Saint Sylvestre agitée dans la région de Catane (Sicile) // Restless New Year’s Eve in the Catania region (Sicily)

Nuit de la Saint Sylvestre agitée dans la région de Catane! À partir de 20h59, un essaim sismique avec des événements d’intensité croissante a été ressenti par la population. L’épicentre de l’essaim a été localisé à 3 km au nord-est de Ragalna, dans la région de l’Etna. Les deux secousses les plus significatives avaient une magnitude de M 3,5 sur l’échelle de Richter, à une profondeur de 11 et 14 km. Les pompiers ont reçu de nombreux appels mais aucun dégât matériel ou humain n’a été signalé. Jusqu’à présent, les secousses présentent une magnitude comprise entre M 2,7 et M 3,5.. Dans le même temps, l’activité strombolienne mentionnée précédemment se poursuit au sommet du volcan.

Source : INGV, webcam L.A.V.E., La Sicilia.

—————————————-

New Year’s Eve is rather restless in the Catania region! From 8:59 p.m., a seismic swarm with events of increasing intensity was felt by the population. The epicenter of the swarm was located 3 km northeast of Ragalna in the Etna region. The two most significant tremors had a magnitude of M 3.5 on the Richter scale, at a depth of 11 and 14 km. Firefighters received numerous calls but no material or human damage was reported. So far, the tremors have a magnitude between M 2.7 and M 3.5 .. At the same time, the aforementioned Strombolian activity continues at the top of the volcano.

Source: INGV, L.A.V.E., La Sicilia.

Localisation de l’essaim sismique (Source : INGV)

Listes des derniers événements sismiques (Source : INGV)

L’histoire éruptive de la Soufrière St Vincent

La situation actuelle à la Soufrière St Vincent n’est pas à prendre à la légère. Personne ne sait comment va «évoluer l’extrusion de lave en cours dans le cratère.

Dans mon livre « Killer Volcanoes » – aujourd’hui épuisé, mais disponible sur CD avec illustrations – j’explique que La Soufrière de St Vincent a commencé à se manifester il y a 4 300 ans avec une activité explosive qui a produit des coulées pyroclastiques et des retombées de matériaux qui ont affecté le nord de l’île.

La première éruption historique remonte à 1718 et sept autres suivent, jusqu’à celle qui a secoué le volcan entre le 13 avril et le 26 octobre 1979. Toutes incluent la même alternance d’extrusions de lave, panaches de cendre et coulées pyroclastiques.

Au cours de son histoire, la Soufrière de St Vincent a connu deux grandes éruptions.

La première se déroule du 27 avril au 9 juin 1812 dans le cratère principal. Elle est précédée d’une longue période d’activité sismique intense, bien ressentie par la population. Le volcan émet alors des panaches de cendre et produit des coulées pyroclastiques qui déposent  550 millions de mètres cubes de matériaux. Comme cela se produit très fréquemment sur ce type de volcans, les fortes pluies déstabilisent ces dépôts et déclenchent des lahars qui entraînent des dégâts matériels ainsi que 56 morts, malgré l’évacuation de la population.

La seconde éruption se déroule du 30 mars au 8 mai 1902, après une quinzaine de mois d’activité sismique. Elle a pour siège le cratère principal où se produisent des explosions phréatiques et phréatomagmatiques. La phase la plus intense de l’éruption débute le 7 mai vers midi pour se terminer le 8 au matin. Les épisodes sont les mêmes qu’en 1812. Le volcan émet 380 millions de mètres cubes de matériaux sous forme de panaches de cendre et de nuées ardentes qui recouvrent le nord de l’île. La colonne éruptive atteint plusieurs kilomètres de hauteur avant de s’effondrer dans plusieurs directions. Comme précédemment, des lahars puis un tsunami parachèvent les dégâts causés par l’éruption proprement dite. L’indice d’explosivité volcanique (VEI) est estimé à 4. Le bruit de l’explosion est perçu jusqu’à 700 kilomètres de distance. Le bilan fait état de 1 565 morts, en dépit de l’évacuation de la population.

Des explosions sporadiques continuent à être observées jusqu’en avril 1903 quand se termine l’éruption. Elle s’est déroulée quelques jours seulement avant l’éruption dévastatrice de la Montagne Pelée à la Martinique, ce qui n’est pas une aberration étant donné que les deux volcans sont situés sur la même ligne de subduction. Toutefois, les 28 000 morts de la ville de Saint Pierre ont fait quelque peu oublier le bilan moins lourd de l’éruption de la Soufrière de St Vincent.

