Nouvelle approche de Crater Lake (Etat d’Oregon / Etats Unis) // New approach of Crater Lake (Oregon)

Selon le département Earth Observatoryde la NASA, un instrument embarqué à bord d’un satellite lancé par l’Administration a permis d’obtenir un transect de la région de Crater Lake en juin 2019 au cours de ce qui a été probablement premier survol topographique d’un volcan.
Le système ATLAS (Advanced Topographic Laser Altimeter) sur l’ Ice, Cloud and land Elevation Satellite-2 (ICESat-2) de la NASA a effectué des mesures de Crater Lake le 24 juin 2019.
Les données altimétriques font apparaître nettement la topographie du Mont Mazama et du lac de cratère qui remplit la caldeira. En regardant du sud au nord (de gauche à droite sur le document satellitaire), on peut voir l’altitude augmenter lentement, puis plus rapidement, sur le flanc du volcan. Les petites bosses sont essentiellement les cimes d’arbres. Alors que la plupart des images satellites proposent une vue en deux dimensions de la surface terrestre, ICESat-2 fournit une troisième dimension: la hauteur des arbres.
L’image satellitaire fait ensuite traverser Sun Notch, une vallée en U qui a été creusée par les glaciers lors de la formation de la montagne. Certaines vallées se sont remplies de lave pendant les périodes d’éruptions. D’autres, dont Sun Notch, ont échappé à ce destin. Aujourd’hui, les randonneurs peuvent se promener dans cette vallée jusqu’au belvédère de Sun Notch sur la lèvre sud du cratère.
L’altitude chute ensuite de plusieurs centaines de mètres entre la lèvre du cratère et la surface du lac. La caldeira de 8 à 10 km de diamètre est le résultat d’une énorme éruption et de l’effondrement de la montagne il y a environ 7 700 ans. Le lac qui remplit maintenant la caldeira a plus de 580 mètres de profondeur, soit environ la moitié de la profondeur de la caldeira. Crater Lake est le lac le plus profond des États-Unis et le neuvième du monde. Il est trop profond pour étudier sa bathymétrie (le satellite ICESat-2 ne peut effectuer la bathymétrie qu’à une profondeur d’une dizaine de mètre), mais ces mesures de la surface du lac peuvent malgré tout intéresser les hydrologues.
Le transect fourni par les satellites fournit des données altimétriques qui peuvent intéresser un grand nombre de scientifiques. Les écologistes auront envie d’examiner le terrain autour du lac car il est un bon indicateur de la qualité de l’habitat. D’autres scientifiques pourront étudier la végétation afin d’établir un lien entre les hauteurs de la canopée et des estimations de la biomasse. Enfin, les hydrologues s’intéresseront au niveau du lac en tant qu’indicateur des précipitations, du débit des eaux souterraines ou de l’évaporation.

Source : The Oregonian.

—————————————————-

The NASA Earth Observatory reports.that an instrument aboard a NASA satellite measured the topography of Crater Lake in June 2019 in what is believed to be the instrument’s first overflight of a volcano.

The Advanced Topographic Laser Altimeter System (ATLAS) on NASA’s Ice, Cloud and land Elevation Satellite-2 (ICESat-2) took measurements of Crater Lake on June 24th, 2019.

The elevation data show the distinct topography of Mount Mazama and the crater lake that fills its caldera. Moving from south to north, one can see the elevation increase gently and then more steeply up the flank of the volcano. The smaller-scale bumps are mostly tree tops. Where most satellite images offer a two-dimensional view of land cover, ICESat-2 provides a third dimension: tree height.

The track next crosses Sun Notch, a U-shaped valley that was carved by glaciers during the formation of the mountain. Some valleys were filled with lava during periods of eruptions. Others, including Sun Notch, escaped that fate. Hikers today can walk through this valley to the Sun Notch overlook on the crater’s southern rim.

The elevation then plummets hundreds of metres from the rim to the surface of Crater Lake. The 8- to 10-kilometre-wide caldera is the result of an enormous eruption and mountain collapse about 7,700 years ago. The lake that now fills the caldera is more than 580 metres deep, filling about half of the caldera’s depth. Crater Lake is the deepest lake in the United States, and the ninth deepest on Earth. The lake is too deep to see the bathymetry (ICESat-2 can measure bathymetry to a depth of 10 metres or more), but measurements of its surface elevation could be of interest to hydrologists.

