Dernières nouvelles de l’éruption du Kilauea (Hawaii) // Latest news of the Kilauea eruption (Hawaii)

11 heures (heure française) : De volumineux panaches de cendre continuent à s’échapper de l’Overlook Crater de l’Halema’uma’u au sommet du Kilauea et le National Weather Service a prolongé l’avis de retombées de cendre sur la Grande île jusqu’à 8 heures le 16 mai 2018. Cette cendre devrait atteindre le sud-ouest de l’île, y compris les secteurs de Wood Valley, Pahala, Punaluu, Naalehu et Hawaiian Oceanview Estates. Une couche atteignant 0,5 cm devrait être observée dans les zones touchées. Les alizés devraient s’affaiblir mercredi, puis redevenir actifs entre jeudi et le week-end. Le National weather Service a déclaré que l’avis pourrait devoir être prolongé en fonction des conditions et rappelle que la cendre peut causer une irritation des yeux et des voies respiratoires. Toute personne souffrant de maladies respiratoires doit rester à l’intérieur pour éviter d’inhaler les particules de cendre et il est conseillé à la population dans son ensemble de se couvrir la bouche et le nez avec un masque ou un chiffon.
Le HVO a publié un avis à l’intention des pilotes selon lequel le panache de cendre atteint 12 000 pieds (environ 3600 mètres) et que les conditions pourraient devenir «plus explosives» sur le Kilauea. La couleur de l’alerte aérienne est passée au Rouge.
Les responsables d’Hawai’i Electric Light Co. ont averti que la cendre pourrait entraîner des coupures de courant prolongées.

Les scientifiques du HVO ont également indiqué le 15 mai au soir que la fracture n ° 6 près de Leilani Avenue et  Pohoiki Road s’est réactivée, avec des projections et fontaines de lave. La coulée émise par la fracture n ° 17 progresse peu et ne menace pas la Highway 137 pour le moment.
Source: HVO et journaux hawaïens.

°°°°°°°°°°

20 heures (heure française) : En ce moment, c’est surtout le panache de cendres dans le cratère de l’Halema’uma’u qui retient l’attention, mais il ne faut pas oublier que l’éruption continue dans la Lower East Rift Zone.

Pour le moment, le panache de cendre qui sort de l’Overlook Crater n’est pas le « big one » redouté par les scientifiques du HVO. Un tel événement explosif reste toutefois possible. Pour cela, il faudrait que les eaux souterraines s’infiltrent dans la colonne de magma qui est redescendue sous le cratère de l’Halema’uma’u et que les matériaux qui tombent des parois du cratère l’obstruent, ce qui provoquerait une montée en pression des gaz. Le système volcanique est très dynamique, à la fois sur l’East Rift Zone et au sommet. Le panache actuel a probablement été généré par des effondrements qui ont frappé la colonne de roche en fusion,  ou bien par une intrusion d’eau ou bien par une combinaison des deux phénomènes. La colonne de lave qui, jusqu’à récemment donnait naissance au lac de lave, a disparu suite à l’éruption dans l’East Rift Zone. Cela pourrait permettre à l’eau de la nappe phréatique d’entrer dans le puits laissé vide par la lave et provoquer une violente éruption explosive au sommet.
Selon le HVO, le panache de cendre s’est élevé de 3 000 à 3 600 mètres au-dessus du niveau de la mer et a envoyé la cendre jusqu’à Pahala, à 30 kilomètres vers le sud-ouest. Une alerte à l’attention de l’aviation a été émise. Les géologues étudient la cendre pour voir s’il y a des signes d’intrusion d’eau à l’intérieur de la colonne magmatique.