Quelques décennies plus tard, le volcan entre en nouveau en éruption entre le 4 octobre 1971 et le 20 mars 1972. Un dôme de lave d’un volume de 80 millions de mètres cubes apparaît dans le cratère principal tandis qu’un panache volcanique s’élève jusqu’à vingt kilomètres d’altitude. Les précipitations entraînent la formation d’un lac, de sorte que le dôme initial se trouve transformé en une île qui trône au milieu de l’eau.  Cette dernière et la lave ne faisant pas bon ménage au cours d’une éruption, il est normal que le dôme et le lac soient pulvérisés quelques années plus tard, entre avril et octobre 1979 au cours d’une éruption phréatomagmatique. Cet événement permet la mise en place d’un nouveau dôme volumineux.

L’éruption de 1979 commence brutalement le 13 avril à 4 heures du matin, avec seulement quelques séismes pendant les vingt-quatre heures qui précèdent. La première phase de l’éruption, de type vulcanien avec un panache de 20 kilomètres de hauteur, dure moins de deux semaines. L’épisode suivant se caractérise par la lente extrusion d’un dôme de lave dans le cratère. Il mettra cinq mois pour atteindre sa taille actuelle. L’éruption ne fait pas de victimes grâce à l’évacuation de 22 000 habitants du nord de l’île.

En mars 2005,  des habitants ont fait état d’une forte odeur de soufre dans des localités du sud, jusqu’à Kingstown. L’odeur de soufre est fréquente sur le versant occidental de la Soufrière, mais beaucoup plus rare ailleurs. La population de l’île redoutait alors une reprise de l’activité volcanique sur la Soufrière. Les scientifiques dépêchés sur place n’ont rien détecté d’inquiétant et les instruments ne révèlaient aucune anomalie. Il est probable que l’odeur de soufre était due à un changement d’orientation du vent qui a dévié de sa direction habituelle en s’orientant vers le sud. Aucune modification n’a été apportée au niveau d’alerte.

Aujourd’hui, un dôme de lave à croissance lente est apparu dans le cratère de la Soufrière. Personne ne sait si la situation se stabilisera sans conséquence ou si elle évoluera vers un phénomène éruptif plus violent. Même si elle a fait de gros progrès, la volcanologie moderne montre toujours de sérieuses limites…

Le dôme de lave actuel dans le cratère (Source: Martinique la 1ère)

Volcans du monde // Volcanoes of the world

Voici quelques nouvelles de l’activité volcanique dans le monde :

La situation n’a pas beaucoup évolué depuis le 29 décembre sur la Soufrière de Saint Vincent.(Petites Antilles). Le dôme de lave dans le cratère montre une croissante très lente. Les scientifiques de l’Université des Indes Occidentales (University of the West Indies) indiquent qu’ils ne savent pas quelle tournure prendra l’éruption dans les prochains jours. La croissance du dôme peut continuer quelque temps et s’arrêter. On a déjà observé un tel phénomène sur des volcans comme le Kelud (Indonésie). Il se pourrait aussi que l’activité actuelle débouche sur une éruption explosive beaucoup plus dangereuse. La Soufrière Saint Vincent en est capable. L’éruption de la Montagne Pelée (Martinique) en 1902 a eu tendance à occulter une éruption semblable qui s’est déroulée du 30 mars au 6 mai de cette même année. Le volcan a alors vomi 380 millions de mètres cubes de tephra sous la forme de panaches de cendres et de nuées ardentes qui ont recouvert le nord de l’île. L’éruption a tué 1 565 personnes. Elle est décrite dans mon livre Killer Volcanoes.

++++++++++

Un puissant épisode éruptif s’est produit dans le cratère Otake du Suwanosejima (îles Ryukyu: / Japon) à 2 h 51 (heure locale) le 28 décembre 2020. Le niveau d’alerte a été élevé de 2 à 3. Aucun blessé n’a été signalé. Le volcan a éjecté des matériaux jusqu’à 1,3 km du cratère. La JMA a averti que les projections pouvaient affecter une zone d’un rayon de 2 km. . Source: Japan Meteorological Agency

++++++++++

La JMA a enregistré une hausse de la sismicité sur le Shinmoedake  (Kirishimayama / Japon). Bien qu’il n’y ait pas de nouvelle déformation de l’édifice volcanique et de variation des émissions gazeuses, le niveau d’alerte du volcan a été élevé à 2 (sur une échelle de 5 niveaux) le 25 décembre 2020. Il est conseillé au public de ne pas s’approcher à moins de 2 km du cratère.

