Images du Sinabung (Indonésie)

drapeau francaisCela fait plusieurs semaines que le Sinabung montre une activité soutenue avec des panaches de cendre et des coulées pyroclastiques. Des milliers de personnes ont été évacuées. Les images de la situation abondent sur Internet. Voici quelques sites d’agences de presse qui présentent des galeries intéressantes.

 ——————————————

drapeau anglaisMount Sinabung has shown heightened activity over the past weeks with ash plumes and pyroclastic flows. Thousands of residents have been evacuated. One can find lots of images of the situation on the Internet. Here are a few examples of galleries released by press agencies.

http://uk.businessinsider.com/photos-of-mount-sinabung-in-indonesia-erupting-2015-6?op=1?r=US&IR=T

http://edition.cnn.com/2015/06/16/asia/gallery/mount-sinabung-eruption-photos/

http://www.huffingtonpost.com/2015/06/15/mount-sinabung-volcano-photos_n_7586054.html

 

Le Raung (Indonésie) provoque de nouvelles annulations de vols // Mt Raung (Indonesia) causes more flight cancellations

drapeau francaisDes voyages «Spécial Eruption» sont actuellement organisés en France pour aller voir les nuages de cendre du Sinabung en Indonésie, mais c’est le Raung qui provoque le plus de problèmes, avec l’annulation de nombreux vols, en particulier entre l’Australie et l’Indonésie.
Les compagnies aériennes Jetstar et Virgin Australia ont annulé tous les vols en provenance et à destination de Bali aujourd’hui mercredi après que le VAAC de Darwin ait indiqué que les conditions de vol étaient dangereuses.
Les passagers seront informés de l’évolution de la situation par SMS ou e-mail. Ils peuvent aussi communiquer avec le service clientèle des compagnies aériennes.
Les passagers dont les vols sont annulés à la suite de l’activité volcanique peuvent transférer leur réservation à une autre date ou pour une autre destination dans les 30 jours, sans frais, ou obtenir un crédit voyage pour un déplacement ultérieur.
Jetstar va prendre une décision concernant ses vols de mercredi après-midi et informera ses clients dans la foulée.
Garuda Indonesia et Air Asia n’ont pas encore pris de décision..
Les voyageurs à destination de l’Indonésie doivent savoir que les vols intérieurs et internationaux vers d’autres destinations dans le pays peuvent également être affectées à court terme.

 —————————————–

drapeau anglais« Special eruption » journeys are currently organised in France to go and see Mount Sinabung in Indonesia but it is Mount Raung that causes the greatest trouble, with the cancellation of numerous flights, especially between Australia and Indonesia.

Virgin Australia and Jetstar airlines have cancelled all flights to and from Bali today Wednesday after the Volcanic Ash Advisory Centre in Darwin warned flight conditions were unsafe.

Passengers will be advised of new flight details via SMS or email, or they can contact the customer services of the companies.

Passengers whose flights are cancelled as a result of the volcanic activity can change their booking to another date or destination within 30 days without fee, or get a full travel credit.

Jetstar will make a decision on evening flights on Wednesday afternoon and will update customers soon afterwards.

Garuda Indonesia and Air Asia have yet to make any announcements.

Travellers to Indonesia should be aware that domestic and international flights to other destinations in the country may also be affected at short notice.

Raung-blog

Séquence explosive sur le Cleveland (Iles Aléoutiennes / Alaska) // Explosive episode on Cleveland (Aleutians / Alaska)

drapeau francaisUne séquence explosive a été enregistrée sur le Cleveland (Iles Aléoutiennes) hier mardi à 8h17, mais l’Alaska Volcano Observatory (AVO) n’a détecté aucun nuage de cendre susceptible de perturber le trafic aérien. Une explosion identique avait déjà été observée au mois de novembre. Il se peut que le volcan ait émis un panache de cendre qui n’a pas dépassé 6000 mètres d’altitude. La visibilité était mauvaise au moment de l’événement, avec un plafond nuageux de 9000 mètres.

La Federal Aviation Administration et les compagnies aériennes commencent à s’inquiéter à partir du moment où les panaches de cendre montent à plus de 6000 mètres. La dernière éruption significative du Cleveland remonte à février 2001. Trois explosions avaient alors envoyé la cendre à 12000 mètres d’altitude. Des coulées pyroclastiques avaient également atteint la mer.

 ——————————————-

drapeau anglaisAn explosion Tuesday morning at 8 :17 rocked Cleveland Volcano in the Aleutian Islands, but scientists detected no ash cloud that could threaten jets crossing the Pacific Ocean. A similar explosion was recorded in November. Ash may have been produced but likely stayed under 6,000 metres. Clouds obscured the sky to 9,000 metres.

The Federal Aviation Administration and the airline industry become concerned for trans-Pacific flights when an ash cloud has the potential to exceed 6,000 metres. Cleveland volcano experienced a significant eruption in February 2001. Three explosive events generated ash as high as 12,000 metres. The eruption also sent out lava and a hot avalanche that reached the ocean.

Cleveland Volcano

Source:  AVO.

