Agung (Bali / Indonésie) : Ça recommence ! // Mt Agung (Bali / Indonesia) is erupting again

Selon le VSI et les journaux locaux, plusieurs éruptions ont secoué le Mont Agung les 27 et 28 juin 2018. Elles ont généré des panaches de cendre qui sont montés jusqu’à 5 km d’altitude et forcé AirAsia à annuler au moins 27 vols le 28 juin. Les responsables de l’aéroport international Ngurah Rai examinent la situation pour savoir s’il faut de nouveau suspendre des vols. Les compagnies aériennes ont été prévenues de la possibilité de nouvelles perturbations concernant les vols eu départ et à destination de Bali.

Des retombées de cendre ont été observées dans les localités proches du volcan.
Le niveau d’alerte reste à 3 (sur une échelle de 1 à 4) et la zone d’exclusion de 4 km reste en vigueur. Les autorités demandent aux habitants vivant à proximité du volcan ainsi qu’aux touristes de respecter la zone d’exclusion.
Source: VSI, Jakarta Post.

—————————————–

According to VSI and the local newspapers, several eruptions occurred at Mount Agung on June 27th and 28th, 2018. They produced ash plumes that rose up to 5 km a.s.l. and forced AirAsia to cancel at least 27 flights on June 28th. Officials in Ngurah Rai International Airport are still assessing whether to halt operations again. They have issued a warning to airlines on the possibility of ash disrupting flights to and from the airport following the eruption, urging all airlines to remain cautious although the situation has yet to affect flight routes.

Ashfall was reported in nearby communities.

The Alert Level remains at 3 (on a scale of 1 – 4) and the 4-km-radius exclusion zone remains in effect. Authorities are urging residents living close to the volcano as well as tourists to respect the exclusion zone.

Source: VSI, Jakarta Post.

L’Agung vu par la webcam dans la soirée du 28 juin (heure locale)

Image de l’éruption de 2017 (Webcam VSI)

Impact de l’éruption du Mayon en 2018 // Impact of the 2018 Mayon eruption

Le Mayon reste très actif, avec le niveau d’alerte maintenu à 4, sur une échelle de 5. Pour le moment, il n’y a pas eu de dégâts ni de victimes. Le PHILVOCS ne pense pas que nous nous dirigeons vers une éruption majeure.
Cependant, l’impact de l’éruption du Mayon en 2018 se fait sentir dans plusieurs secteurs. D’une part, les compagnies aériennes nationales ont été légèrement affectées par l’éruption. D’autre part, à côté de cet impact négatif, il y a eu une augmentation du tourisme sur de courtes périodes, avec en plus une nette augmentation du nombre de visiteurs venus passés la journée dans la province d’Albay.
La compagnie aérienne philippine Cebu Pacific Air a annulé 10 vols le 26 janvier au départ et à l’arrivée de Legazpi, la ville la plus proche du Mayon. Philippine Airlines a également été contrainte d’annuler quatre vols entre le 27 et le 31 janvier. Dans tous ses bulletins, le PHILVOCS conseille aux pilotes de ne pas voler près du Mayon en raison du risque d’explosions soudaines avec des nuages ​​de cendre susceptibles d’endommager les moteurs des avions.
Alors que les vols ont été affectés par l’éruption, les routes et les lignes de chemin de fer ont été épargnées. Le nombre d’excursions vers les ruines de Cagsawa et son église émergeant de la lave s’est élevé le mois dernier à 22 078, contre 15 209 en janvier 2017. Les visiteurs des ruines peuvent prendre des photos avec le Mayon parfaitement visible à l’arrière-plan par temps clair.
La nouvelle de l’éruption du Mayon s’est répandue dans les médias et sur Internet pendant deux semaines, et les partages sur les réseaux sociaux ont contribué à stimuler l’intérêt pour l’éruption. Le volcan s’était déjà manifesté en 2009, mais l’éruption n’était pas aussi intense qu’actuellement. Après avoir observé et pris des photos de l’éruption, certains touristes restent dans la région pour faire du kayak, du rafting et visiter une fabrique de bonbons, des éléments clés d’une économie provinciale dominée par l’agriculture.
Le Mayon se dresse dans un parc national de 5 459 hectares et il ne se trouve donc pas à proximité immédiate d’une grande ville. Son éloignement relatif réduit les risques pour les hommes et pour les biens. L’activité humaine est interdite à moins de six kilomètres des fontaines de lave et se trouve donc bien à l’écart des effondrements ou des explosions.