++++++++++

L’éruption du Kilauea (Hawaï) se déroule de manière assez stable. L’activité se limite au cratère de l’Halema’uma’u. Deux ou trois étroits chenaux de lave s’échappent d’une bouche située dans la partie inférieure de la paroi nord-ouest du cratère.

Les émissions de SO2 sont en baisse mais atteignent encore environ 5 500 tonnes par jour. Les inclinomètres du sommet continuent d’enregistrer une légère tendance inflationniste. La sismicité reste élevée mais stable.

Le lac de lave dans le cratère de l’Halema’uma’u a peu évolué ces derniers jours. Sa surface se situe à environ 408 m sous la lèvre sud du cratère. Son volume est d’environ 23 millions de mètres cubes. Il est de forme ovale. Les dernières mesures ont révélé 770 m sur 490 m pour une superficie d’environ 29 ha. L’étroit rebord en saillie autour du lac montre que sa surface a tendance à baisser.

Source: HVO.

Le lac de lave est très profond dans le cratère et ne peut pas être vu depuis les points d’observations aménagés par les rangers. De nombreux touristes continuent à être verbalisés (150 dollars, plus si récidive) pour avoir franchi les cordes et autres barrières de sécurité.

++++++++++

Dans son denier bulletin, l’INGV indique que l’on observe une activité strombolienne d’intensité variable, ponctuée d’émissions de cendres au niveau de la bouche orientale du Cratère Sud-Est de l’Etna (Sicile). Cette activité est parfaitement visible sur les images de la webcam L.A.V.E. Dans le même temps, une activité strombolienne se poursuit à l’intérieur de la Voragine et du Cratère NE.Le tremor est relativement stable et affiche des valeurs moyennes. On n’observe pas de déformations significatives de l’édifice volcanique.

Source : INGV.

++++++++++

Comme je l’ai écrit précédemment, les volcanologues néo-zélandais sirveillent de près l’activité du Ruapehu. La température du lac de cratère a diminué au cours de la semaine dernière, passant de 43°C à 41°C, ce qui est plutôt une bonne nouvelle. Le tremor volcanique reste à un niveau élevé et on enregistre encore quelques séismes d’origine volcanique.

Le niveau d’alerte reste à 2 net la couleur de l’alerte aérienne est maintenue à Jaune.

Le Tongariro e la randonnée du Tongariro Alpine Crossing ne sont pas affectés par la hausse d’activité sur le Ruapehu.

—————————————-

Here is some news of volcanic activity around the world :

The situation has not changed much since December 29th at Soufriere Saint Vincent (Lesser Antilles). The lava dome within the crater is growing very slowly. Scientists at the University of the West Indies say they don’t know how the eruption will progress in the next few days. The growth of the dome may continue for a while and then stop. We have already observed such a phenomenon on volcanoes like Kelud (Indonesia). The current activity might also lead to a much more dangerous explosive eruption. The Soufrière Saint Vincent is capable of doing this. The eruption of Montagne Pelée (Martinique) in 1902 obscured a similar eruption that took place from March 30th to May 6th of that same year. The volcano then vomited 380 million cubic metres of tephra in the form of ash plumes and pyroclastic flows that covered the north of the island. The eruption killed 1,565 people. It is described in my book Killer Volcanoes.

++++++++++

A powerful eruptive episode occurred at Suwanosejima‘s Mt. Otake crater (Ryukyu Islands:/ Japan) at 2:51 (local time) on December 28th, 2020. The Alert Level was raised from 2 to 3.

There were no immediate reports of injuries.

The volcano ejected material as far as 1.3 km from the crater. JMA warned they could affect an area of a 2-km radius. .

Source : Japan Meteorological Agency.

++++++++++

The Japan Met Agency (JMA) has recorded an increase in seismicity  at Shinmoedake  (Kirishimayama / Japan). Although no changes were detected in deformation and emission data, the Alert Level was raised to 2 (on a scale of 1-5) on December 25th, 2020 and the public was advised not to enter a 2-km radius from the crater.