Le 15 mai au matin, l’activité les long de l’East Rift Zone restait concentrée sur la fracture n° 17, avec des projections de lave intermittentes à la fracture n° 18. Plus tôt dans la matinée, une nouvelle fracture (n ° 20) située près de la fracture 18 a produit deux petites coulées de lave. La coulée a’a émise par la fracture n° 17 a progressé d’environ 380 mètres depuis le début de l’après-midi. La lave a considérablement ralenti sa progression et la coulée présente une longueur d’environ 2,5 km. Les émissions de gaz volcaniques demeurent élevées dans toute la zone située sous le vent.
Le magma continue d’arriver dans Lower East Rift Zone, comme le confirme le déplacement continu vers le nord-ouest d’une station GPS. L’activité sismique reste élevée, mais les séismes ne se sont pas déplacés vers l’aval de la zone de rift au cours des deux derniers jours.
Source: HVO.

———————————————-

11 a.m. (French time): The National Weather Service has extended the ashfall advisory for areas of the Big Island until 8 a.m. on May 16th, 2018 as the Halemaumau Crater at Kilauea’s summit continues to intermittently emit huge plumes of ash. The volcanic ash is expected to reach the region to the southwest including Wood Valley, Pahala, Punaluu, Naalehu, and Hawaiian Oceanview Estates. Ash accumulation up to 0.5 cm is expected to be deposited in the affected areas. Trade winds are expected to weaken on Wednesday, then become breezy again from Thursday into the weekend. The weather service said the advisory may need to be extended depending on conditions and warns that the ash may cause eye and respiratory irritation. Anyone in the advisory areas with respiratory illnesses should remain indoors to avoid inhaling the ash particles and everyone outside should cover their mouth and nose with a mask or cloth.

Earlier this afternoon, HVO issued a “notice for aviation” warning pilots that the ash plume has been reported as high as 12,000 feet and conditions could become “more explosive.” The aviation colour code has been increased to Red

Hawai‘i Electric Light Co. officials are warning that the volcanic ash falling on parts of the southern Big Isle could lead to extended power interruptions.

HVO scientists also reported on May 15th in the evening that fissure No. 6, near Leilani Avenue and Pohoiki Road, has become active again, with lava fountaining and spatter. The flow from fissure No. 17, meanwhile, has had little advancement after progressing toward Highway 137 at the start of the week.

Source: HVO and Hawaiian newspapers.

°°°°°°°°°°

8 p.m. (French time): A lot of attention is given to the ash plume in Halema’uma’u Crater but one should not forget that lava is still eruption in the Lower East Rift Zone.

For the moment, the ash plume coming out of the Overlook Crater is not the “big one” feared by HVO scientists. Such an explosive event remains possible, assuming groundwater seeps into the receding magma column beneath Halema‘uma‘u Crater and debris falling from crater walls plug the vent, allowing pressure to build. The system is very dynamic, both down at the rift zone and at the summit. The current plume could have been caused by rockfalls hitting the receding column of molten rock, water intrusion or a combination of both. The column, which until recently supported a lava lake at the surface, is dropping at the summit in response to the East Rift Zone eruption in Lower Puna. That could allow groundwater to enter the volcanic shaft, which can cause a more explosive eruption at the summit.

According to geologists, the ash plume rose to 3,000-3,600 metres above sea level and spread ash as far as Pahala, 30 kilometres to the southwest. An aircraft warning was issued near the volcano. Geologists are studying the ash to see if there is evidence of water intrusion inside the magma column.

On May 15th in the morning, activity along the East Rift Zone remained concentrated at fissure n°17, with intermittent lava spattering at fissure n°18. Earlier in the morning, a new fissure (n° 20) located near fissure 18 produced two small pads of lava. The ‘a’ā flow spreading from fissure n° 17 advanced about 380 metres since the early afternoon. The advance of the flow has slowed significantly and is nearly 2.5 km in length. Volcanic gas emissions remain elevated throughout the area downwind of the fissures.
Magma continues to be supplied to the Lower East Rift Zone as indicated by the continued northwest displacement of a GPS monitoring station. Elevated earthquake activity continues, but earthquake locations have not moved farther downrift in the past couple of days.

Source : HVO.

