Eruption du Kilauea (Hawaii): Dernières nouvelles // Latest news

07h00 (heure française): Lors d’un survol effectué le 24 mai 2018, les géologues du HVO ont pu observer que les fractures 6, 13 et 22 vomissaient toujours de la lave, avec deux coulées bien canalisées qui atteignaient l’océan. Le chenal le plus à l’est se divise en deux bras juste avant d’atteindre l’océan et donne donc naissance à deux points d’entrée. Au total, la lave entre maintenant dans le Pacifique en trois endroits situés entre la Pohoiki Bay et MacKenzie State Park (Highway 137, entre les bornes 12 et 14).
La partie centrale du système de fractures dans la Lower East Rift Zone continue d’être la plus active. La fracture n° 7 s’est réactivée le 24 mai au matin avec de puissantes fontaines de lave et une coulée qui avance vers l’est dans les Leilani Estates. La lave a envahi Kaupili Street et Mohala Street, entre Leilani Avenue et la ligne de fractures.
Les habitants dans les maisons en aval des coulées de lave doivent se tenir prêts à évacuer à tout moment.
Un panache de cendre est sorti de l’Overlook Crater au sommet du Kilauea vers 18 heures le 24 mai. Il a atteint 3 000 mètres de hauteur et des retombées de cendre peuvent sue produire sur les zones environnantes, en particulier Pahala au sud-ouest.
Sources: HVO et Protection Civile.

————————————————-

7:00 a.m. (French time): During an overflight performed on May 24th, 2018, HVO geologists noted that fissures 6, 13 and 22 were still erupting, with two channelized flows reaching the ocean. The eastern lava channel splits just before reaching the ocean, so it has two entry points, creating a total of three ocean entries. They are located between Pohoiki Bay and MacKenzie State Park (Highway 137 mile markers 12 to 14).

The middle portion of the fissure system in the lower East Rift Zone continues to be the most active. Fissure 7 reactivated on May 24th in the morning and is actively fountaining lava. The flow is moving towards the east into Leilani Estates. It has covered Kaupili and Mohala Streets, between Leilani Avenue and the fissure line.

Residents down rift of the lava flows should be prepared to voluntarily evacuate at a moment’s notice.

An ash eruption at the Kilauea summit occurred at about 6 p.m. on May 24th. The resulting ash plume reached 3,000 metres and may affect the surrounding areas. The wind may carry ash to the southwest toward Pahala.

Sources: HVO & Civil Defense.

Crédit photo: USGS / HVO

Publicités

Kilauea (Hawaii): En cas d’évacuation… // Is case of an evacuation…

Avec une route coupée et une autre menacée, les autorités craignent toujours que des coulées de lave isolent les habitants de Lower Puna. Cela pourrait se produire si une fracture s’ouvrait sur ou à proximité de la Highway 130 dont certaines parties ont été recouvertes de plaques de métal à cause des fractures dans le sol.
Deux Sikorsky CH-53 Sea Stallions sont en attente sur Big Island et sont prêts à intervenir en cas d’évacuation d’urgence. Ces hélicoptères sont capables de transporter 43 personnes à la fois et pourraient être utilisés si des habitants se trouvaient isolés ou si un incident se produisait à la centrale géothermique Puna Geothermal Venture.
La Highway 137 a été coupée le 19 mai lorsque la lave est entrée dans l’océan. L’éruption le long de l’East Rift Zone du Kilauea a déplacé environ 2 000 personnes. La lave a  couvert plus de 700 hectares et détruit une cinquantaine de structures depuis le 3 mai. Moins de 2 000 personnes seraient touchées si la lave coupait la Highway130, route d’évacuation essentielle pour la population. Les autorités envisagent également la réouverture de la Chain of Craters Road – qui est partiellement recouverte de lave – comme voie d’évacuation à travers le Parc National des Volcans. Selon le HVO, de la chaleur est détectée sous les plaques de métal sur la Highway 130 et des fractures à proximité continuent à émettre de la vapeur, mais il ne semble pas y avoir de SO2 en provenance du sol dans cette zone. Bien que la situation n’ait pas beaucoup changé, elle reste toutefois préoccupante.
Dans l’ensemble, la déformation du sol et la sismicité se sont stabilisées le long de la zone du rift. De grandes quantités de lave continuent à être vomies par les fractures dans la partie centrale de la zone d’éruption, depuis les Leina Estates jusqu’aux Lanipuna Gardens qui sont presque complètement recouverts de lave.
D’agissant de la centrale géothermique PGV, les équipes de techniciens continuent d’achever le colmatage des puits géothermiques. Les efforts visant à protéger les puits de la lave en y introduisant de l’eau ont vraisemblablement éliminé ou atténué tout risque de libération brutale de sulfure d’hydrogène. Si une fuite devait provoquer un dégagement de gaz, une évacuation serait probablement décrétée sur un rayon de 1 à 5 kilomètres, selon les conditions de vent et l’heure de la journée, mais il est aussi possible qu’aucune évacuation ne soit nécessaire.
Source: journaux hawaïens.

