Prévision volcanique : Il reste beaucoup à faire ! // Volcanic prediction : There’s still a long way to go !

drapeau francaisLes derniers événements volcaniques confirment, si besoin était, que nous sommes encore très loin de la vérité en matière de prévision volcanique.

En septembre 2014, le Mayon montrait des signes de réveil aux Philippines. Mettant en œuvre le principe de précautions, les autorités ont ordonné l’évacuation de quelque 55 000 personnes. Quelques semaines plus tard, le volcan n’étant toujours pas entré en éruption, ces personnes ont été autorisées à revenir chez elles.

En octobre 2014, le Mont Ontake s’est réveillé brutalement avec une éruption phréato-magmatique qui a tué une cinquantaine de randonneurs. Les scientifiques japonais n’ont pas vu venir l’événement.

De la même façon, la dernière éruption du Mont Shindake a pris tout le monde par surprise. Les autorités japonaises ont évacué la centaine de personnes qui vivent sur l’île Kuchinoerabujima, mais APRES l’événement !

Il faut dire, à la décharge des volcanologues japonais, que leur pays se trouve dans une zone de subduction avec des volcans gris explosifs dont le comportement est quasiment imprévisible, du moins à l’heure actuelle.

Si le comportement des volcans gris est difficile à prévoir, les volcans rouges piègent eux aussi souvent les volcanologues. La dernière éruption du volcan Wolf aux Galapagos a été découverte par hasard par les occupants d’un bateau qui passait au large de l’Ile Isabela et qui ont alerté les autorités !

A Hawaii, les volcanologues américains n’ont jamais pu dire vraiment quelle serait la suite des événements lorsque le lac de lave a débordé dans le cratère de l’Halema’uma’u. Ils ont proposé plusieurs scénarios avec une priorité vers une sortie de lave dans la zone de rift. Au final, il ne s’est rien passé en dehors d’une probable intrusion magmatique dans le rift sud-ouest.

C’est la même chose à la Réunion où les scientifiques en poste à l’Observatoire du Piton de la Fournaise jouent au yo-yo avec le niveau d’alerte volcanique. Ce n’est qu’au dernier moment qu’ils peuvent dire que l’éruption va avoir lieu, en sachant que le volcan devance parfois l’annonce de l’éruption !

Nous sommes donc encore très loin de la prévision volcanique idéale, celle qui permettrait vraiment de mettre les populations à l’abri des coulées pyroclastiques, phénomène le plus dangereux sur les volcans. Il faudrait pour cela que davantage d’argent soit alloué aux laboratoires et aux observatoires qui, faute de moyens, s’appuient le plus souvent sur des simulations informatiques, une science exacte qui ne correspond guère aux humeurs aléatoires des monstres de feu. A l’heure où la fédération internationale de football se vautre dans les milliards de dollars, les labos scientifiques doivent se serrer la ceinture. Cherchez l’erreur !

 —————————————————–

drapeau anglaisThe latest volcanic events confirm, if need be, that we are still very far from the truth in terms of volcanic prediction.
In September 2014, Mayon showed signs of reawakening in the Philippines. As a precaution, the authorities ordered the evacuation of about 55,000 people. A few weeks later, as the volcano had not erupted, they were allowed to return home.
In October 2014, Mount Ontake erupted suddenly with a phreatomagmatic eruption that killed fifty hikers. Japanese scientists had not predicted the event.
Similarly, the last eruption of Mount Shindake took everyone by surprise. The Japanese authorities evacuated hundreds of people living on Kuchinoerabujima Island, but AFTER the event!
However, in defense of Japanese volcanologists, we should say their country lies in a subduction zone with grey explosive volcanoes whose behaviour is almost unpredictable, at least for the moment.
If the behaviour of grey volcanoes is difficult to predict, red volcanoes also often trap volcanologists. The last eruption of Wolf volcano in the Galapagos was discovered by chance by the occupants of a passing boat off the coast of Isabela Island who alerted the authorities!
In Hawaii, American volcanologists could never really tell what would happen next when the lava lake overflowed over the floor of Halema’uma’u Crater. They proposed several scenarios with a priority to a lava output in the rift zone. In the end, nothing happened, except a probable magma intrusion in the southwest rift.
It’s the same thing at Reunion Island where scientists at the Observatory of the Piton de la Fournaise play yo-yo with the level of volcanic alert. Only at the last moment they can say that an eruption will occur. The volcano is sometimes ahead of the announcement of the eruption!
So we are still very far from the ideal volcanic prediction, one that really would put people safe from pyroclastic flows, the most dangerous volcanic phenomenon. This would require that more money be allocated to laboratories and observatories. The lack of resources often forces them to rely on computer simulations, an exact science which hardly corresponds to the unpredictable moods of the volcanoes. At a time when the international football association wallows in billions of dollars, scientific labs must tighten their belts. There’s something wrong somewhere!