Voici une vidéo du panache de cendre de  l’Halema’uma’u:

Panache de l’Halema’uma’u le 15 mai2018 au matin. On remarquera la forte concentration de cendre (Crédit photo: USGS / HVO)

Panache de l’Halema’uma’u le 16 mai au matin. La cendre est beaucoup moins présente (Image webcam USGS / HVO)

 

Publicités

Bogoslof (Iles Aléoutiennes / Alaska)

drapeau-francaisDans une dernière mise à jour (2 février 2017), l’AVO indiquait que le Bogoslof restait bien actif. Il se trouve «dans un état imprévisible» et de nouvelles explosions avec des nuages de cendre s’élevant à haute altitude peuvent se produire à tout moment. C’est ce qui se passe au moment où je diffuse cette note. Un nouvel épisode éruptif est en cours, semblable aux précédents
Voici quelques informations supplémentaires sur ce volcan des Iles Aléoutiennes.
L’Ile Bogoslof est apparue après une éruption sous-marine en 1796. Castle Rock, un bouchon de lave laissé par cette éruption, se dresse sur le côté sud-ouest de l’île. En 1883, le Bogoslof est de nouveau entré en éruption avec la formation d’un dôme de lave. Le dôme faisait jadis partie de l’île, mais il a été entamé par l’érosion et il ne reste plus aujourd’hui qu’un pilier rocheux à 600 mètres de la côte.
Bogoslof Island couvre 69 hectares avec son point le plus élevé 147 mètres au-dessus du niveau de la mer. En fait, cette île minuscule est le sommet d’un volcan sous-marin dont les pentes descendent à 1650 mètres de profondeur et reposent sur le plancher de la Mer de Béring.
La première éruption avec émission de cendre a eu lieu le 14 décembre 2016. Une surface de 8 000 mètres carrés sur le côté est de l’île a disparu au cours de cet événement. Depuis la mi-décembre, le volcan s’est manifesté à plus de vingt reprises. Il a émis des panaches renfermant des cristaux de glace et des fragments de roches qui sont parfois montés à plus de 6 000 mètres d’altitude. Les pilotes d’aéronefs ont dû les esquiver entre l’Amérique du Nord et l’Asie. Les contrôleurs aériens sont informés quand une éruption se déclenche. Jusqu’à présent, le Bogoslof n’a causé aucune interruption majeure du trafic aérien. Les vols ont été légèrement déviés au-dessus ou autour des nuages de cendre. Au cours des dernières années, des éruptions majeures ont contraint les compagnies aériennes à annuler des vols
L’activité explosive du Bogoslof est en partie due à l’interaction du magma avec l’eau de mer. Les nuages de cendre pourraient devenir monnaie courante en 2017 car certaines éruptions du passé ont duré plusieurs mois.
Source: ABC News.

————————————

drapeau-anglaisIn its latest update (February 2nd 2017), AVO indicated that although no eruptive activity was currently detected on Bogoslof, elevated unrest continued. The volcano is “in an unpredictable condition” and additional explosions producing high-altitude volcanic clouds could occur at any time. This is what is happening while I am releasing this post, with an eruptive event which is similar to the previous ones.

Here is a little more information about this volcano of the Aleutians.

Bogoslof Island appeared after an underwater eruption in 1796. Castle Rock, a lava plug left by that eruption, stands on the island’s southwest side. In 1883, Bogoslof erupted again and created a lava dome. The dome was once part of the island but because of erosion, now stands as a rock pillar 600 metres off shore.

Bogoslof Island covers 69 hectares with its highest point 147 metres above sea level. Actually, the tiny island is the summit of an active, underwater volcano that extends down 1650 metres, with its base on the floor of the Bering Sea.

The first confirmed ash emission occurred on December 14th 2016. 8,000 square metres on the island’s east side disappeared in the eruptions. Since mid-December, the volcano has erupted more than two dozen times, sending up clouds of ice crystals and rock fragments, sometimes higher than 6,000 metres, that airliners must dodge as they fly between North America and Asia. Air traffic controllers receive an advisory after eruptions. Bogoslof so far has caused no major interruptions. Flights have been slightly rerouted above or around ash clouds. In past years, major eruptions have led airlines to cancel flights

The explosiveness is partly due to the volcano magma’s interaction with seawater, and the ash clouds could be a regular feature in 2017 as some of the previous, historical eruptions have lasted many months.

