Eruption en vue à la Soufrière de Saint-Vincent ? // Upcoming eruption at Saint-Vincent’s Soufriere ?

Le site web Martinique la 1ère nous apprend ce matin que Saint-Vincent et les Grenadines sont en alerte orange à cause d’une reprise d’activité du volcan de la Soufrière. Les scientifiques indiquent de du magma a atteint le cratère et craignent une éruption explosive.

Depuis le 29 décembre 2020, le lac du cratère a disparu ; comme à Hawaii il y a quelques jours, l’eau s’est évaporée avec la chaleur de l’activité volcanique. Les scientifiques craignent une éventuelle éruption explosive.

L’accès au volcan est interdit. La population à proximité est en alerte. Si la situation devait empirer, des évacuations auraient lieu.

Une augmentation de l’activité sismique autour de la Soufrière est enregistrée depuis le 1er novembre 2020.

La dernière éruption de la Soufrière remonte à 1979.

Pour mémoire, Saint-Vincent-et-les-Grenadines – souvent abrégé en SVG – est un Etat insulaire des Petites Antilles. Il consiste en une île principale, Saint-Vincent, à laquelle s’ajoute une grande partie de l’archipel des Grenadines qui s’étend au sud. La superficie totale du pays est 389 km2, dont 344 km2 pour la seule île de Saint-Vincent, sur laquelle se trouve la capitale, Kingstown.

L’île de Saint-Vincent est volcanique. Son point culminant située à l’extrême nord de l’île est le volcan de la Soufrière avec 1 220 mètres d’altitude.

°°°°°°°°°°°°°°°°

Voici quelques détails supplémentaires sur la situation à la Soufrière de Saint-Vincent.

Le 28 décembre 2020, des habitants vivant près de La Soufrière ont signalé de la vapeur au niveau du cratère, ce qui a incité l’Organisation nationale de gestion des risques (NEMO) à envoyer des équipes pour observer la situation sur le volcan. Dans le même temps, les observations satellitaires ont confirmé une anomalie thermique dans le cratère.

Sur le terrain, la NEMO a confirmé qu’une nouvelle éruption effusive avait commencé. Le  magma édifiait lentement un nouveau dôme de lave dans le cratère. Le nouveau dôme se trouve en bordure de l’ancien dôme de lave de 1979. Il progresse à un rythme semblable à celui du dôme apparu en 1971-1972.

Le niveau d’alerte a été élevé à la couleur Orange (niveau 3 sur 4).

La NEMO a publié une nouvelle carte à risque de La Soufrière :

Zone de danger 1 (zone rouge) – Risque très élevé: Elle comprend tous les secteurs susceptibles de subir des dommages conséquents. Elle est susceptible de recevoir plus de 30 cm de cendres.

Zone de danger 2 (zone orange) – Risque élevé: Elle comprend tous les secteurs exposés aux coulées pyroclastiques modérées et ceux susceptibles de recevoir des projections volcaniques à 5 km du cratère. Elle comprend les zones pouvant subir entre 10 et 30 cm de retombées de cendres.

Zone de danger 3 (zone jaune) – Risque modéré: Cette zone n’est pas exposée aux coulées pyroclastiques mais elle peut être affectée par des retombées de cendres de 5 à 10 cm d’épaisseur, des séismes mineurs.

Zone de danger 4 (zone verte) – Risque faible: Cette zone comprend des zones susceptibles d’être relativement à l’abri des événements dangereux, à l’exception des retombées de cendres de moins de 5 cm d’épaisseur. Les dégâts aux cultures et la perturbation de l’approvisionnement en eau par la cendre seront les principales conséquences

Bien qu’il n’y ait pas d’ordre d’évacuation pour le moment, le Premier Ministre a déclaré que les habitants au nord de Georgetown et de Belle Isle doivent prévoir leur évacuation à bref délai si cela devenait nécessaire.

Aucune prévision ne peut être faite sur l’évolution de la situation.

Source: NEMO, The Watchers.

——————————————-

The Martinique la 1ère website informs us this morning that Saint-Vincent-and-the Grenadines are on Orange alert due to a resumption of activity at the Soufriere volcano. Scientists say magma has reached the crater and fear an explosive eruption. Since December 29th, 2020, the crater lake has disappeared; as in Hawaii a few days ago, the water has evaporated with the heat of volcanic activity. Scientists fear a possible explosive eruption.