++++++++++

The Kilauea eruption (Hawaii) is going on in a fairly stable way. Activity is confined to Halema’uma’u with lava erupting from a vent with two or three narrow channels on the northwest side of the crater.

SO2 emissions are decreasing and still about 5,500 tonnes per day.

Summit tiltmeters continue to record weak inflationary tilt. Seismicity remains elevated but stable.
The lava lake within Halema’uma’u Crater has changed little during the past days. Its surface lies about 408 m below the south crater rim. Its volume is about 23 million cubic metres. Its latest dimensions are 770 by 490 m for an area of about 29 ha. The narrow ledge around the lake suggests that its surface shows a tendency to drop.

Source: HVO.

The lava lake is very deep in the crater and can’t be seen from the official observation platforms. Numerous tourists are fined 150 dollars by the rangers for walking beyond the safety ropes and barriers.

++++++++++

In its latest weekly report, INGV indicates that Strombolian activity of varying intensity is observed, punctuated by ash emissions at the eastern vent of Mt Etna’s SE crater. This activity is perfectly visible on the images of the L.A.V.E. webcam. Strombolian activity continues within the Voragine and the NE Crater. The tremor is fairly stable and displays medium values. No significant deformation of the volcanic edifice hs been observed.

Source: INGV.

++++++++++

As I put it before, GeoNet is keeping a close watch at Mt Ruapehu (New Zealand). The temperature of the Crater Lake decreased from 43 to 41°C during the past week. Elevated volcanic tremor is still ongoing along with a few volcanic earthquakes.

The Alert Level remains at 2 and the Aviation Colour Code at Yellow.

Mount Tongariro and the Tongariro Alpine Crossing are not affected by increased volcanic unrest at Mount Ruapehu and remain open.

L’activité du Cratère SE de l’Etna vue par la webcam L.A.V.E.

 

 Vue du lac de lave du Kilauea et de son alimentation le 29 décembre 2020

(Crédit photo : HVO)

Eruption en vue à la Soufrière de Saint-Vincent ? // Upcoming eruption at Saint-Vincent’s Soufriere ?

Le site web Martinique la 1ère nous apprend ce matin que Saint-Vincent et les Grenadines sont en alerte orange à cause d’une reprise d’activité du volcan de la Soufrière. Les scientifiques indiquent de du magma a atteint le cratère et craignent une éruption explosive.

Depuis le 29 décembre 2020, le lac du cratère a disparu ; comme à Hawaii il y a quelques jours, l’eau s’est évaporée avec la chaleur de l’activité volcanique. Les scientifiques craignent une éventuelle éruption explosive.

L’accès au volcan est interdit. La population à proximité est en alerte. Si la situation devait empirer, des évacuations auraient lieu.

Une augmentation de l’activité sismique autour de la Soufrière est enregistrée depuis le 1er novembre 2020.

La dernière éruption de la Soufrière remonte à 1979.

Pour mémoire, Saint-Vincent-et-les-Grenadines – souvent abrégé en SVG – est un Etat insulaire des Petites Antilles. Il consiste en une île principale, Saint-Vincent, à laquelle s’ajoute une grande partie de l’archipel des Grenadines qui s’étend au sud. La superficie totale du pays est 389 km2, dont 344 km2 pour la seule île de Saint-Vincent, sur laquelle se trouve la capitale, Kingstown.

L’île de Saint-Vincent est volcanique. Son point culminant située à l’extrême nord de l’île est le volcan de la Soufrière avec 1 220 mètres d’altitude.

°°°°°°°°°°°°°°°°

Voici quelques détails supplémentaires sur la situation à la Soufrière de Saint-Vincent.

Le 28 décembre 2020, des habitants vivant près de La Soufrière ont signalé de la vapeur au niveau du cratère, ce qui a incité l’Organisation nationale de gestion des risques (NEMO) à envoyer des équipes pour observer la situation sur le volcan. Dans le même temps, les observations satellitaires ont confirmé une anomalie thermique dans le cratère.

Sur le terrain, la NEMO a confirmé qu’une nouvelle éruption effusive avait commencé. Le  magma édifiait lentement un nouveau dôme de lave dans le cratère. Le nouveau dôme se trouve en bordure de l’ancien dôme de lave de 1979. Il progresse à un rythme semblable à celui du dôme apparu en 1971-1972.