This transect highlights how ICESat-2 elevation measurements provide interesting observations to a diverse number of scientists. Terrestrial ecologists would be interested in looking at the terrain around the lake as an indication of habitat quality. Others might investigate the vegetation to link the canopy heights to biomass estimates. Finally, the hydrologist would be interested in the lake level as an indicator of rainfall, groundwater flow, or evaporation.

Source: The Oregonian.

Source: NASA

Vue de Crater Lake et Wizard Island (Photo: C. Grandpey)

Vue du Mont Mazama (Photo: C; Grandpey)

Belle image de Crater Lake (Etats Unis) // Nice photo of Crater Lake (United States)

La NASA vient de mettre en ligne une excellente image de Crater Lake prise par un astronaute à bord de la Station Spatiale Internationale le 26 juin 2017. Du point de vue technique, la photo a été réalisée avec un appareil photo numérique Nikon D4 équipé d’un objectif de 1150 millimètres
Crater lake se trouve dans la Chaîne des Cascades, dans le sud-ouest de l’Oregon. Il y a encore pas mal de neige dans le secteur de Crater Lake fin juin, et les nuages ​​jettent des ombres sombres sur la surface du lac. On distingue Wizard Island, un cône de cendre en partie caché par les nuages, dans la partie ouest du lac. (Le nord se trouve au bas de la photo.)
Crater Lake se trouve à l’intérieur d’une caldeira qui s’est formée lorsque le Mont Mazama, un volcan composite dont le sommet se dressait à 3 600 mètres, a explosé et s’est effondré lors d’une éruption cataclysmale il y a environ 6 000 ou 8 000 ans.

Le lac se trouve à une altitude de 1 883 mètres. Alimenté par la pluie et la neige, sans rivières qui y entrent ou qui en sortent, Crater (592 mètres de profondeur) est le plus profond aux États-Unis et le neuvième plus profond dans le monde.

En 1902, Crater Lake et les 740 kilomètres carrés qui l’entourent ont été érigés au rang deParc National. En 2016, plus de 750 000 personnes ont visité le parc.
Source : NASA.

Vous obtiendrez une image plus grande en cliquant sur ce lien:
https://eoimages.gsfc.nasa.gov/images/imagerecords/90000/90647/ISS052-E-8744_lrg.jpg

———————————————–

NASA has just released a great image of Crater Lake taken by an astronaut aboard the International Space Station on June 26th 2017. From a technical point of view, the photo was taken with a Nikon D4 digital camera using an 1150-millimetre lens

Crater Lake is located in the Cascade Mountains of southwest Oregon. Snow still blankets most of the slopes surrounding the crater in late June, and clouds cast dark shadows on the lake surface. Wizard Island is a cinder cone volcano almost hidden by the clouds over the western part of the lake. (Note that north is to the bottom of the photo.)

Crater Lake is the surface expression of a caldera that formed when Mount Mazama, a composite volcano whose peak once towered 3,600 metres, exploded and collapsed in a catastrophic eruption approximately 6,000 to 8,000 years ago. The lake now stands 1,883 metres above sea level.

Fed by rain and snow, and with no rivers flowing in or out, Crater Lake  (592 metres deep) is the deepest in the United States and ninth deepest in the world.

In 1902, Crater Lake and the surrounding 740 square kilometres were established as Crater Lake National Park. In 2016, more than 750,000 people visited the park.

Crédit photo: NASA

You will get a larger image by clicking on this link :

https://eoimages.gsfc.nasa.gov/images/imagerecords/90000/90647/ISS052-E-8744_lrg.jpg

 

Ruapehu (Nouvelle Zélande)

drapeau francaisUn essaim sismique d’origine volcanique est enregistré sous le lac de cratère du Ruapehu depuis le 26 avril 2016. Cela fait plusieurs années que de tels essaims n’ont pas été observés sur le volcan. Dans le même temps, la température du lac sommital est en hausse depuis la fin 2015 et, depuis la mi-avril 2016, la température de l’eau est passée de 25 à 40°C. Ce n’est pas la première fois qu’une telle hausse se produit. La température avait déjà augmenté de manière analogue en mars 2011, avril 2014 et février 2015.
Aucune modification significative n’a été observée dans les gaz volcaniques, la chimie de l’eau du lac et aucun débordement n’a eu lieu.
Les derniers événements ne justifient donc pas une modification du niveau d’alerte du Ruapehu qui reste à 1 tandis que la couleur de,l’alerte aérienne est maintenue au Vert.
Pour terminer, il faut insister sur le fait que l’évolution de la situation sur le Ruapehu n’a aucun lien avec la petite activité éruptive observée le 27 avril dernier à White Island.
La denière éruption du Ruapehu a eu lieu le 25 septembre 2007.
Source: GeoNet.