—————————————–

With one highway severed and another one threatened, officials still fear the possibility of lava flows isolating residents in Lower Puna. That could happen if a fissure opens at or near Highway 130, portions of which have been plated over because of ground cracks

Two Sikorsky CH-53 Sea Stallions are on Hawaii Island and can be put into use in case of an emergency evacuation. Those aircraft are capable of airlifting 43 people at a time, and could be flown if residents become isolated or if an incident happens at Puna Geothermal Venture.

Highway 137 was severed on May 19th when lava entered the ocean. The eruption along Kilauea’s East Rift Zone has displaced about 2,000 people, covered more 700 hectares with lava and destroyed about 50 structures since May 3rd. Less than 2,000 people would be affected if lava cut off Highway 130, a major lifeline for residents. Officials also are looking at reopening Chain of Craters Road, which is partially covered by lava rock, as an evacuation route through Hawaii Volcanoes National Park. According to HVO, heat is being detected from under the metal plates on Highway 130 and cracks nearby continue to steam, but there doesn’t appear to be any SO2 coming from the ground in that area, where the highway crosses the rift zone. Although the situation has not changed much, it remains concerning.

Overall, ground deformation and seismicity has levelled off along the rift zone. Large amounts of lava continue to pour from fissures in the central part of the eruption zone from the Leilani Estates to the Lanipuna Gardens which are almost completely covered by lava.

At PGV, crews continue to finish quenching one more geothermal well. Efforts to secure the wells from lava by quenching with water or plugging have likely mitigated any risk of an unabated release of hydrogen sulphide. If a well breach causes a gas release, an evacuation could occur between 1 and 5 kilometres, depending on wind conditions and time of day, though it is possible no evacuation would be needed.

Source : Hawaiian newspapers.

Des hélicoptères Sikorsky CH-53 Sea Stallion seraient utilisés en cas d’évacuation d’urgence (Crédit photo: Wikipedia)

Vue de la centrale PGV (en bas de l’image) sous la menace des coulées de lave (Crédit photo: USGS)

Kilauea (Hawaii): Les fractures du désespoir // The fissures of despair

Comme je l’ai écrit à maintes reprises, l’éruption le long de la Lower East Rift Zone a ouvert une vingtaine de fractures qui émettent des projections et des coulées de lave. Une cinquantaine de maisons et autres bâtiments ont été détruits par la lave. Toutes les fractures ne vomissent pas de la lave, mais elles peuvent causer des dégâts importants.
Ainsi, lorsqu’un couple a retrouvé sa maison dans les Leilani Estates, l’homme et la femme ont découvert une fracture de 3 mètres de large et 150 mètres de long qui cisaillait leur terrain et se prolongeait jusque sous leur maison. Le couple avait hérité de la maison que le mari avait construite avec son père en 1990. Le couple envisageait de la transmettre à leurs enfants, âgés aujourd’hui de 11 et 12 ans mais, de toute évidence, cela ne sera pas possible.
Quand le couple a quitté la maison en toute hâte il y a quelques semaines, il n’a pris que les photos et les documents les plus importants. L’homme et la femme ont tout laissé derrière eux. Les déformations du sol ont déplacé la maison d’au moins 1,20 mètre et elle penche maintenant d’un côté. Tous leurs effets personnels restés dans la maison sont  rendus inutilisables par le dioxyde de soufre.
La maison de leur voisin, achetée pour 335 000 dollars en avril 2017, est toujours debout, même s’il ne peut plus vivre à l’intérieur. La fracture traverse sa propriété et se prolonge dans celle du couple et de l’autre côté de la rue. L’homme savait que sa propriété avait été recouverte par la lave il y a plusieurs siècles, mais il ne s’attendait pas à ce que cela se reproduise un an après l’achat de sa maison.
Voici une photo de la maison avec la fracture qui passe dessous. Il y a aussi une vidéo de l’endroit mais je n’indiquerai pas le lien. Je ne supporte pas de voir des badauds venir prendre des photos d’un endroit où les gens connaissent une grande détresse après avoir tout perdu. C’est du pur voyeurisme. Soit dit en passant, j’avais lu que la subdivision des Leilani Estates était fermée au public par peur du vandalisme, avec des points de contrôle sur toutes les routes d’accès … Quelqu’un peut-il m’expliquer la présence des gens en train de prendre des photos sur la propriété que l’on voit dans la vidéo? ?
Source: Honolulu Star Advertiser.