Access to the volcano is prohibited. The nearby population is on alert. Should the situation worsen, evacuations would take place.

An increase in seismic activity around the Soufrière has been recorded since November 1st, 2020.

The last eruption of Soufrière dates back to 1979.

For the record, Saint-Vincent-and-the-Grenadines – often abbreviated as SVG – is an island state in the Lesser Antilles. It consists of a main island, Saint Vincent, to which is added a large part of the Grenadines archipelago which extends to the south. The total area of ​​the country is 389 km2, including 344 km2 for the island of St. Vincent alone, on which the capital, Kingstown is located. The island of Saint-Vincent is volcanic. Its highest point located in the far north of the island is the Soufrière volcano with an altitude of 1,220 metres.

°°°°°°°°°°°°°°°°

Here are some more details about the situation at the St-Vincent Soufrière.

On December 28yh, 2020, residents living near La Soufrière reported steam coming from the crater, prompting the National Emergency Management Organization (NEMO) to send out teams to investigate the volcano. At the same time, satellite observations confirmed a thermal anomaly at the crater.

On the field, NEMO confirmed that a new effusive eruption had started, with magma slowly building a new lava dome in the crater. The new dome is growing on the edge of the old lava dome created in 1979, at a rate similar to the dome that grew in 1971/1972.

The Alert Level was raised to Orange (3 of 4).

NEMO has issued a revised Volcano Hazard Map of the volcano.

Hazard Zone 1 (Red Zone) – Very High Hazard: This includes all areas expected to experience maximum damage. This zone is likely to experience more than 30 cm of ash.

Hazard Zone 2 (Orange Zone) – High Hazard: This includes all areas of moderate pyroclastic flows, areas within the 5 km projectile zone, and areas likely to experience between 10 and 30 cm of ashfall.

Hazard Zone 3 (Yellow Zone) – Moderate Hazard:

This zone will be free from the effects of flows and surges but will be affected by 5 to 10 cm thick ashfalls, minor earthquakes.

Hazard Zone 4 (Green Zone) – Low Hazard: This zone includes areas likely to be relatively safe from hazardous events, except for minor ashfall of less than 5 cm. Crop damage and disruption of water supply due to ashfall will be the main effect but other physical damage will be minimal.

 While there is no evacuation notice at this time, the Prime Minister said residents north of Georgetown and Belle Isle should make plans to evacuate at short notice should that become necessary.

No prediction can be made about the evolution of the situation.

Source: NEMO, The Watchers.

Vue du dôme de lave (Crédit photo : NEMO)

Nouvelle carte à risques de Saint-Vincent (Source : NEMO)

L’Islande et la Nature en 2020 // Iceland and Nature in 2020

Alors que 2020 touche à sa fin, le site web Iceland Review propose un résumé des plus grands événements en relation avec la Nature islandaise au cours de l’année écoulée.

L’une des principales actualités concerne les parcs et surtout les parcs naturels. Plusieurs zones naturelles d’Islande ont été officiellement protégées en 2020 par le Ministère de l’Environnement, notamment la zone de Geysir et la churte d’eau de Goðafoss.

Dans les Westfjords, un projet de parc national est né autour de la cascade de Dynjandi (voir ma note du 5 novembre 2020).

Le parc national de Snæfellsnes devrait également être agrandi.

Cependant, la plus grande initiative est la proposition de transformer les hautes terres  (Central Highlands) du centre d’Islande en un parc national qui sera le plus grand d’Europe. Il couvrira environ 30% de la surface de l’Islande. (voir ma note du 10 décembre 2020). Le projet de loi décrivant la création du parc fait l’objet d’un vif débat au Parlement et n’a pas encore été adopté.

Fin janvier 2020 sont  apparus les signes d’une possible accumulation de magma à quelques kilomètres à l’ouest de Þorbjörn Mountain. Un soulèvement du sol et des essaims sismiques ont été enregistrés dans la région, laissant supposer que du magma s’accumulait sous terre. Les habitants de la région se sont préparés à une éventuelle éruption, mais rien ne s’est passé. Le soulèvement de la montagne s’est arrêté début mai, mais une reprise d’activité dans la région ne saurait être exclue.