Le niveau d’alerte a été élevé à la couleur Orange (niveau 3 sur 4).

La NEMO a publié une nouvelle carte à risque de La Soufrière :

Zone de danger 1 (zone rouge) – Risque très élevé: Elle comprend tous les secteurs susceptibles de subir des dommages conséquents. Elle est susceptible de recevoir plus de 30 cm de cendres.

Zone de danger 2 (zone orange) – Risque élevé: Elle comprend tous les secteurs exposés aux coulées pyroclastiques modérées et ceux susceptibles de recevoir des projections volcaniques à 5 km du cratère. Elle comprend les zones pouvant subir entre 10 et 30 cm de retombées de cendres.

Zone de danger 3 (zone jaune) – Risque modéré: Cette zone n’est pas exposée aux coulées pyroclastiques mais elle peut être affectée par des retombées de cendres de 5 à 10 cm d’épaisseur, des séismes mineurs.

Zone de danger 4 (zone verte) – Risque faible: Cette zone comprend des zones susceptibles d’être relativement à l’abri des événements dangereux, à l’exception des retombées de cendres de moins de 5 cm d’épaisseur. Les dégâts aux cultures et la perturbation de l’approvisionnement en eau par la cendre seront les principales conséquences

Bien qu’il n’y ait pas d’ordre d’évacuation pour le moment, le Premier Ministre a déclaré que les habitants au nord de Georgetown et de Belle Isle doivent prévoir leur évacuation à bref délai si cela devenait nécessaire.

Aucune prévision ne peut être faite sur l’évolution de la situation.

Source: NEMO, The Watchers.

——————————————-

The Martinique la 1ère website informs us this morning that Saint-Vincent-and-the Grenadines are on Orange alert due to a resumption of activity at the Soufriere volcano. Scientists say magma has reached the crater and fear an explosive eruption. Since December 29th, 2020, the crater lake has disappeared; as in Hawaii a few days ago, the water has evaporated with the heat of volcanic activity. Scientists fear a possible explosive eruption.

Access to the volcano is prohibited. The nearby population is on alert. Should the situation worsen, evacuations would take place.

An increase in seismic activity around the Soufrière has been recorded since November 1st, 2020.

The last eruption of Soufrière dates back to 1979.

For the record, Saint-Vincent-and-the-Grenadines – often abbreviated as SVG – is an island state in the Lesser Antilles. It consists of a main island, Saint Vincent, to which is added a large part of the Grenadines archipelago which extends to the south. The total area of ​​the country is 389 km2, including 344 km2 for the island of St. Vincent alone, on which the capital, Kingstown is located. The island of Saint-Vincent is volcanic. Its highest point located in the far north of the island is the Soufrière volcano with an altitude of 1,220 metres.

°°°°°°°°°°°°°°°°

Here are some more details about the situation at the St-Vincent Soufrière.

On December 28yh, 2020, residents living near La Soufrière reported steam coming from the crater, prompting the National Emergency Management Organization (NEMO) to send out teams to investigate the volcano. At the same time, satellite observations confirmed a thermal anomaly at the crater.

On the field, NEMO confirmed that a new effusive eruption had started, with magma slowly building a new lava dome in the crater. The new dome is growing on the edge of the old lava dome created in 1979, at a rate similar to the dome that grew in 1971/1972.

The Alert Level was raised to Orange (3 of 4).

NEMO has issued a revised Volcano Hazard Map of the volcano.

Hazard Zone 1 (Red Zone) – Very High Hazard: This includes all areas expected to experience maximum damage. This zone is likely to experience more than 30 cm of ash.

Hazard Zone 2 (Orange Zone) – High Hazard: This includes all areas of moderate pyroclastic flows, areas within the 5 km projectile zone, and areas likely to experience between 10 and 30 cm of ashfall.

Hazard Zone 3 (Yellow Zone) – Moderate Hazard:

This zone will be free from the effects of flows and surges but will be affected by 5 to 10 cm thick ashfalls, minor earthquakes.

Hazard Zone 4 (Green Zone) – Low Hazard: This zone includes areas likely to be relatively safe from hazardous events, except for minor ashfall of less than 5 cm. Crop damage and disruption of water supply due to ashfall will be the main effect but other physical damage will be minimal.