La région du Mayon ne représente que 2% du PIB des Philippines qui s’élève à 305 milliards de dollars. Cela réduit le risque de pertes économiques importantes en cas d’éruption majeure. Les autorités locales ont déclaré que d’un point de vue économique, l’impact d’une éruption plus importante que l’événement actuel serait tout à fait gérable.
Source. Médias philippins

—————————————–

Mayon Volcano is still quite active, with its alert level at 4, on a scale of 5. For the moment, the moment there has been no damage and no casualties. PHILVOCS does not think we are heading towards a major eruption.

However, the impact of Mayon’s 2018 eruption has been felt in several sectors. For one thing, domestic airlines have been slightly affected by the eruption. Beside this negative impact, there has been an increase in overnight tourism, combined with a boom in day-trippers to surrounding Albay province.

Philippine budget carrier Cebu Pacific Air called off 10 flights on January 26th to or from Legazpi, the nearest major city to Mount Mayon. Philippine Airlines was also forced to cancel four flights from January 27th to January 31st. In all its bulletins, PHILVOCS advises pilots not to fly close to Mayon because of the risk of sudden explosions with ash cloud that might damage plane engines.

While flights were affected by the eruption, highways and railway lines were not. Day trips to Cagsawa Ruins and its church emerging from the lava rose last month to 22,078, up from 15,209 in January 2017. Visitors to the ruins can photograph Mount Mayon clearly in the background on clear days.

The news of the eruption of Mt Mayon has been all over the media and the Internet for two weeks, and the dynamic sharing on social media has helped boost interest in Mount Mayon’s eruptive events. The volcano last erupted in 2009, but it was not as intense as the current eruption. After observing and taking photos of the eruption, some day-trippers stay in the region for kayaking, bamboo rafting and visits to a candy factory, all key to a provincial economy that is otherwise dominated by farming.

Mount Mayon lies in a 5,459-hectare national park rather than at the edge of a major city. Its relative remoteness reduces threats to human life and property. Human activity is banned within six kilometres of the lava fountains so people avoid any rockfalls or explosions. The Mount Mayon region contributes just 2% to the 305-billion-dollar Philippine GDP, muting the prospect of massive economic losses from any large-scale eruption. Local authorities said that from an economic standpoint, the impact from an even larger eruption of Mount Mayon would be manageable.

Source. Philippine news media.

Le Mayon, un volcan très photogénique (Crédit photo: Wikipedia)

L’éruption de l’Agung: un coup dur pour l’économie indonésienne // The eruption of Mt Agung : a serious hit on the Indonesian economy

L’éruption du Mont Agung risque d’affecter sérieusement l’économie de Bali, largement basée sur le tourisme. L’île a accueilli près de 5 millions de visiteurs étrangers l’année dernière.
Les éruptions de ces derniers jours avec les panaches de cendre vomis par le volcan ont provoqué la fermeture de l’aéroport international de Bali et bloqué plus de 50 000 voyageurs. La situation est un sale coup pour toutes les entreprises, que ce soit les compagnies aériennes ou les vendeurs de rue. .
Les autorités locales estiment que jusqu’à 15 000 touristes ont déjà annulé leurs vacances à Bali en raison des perturbations causées par le volcan au cours des trois derniers jours.
Chaque jour, la fermeture de l’aéroport international de Bali coûte à l’économie locale environ 18 millions de dollars. Chaque année, l’économie balinaise connaît traditionnellement un grand succès par pendant la période des vacances de Noël et du Nouvel An. En 2017, les touristes pourraient bien revoir leurs projets de voyage.
Le tourisme à Bali a déjà souffert dans le passé. Il a considérablement diminué après les attentats terroristes meurtriers de 2002 et 2005.
L’éruption actuelle du Mont Agung pourrait nuire à l’objectif du gouvernement indonésien d’attirer 20 millions de touristes par an d’ici 2019, en sachant que Bali représente plus de 40% des arrivées de touristes dans le pays.
L’Indonésie a essayé de développer des destinations touristiques alternatives comme Labuan Bajo. Mais ces destinations pourraient également être affectés par les nuages ​​de cendre du Mont Agung et par une fermeture prolongée de l’aéroport international de Denpasar qui est une plaque tournante pour d’autres parties du pays.
La crise affecte déjà les profits des compagnies aériennes dans la région. Garuda, la compagnie nationale, est la plus exposée. Elle représente à elle seule une part de trafic de 30% à Denpasar et perd 300 000 dollars pendant chaque journée de fermeture. Les actions de la compagnie ont chuté de 1,8% le 28 novembre. Les perturbations causées par l’éruption coûtent environ 250 000 dollars par jour à AirAsia, la compagnie aérienne à bas coût basée à Kuala Lumpur. Le pire serait si le Mont Agung continuait à vomir de la cendre par intermittence pendant plusieurs mois. Cela entraînerait des fermetures répétées de l’aéroport et un nombre important d’annulations de vols.
Cependant, le chaos causé par le volcan n’aura pas forcément de conséquences majeures pour l’économie indonésienne dans son ensemble. Bali ne représente que 1,5% du produit intérieur brut du pays. Pourtant, le président indonésien souhaiterait que le tourisme représente 8% de l’économie indonésienne d’ici la fin de 2019, contre 4% l’année dernière.
Source: Presse indonésienne.