———————————————

As I put it many times before, the eruption along the Lower East Rift Zone opened about 20 fissures that produced spatter and lava flows. About fifty houses and other structures have been destroyed by lava. However, all the fissures do not produce lava, but they can cause major damage.

When a family returned to thei home in Leilani Estates, they found a 3-metre wide crack running over a length of 150 metres through their backyard and beneath their house. The family inherited the house the husband built with his father in 1990. The couple had envisioned eventually passing their home on to their children, now aged 11 and 12, but it will probably be impossible.

When the family scrambled to evacuate a couple of weeks ago, they only took their photographs and most important documents. They left everything else behind. The house has shifted at least 1.20 metres and is now leaning to one side. All of their remaining belongings are ruined by the sulphur dioxide.

The home of her neighbour is still standing, though he can no longer live in the house he bought for $335,000 in April 2017. The crack runs from his backyard into the couple’s property and across the street. The man knew his poperty was covered by lava hundreds of years ago, but he did not expect it to happen a year after he bought his house.

Here is a photo of the house with the crack running under it. There is also a video of the place but I won’t indicate the link. I can’t bear seeing people flocking and taking photos of a place where people are in great distress for having lost everything. This is sheer voyeurism. By the way, I had read that the subdivision of the Leilani Estates was closed to the public for fear of vandalism, with checkpoints on all the access roads… Can someone explain me what the people taking photos are doing on the property shown in the video?

Source: Honolulu Star Advertiser.

La Nature est puissante et impitoyable (Crédit photo; Presse hawaienne)

Eruption du Kilauea (Hawaii); Beaucoup de lave et de SO2 // A lot of lava and sulphur dioxide

7h00 (heure française): L’activité se poursuit en plusieurs points le long des fractures éruptives. Les fontaines de la fracture n° 22 alimentent une coulée de lave qui atteint la côte juste au nord de MacKenzie State Park. Le point d’entrée de la lave s’est déplacé vers l’ouest. Les fractures 5, 6 et 19 continuent à émettre des projections de lave qui alimentent une coulée vers le sud qui n’avance plus et une autre vers le nord le long de Pohoiki Road. De faibles projections sont observées sur la fracture n° 17. Dans le même temps temps, de nouvelles fontaines de lave sont apparues le 22 mai dans l’après-midi le long de la ligne de fractures entre Kaupili Street et Mohala Street, près de la fracture n° 23.
Les émissions de gaz volcaniques ont triplé. Les concentrations de SO2 sont élevées dans toute la zone située sous le vent en aval des bouches éruptives. Des masques  seront distribués à Pahala, Volcano,  Na’alehu, au Hawaiian Ocean View Community Center et à Keaau. Ces masques de référence N95 peuvent protéger contre l’inhalation de cendre volcanique, mais ne protègent pas contre les gaz et les vapeurs acides.
On enregistre d’importantes quantités de SO2 – jusqu’à 15 000 tonnes par jour – le long de la Lower East Rift Zone. Les scientifiques du HVO affirment que l’éruption sommitale et le cratère du Pu’u O’o n’ont jamais produit de telles quantités de SO2. Les émissions de SO2 du Pu’u O’o atteignaient en moyenne 200 à 300 tonnes par jour mais le cratère est toyalement inactif en ce moment. Les émissions de SO2 au sommet du Kilauea atteignent en moyenne entre 3 000 et 6 000 tonnes par jour.
Les autorités mettent en garde le public contre les explosions de méthane près des zones de végétation.
Source: USGS / HVO.

