Des logements provisoires pour les réfugiés du Merapi (Indonésie)

drapeau francais.jpgL’administration qui gère le district de Yogyakarta s’apprête à construire des habitations provisoires en bambou destinées aux habitants dont les maisons ont été détruites par les coulées pyroclastiques du Merapi. La première phase du projet prévoit la construction de 345 habitations sur les terres appartenant au Sultan ou à l’administration qui a étudié les emplacements les plus adéquats, y compris pour des étables destinées à héberger le bétail des personnes relogées. Il est en effet important de ne pas chambouler leur mode de vie.

Jusqu’à présent, le nombre de maisons détruites par le volcan s’élève à 2300 mais il va probablement devenir plus important dans les prochains jours car certaines zones sinistrées n’ont pas pu être visitées à cause de l’épaisseur de la couche de cendre et du risque de nouvelles nuées ardentes.

Le programme de reconstruction devrait prendre entre six mois et un an. Le travail de préparation a déjà commencé. L’assemblage des maisons proprement dit pourra débuter trois ou quatre jours après que l’alerte sera levée autour du volcan.

Par ailleurs, la presse indonésienne indique que l’administration va consulter des experts pour savoir s’il est possible d’autoriser des habitants à revenir habiter dans des villages qui ont été totalement détruits par l’éruption, ou s’il est préférable de les reloger dans des lieux plus sûrs. A mon humble avis, la question ne se pose pas. Si ces villages ont été détruits, cela signifie qu’ils risquent fort de l’être à nouveau lors de la prochaine colère du Merapi ! Mais la race humaine est ainsi faite : l’attachement à la terre est très fort, y compris dans nos pays dits civilisés. On l’a vu en France après le passage de la tempête Xynthia…

En cliquant sur le lien ci-dessous, vous aurez accès à une photo spectaculaire de l’éruption du Merapi.

http://www.flickr.com/photos/digitalglobe-imagery/5179051887/in/set-72157625250967167/

 

drapeau anglais.jpgThe Yogyakarta administration is preparing to build temporary bamboo homes for evacuees whose houses have been destroyed by the pyroclastic flows. In the first phase of the project, the administration would build 345 homes. The governor said the shelters would be built on either the so-called Sultan ground or on fields belonging to the administration which has surveyed potential areas to build the new homes, including setting up communal stables for evacuees to house their livestock. What is important is to try not to make the shelters completely change the way the locals live their lives.

So far, 2,300 destroyed homes have been registered but the figure is likely to change in the near future as a number of badly affected areas could not be accessed both due to thick layers of volcanic ash and threats of more pyroclastic flows.

The program to rebuild houses would take between six months and a year to complete. Work to prepare the 345 temporary homes has already started. The assembling could start three to four days after the emergency response period is declared over.

The administration will also consult with experts in deciding whether to allow back residents whose villages were completely destroyed by the eruptions, or to relocate them to safer places. In my opinion, such a question does not need to be asked! If those villages were destroyed, this means they are likely to be swept away again during Mount Merapi’s next fit of anger! The human race has always been attached to the land, even in our so-called civilised countries. This could be seen in France in the wake of Xynthia…

By clicking on this link, you’ll have access to another dramatic photo of the eruption of Mount Merapi:

http://www.flickr.com/photos/digitalglobe-imagery/5179051887/in/set-72157625250967167/