Source : ABC News.

bogoslof_modifie-8

Image montrant la morphologie du Bogoslof à la fin du mois de janvier 2017.

(Source : AVO)

Eruption du Pavlof (Alaska) [suite / continued]

drapeau francaisL’éruption du Pavlof s’est produite brusquement et a surpris tout le monde, y compris l’Alaska Volcano Observatory (AVO). Les premiers signaux sont apparus sur les sismographes environ 25 minutes avant l’événement. On ne peut pas appeler cela de la prévision; Cela revient à dire qu’un orage va arriver quand on voit des nuages ​​sombres à l’horizon!
Au cours de l’éruption, une couche de cendre noire a recouvert le petit village de Nelson Lagoon. Selon un habitant, « les gens pouvaient sentir la cendre sur leur visage et percevoir son odeur hier [dimanche] soir. Puis vers 1h30 ce matin, il y a eu comme une pluie de cendre. » Une couche noire a recouvert les véhicules et les services de santé ont distribué des masques aux personnes âgées. Il a été conseillé à la population de rester à l’intérieur des maisons jusqu’à ce que l’éruption se calme.
L’éruption a annulé des dizaines de vols à destination et en provenance de plusieurs localités à travers l’Alaska. Alaska Airlines a annulé 41 vols, y compris ceux en provenance et à destination de Fairbanks. Les connexions avec Barrow, Bethel, Fairbanks, Kotzebue, Nome et Prudhoe Bay ont été suspendues. PenAir a également annulé la plupart de ses vols lundi, ce qui a affecté plusieurs centaines de passagers.
En fin de journée lundi, l’Alaska Volcano Observatory a indiqué que l’éruption s’était calmée, au moins temporairement. En général, la cendre reste en suspension dans l’atmosphère et est détectable par les satellites pendant un jour ou deux après l’éruption, avant de se disperser. C’est une donnée importante pour l’aviation en Alaska car les services météorologiques s’appuient sur les images satellites pour déclencher les alertes liées à la cendre volcanique Toutefois, au final, c’est aux compagnies aériennes de décider si les avions peuvent voler..

Source: Alaska Dispatch News.

————————————-

drapeau anglaisThe eruption of Pavlof volcano occurred very suddenly and surprised the Observatory. The first signals appeared on the seismographs about 25 minutes before the event. This is not prevision; it is like saying a storm will occur when one sees dark clouds on the horizon!

During the eruption, the ash covered the tiny village of Nelson Lagoon with a blanket of black grit. According to one resident, “people could feel the ash on their face and smell it in the air yesterday [Sunday] evening. Then around 1:30 this morning it looked like it was basically raining ash.”  A layer of black covered vehicles and health aides were giving out face masks to elder residents. People were told to stay inside until the eruption subsided.

The eruption cancelled dozens of flights to and from communities across Alaska. Alaska Airlines alone cancelled 41 flights, including those to and from Fairbanks. Connections with Barrow, Bethel, Fairbanks, Kotzebue, Nome and Prudhoe Bay were suspended. PenAir also cancelled most of its flights on Monday, affecting several hundred passengers.

By late afternoon Monday, the Alaska Volcano Observatory noted that Pavlof had settled down, at least temporarily. Typically, ash remains airborne and detectable by satellites for a day or two post-eruption before dispersing. This is important for aviation in Alaska because the National Weather Services relies on satellite detection to determine ash-related warnings. It’s up to airlines to make flight determinations.

Source: Alaska Dispatch News.

Pavlof 6

Image satellite du panache de cendre du Pavlof (Source: NASA / AVO)

Volcans du Kamchatka (Russie) // Kamchatka volcanoes (Russia)

drapeau francaisL’activité est stable et relativement faible sur les volcans du Kamtchatka. Les observations sont actuellement rendues difficiles par de mauvaises conditions météorologiques.

Dans son dernier rapport, le KVERT indique que la croissance du dôme de lave continue au sommet du Sheveluch. Une activité fumerollienne accompagne ce processus. La couleur de l’alerte aérienne est maintenue à l’Orange.