°°°°°°°°°°

19 heures (heure française): Dans sa dernière mise à jour du 23 mai, le HVO indique que l’éruption se poursuit dans la subdivision des Leilani Estates et celle des Lanipuna Gardens. L’activité éruptive la plus intense dans la Lower East Rift Zone a migré vers la partie centrale du système de fractures. Les plus actives le 22 mai étaient les n° 22,19, 6, 5 et 23. La fracture n° 17, à l’extrémité nord-est du système de fractures ne montre plus qu’une activité réduite. La fracture n° 6 alimente une coulée vers le sud, à peu près parallèle à la coulée émise par la fracture n° 22. Les fontaines de lave des fractures 5 et 23 alimentent des coulées dans la partie est des Leilani Estates. Il est aussi à noter que du méthane s’est enflammé dans plusieurs fractures sur les routes. Les émissions de gaz restent élevées. Voir toutes les coulées sur la carte USGS ci-dessous
L’alimentation magmatique reste soutenue dans la Lower East Rift Zone. La sismicité reste présente mais les événements sismiques ne se sont pas déplacés vers l’aval de la zone de rift au cours des derniers jours, et seuls quelques petits séismes ont été enregistrés dans la zone de rift.

La lave continue d’entrer dans l’océan avec des explosions.  L’accumulation de lave en amont de l’entrée dans l’océan a formé un petit lac de lave surélevé dont la surface se trouve à 11 mètres au-dessus du sol.
De petites émissions de cendre se produisent fréquemment au niveau de l’Overlook Crater au sommet du Kilauea. Des retombées de cendre ne peuvent être exclues dans les zones sous le vent.

—————————————————

7:00 a.m. (French time): Activity continues at multiple sites along the eruptive fissures. The fountains from fissure 22 feed a single lava channel that reaches the coast just north of MacKenzie State Park. The actual point of entry has been shifting to the west. Spattering continues from fissures 5, 6, and 19 that fed a lava flow to the south that is now stalled and a smaller flow to the north along and south of Pohoiki Road. Weak spattering continues at fissure 17. Meanwhile, a new area of fountaining started on May 22nd in the afternoon along the fissure line between Kaupili and Mohala Streets near fissure 23.

Volcanic gas emissions have tripled. SO2 concentrations are at high levels throughout the area downwind of the vents. Ash masks will be distributed in Pahala, Volcano, Na’alehu, Hawaiian Ocean View Community Center, and Keaau. N95 masks can protect from breathing volcanic ash, but do not protect against gases and vapours.

Significant levels of SO2 — as high as 15,000 tons a day — are being produced along the lower East Rift Zone. HVO scientists say that even the summit eruption and Pu’u O’o never produced such high quantities of SO2. Previous levels of SO2 in the Pu’u O’o Crater measured about 200 to 300 tons a day. There are no SO2 emissions currently coming from the crater. Kilauea’s summit emissions average 3,000 to 6,000 tons a day.

Officials are warning the public about methane explosions near areas of vegetation.

Source : USGS / HVO.

°°°°°°°°°°

7 p.m. (French time): In its latest update (May 23rd in the evening), HVO indicates that the eruption continues in the subdivisions of the Leilani Estates and Lanipuna Gardens. The most active eruptive activity in the Lower East Rift Zone shifted to the middle portion of the system of fissures.

The most active fissures were 22,19, 6, 5, and 23. Fissure 17, at the northeastern end of the fissure system is only weakly active now. Fissure 6 is feeding a flow to the south, roughly parallel to the western flow from fissure 22. Fountaining of fissures 5 and 23 fed flows in the eastern part of Leilani Estates. Methane is also seen burning in road cracks. Gas emissions are still very high. See all the lava flows on the USGS map below
Magma continues to be supplied to the Lower East Rift Zone. Elevated earthquake activity continues, but earthquake locations have not moved farther downrift in the past couple of days, and there were only a few earthquakes located today in the rift zone.