—————————————

drapeau-anglaisA volcanic earthquake swarm has been recorded beneath the Crater Lake of Mount Ruapehu since April 26th, 2016. Swarms of volcanic earthquakes like these have been uncommon on Ruapehu in recent years. Besides, the temperature of the Crater Lake has been rising since late 2015 and since mid-April 2016 the temperature has risen from 25 to 40 °C. Similar temperatures and rate of temperature increase were observed in March 2011, April 2014 and February 2015.

No other changes in other parameters like volcanic gas, lake chemistry or lake overflow have been observed.
The last changes changes at Ruapehu are not considered sufficient to change the Volcanic Alert Level. They are not related to the volcanic eruption that occurred at White Island on Wednesday, April 27th. Mount Ruapehu remains at Volcanic Alert Level 1 and the Aviation Color Code is Green.

The most recent eruption occured on September 25th, 2007

Source: GeoNet.

Ruapehu lac

Lac de cratère du Ruapehu (Photo: C. Grandpey)

Chaîne des Cascades (Etats Unis): Crater Lake // Cascade Range (United States): Crater Lake

drapeau-francaisCrater Lake est une étape obligée lorsque l’on parcourt la Chaîne des Cascades. C’est l’une des plus belles caldeiras au monde. Elle s’est formée par l’effondrement d’un imposant stratovolcan, le Mont Mazama, il y a environ 6850 ans. La caldeira mesure 8 km sur 10 et est remplie d’un lac dont la profondeur atteint parfois 600 mètres. Avec sa célèbre couleur d’un bleu intense, c’est le deuxième lac le plus profond d’Amérique du Nord.
L’éruption explosive du Mont Mazama (vers 5600 avant J.C.) a provoqué l’effondrement de la caldeira. Elle a produit environ 50 km3 de tephra. Des dépôts de cendre ont été découverts au Canada et des écoulements pyroclastiques ont parcouru jusqu’à 40 km.
Des éruptions se sont encore produites pendant quelques centaines d’années après la formation de la caldeira. Elles ont édifié une série de petits dômes de lave sur le plancher de la caldeira, parmi lesquels Wizard Island à la forme d’un chapeau de sorcier, et le Merriam Cone qui est complètement immergé.
Les dernières éruptions ont eu lieu il y a environ 4200 ans.

Crater Lake a une longue histoire, depuis les Indiens Klamath jusqu’aux aux premiers explorateurs et aux études scientifiques actuelles.
Crater Lake était un lieu de mystère pour les Indiens Klamath qui vivaient probablement déjà dans la région il y a 7700 années. Ils ont évoqué l’éruption catastrophique du Mont Mazama et la création de Crater Lake dans l’une de leurs légendes qui décrit la guerre qui faisait rage entre deux grands volcans, le Mont Mazama et le Mont Shasta.
Les esprits de la Terre et du Ciel venaient souvent dialoguer avec les gens. Llao était l’esprit du Monde En Dessous, celui des Ténèbres, qui se dissimulait sous Lao-Yaina (aujourd’hui le Mont Mazama). Skell était l’esprit du Monde En Dessus, celui de la Lumière. Llao montait souvent à la surface de la Terre et se plaçait au-dessus de Lao-Yaina ; sa tête touchait les étoiles, près de la demeure de Skell. Il n’y avait pas de lac à cette époque, juste un trou par lequel passait Llao pour voir le monde extérieur. Un jour, Llao vit Loha, la fille du chef indien Klamath, et tomba amoureux de sa beauté. Elle le rejeta parce qu’il était laid et appartenait au Monde En Dessous. Llao se mit en colère et jura qu’il se vengerait sur le peuple de Loha. Il essaya de détruire ce peuple avec la malédiction du feu. Le chef indien Klamath demanda alors l’aide de Skell.
Skell descendit du ciel et s’installa sur le sommet du Mont Shasta. Skell et Llao faisaient gronder le tonnerre et trembler la Terre. Ils se lançaient des roches rougies par le feu de la Terre, ce qui provoqua de grands glissements de terrain. Une terrible obscurité envahit la région pendant des jours. Tous les esprits de la Terre et du Ciel participèrent à cette bataille, provoquant une peur intense parmi le peuple. Pour tenter de calmer le courroux des dieux des volcans (Mazama et Shasta) et pour expier les péchés de la tribu, deux chamans proposèrent de se sacrifier et sautèrent dans l’orifice du Monde En Dessous. Impressionné par cet acte héroïque, Skell redoubla d’efforts. Il finit par vaincre Llao et l’enfonça profondément dans le Monde des Ténèbres. Il fit s’effondrer le sommet du Mont Mazama pour emprisonner Llao pour l’éternité. Skell désirait que paix et tranquillité règnent au-dessus de ce trou noir et il le remplit d’une belle eau bleue, celle qui illumine aujourd’hui Crater Lake….