L’alerte aérienne est également Orange pour le Karymsky où «l’activité éruptive modérée du volcan continue probablement ».

Une faible activité se poursuit sur le Klyuchevskoy. La couleur de l’alerte aérienne est Jaune.

Une faible activité est également observée sur le Bezymianny. Comme pour les autres volcans, les données satellitaires montrent une importante couverture nuageuse.

Une faible activité éruptive continue sur le Zhupanovsky. La couleur de l’alerte aérienne est Jaune.

Ce bulletin concerne la journée d’aujourd’hui. L’ctivité éruptive de ces volcans peut changer soudainement, sans prévenir.

 ——————————————-

drapeau anglaisActivity is stable and rather low at Kamchatka volcanoes. Observations are currently made difficult by poor weather conditions.

In its latest report, KVERT indicates that the growth of the lava dome continues at Sheveluch. Fumarolic activity accompanies this process. The aviation colour code is kept at Orange.

The aviation colour code is Orange for Karymsky as well where “moderate eruptive activity of the volcano probably continues”.

Weak activity continues at Klyuchevskoy. The aviation colour code is Yellow.

Weak activity is also observed at Bezymianny. Like for the other volcanoes, satellite data show the volcano is obscured by clouds.

Weak eruptive activity of Zhupanovsky volcano continues. The aviation colour code is Yellow.

This is today’s daily bulletin. Eruptive activity of these volcanoes may change very suddenly without warning.

Zhupanovsky

Vue du versant est du volcan Zhupanovsky  (Crédit photo:  Wikipedia)

Hunga Ha’apai (Iles Tonga): L’éruption perturbe le trafic aérien // The eruption disrupts air traffic

drapeau francaisLes autorités néo-zélandaises viennent d’émettre un avis d’alerte aérienne car l’éruption de Hunga Ha’apai continue à proximité de Nuku’alofa, la capitale des Tonga, avec des panaches de cendre et de vapeur (voir ma note du 30 décembre 2014).
Le Wellington Volcanic Ash Advisory Centre (WVAAC) a indiqué aux pilotes que le volcan émettait des « nuages volcaniques sombres » jusqu’à 4800 mètres d’altitude et jusqu’à 18 kilomètres autour de l’île.
En raison de la couverture nuageuse dans la région, aucune image acceptable de l’éruption n’a été obtenue. Il est fait état (informations demandant à être confirmées) de retombées de cendre sur l’île de Ha’apai et certains vols intérieurs dans les Tonga ont été annulés pour des raisons de sécurité. Les vols Air New Zealand entre Auckland et les Samoa ont été déroutés et la compagnie Fidji Airways a annulé un vol entre Nadi et les Tonga.

Source : Manawatu Evening Standard.

Au fait, qu’est devenu le système AVOID censé détecter le nuages de cendre et éviter une panique aérienne comme en 2010 avec l’Eyjafjöll? Il semblerait ne pas faire l’unanimité puisque toutes les dernières éruptions qui ont eu lieu dans cette région du monde ont entraîné des annulations massives de vols!

 ———————————————–

drapeau anglaisNew Zealand authorities have just issued an alert to aviation as the Hunga Ha’apai  eruption continues to take place near Tonga’s capital’s Nuku’alofa, sending ash and steam into the sky (see my previous note of December 30th 2014).

The Wellington Volcanic Ash Advisory Centre has issued an advisory to aircraft saying the volcano is reportedly sending « dark volcanic cloud » up to 4800 metres and 18 kilometres around the small island.

Due to heavy cloud in the area no one has a clear picture of what is happening. Unconfirmed reports say ash is falling on Ha’apai Island and some domestic flights in Tonga have been cancelled due to safety concerns. Air New Zealand flights between Auckland and Samoa have been diverted around the area and Fiji Airways has cancelled a Nadi to Tonga flight.

Source : Manawatu Evening Standard.

What about the AVOID system which is supposed to avoid an air stampede like in 2010 during the eruption of Eyjafjöll in Iceland? It looks as if it has not been adopted by air companies as all the last eruptions in that part of the world have led to massive flight cancellations!