The ocean entry remains active and is producing occasional explosions. A perched lava pond reaches 11 metres above the ground level
Small ash emissions from the Overlook crater are occurring frequently. Ashfall may happen in downwind locations.

Vue générale du site éruptif et de l’entrée en mer (Crédit photo: USGS / HVO)

Vous obtiendrez une image plus grande de la carte en cliquant sur ce lien :

http://bigislandnow.com/wp-content/uploads/2018/05/USGS-Map-May-22.jpg

Vers une crise sanitaire dans le District de Puna ? // Toward a health crisis in the Puna District?

En raison des gaz volcaniques – SO2 et H2S, entre autres – qui ont envahi le District de Puna, de nombreuses personnes souffrent de problèmes respiratoires et d’autres maladies chroniques. Comme je l’ai écrit précédemment, le problème respiratoire le plus récent est la «laze» – ou brume de lave – qui se forme quand la lave très chaude se mélange à l’eau de mer froide pour produire un panache de vapeur où cohabitent de l’acide chlorhydrique et des particules de verre.
Pire encore, les habitants de Puna étaient déjà exposés aux maladies respiratoires avant l’éruption actuelle et ils ont tendance à avoir moins de ressources pour faire face à leurs maladies. Selon les services sanitaires, le taux de maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) est plus élevé chez les adultes de 45 ans et plus dans le District de Puna ; une personne sur 10 vit avec la maladie, contre environ 6% dans les autres îles. Environ 20% des adultes et 25% des enfants sont asthmatiques, contre 17,5% et 16,8% respectivement dans l’ensemble de l’État.
Avec les maladies respiratoires, le District de Puna a le deuxième taux de pauvreté le plus élevé de l’État d’Hawaï et ces deux facteurs sont souvent étroitement liés. Il y a plus de pauvreté dans les districts de Puna et Kau qu’ailleurs dans l’Etat sauf à Waianae. Un médecin a déclaré: « Si vous considérez des personnes déjà désavantagées parce qu’elles sont confrontées à des taux anormalement élevés d’asthme, de maladies cardiaques et de maladies pulmonaires à cause de disparités économiques et ethniques, et que vous y ajoutez  une éruption volcanique, vous êtes sûr d’avoir une crise  »
L’urgence volcanique aggrave les problèmes de santé au sein de la population vulnérable de Puna, en particulier les personnes âgées, les enfants et les personnes souffrant de maladies respiratoires préexistantes. Ces personnes sont deux fois plus susceptibles de développer une maladie respiratoire aiguë lorsqu’elles sont exposées à des niveaux élevés de SO2.
Maintenant que les gens ont été évacués de leurs maisons, on va assister à une crise de santé comportementale. Le problème est rendu plus aigu par une pénurie de médecins et de spécialistes en soins primaires. Il n’y a que trois médecins à temps plein pour toute la zone. Il n’y aurait pas assez de médecins pour prendre soin de la population dans des circonstances normales, et les circonstances actuelles sont loin d’être normales. La Croix-Rouge américaine a effectué plus de 1 100 interventions médicales et de santé mentale auprès des personnes qui sont venues lui rendre visite. Un porte-parole de l’organisation a déclaré: « Nous n’avons pas les services médicaux dont nous avons besoin et la santé d’un grand nombre de personnes est mise en danger. C’est très stressant, mais nous essayons de faire face. J’ai peur que ces gens souffrent et le pire est à venir. »
Source: Honolulu Star Advertiser.

——————————————-

Because of the volcanic gases – SO2 and H2S, among others – that have invaded Lower Puna, many people are suffering from respiratory illness and other chronic diseases. As I put it before, the most recent respiratory concern is “laze” — or lava haze — when hot lava mixes with cold seawater to produce a plume of steam laced with hydrochloric acid and glass particles. Making matters worse, Puna residents had a higher incidence of respiratory illnesses before the recent eruption and tend to have fewer resources to deal with their illnesses.

According to the Health Department, the rate of chronic obstructive pulmonary disease (COPD) is higher in Puna’s adult population 45 years and older, with 1 in 10 living with the condition, compared with about 6 percent across the islands. About 20 percent of adults and 25 percent of children have been diagnosed with asthma, versus the statewide average of 17.5 percent and 16.8 percent, respectively.