——————————————

The current eruption of Mt Agung is likely to seriously affect Bali’s economy which is largely based on tourism. The island welcomed almost 5 million foreign visitors last year.

The last eruptions have prompted the closure of Bali’s main airport, leaving more than 50,000 travellers stranded. The disruption is hurting businesses ranging from international airlines to street vendors.  .

Local authorities estimate that as many as 15,000 tourists have already cancelled their vacations to Bali as a result of the disruption caused by the volcano over the past three days.

Every day, the closure of Bali’s international airport costs the local economy about $18 million. The island’s economy is expected to take a major hit over the traditionally busy Christmas and New Year period as tourists may rethink their travel plans.

Tourism in Bali has suffered in the past. It declined significantly after the deadly terrorist attacks in 2002 and 2005.

The current eruption of Mt Agung could hamper the Indonesian government’s goal of attracting 20 million tourists annually by 2019 as Bali makes up more than 40% of all tourist arrivals into the country.

Indonesia has been trying to cultivate alternative tourist destinations like nearby Labuan Bajo. But these could also be affected by Mount Agung’s ash clouds and by a prolonged closure of Bali’s main airport which is a hub for other parts of the country.

The crisis is already eating into the profits of airlines across the region. Indonesia’s flag carrier Garuda is the most heavily exposed. Garuda has a 30% share of traffic at Bali’s main airport and stands to lose $300,000 for each day that it is closed. The company’s shares sank 1.8% on Tuesday. The disruption is costing AirAsia, the Kuala Lumpur-based budget airline, around $250,000 per day. The worst outcome would be if Mount Agung continued to spew ash intermittently for many months. That would result in repeated closures of the airport and significant numbers of flight cancellations.

However, the chaos caused by the volcano may not have any major implications for the Indonesian economy as a whole. Bali only accounts for 1.5% of the country’s total gross domestic product. Still, the Indonesian President would like tourism to account for 8% of the Indonesian economy by the end of 2019, up from 4% last year.

Source : Indonesian press.

Le temple de Besakih, un haut lieu du tourisme balinais se trouve dans la zone menacée par l’éruption de l’Agung (Photo: C. Grandpey)

Agung (Bali / Indonésie): Nouvel épisode éruptif // New eruptive episode

16 heures : La nuit est maintenant tombée sur l’île de Bali et la webcam dirigée vers l’Agung montre qu’une incandescence est toujours présente au niveau du cratère. La sismicité n’est pas élevée, mais elle reste supérieure à la normale, ce qui traduit très probablement une émission de gaz et de vapeur. On continue à enregistrer des séismes basse fréquence. Il ne semble pas y avoir eu de nouvelle apparition d’un volumineux panache au cours de la journée du 26 octobre. Il serait vraiment intéressant de savoir ce qui se passe à l’intérieur du cratère et surtout quelle est la source du rougeoiement : simple incandescence au fond du cratère ou, ce qui serait plus inquiétant, formation d’un dôme de lave.

L’alerte volcanique est maintenue à 3 (Siaga) tandis que l’alerte aérienne a été portée à la couleur Rouge. Le panache éruptif généré par l’épisode éruptif d’hier se dirigeait vers l’île de Lombok. De petites retombées de cendre ont été observées dans les localités sous le vent. Comme je l’indiquais précédemment, certaines compagnies aériennes (4 selon Antara News)ont annulé des vols par précaution, mais l’aéroport de Bali continue à fonctionner normalement.