 While there is no evacuation notice at this time, the Prime Minister said residents north of Georgetown and Belle Isle should make plans to evacuate at short notice should that become necessary.

No prediction can be made about the evolution of the situation.

Source: NEMO, The Watchers.

Vue du dôme de lave (Crédit photo : NEMO)

Nouvelle carte à risques de Saint-Vincent (Source : NEMO)

L’Islande et la Nature en 2020 // Iceland and Nature in 2020

Alors que 2020 touche à sa fin, le site web Iceland Review propose un résumé des plus grands événements en relation avec la Nature islandaise au cours de l’année écoulée.

L’une des principales actualités concerne les parcs et surtout les parcs naturels. Plusieurs zones naturelles d’Islande ont été officiellement protégées en 2020 par le Ministère de l’Environnement, notamment la zone de Geysir et la churte d’eau de Goðafoss.

Dans les Westfjords, un projet de parc national est né autour de la cascade de Dynjandi (voir ma note du 5 novembre 2020).

Le parc national de Snæfellsnes devrait également être agrandi.

Cependant, la plus grande initiative est la proposition de transformer les hautes terres  (Central Highlands) du centre d’Islande en un parc national qui sera le plus grand d’Europe. Il couvrira environ 30% de la surface de l’Islande. (voir ma note du 10 décembre 2020). Le projet de loi décrivant la création du parc fait l’objet d’un vif débat au Parlement et n’a pas encore été adopté.

Fin janvier 2020 sont  apparus les signes d’une possible accumulation de magma à quelques kilomètres à l’ouest de Þorbjörn Mountain. Un soulèvement du sol et des essaims sismiques ont été enregistrés dans la région, laissant supposer que du magma s’accumulait sous terre. Les habitants de la région se sont préparés à une éventuelle éruption, mais rien ne s’est passé. Le soulèvement de la montagne s’est arrêté début mai, mais une reprise d’activité dans la région ne saurait être exclue.

Trois avalanches de grande ampleur ont balayé les Westfjords en janvier 2020, à Flateyri et Súgandafjörður. Cependant, personne n’a été tué comme en 1995 lorsqu’un événement semblable a causé la mort de 14 personnes. Cependant, les dernières avalanches ont causé des dégâts matériels.

Alors que le gouvernement islandais protégeait de nombreuses zones naturelles en 2020, de nouveaux projets d’extraction sont apparus. Une vaste zone du sud de l’Islande a été vendue à une société minière exploitant du sable. Une société canadienne a acquis tous les droits d’exploitation de l’or en Islande. J’ai expliqué ces projets et leur finalité dans une note publiée le 10 décembre 2020.

En décembre 2020, le gouvernement islandais a révisé ses objectifs climatiques, déclarant que son but était désormais une réduction de 55% des émissions des gaz à effet de serre d’ici 2030, au lieu de  40% comme cela avait été décidé au début du mandat du gouvernement actuel. Cette révision signifie que les émissions de gaz à effet de serre en Islande devront être inférieures de 55% en 2030 par rapport à 1990. L’Islande prévoit de devenir neutre en carbone d’ici 2040.

L’année 2020 s’est terminée sur une note tragique pour les habitants de Seyðisfjörður, dans l’est de l’Islande, lorsqu’une série de coulées de boue a détruit plus d’une douzaine de maisons et de bâtiments historiques de la ville. Heureusement, personne n’a été tué, mais la ville a été évacuée et de nombreuses familles n’ont pas pu rentrer chez elles pour Noël. Le gouvernement a promis de participer à la reconstruction de la ville, même s’il faudra probablement des mois pour évaluer l’étendue des dégâts.

Source: Iceland Review.

——————————————

As 2020 is coming to an end, the Icelandic website Iceland Review offers a summary of Iceland’s biggest nature news stories of the past year.

One of the main news is about parks and above all natural parks. Several of Iceland’s popular natural areas were officially protected in 2020 by the Ministry for the Environment, including the Geysir area and Goðafoss waterfall.

In the Westfjords, a national park is to be established around Dynjandi waterfall (see my post of November 5th, 2020). Snæfellsnes National Park is also set to be expanded.

However, the biggest nature story of the year is the proposal to turn Iceland’s Central Highland into Europe’s largest national park, covering around 30% of Iceland. (see my post of December 10th, 2020). The bill outlining the park’s establishment is being hotly debated in parliament and has yet to be passed.