Détection de la cendre volcanique // Volcanic ash detection

drapeau francaisBien que les compagnies aériennes soient très conscientes des perturbations et des pertes d’argent que peut entraîner la cendre volcanique, on n’a guère enregistré de progrès dans ce domaine depuis l’éruption islandaise du Vatnajökull en 2010. La dernière éruption du Raung en Indonésie a entraîné de fréquentes fermetures des aéroport de Bali et Surabaya. Comme je l’ai écrit auparavant, il semble que le système AVOID n’ait pas rencontré le succès escompté et les constructeurs comme Boeing n’ont pas installé de systèmes de détection de cendre volcanique dans les avions.
Cependant, les recherches continuent dans ce domaine. Par exemple, le projet VIPR (Vehicle Integrated Propulsion Research), fruit d’un partenariat entre la NASA, l’US Air Force et un certain nombre d’autres organismes et entreprises, inclut une série de tests destinés à contrôler la fiabilité des moteurs à bord des avions commerciaux. Leur but est de prendre en compte les technologies capables d’identifier les défauts des moteurs d’avions le plus tôt possible.
Les tests ont commencé en 2011. Deux turboréacteurs F-117 fournis par l’armée ont été montés sur un avion C-17 sur lequel les tests sont effectués avec l’avion au sol. Ces tests comprennent l’étude du moteur au cours de son fonctionnement normal, l’étude de défauts mécaniques provoqués, l’étude de défauts provoqués sur les circuits des gaz, et enfin, l’étude de la dégradation du moteur par ingestion de cendre volcanique.
La soumission du moteur à de la cendre volcanique représente la prochaine étape des tests VIPR de la NASA. La cendre volcanique a été choisie car c’est une façon intéressante de mettre un moteur en défaut et c’est un domaine qui n’a pas été soigneusement étudié.
Le test fonctionne par pulvérisation « faible à modérée » de cendre volcanique dans le moteur du C-17 tandis qu’il est en train de tourner. Parmi les capteurs utilisés pendant les tests figure un capteur de vibrations ainsi que d’un capteur dynamique de température qui enregistre les fluctuations rapides de température dans le moteur (voir image ci-dessous). Dans la partie turbine du moteur, un capteur (mis au point par la NASA) mesure l’intervalle entre la paroi externe de la turbine et les pointes des pales de turbine. C’est une mesure clé dans les moteurs d’avions parce que si l’on peut mesurer cet intervalle avec grande précision, on peut non seulement dire si oui ou non il y a des problèmes avec les pales de la turbine, mais cela permet aussi d’avoir un moteur plus économe en carburant .
L’accumulation de cendre sur les pales de compression du moteur contribue à son usure, ce qui compromet en fin de compte la santé du moteur, et par conséquent, la sécurité du vol.
Des capteurs d’émission sont installés derrière le moteur afin d’observer la combustion, ce qui donne une meilleure idée de la santé du moteur.
Grâce à ces tests, les chercheurs pourront étudier l’effet de plusieurs heures d’exposition du moteur à la cendre. Ils ont trois objectifs principaux:
1) L’incorporation de capteurs intelligents destinés à améliorer la sécurité des vols et à réduire les coûts pour les compagnies aériennes.
2) La détection des défauts potentiels du moteur.
3) L’évaluation des progrès en matière de diagnostic des moteurs.
Source: CBS Los Angeles.

 —————————————————-

drapeau anglaisAlthough air companies are quite conscious of the disruptions and the losses of money volcanic ash can cause, little has been done since the 2010 eruption of Vatnajökull in Iceland to solve the problem. Mount Raung’s last eruptions led to the closure of Bali airport in Indonesia. As I put it before, it seems the AVOID system did not meet with the expected success and plane builders like BOEING are not installing any volcanic ash detecting equipment in the aircraft.

However, research is going on in that domain. For instance, the VIPR (Vehicle Integrated Propulsion Research) project, the product of a partnership between NASA, the U.S. Air Force and a number of other agencies and companies, includes a series of tests to evaluate health management technologies on commercial engines. Its aim is to look at technologies that will be able to identify aircraft engine faults at the beginning stages.

The tests began in 2011. Two F-117 turbofan engines, provided by the Air Force, were mounted on a C-17 aircraft, on which the tests are performed as the aircraft is grounded. These tests include studying the engine through normal engine operations, seeded mechanical faults, seeded gas path faults, and finally, accelerated engine life degradation through the ingestion of volcanic ash.

The subjection to volcanic ash represents the next stage of NASA’s VIPR testing. Volcanic ash has been chosen because it’s an interesting way to fault an engine, but it’s also something that hasn’t been carefully studied.

The test works by spraying “low to moderate” concentrations of volcanic ash into the C-17’s running engine. Among the sensors under study is a vibration sensor, as well as a dynamic temperature sensor which picks up quick temperatures fluctuations in the engine (see image below). In the turbine section of the engine, a sensor can measure the gap between the outer wall of the turbine and the tips of the turbine blades. This is a key measurement in aircraft engines, because if one can measure this, and measure it precisely, not only one can tell whether or not there are problems with the turbine blades,  but one can also help to having a more fuel-efficient engine.

Ash accumulation on the engine’s compression blades contributes to erosion, ultimately compromising the health of the engine, and therefore, the safety of the flight.

Behind the engine, emissions sensors are installed to read the combustion of the engine, giving more insight to the health of the engine.

Through the volcanic ash test, researchers aim to study the effect of several hours of exposure to the ash.

The tests have three primary objectives:

The incorporation of smarter sensors designed to improve flight safety and reduce aviation costs.

The detection of potential engine faults.

The evaluation of advances in engine diagnostics.

Source: CBS Los Angeles.

Test avion

Source:  NASA.