Together with the respiratory illnesses, the District of Puna has the second-highest poverty rate in the State of Hawaii and these two factors are often closely connected. There is more poverty in the Puna and Kau districts than anywhere else in the state except for Waianae Said one doctor: “If you take people already at a disadvantage because they have higher rates of asthma, heart disease and lung disease because of economic and ethnic disparities and on top of it you hit them with a volcanic eruption, now you’re talking about a crisis.”

The volcanic emergency is worsening the health of Puna’s vulnerable population, particularly seniors, children and those with pre-existing respiratory illnesses. They are twice as likely to develop acute respiratory disease when exposed to high levels of SO2.

Now that people are displaced from their homes, there will be a behavioural health crisis. The problem is made more difficult by a severe shortage of primary-care doctors and specialists. There are only three full-time doctors to cover the entire area. There would not be enough doctors to take care of the population under normal circumstances, and circumstances are far from normal. The American Red Cross has had more than 1,100 medical and mental health service visits with clients. A spokesman of the organisation said: “We don’t get the medical support that we need. So many people’s health is in jeopardy. It’s very stressful, but we’re all trying to get through it. I’m afraid that they are suffering the worst is yet to come.”

Source : Honolulu Star Advertiser.

Les gaz volcaniques représentent un réel danger pour la population du District de Puna (Crédit photo: USGS)

L’immobilier à Lower Puna (Hawaii) // Real estate at Lower Puna (Hawaii)

La plupart des familles qui ont été évacuées des Leilani Estates sont impatientes de retourner vivre dans leurs maisons, à condition qu’elles ne soient pas détruites par de nouvelles coulées de lave. Ce comportement peut sembler étrange car peu de gens seraient enclins à retourner vivre dans une région qui est menacée en permanence par une éruption.
La raison pour laquelle ces familles espèrent retrouver leurs domiciles, même si elles vivent à proximité d’un champ de lave encore chaud, est très simple et facile à comprendre ; c’est une raison strictement économique.
La presse hawaïenne donne l’exemple d’une famille qui paie un loyer de 650 dollars par mois pour une maison avec trois chambres et une salle de  bain. Le couple de locataires explique que « c’est seulement en mettant leurs ressources en commun qu’ils peuvent rester dans cette maison ».
Une autre famille vit à Lower Puna depuis près de deux ans et paye un loyer de 500 dollars par mois pour une maison de deux chambres avec une grande cour et beaucoup d’arbres fruitiers. La même maison à Hilo coûterait au moins trois fois autant. Ces locataires ont essayé d’acheter la maison et ont essayé d’obtenir un prêt, mais la banque leur a fait remarquer que la maison était située dans la Zone de Lave 1 et qu’elle ne pouvait donc pas leur accorder le prêt.

Source : Presse hawaienne.

——————————————-

 Most of the families who evacuated from the Leilani Estates are impatient to go back and live in their houses provided they are not destroyed by new lava flows. This behaviour might seem strange, because few people would be inclined to return to live in such an area which is under the permanent threat of an eruption.

The reason why these families hope: to move back to their houses, even if they may be living in the shadow of a freshly baked lava field, is very simple: economics.

The Hawaiian press gives the example of a family who pays $650 a month for three bedrooms and one bath. They say that “it’s only by pooling their resources that they’re able to stay at the house.”

Another family has lived in Lower Puna for almost two years, paying $500 a month for a two-bedroom, one-bath house with a big yard and lots of fruit trees. The same type of house in Hilo would cost at least three times that much. They tried to the buy the place, and went to try to get a loan for it but the bank told them the house was located in Lava Zone 1, so it could not grant them a loan.

Source: Hawaiian newspapers.