In late January, there were signs of a possible magma accumulation a few kilometres west of Þorbjörn mountain. Land rise and earthquake swarms were detected in the area, suggesting magma was accumulating underground. Nearby residents prepared for a possible eruption, but nothing happened. Land rise under the mountain stopped by early May, but renewed activity in the area should not be excluded.

Three large avalanches swept across the Westfjords in January, hitting Flateyri and Súgandafjörður. However nobody was killed like in 1995 when a similar event caused the deaths of 14 persons. However, the avalanches caused property damage.

While Iceland’s government protected many natural areas in 2020, others may soon be used for new extraction projects. A large area in South Iceland was sold to a sand mining company while one Canadian mining company acquired all the rights to gold mining in Iceland. I explained these projects in a post released on December 10yh, 2020).

In December 2020, Iceland’s government revised its climate goals, stating it would now aim for a 55% reduction in emissions by 2030, rather than 40% as was decided at the beginning of the current government’s term. The revised policy means Iceland’s greenhouse gas emissions are expected to be 55% lower in 2030 than they were in 1990. Iceland plans to become carbon neutral by 2040.

The year ended on a tragic note for residents of Seyðisfjörður, East Iceland when a series of mudslides destroyed more than a dozen homes and historic buildings in the town. Luckily no one was killed, but the town was evacuated and many local families did not get to return to their homes for Christmas. The government has pledged its support in rebuilding the town, though it will likely take months to even assess the extent of the damage.

Source : Iceland Review.

Quelques merveilles naturelles islandaises (Photos : C. Grandpey)

Bella et l’érosion de la côte atlantique

La tempête Bella a soufflé sur les départements de la Gironde et des Landes le 28 décembre 2020. Le département des Landes avait été placé en vigilance orange pour vagues et submersion. Quand la mer se déchaîne, le spectacle est impressionnant et attire de nombreux curieux. Si la plupart se tiennent en sécurité sans des lieux élevés, des imbéciles n’hésitent pas à s’approcher des déferlantes, parfois au péril de leur vie, avec mise en danger des sauveteurs qui viendront leur porter secours en aide en cas de problème.

La tempête Bella fait partie de ces tempêtes hivernales qui font reculer le trait de côte. Heureusement, les coefficients de marée étaient relativement faibles (65 – 69) au plus fort de l’événement météo. Ils seront plus élevés, autour de 80 pour le Jour de l’An.

Les autorités et les habitants de la côte redoutent ces tempêtes car les assauts des vagues causent de graves dégâts au littoral et menacent de plus en plus souvent certaines zones habitées.

On connaît l’histoire de l’immeuble « Le Signal » qui a dû être évacué et va être détruit à Soulac-sur-Mar en Gironde. A Lacanau (Gironde), des enrochements sont censés freiner l’ardeur des vagues, mais quand on voit leur violence avec un faible coefficient de marée, on se dit que ces gros blocs ne pèseront pas lourd en cas de tempêtes avec un fort coefficient. L’océan gagne environ deux mètres sur la terre chaque année. La ville balnéaire réfléchit à déplacer 1 200 logements et 120 commerces du front de mer à l’intérieur des terres après 2050.

La situation ne vaut guère mieux à Biscarosse (Landes) où la maire a pris trois arrêtés municipaux « portant injonction d’évacuation en raison d’un péril grave présenté par un risque naturel » le 28 décembre 2020. Ces trois arrêtés concernaient le Grand Hôtel de la Plage et les célèbres « maisons jumelles », des emblèmes de Biscarrosse-Plage, situés en front de mer. La première magistrate de Biscarrosse a expliqué qu’il s’agissait de l’application du principe de précaution avec des »arrêtés municipaux préventifs » pour éviter de faire courir des risques aux occupants des bâtiments concernés. La décision a été prise en raison de l’amplification du phénomène d’érosion engendré par la tempête Bella. La police municipale s’est rendue dans les bâtiments concernés par ces arrêtés portant injonction d’évacuation pour informer les propriétaires ou/et occupants. A noter que Le Grand Hôtel de la Plage n’accueille pas de clients en ce moment en raison de la crise sanitaire.