————————————

drapeau anglaisWhen travelling down the Cascade Range, Crater Lake should not be forgotten as it is one of the most beautiful calderas in the world. It was formed by the collapse of a massive stratovolcano known as Mount Mazama about 6850 years ago. The caldera is about 8 X 10 km and is filled with a lake of up to 600 metres deep. With its famous deep blue colour, it is North America’s second deepest lake.
The explosive eruption of Mount Mazama (about 5600 BC) triggered the collapse of the caldera. The eruption produced about 50 cubic km3 of tephra. Ash was deposited as far as Canada and pyroclastic flows travelled as far as 40 km from the volcano.
Post-caldera eruptions took place within a few hundred years after the formation of the caldera. They built a series of small lava domes on the caldera floor, among which Wizard Island, and the completely submerged Merriam Cone.
The latest eruptions occurred about 4,200 years ago.

Crater Lake has a long history, from the Klamath Indians to the early explorers to today’s scientific studies of the lake.
Crater Lake used to be a place of mystery to the Klamath Indians who must have lived in the region as early as 7,700 years ago. These people described the catastrophic eruption of Mount Mazama and the creation of Crater Lake in one of their legends which describes a raging war between two great volcanoes, Mount Mazama and Mount Shasta.
The spirits of the Earth and sky often came and talked with the people. Llao was the spirit of the Below-World who lived beneath Lao-Yaina (today known as Mount Mazama). Skell was the spirit of the Above-World. Llao often came up and stood on top of Lao-Yaina, and his head would touch the stars near the home of Skell. There was no lake then, just a hole through which Llao passed to see the outside world. One day, Llao saw Loha, daughter of the Klamath Indian chief, and fell in love with her beauty. She rejected him because he was ugly and was from the Below-World. He got angry and swore that he would take revenge on her people. He tried to destroy the people with the curse of fire. The Klamath Indian chief sought help from Skell.
Skell descended from the sky to the top of Mount Shasta. Skell and Llao were thundering and trembling the Earth, hurling red hot rocks back and forth to each other (from Mount Shasta to Mount Mazama), causing great landslides. A terrible darkness spread over the area for days. All spirits of Earth and sky took part in this battle, creating intense fear among the people. Attempting to calm the ferocious volcano gods and to make up for the sins of the tribe, two medicine men offered to sacrifice themselves and jumped into the pit of Below-World. Impressed by their heroic sacrifice, Skell fought even harder. He finally defeated Llao, driving Llao deep down into the Below-World. He collapsed the top of Mount Mazama to imprison Llao forever beneath the world. Skell wanted peace and tranquility to cover up this dark pit, so he filled it with the beautiful blue water.

°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

Crater Lake, Wizard Island & Phantom Ship Island

CL 01

CL 02

CL 03

CL 04

Des eaux d’un bleu profond:

CL 05

CL 06

Une grande richesse géologique:

CL 07

CL 09

CL 10CL 11

CL 12

Le Mont Mazama:

CL 13

Un petit compagnon de voyage:

CL 14

Photos: C. Grandpey

Ruapehu (Nouvelle Zélande)

drapeau francaisIl est recommandé aux randonneurs de ne pas se rendre à proximité du lac de cratère du Ruapehu car il y a un risque de petites éruptions. En effet, la température du lac stagne à 15 degrés depuis deux semaines alors qu’elle varie généralement entre 10 et 40 degrés et ne reste pas stable très longtemps. Les volcanologues néo-zélandais pensent que si une éruption a lieu, elle affectera uniquement la zone sommitale du volcan. La probabilité reste faible malgré tout et le niveau d’alerte est maintenu à 1, le niveau normal.
Deux raisons peuvent expliquer la fraîcheur actuelle de l’eau dans le lac de cratère du Ruapehu. D’une part, il peut s’agir d’une variation normale de la température. Parfois, le magma dégage beaucoup de chaleur, d’autres fois il en dégage moins ; c’est la situation la plus fréquente. D’autre part, le lac peut s’être refroidi suite à un blocage dans le conduit éruptif. Un tel blocage peut potentiellement causer une éruption suite à une hausse de la pression des gaz. Les mesures des émissions de gaz effectuées vendredi dernier autour du lac ne révèlent rien d’anormal.