Soit dit en passant, il semblerait qu’aucune solution fiable n’ait été trouvée par le transport aérien pour faire face aux nuages de cendre volcanique. Quid du système AVOID qui devait résoudre le problème? Je me suis toujours montré sceptique devant les solutions  proposées qui n’ont, à ma connaissance, jamais été testées en conditions éruptives réelles. Il ne suffit pas de déverser des sacs de cendre au-dessus du Golfe de Gascogne pour juger de la faisabilité d’un système! Les annulations de vols décrétées par certaines compagnies aériennes suite aux dernières émissions de cendre de l’Agung confirment qu’elle sont confrontées aux même problèmes qu’en 2010 au moment de l’éruption de l’Eyjafjoll en Islande.

++++++++++

23 heures : Le jour est maintenant levé sur l’île de Bali et les webcams montrent à nouveau un volumineux panache de cendre s’échapper du cratère de l’Agung. Il est intéressant de noter une intensification de la sismicité dans le même temps (voir ci-dessous). Il est l’heure d’aller dormir en France (du moins pour moi) et on verra demain matin comment la situation va évoluer. Le rapprochement des événements éruptifs, l’incandescence visible dans le cratère et l’intensification de la sismicité confirment que la situation doit être surveillée de très près. Il ne faudrait pas oublier que quelque 100 000 personnes ont été autorisées à regagner leurs habitations quand le niveau d’alerte a été abaissé à 3.

——————————————

16:00: Night has now fallen on the island of Bali and the webcam directed towards Mt Agung shows that a glow is still present at the crater. Seismicity is not high, but it remains above background level, which most probably reflects a gas and steam emission. Low frequency earthquakes continue to be recorded. It looks as if there was no new voluminous plume during the day of October 26th. It would be really interesting to know what is going on inside the crater and especially what is the source of the glow: simple incandescence on the crater floor or, what would be more disturbing, formation of a lava dome.
The volcanic alert is kept at 3 (Siaga) while the aviation colour code has been raised to Red. The eruptive plume generated by yesterday’s eruptive episode was heading for Lombok Island. Minor ashfall was observed in downwind municipalities. As I put it earlier, some airlines have cancelled flights as a precaution, but Bali airport continues to operate normally.

By the way, it seems that no reliable solution has been found by air transport to cope with volcanic ash clouds. What about the AVOID system that was supposed to solve the problem? I have always been skeptical of the proposed solutions that, to my knowledge, have never been tested in real eruptive conditions. It is not enough to dump sacks of ash over the Bay of Biscay to judge the feasibility of a system! Flight cancellations by some airlines (4, according to Antara News) following the latest ash emissions of Mt Agung do confirm that they face the same problems as in 2010 when Eyjafjoll erupted in Iceland.

++++++++++

11 pm: Daylight has now appeared on the island of Bali and the webcams again show a voluminous ash plume coming out of the crater of Mt Agung. It is interesting to note an intensification of seismicity at the same time (see below). It’s time to go to sleep in France (at least for me) and we’ll see tomorrow morning how the situation will evolve. The shorter time lapse between eruptive events, the visible glow in the crater and the intensification of seismicity confirm that the situation must be monitored very closely. It should not be forgotten that some 100,000 people were allowed to return to their homes when the alert level was lowered to 3.

L’Agung vu ce soir par la webcam

Le panache de cendre du 27 novembre au matin (heure locale) et le tracé sismique correspondant (en bas de page).  [Source: VSI]

Nuages de cendre volcanique, annulation de vols et assurances // Ash clouds, flight cancellations and insurance

drapeau francaisL’annulation d’un vol par un nuage de cendre volcanique soulève une question inévitable: Vais-je récupérer mon argent? Certains voyageurs victimes de la dernière éruption du Rinjani en Indonésie risquent de découvrir que leur assurance n’est plus valable à cause de l’éruption du Raung au mois de juillet. Une compagnie d’assurance qui a demandé à ne pas être nommée a déclaré que les assureurs veulent savoir si l’éruption du Raung le 2 Juillet a un lien avec l’éruption du Rinjani mardi. Si oui, la deuxième éruption pourrait être considérée comme un « événement prévisible », ce qui dispenserait l’assureur de rembourser.
Un groupe d’assurances a décidé de ne pas considérer les deux éruptions comme étant liées, ce qui signifie que les pertes causées par celle du Rinjani seront couvertes. Cependant, la plupart des assureurs ont averti les voyageurs qui achèteraient l’assurance après mardi (quand l’éruption du Rinjani a commencé) que les annulations et les changements de vol ne seront pas couverts car l’éruption sera considérée comme un «événement connu ».
Source: journaux australiens.

