Errare humanum est…

Mon ami Boris Behncke (INGV Catane) fait partie de ces scientifiques que j’apprécie car – contrairement à certains de ses collègues – il a compris depuis longtemps que les volcans donnaient une leçon de modestie aux pauvres humains que nous sommes.

C’est dans cet état d’esprit qu’il fait remarquer sur un blog voisin du mien que nous restons bien démunis devant un volcan comme l’Etna qui, pourtant, est équipé d’instruments de toutes sortes et fait l’objet d’un grand nombre d’études depuis des lustres.

Par exemple, le dernier paroxysme montre, selon Boris, toute la difficulté que nous avons à comprendre les systèmes volcaniques complexes et à prévoir leur comportement.

Ce qui s’est passé pendant les premières heures du 24 avril était la répétition d’un phénomène que l’on a pu observer quelque 200 fois depuis 1995. Pendant les quelques jours qui ont précédé, on a pu observer les signes avant-coureurs habituels, avec des panaches de cendre et une petite activité strombolienne à l’intérieur du Nouveau Cratère SE (NCSE). Malgré cela, malgré tous les instruments de mesure, malgré toutes des données accumulées pendant les dernières décennies, nous n’avons pas été capables de prévoir exactement l’activité qui allait donner naissance à des fontaines de lave au plus fort de l’événement ! Nous savions que le paroxysme allait se produire mais la phase de préparation a été beaucoup plus longue que précédemment. Pourquoi ? Aucun scientifique ne peut donner une réponse définitive.

Comme Boris, je reconnais humblement que je me suis fait piéger. Au moment d’aller me coucher hier soir, j’ai remarqué que le tremor amorçait sa phase descendante, ce qui n’a pas manqué de me surprendre pour deux raisons : d’une part le paroxysme allait se dérouler sans sa phase la plus intense ; d’autre part, les tracés sismiques montraient une certaine stabilité que l’on pouvait attribuer à l’écoulement de lave qui avait lieu depuis l’après-midi, phénomène qui ne s’était pas produit lors des paroxysmes précédents. C’est ce qui ma conduit à écrire que ladite coulée de lave avait peut-être « pompé »l’énergie du NCSE. Le volcan m’a donné tort et j’ai bien été obligé de reconnaître mon erreur ce matin !

 

Baisse du niveau d’alerte du Puyehue (Chili)

drapeau francais.jpgSuite à la baisse de la sismicité et à l’absence de tremor éruptif, l’OVDAS a décidé de mettre fin à l’alerte Rouge établie sur le Puyehue le 4 juin 2011. Le volcan est maintenant en alerte Jaune, ce qui élimine un certain nombre de contraintes pour les populations vivant à proximité. L’alerte Jaune suppose « un renforcement du suivi technique du comportement du complexe volcanique ». La Protection Civile doit continuer à se tenir prête à mettre en œuvre des plans d’urgence pour le cas où la situation viendrait à se modifier.

 

drapeau anglais.jpgFurther to a decrease in seismicity and the eruptive tremor, OVDAS has decided to lower the Red alert level that was enforced on Puyehue on June 4th 2011. The colour of the alert level on the volcano is now Yellow, which eliminates quite a large number of constraints for the people who live close to the volcano. The Yellow alert means that « the behaviour of the volcanic complex should be carefully monitored ». The Civil Defence should be ready to trigger emergency measures if the situation were to change.

 

Etna (Sicile / Italie)

drapeau francais.jpgContrairement à ce que j’écrivais hier soir au vu du tremor, avant d’aller dormir, l’Etna n’avait pas dit son dernier mot ! Après une très longue phase d’effusion accompagnée d’épisodes stromboliens, le NCSE a donné son spectacle habituel de fontaine de lave vers 4 heures du matin (heure locale). On peut se rendre compte de l’ampleur du phénomène sur la vidéo ci-dessous tournée depuis Giarre au SE du volcan. On entend nettement les retombées de lapilli.

http://www.youtube.com/watch?v=WQNxeLnN3jI

 

drapeau anglais.jpgContrary to what I wrote last night before going to bed when looking at the tremor, Mount Etna had not said its last word! After a very long effusion episode with a few strombolian episodes, the NSEC started its usual show of lava fountaining  at 4:00 or so this morning (local time). One can have an idea of the fullness of the phenomenon by watching the video here below that was shot from Giarre, to the SE of the volcano.

http://www.youtube.com/watch?v=WQNxeLnN3jI

 

Etna-23-avril.jpg
L’activité sismique au coeur du paroxysme

 

Popocatepetl (Mexique)

drapeau francais.jpgEn observant les graphiques mis en ligne par le CENAPRED (voir ci-dessous), on a confirmation de la baisse d’activité du Popocatepetl, que ce soit au niveau des émissions de cendre ou à celui de la sismicité. On remarquera toutefois que les émissions de SO2 sont en hausse.

Il serait imprudent de dire que l’épisode éruptif est terminé. Une reprise d’activité est toujours possible. Toutefois, je pense personnellement qu’il n’y aura pas de suite. La crise actuelle correspond très probablement à la libération de l’énergie qui s’était accumulée depuis pas mal de temps sous le dôme de lave et à la destruction de ce dernier. J’attends avec impatience les photos du cratère pour voir les transformations apparues au cours des derniers jours.

 

drapeau anglais.jpgWhen observing the charts released by CENAPRED (see below), one can see that activity – ash emissions and seismicity – is decreasing on Popocatepetl. One can also notice that SO2 emissions are getting higher.

It would be a mistake to assert that the eruptive episode is over. A new outbreak of activity is still possible. However, as far as I am concerned, I do not think this will happen. The current crisis probably corresponds to the release of the energy that had been accumulating beneath the lava dome during the past months and to the destruction of this dome. I’m impatiently waiting for aerial photos of the crater in order to see what changes it has undergone.

Popo-graph-23-avril-midi.jpg
Chaque graphique se lit de bas en haut:
ligne bleu foncé: moyenne 1996-98
ligne verte: il y a 15 jours
ligne bleu ciel: 24 heures précédentes
ligne rouge: dernières 24 heures