Le coût des catastrophes naturelles // The cost of natural disasters

La somme d’argent est impressionnante : 150 milliards de dollars ! C’est le coût des dommages assurés engendré par les dix plus importantes catastrophes météo en 2020. Il vient d’être révélé par une ONG britannique. Le chiffre est plus élevé qu’en 2019 et il montre bien l’impact grandissant du réchauffement climatique. Le véritable coût des événements climatiques extrêmes de 2020 est en réalité bien plus élevé car la plupart des bien détruits n’étaient pas assurés Le bilan humain de ces dix catastrophes devrait, lui aussi, nous faire réfléchir : 3500 morts et plus de 13,5 millions de personnes déplacées..

Sans surprise, les pays pauvres ont payé le prix le plus lourd. Seulement 4% des pertes économiques causées par les événements extrêmes étaient assurées, contre 60% dans les pays riches.

Certains climato-sceptiques feront bien sûr remarquer que les catastrophes météo ravageaient déjà la planète avant l’entrée en scène du dérèglement climatique provoqué par l’Homme. Je leur répondrai que la hausse de la température d’au moins 1,1°C depuis le début de l’ère industrielle augmente leur fréquence et leurs impacts.

Cinq des plus coûteuses catastrophes de 2020 étaient liées à une mousson particulièrement importante en Asie. Les inondations de 2020 ont été parmi les pires de l’Histoire au Bangladesh, avec plus d’un quart du pays sous l’eau.

Les ouragans ont été si nombreux dans l’Atlantique que les climatologues ne disposaient plus de noms pour le baptiser ! Une trentaine de tempêtes ont provoqué au moins 400 morts et 41 milliards de dollars de dégâts aux Etats-Unis, en Amérique Centrale et dans les Caraïbes.

En France, il suffit d’observer les dégâts provoqués par la tempête Alex dans les vallées de la Roya, de la Tinée et de la Vésubie. Le coût des reconstructions devrait s’élever à 1,4 milliard d’euros.…

Source : Presse internationale.

———————————————–

The amount of money is staggering: 150 billion dollars! This is the cost of insured damage caused by the ten most devastating weather disasters in 2020. It has just been revealed by a British NGO. The figure is higher than in 2019 and it shows the growing impact of global warming. The real cost of the extreme weather events of 2020 is actually much higher because most of the properties destroyed were not insured The human toll of these ten disasters should also make us think : 3,500 dead and more than 13.5 million displaced people.

Not surprisingly, poor countries have paid the heaviest price. Only 4% of economic losses caused by extreme events were insured, compared to 60% in rich countries.

Some climate-skeptics will of course point out that weather catastrophes were already ravaging the planet before the advent of man-made climate change. I will answer them that the increase in temperature of at least 1.1°C since the beginning of the industrial era has increased their frequency and their impacts.

Five of the costliest disasters of 2020 were linked to a particularly severe monsoon in Asia. The 2020 floods were among the worst in history in Bangladesh, with more than a quarter of the country under water.

Hurricanes were so numerous in the Atlantic that climatologists no longer had resources to name them! About 30 storms caused at least 400 deaths and 41 billion dollars in damage in the United States, Central America and the Caribbean.

In France, it suffices to look at the damage caused by storm Alex in the Roya, Tinée and Vésubie valleys. The cost of the reconstructions is expected to amount to 1.4 billion euros.…

Source : International news media.

L’ouragan Eta (Source / NASA)

Le coût du réchauffement climatique en Alaska // The cost of global warming in Alaska

drapeau-francaisUne étude réalisée par l’Environmental Protection Agency et qui vient d’être publiée par la National Academy of Sciences a estimé le coût des dégâts aux routes et infrastructures publiques induits par le réchauffement climatique en Alaska. L’étude, réalisée à la fin du mandat présidentiel de Barack Obama, met en avant la responsabilité des hommes dans le réchauffement climatique, mais aussi leur aptitude à le ralentir. Au train où vont les choses et si rien n’est fait, les dégâts causés par les précipitations excessives, les inondations, la fonte du permafrost et l’érosion littorale coûteront 5,5 milliards de dollars en 2099. Ce chiffre inclut les réparations à effectuer, entre autres, dans les aéroports, sur les oléoducs, les voies ferrées, les routes et les bâtiments publics. En revanche, si des efforts sont accomplis pour réduire les émissions de gaz à effet de serre au niveau recommandé par la COP 21 de Paris en 2015 (élévation des températures limitée à 2 degrés maximum), ce chiffre pourrait s’abaisser à 4,2 milliards de dollars.

En Alaska, ce sont les routes qui souffrent le plus du réchauffement climatique et de la fonte du permafrost qui provoque leur dégradation rapide. Les dégâts subis, pour la même raison, par les bâtiments viennent en deuxième position.

Pour des raisons de concentration de population évidentes, ce sont les parties méridionale et le centrale de l’Alaska qui pâtiront le plus du réchauffement climatique. Le coût sera négligeable pour la Chaîne des Aléoutiennes.

—————————————

drapeau-anglaisA study by the Environmental Protection Agency that has just been published by the National Academy of Sciences has estimated the cost of damage to roads and public infrastructure caused by global warming in Alaska. The study, carried out at the end of Barack Obama’s presidential term, highlights the responsibility of men in global warming, but also their ability to slow it down. From the way things are going, if nothing is done, the damage caused by excessive rainfall, flooding, permafrost melting and coastal erosion will cost $ 5.5 billion in 2099. This includes; among others, the damage caused to airports, pipelines, railways, roads and public buildings. However, if efforts are made to reduce greenhouse gas emissions to the level recommended by Paris’s COP 21 in 2015 (temperature rise limited to a maximum of 2 degrees), this figure could drop to 4.2 billion dollars.
In Alaska, it is the roads that suffer the most from global warming and the melting of permafrost which causes their rapid degradation. The damage suffered, for the same reason, by the buildings comes second.
For obvious population concentration reasons, the southern and central parts of Alaska will suffer the most from global warming. The cost will be negligible for Aleutians.

pergel-01

pergel-02

La fonte du permafrost (ou pergélisol) concerne tout le nord du continent nord-américain. On en a un exemple ici à Dawson City dans le Yukon canadien. (Photos: C. Grandpey)