————————————–

drapeau-anglaisHaving one’s flight cancelled by a volcanic ash cloud raises an inevitable question : Will I get my money back ? Travellers caught out by the latest eruption of Mt Rinjani in Indonesia may find their insurance nullified by the eruption of Raung volcano five months ago. An insurance company who asked not to be named said the insurers wanted to know whether the eruption of Mt Raung on July 2nd was related to Tuesday’s eruption of Mt Rinjani. If so, the second eruption could be classified as a « foreseeable event », which in many cases exempts the insurer from paying out.
One insurance group has decided not to deem the two eruptions as related, meaning losses from Tuesday’s eruption will be covered. However, most insurers have warned that those who purchase cover after Tuesday (when the Rinjani eruption started) that cancellations and flight changes will not be covered. because it will be considered as a « known event ».
Source : Australian newspapers .

Le Raung (Indonésie) provoque de nouvelles annulations de vols // Mt Raung (Indonesia) causes more flight cancellations

drapeau francaisDes voyages «Spécial Eruption» sont actuellement organisés en France pour aller voir les nuages de cendre du Sinabung en Indonésie, mais c’est le Raung qui provoque le plus de problèmes, avec l’annulation de nombreux vols, en particulier entre l’Australie et l’Indonésie.
Les compagnies aériennes Jetstar et Virgin Australia ont annulé tous les vols en provenance et à destination de Bali aujourd’hui mercredi après que le VAAC de Darwin ait indiqué que les conditions de vol étaient dangereuses.
Les passagers seront informés de l’évolution de la situation par SMS ou e-mail. Ils peuvent aussi communiquer avec le service clientèle des compagnies aériennes.
Les passagers dont les vols sont annulés à la suite de l’activité volcanique peuvent transférer leur réservation à une autre date ou pour une autre destination dans les 30 jours, sans frais, ou obtenir un crédit voyage pour un déplacement ultérieur.
Jetstar va prendre une décision concernant ses vols de mercredi après-midi et informera ses clients dans la foulée.
Garuda Indonesia et Air Asia n’ont pas encore pris de décision..
Les voyageurs à destination de l’Indonésie doivent savoir que les vols intérieurs et internationaux vers d’autres destinations dans le pays peuvent également être affectées à court terme.

 —————————————–

drapeau anglais« Special eruption » journeys are currently organised in France to go and see Mount Sinabung in Indonesia but it is Mount Raung that causes the greatest trouble, with the cancellation of numerous flights, especially between Australia and Indonesia.

Virgin Australia and Jetstar airlines have cancelled all flights to and from Bali today Wednesday after the Volcanic Ash Advisory Centre in Darwin warned flight conditions were unsafe.

Passengers will be advised of new flight details via SMS or email, or they can contact the customer services of the companies.

Passengers whose flights are cancelled as a result of the volcanic activity can change their booking to another date or destination within 30 days without fee, or get a full travel credit.

Jetstar will make a decision on evening flights on Wednesday afternoon and will update customers soon afterwards.

Garuda Indonesia and Air Asia have yet to make any announcements.

Travellers to Indonesia should be aware that domestic and international flights to other destinations in the country may also be affected at short notice.

Raung-blog

Hunga Ha’apai (Tonga): Quelles informations supplémentaires // A little additional information

drapeau francais15 heures: Une équipe de géologues Tonga a finalement réussi à atteindre le site de l’éruption qui a commencé le mois dernier et qui restait spectaculaire. Ils ont pu se rendre mieux compte de la situation.
C’est ainsi qu’ils ont découvert que la bouche éruptive ne s’était jamais manifesté récemment et qu’elle était plus grande que prévu, avec un diamètre de 400-500 mètres et une profondeur d’environ 90 mètres. Lors de la visite, les explosions se produisaient toutes les 5 minutes et projetaient des nuages de cendre et de vapeur jusqu’à 500 mètres de hauteur.  Les géologues ont pu aussi sentir la pluie acide qui va de pair avec l’éruption.
Comme je l’ai écrit auparavant, l’éruption a provoqué l’annulation de dizaines de vols au départ de Nouvelle-Zélande, Fidji et Australie. Cependant, la situation est redevenue quasi normale au cours des dernières heures, même si l’éruption n’est pas complètement terminée et si plusieurs vols ont été annulés ou retardés à cause de la cendre.
Une équipe de géologues néo-zélandais retournera sur l’île pour un nouvel examen de la situation.
Voici une petite vidéo tournée depuis le bateau qui transportait les géologues :
http://www.3news.co.nz/world/tongan-geologists-get-up-close-to-volcano-2015011518