TOPSHOTS-JAPAN-VOLCANO

L’éruption du Mont Ontake a surpris tout le monde en octobre 2014  (Crédit photo:  JMA)

Une réflexion au sujet de « Prévision volcanique : Il reste beaucoup à faire ! // Volcanic prediction : There’s still a long way to go ! »

  1. Bonjour,

    Oh oui, la science a besoin d’argent…et il faut dire que l’exemple du monde du football est bon !

    Il ne faut pas non plus vouloir aller trop vite. La volcanologie n’a qu’un peu plus d’une cinquantaine d’année et les observatoires ne peuvent pour l’instant que suivre l’activité, ou postuler à la limite…Restons humble ! Nous ne sommes pas capable de prévoir les séismes, les tornades…et les éruptions volcaniques. Point. Rajoutons « pour l’instant » si on veut.

    Sinon, je crois qu’il est temps d’arrêter de parler de volcan rouge et de volcan gris. Il n’est plus possible de ranger les volcans dans ces deux cases uniquement ; à trop simplifier, on est plus dans la vérité.

    Bonne journée,

    Ludovic Leduc

    J'aime

    1. Bonjour,
      J’utilise fréquemment l’expression « pour le moment » (en anglais « for the time being ») quand je parle de la prévision volcanique, ce qui sous-entend que des progrès seront réalisés à plus ou moins long terme.
      S’agissant des « volcans rouges  » et « volcans gris », même si la classification semble simpliste, elle a du vrai, surtout pour faire comprendre le monde des volcans à des personnes qui ne le connaissent absolument pas. Quand je montre des images du Kilauea après avoir dit que c’est ou volcan rouge, et ensuite du Semeru et du Krakatau après avoir expliqué que ce sont des volcans gris, les gens comprennent tout de suite. Il y a évidemment des nuances dans cette classification, mais je les réserve à un public plus averti lors de mes conférences. Cordialement.

      J'aime

      1. Et je pense qu’être simpliste, même pour des personnes qui ne connaissent pas le monde des volcans, n’est pas la bonne solution. Les gens ne doivent pas penser que ce monde des volcans est simple, que l’on peut bien ranger dans des cases.
        Un « volcan rouge » comme le Piton de la Fournaise peut avoir des éruptions plus explosives qu’à l’accoutumée, comme en 1860 où des cendres sont retombées à 30 km du sommet. Le Piton des Neiges a déjà eu une activité avec des écoulements pyroclastiques…serais-ce un volcan marron ?
        A la limite, il faut mieux parler d’éruptions rouges ou grises, mais ça pose encore une question parmi d’autres : l’éruption du Sinabung émet une coulée de lave épaisse (donc rouge, car incandescente) mais cette dernière s’effondre de temps à autre et l’éruption devient alors grise…

        Oui, il faut réussir à expliquer ces phénomènes simplement, mais je pense que trop simplifier n’est pas la bonne solution.

        Ludovic Leduc

        J'aime

Répondre à volcano Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.