La température du lac du Ruapehu est descendue à moins de 10 degrés en 1998 et il y a eu une éruption. D’autres baisses de température ont été enregistrées en 1995 et 1996.
Des panneaux d’avertissement ont été placés au sommet des domaines skiables de Whakapapa et Turoa et à l’extrémité de la Tukino Road. Cependant, les activités sur les trois domaines skiables ne sont pas affectées.
Source: Presse néo-zélandaise.

————————————————–

drapeau anglaisHikers are advised not to get close to the crater lake on Mt Ruapehu as minor eruptions could occur. Indeed, the lake’s temperature currently has stalled at 15 degrees for two weeks whereas it usually fluctuates between 10 and 40 degrees and does not stay one temperature for too long.  Local volcanologists think that if an eruption occurred, it could affect the summit area. However, the likelihood of any eruption is not high and the alert level is kept at 1, the normal level.

There may be two reasons for the crater lake to remain relatively cold. Firstly, it could just be normal fluctuation. Sometimes the magma is putting out a lot of heat, and sometimes it’s not, and that’s the most common reason. Secondly, the lake may be cool because a blockage has developed in the vent between the magma and the lake. Such a blockage could potentially cause an eruption, after pressure builds.

Gas outlets at the crater lake were measured last Friday, and they appeared to behaving normally.

Ruapehu’s lake last cooled below 10 degrees in 1998, and an eruption followed.  Similar drops in temperature were recorded in 1995 and 1996.

Advisory signs have been erected at the top of Whakapapa and Turoa ski areas and the Tukino Road end. However, operations at all three ski areas are not affected.

Source : New Zealand newspapers.

Lac de cratère du Ruapehu (Photo: C. Grandpey)

Ruapehu (Nouvelle Zélande): Montée en température du lac de cratère // Increase in temperature of Crater Lake

drapeau francaisDans un bulletin publié le 30 janvier 2015, le GNS Science indique que le lac de cratère du Ruapehu connaît une nouvelle montée en température. Depuis le début du mois de décembre 2014, la température est passée de 15 ° C à plus de 40 ° C. Des températures semblables ont déjà été relevées en mars 2011 et avril 2014, avant que le lac refroidisse ensuite.
Un échantillonnage récent de l’eau du lac (effectué le 14 janvier) a révélé plusieurs changements intervenus dans la chimie du lac. En particulier, on observe une arrivée accrue de gaz volcaniques dans le lac. L’augmentation de la température du lac et l’arrivée de gaz indiquent probablement une nouvelle montée en température du système hydrothermal qui se trouve sous le lac. Les observations récentes sur le terrain et des rapports de pilotes confirment qu’une certaine convection est présente dans le lac qui a, de ce fait, changé de couleur et est passé du bleu-vert au gris clair.
Depuis 1950, la température du lac de cratère du Ruapehu a oscillé entre 9°C et 60°C. Pendant le quart de cette période, le lac a eu une température supérieure à 37°C, avec une moyenne d’environ 30°C. Les cycles de température ne sont pas rares ;  il y a eu cinq cycles de réchauffement de l’eau depuis 2010.
Dans le passé, des modifications de températures semblables à celles qui se produisent actuellement ont débouché sur deux types de situations :
1) Dans la plupart des cas, la température du lac atteint un maximum (40-42°C), qui dure un court laps de temps (quelques jours ou quelques semaines), puis le lac commence à refroidir, sans activité éruptive. La situation actuelle semble correspondre à ce cas de figure.
2) Plus rarement, la température du lac continue d’augmenter et de petites éruptions de vapeur peuvent apparaître dans le lac de cratère. C’est ce qui a été observé entre 1985 et 1995. Si la température du lac continuait d’augmenter, des éruptions volcaniques plus importantes pourraient se produire.
L’alerte volcanique pour le Ruapehu reste à 1 (sur une échelle de 5). La couleur de l’alerte aérienne est maintenue au Vert.