°°°°°°°°°°

17 heures: Au fur et à mesure que le temps passe, on obtient plus d’informations sur l’éruption. Comme prévu, une équipe comprenant deux volcanologues du GNS néo-zélandais est allée observer l’éruption le 14 janvier.
La conclusion des observations est qu’une nouvelle île a été façonnée par l’éruption entre les îles existantes de Hunga Tonga et Hunga Ha’apai, et elle est maintenant jointe à Hunga Ha’apai.
La nouvelle île a plus de 1 km de large, environ 2 km de long et environ 100 m de haut. Pendant les observations effectuées par les Néo-Zélandais, les éruptions se produisaient environ toutes les cinq minutes, comme avec les Tonguiens. Des panaches de cendre denses montaient  à une hauteur d’environ 400 mètres. Au-dessus d’environ 1000 mètres, le panache éruptif était composé presque exclusivement de vapeur. Comme la cendre est très humide et lourde, la majeure partie retombe près de la bouche éruptive, contribuant à l’édification de la nouvelle île. Des surges de cendre et de vapeur partaient parfois à l’horizontale pendant les séquences éruptives, avec des projections jusqu’à plus de 1 km de la bouche éruptive. Des retombées de cendre et des pluies acides ont été observées jusqu’à 10 km de l’éruption.
Selon les volcanologues du GNS, cette éruption est semblable à celle de Hunga Ha’apai en 2009, mais elle produit un plus grand volume de matériaux.
Les pilotes ont signalé des panaches de vapeur en provenance de la zone de Hunga Ha’apai et Hunga Tonga, mais cela fait plusieurs jours qu’ils n’observent pas d’émissions de cendre importantes aux altitudes auxquelles volent les avions. Comme je l’ai écrit auparavant, les vols internationaux ont repris le 14 janvier après plusieurs jours d’annulations. La compagnie aérienne nationale est opérationnelle elle aussi.
Source: Matangi TongaOnline, avec plusieurs photos de l’éruption:
http://matangitonga.to/2015/01/16/new-island-forms-tonga

 

 —————————————————–

drapeau anglaisA team of Tongan geologists have finally managed to reach the site of the eruption which started last month. What they saw was spectacular, and they could get a better view of the situation.

They discovered it was the first time this particular vent had erupted – and it was bigger than they anticipated, with a diameter of 400-500 metres and a depths of 90 metres or so. During the visit, there were explosions every five minutes sending steam and ash clouds up to 400 metres high.  The geologists could also feel the acid rain that goes with the eruption.

As I put it before, the eruption cancelled dozens of flights from New Zealand, Fiji and Australia. However, the situation was going back to normal in the past hours, even though the eruption is not completely over and several flights were still cancelled or postponed.

A team of NZ geologists will return to the island for another look

Here is a short video shot from the boat that visited the eruption site:

http://www.3news.co.nz/world/tongan-geologists-get-up-close-to-volcano-2015011518

°°°°°°°°°°

17:00: As time passes by, we get more news about the eruption. As had been planned, a team including two GNS volcanologists from New Zealand went out to observe the erupting volcano on January 14th.

The conclusion of the observations is that a new island has been built by the eruption between the existing islands of Hunga Tonga and Hunga Ha’apai, and is now joined to Hunga Ha‘apai.

The new island is more than 1 km wide, about 2km long and about 100 m high. During the Kiwi observations the volcano was erupting about every five minutes, as it was doing with the Tongans. Dense ash was being erupted to a height of about 400 metres. Above about 1000 metres, the eruption plume was almost exclusively steam. As the ash is very wet and heavy, most of it is being deposited close to the vent, building up the new island. Hazardous surges of ash and steam were seen to spread out horizontally during eruptions, as far as more than 1 km from the erupting vent. Ashfall and acidic rain was observed within 10 km of the eruption.

According to the GNS volcanologists, this eruption is similar to that at Hunga Ha’apai in 2009, but producing a larger volume of materials building the island.

Pilots have reported steam plumes from the Hunga Ha’apai and Hunga Tonga area, but substantial ash emission to the altitudes at which aircraft fly have not been observed for several days. As I put it before, international flights resumed on the January 14th after several days of cancellations. The domestic airline is currently also operating.

Source : Matangi Tonga Online, with several photos of the eruption :

http://matangitonga.to/2015/01/16/new-island-forms-tonga