Voici une petite vidéo montrant la tempête Bella à Lacanau :

https://youtu.be/WRCvJP7uXuY

Enrochements à Lacanau (Photo : C. Grandpey)

Le beau thermopolium de Pompéi // Pompeii’s nice thermopolium

Pompéi n’en finit pas de révéler ses secrets. L’éruption du Vésuve en 79 a permis de préserver la richesse du monde romain pendant des milliers d’années. Pompéi et sa voisine, Herculanum, ont révélé des fresques, des corps humains et même les restes d’un cheval.

Dans une note publiée le 31 mars 2019, j’expliquais que des archéologues avaient découvert un thermopolium, établissement de restauration rapide, dans les ruines de Pompéi. Il se trouve à l’angle du Vicolo delle Nozze d’Argento et du Vicolo dei Balconi. Quelque quatre-vingts édifices du même genre ont déjà été découverts à Pompéi dans le passé.

Dans le thermopolium, les fresques colorées du comptoir ont survécu près de 2000 ans sous les cendres volcaniques et la pierre ponce. Le comptoir est orné de deux très belles peintures bien conservées. L’une représente une néréide assise sur un cheval, tandis que l’autre représente un ouvrier dans l’environnement d’un thermopolium. D’autres fresques aux couleurs vives représentent des animaux qui faisaient partie des ingrédients de la nourriture vendue, comme un poulet et deux canards suspendus par les pattes.

Plusieurs amphores découvertes près du comptoir ressemblent à celles représentées dans la fresque. Il y avait aussi un bol en bronze décoré, connu sous le nom de patera, des pots en céramique utilisés pour la cuisson des ragoûts et des soupes, et des flacons de vin.

J’ai illustré ma note du mois de mars avec plusieurs photos proposées par le Parc archéologique de Pompéi. Lors de sa découverte, les archéologues pensaient que l’établissement avait pu servir de la nourriture chaude.

Depuis la découverte en mars 2019, les archéologues ont mis au jour des objets très intéressants. En particulier, ils ont trouvé des traces d’aliments vieux de près de 2000 ans dans certaines amphores que le commerçant avait placées sous le comptoir percé d’orifices circulaires. Des traces de porc, de poisson, d’escargots et de bœuf ont été retrouvées dans les récipients. Ils témoignent de la grande variété d’ingrédients utilisés pour préparer les plats.

Les archéologues ont également fait apparaître une inscription : “NICIA CINAEDE CACATOR”. Il se peut qu’elle ait un caractère homophobe, mais cela reste à prouver.

Source: Parco Archaeologico di Pompei.

——————————————–

Pompeii keeps revealing its secrets.The eruption of Mount Vesuvius in 79 helped to preserve the wealth of the Roman world for thousands of years. Pompeii and its neighbour, Herculaneum, have revealed frescoes, human bodies and even the remains of a horse.

In a post released on March 31st, 2019, I explained that archaeologists had discovered a thermopolium, an ancient snack bar, in the ruins of Pompeii. The bar is located at the intersection of Vicolo delle Nozze d’Argento and Vicolo dei Balconi. Some eighty thermopolia have already been discovered at Pompeii in the past.

In the thermopolium, the counter’s colourful frescoes have survived nearly 2,000 years under volcanic ash and pumice.  The counter is adorned with two very nice and well preserved paintings. One features a nereid seated on a horse, while the other depicts a worker in a snack bar–type environment. Other brightly coloured frescoes depict animals that were part of the ingredients in the food sold, such as a chicken and two ducks hanging upside down.

Several amphorae discovered close to the counter are very similar to those depicted in the fresco.  There was also a decorated bronze drinking bowl known as a patera, ceramic jars used for cooking stews and soups, and wine flasks.

I illustrated my March post with several images provided by the Archaeological Park of Pompeii. When it was first discovered,archaeologists thought the commercial space might once have served hot food.

Since the discovery in March 2019, archaeologists have made more researched and unearthed very interesting items. In particular, they have found traces of nearly 2,000-year-old food in some of the deep terra cotta jars  which the shop keeper lowered into the counter with circular holes. Traces of pork, fish, snails and beef were found in the containers. They are a testimony to the great variety of animal products used to prepare dishes.

The archaeologists also revealed an inscription: “NICIA CINAEDE CACATOR”. It may be homophobic in nature, but that remains to be proved.

Source: Parco Archaeologico di Pompei.

Source : Parc archéologique de Pompéi