Trois avalanches de grande ampleur ont balayé les Westfjords en janvier 2020, à Flateyri et Súgandafjörður. Cependant, personne n’a été tué comme en 1995 lorsqu’un événement semblable a causé la mort de 14 personnes. Cependant, les dernières avalanches ont causé des dégâts matériels.

Alors que le gouvernement islandais protégeait de nombreuses zones naturelles en 2020, de nouveaux projets d’extraction sont apparus. Une vaste zone du sud de l’Islande a été vendue à une société minière exploitant du sable. Une société canadienne a acquis tous les droits d’exploitation de l’or en Islande. J’ai expliqué ces projets et leur finalité dans une note publiée le 10 décembre 2020.

En décembre 2020, le gouvernement islandais a révisé ses objectifs climatiques, déclarant que son but était désormais une réduction de 55% des émissions des gaz à effet de serre d’ici 2030, au lieu de  40% comme cela avait été décidé au début du mandat du gouvernement actuel. Cette révision signifie que les émissions de gaz à effet de serre en Islande devront être inférieures de 55% en 2030 par rapport à 1990. L’Islande prévoit de devenir neutre en carbone d’ici 2040.

L’année 2020 s’est terminée sur une note tragique pour les habitants de Seyðisfjörður, dans l’est de l’Islande, lorsqu’une série de coulées de boue a détruit plus d’une douzaine de maisons et de bâtiments historiques de la ville. Heureusement, personne n’a été tué, mais la ville a été évacuée et de nombreuses familles n’ont pas pu rentrer chez elles pour Noël. Le gouvernement a promis de participer à la reconstruction de la ville, même s’il faudra probablement des mois pour évaluer l’étendue des dégâts.

Source: Iceland Review.

——————————————

As 2020 is coming to an end, the Icelandic website Iceland Review offers a summary of Iceland’s biggest nature news stories of the past year.

One of the main news is about parks and above all natural parks. Several of Iceland’s popular natural areas were officially protected in 2020 by the Ministry for the Environment, including the Geysir area and Goðafoss waterfall.

In the Westfjords, a national park is to be established around Dynjandi waterfall (see my post of November 5th, 2020). Snæfellsnes National Park is also set to be expanded.

However, the biggest nature story of the year is the proposal to turn Iceland’s Central Highland into Europe’s largest national park, covering around 30% of Iceland. (see my post of December 10th, 2020). The bill outlining the park’s establishment is being hotly debated in parliament and has yet to be passed.

In late January, there were signs of a possible magma accumulation a few kilometres west of Þorbjörn mountain. Land rise and earthquake swarms were detected in the area, suggesting magma was accumulating underground. Nearby residents prepared for a possible eruption, but nothing happened. Land rise under the mountain stopped by early May, but renewed activity in the area should not be excluded.

Three large avalanches swept across the Westfjords in January, hitting Flateyri and Súgandafjörður. However nobody was killed like in 1995 when a similar event caused the deaths of 14 persons. However, the avalanches caused property damage.

While Iceland’s government protected many natural areas in 2020, others may soon be used for new extraction projects. A large area in South Iceland was sold to a sand mining company while one Canadian mining company acquired all the rights to gold mining in Iceland. I explained these projects in a post released on December 10yh, 2020).

In December 2020, Iceland’s government revised its climate goals, stating it would now aim for a 55% reduction in emissions by 2030, rather than 40% as was decided at the beginning of the current government’s term. The revised policy means Iceland’s greenhouse gas emissions are expected to be 55% lower in 2030 than they were in 1990. Iceland plans to become carbon neutral by 2040.

The year ended on a tragic note for residents of Seyðisfjörður, East Iceland when a series of mudslides destroyed more than a dozen homes and historic buildings in the town. Luckily no one was killed, but the town was evacuated and many local families did not get to return to their homes for Christmas. The government has pledged its support in rebuilding the town, though it will likely take months to even assess the extent of the damage.

Source : Iceland Review.

Quelques merveilles naturelles islandaises (Photos : C. Grandpey)