Voici deux photos montrant un quartier des Leilani Estates avant et après l’éruption:

Here are two photos of a neighbourhood in the Leilani Estates before and after the eruption:

Crédit photo: USGS

Kilauea (Hawaii) : Les effets de l’éruption sur le tourisme // The effects of the eruption on tourism

Avec l’apparition de nouvelles fractures éruptives qui menacent d’isoler le secteur de Lower Puna du reste de la Grande Ile d’Hawaii, les responsables de la Protection Civile ont décrété le 12 mai 2018 que toutes les locations de vacances de la région devaient cesser leurs activités. Les touristes ont été contraints de trouver d’autres logements, ce qui ne fait qu’augmenter les pertes subies par l’industrie touristique à cause de l’éruption du Kilauea. La zone concernée s’étend de Kapoho à Kalapana et inclut les subdivisions de Leilani et Black Sands.
La décision de la Protection Civile est intervenue le jour où deux nouvelles fractures se sont ouvertes à l’est des Leilani Estates. Les autorités ont déclaré que la décision était nécessaire afin que les opérations d’urgence puissent se concentrer sur les seuls habitants de la région. Les géologues du HVO affirment que de nouvelles émissions de lave sont probables, que ce soit par l’ouverture de nouvelles fractures ou par la réactivation de fractures existantes. Environ 2000 personnes à Lower Puna pourraient se trouver isolées si les routes étaient endommagées ou coupées par des fractures et des coulées de lave.
Le tourisme sur la Grande Ile d’Hawaii est affecté par l’éruption du Kilauea. 2018 avait commencé en fanfare avec la perspective de franchir la barre des 2 millions de visiteurs à la fin de l’année, mais deux semaines après le début de la dernière éruption, on se rend compte que les annulations ont déjà occasionné plus de 1,5 million de dollars de pertes directes aux gestionnaires de locations et on prévoit 3 millions de dollars de pertes pour les semaines à venir. Les hôtels signalent qu’ils tournent à 50% de leur capacité de réservation. Au train où vont les choses, c’est toute la saison estivale qui risque d’être profondément affectée. Les navires de croisières ont annulé des escales à Hilo et Kona, ce qui n’arrange pas la situation.
Dans les régions reculées comme le District de Puna, les locations de vacances constituent une source de revenus non négligeable pour les habitants et représentent un plus pour l’économie de la région. En seulement deux semaines, les entreprises touristiques de l’Est de la Grande Ile sont passées de la meilleure année à la fermeture et à la mise à pied de 10 à 20 personnes. Si la récente déclaration fédérale de catastrophe naturelle – qui concerne l’ensemble de la Grande Ile – donne de l’espoir à aux habitants et aux entreprises les plus durement touchés, elle risque aussi de provoquer des annulations dans des zones de l’île qui ne sont pas concernées par l’éruption. La fermeture du Parc National des Volcans n’est pas faite pour arranger les choses.
Source: Journaux hawaïens.

——————————————

With new lava outbreaks threatening to cut off Lower Puna residents from the rest of the island, Civil Defense officials on May 12th, 2018 ordered all vacation rentals in the area to cease operations, forcing visitors to find alternate accommodations and adding to tourism industry losses from the Kilauea eruption. The concerned area stretches from Kapoho to Kalapana, and includes Leilani and the Black Sands subdivisions.

The order came the same day two fissures opened up east of Leilani Estates. Civil Defense officials said the move was necessary so emergency operations can focus on residents who live in the area. HVO geologists say additional lava outbreaks are likely, either from new fissures or reactivation of existing vents. About 2,000 people in Lower Puna could become isolated if roads are damaged by lava outbreaks.

Tourism in Hawaii Big Island is being affected by the Kilauea eruption. The island began the year anticipating it would break the 2 million-visitor benchmark by year’s end, but two weeks into the eruptions, visitor cancellations have cost accommodation providers more than $1.5 million in direct losses and $3 million in future bookings. The hotels are reporting that they are 50 percent off their booking pace. If this keeps up, it could be a whole lost summer. Cruise ships have cancelled their calls at Hilo and Kona, which can only worsen the situation.

In remote areas like Puna, vacation rentals often play a larger role in the lodging mix and the region’s economic health. In just a two-week period, east side businesses have gone from having their best year ever to closing and laying off 10 to 20 people. While the recent state and federal disaster declarations offer hope to some of the hardest-hit residents and businesses, they open unaffected areas of Hawaii island to cancellation risk. The closure of the Hawaiian Volcanoes National Park is not a good thing for tourism either.

Source : Hawaiian newspapers.

La vidange du lac de lave dans le cratère de l’Halema’uma’u et la fermeture du Parc National des Volcans sont des coups durs portés au tourisme sur la Grande Ile d’Hawaii (Photo: C. Grandpey)