 ———————————————————

drapeau anglaisIn a bulletin released on January 30th 2015, GNS Science indicates that Mt Ruapehu’s Crater Lake has been heating again. Since early December 2014 the temperature has risen from 15 °C to over 40 °C. Similar temperatures were reached in March 2011 and April 2014, before the lake cooled.

Data from a recent Crater Lake sampling (January 14th) has shown there are several changes in the lake chemistry. In particular, there is evidence for increased amounts of volcanic gas discharging through the lake. The increase in the lake temperature and gas discharge is probably indicative of renewed heating of the hydrothermal system under the lake. Observations from recent visits and pilot reports confirm some convection is present in the lake. The lake has changed from a blue/green colour to light grey as a consequence.

Since 1950, the temperature of Ruapehu’s Crater Lake ranged from 9°C to 60°C. About 25% of the time the lake is warmer than 37°C with an average of about 30°C. Cycling of the lake temperature is not unusual and there have been 5 heating cycles since 2010.

In the past changes like the current ones have had two typical outcomes:

1) In most cases the lake temperature reaches a maximum (40-42 °C), which lasts a short time (days-weeks) and then the lake starts cooling with no eruptive activity. The current situation seems to correspond to this hypothesis.

2) More rarely the lake temperature continues to increase and minor steam eruptions may start in the Crater Lake. This was observed between 1985 and 1995. If the lake temperature continued to increase, larger volcanic eruptions could occur.

The Volcanic Alert Level for Ruapehu remains at 1 (on a scale of 5). The Aviation Colour Code is Green.

Ruapehu-blog

Le lac de cratère du Ruapehu  (Photo:  C.  Grandpey)

De moins en moins de neige à Crater Lake (Oregon) // Less and less snow at Crater Lake (Oregon)

drapeau francaisLe parc national de Crater Lake est connu pour être l’un des lieux habités les plus enneigés d’Amérique du Nord, avec une moyenne de 14 mètres de neige par an. Il faut pourtant se mettre à l’évidence : le seul parc national de l’Oregon a perdu progressivement sa neige emblématique au cours des huit dernières décennies.
Les hauteurs de neige ont été répertoriées depuis 1931 au Visitor’s Center à 1935 mètres d’altitude. La quantité de neige a diminué lentement, avec une perte annuelle moyenne de plus de 2,50 mètres entre 1931 et 2013.
Pendant les années 1930, 40 et 50, Crater Lake a reçu en moyenne 15,62, 15,82 et 14,50 mètres de neige chaque hiver.  Entre 2000 et 2013, cette moyenne n’est plus que de 11,70 mètres.
Les pertes ne sont toutefois pas régulières. Les années 1990 à 2000 ont vu une petite hausse par rapport aux autres décennies, et la baisse de 1970 à 2013 est limitée.
Les données ci-dessus ne tiennent pas compte de la saison actuelle, la quatrième plus mauvaise jamais enregistrée et qui représente 43 % de la normale jusqu’au 18 avril. Aucune donnée ne couvre les années de la Seconde Guerre mondiale. Avant 1930, la station météorologique a changé de place et a connu des altitudes différentes ; elle n’est donc pas fiable pour suivre les données météorologiques dans le parc à cette époque.

Source : StatesmanJournal.com.

 ———————————————-

 drapeau anglaisCrater Lake National Park is known as one of the snowiest inhabited place in North America, with an average 14 metres of annual snowfall. However, Oregon’s only national park has been gradually losing its iconic snow for the past eight decades.

Data on snow levels have been kept at theVisitor’s Center (1935 metres a.s.l.) going back to 1931. The amount of snow has slowly declined, with the yearly average dropping by more than 2.5 metres between 1931 and 2013.

During the 1930s, ’40s and ’50s, Crater Lake averaged 15.62, 15.82 and 14.50 metres of seasonal snowfall, respectively. By 2000 to 2013, the average was 11.70 metres.

The numbers aren’t a straight line down. The 1990 to 2000 years saw a small spike compared with surrounding decades, and the decline from 1970 to 2013 is limited.

But park officials say they’re preparing for a future with less snow overall.

The data doesn’t take into account the current season, the fourth-worst on record and 43% of normal as of April 18th. The data also is missing four seasons in the 1940s due to World War II. Prior to 1930, the weather station was shuffled between lower and higher locations and is not considered reliable to track weather data at Crater Lake National Park.

Source : StatesmanJournal.com.

Crater-Lake-blog

Crater Lake et Wizard Island  (Photo:  C.  Grandpey)