settings. Furthermore, IAVCEI wants to develop frameworks within which relationships and communication with local communities, media, and authorities can be fostered and improved.