Fuego (Guatemala): Le bilan s’alourdit // The death toll is mounting

Au moins 192 personnes sont portées disparues et 75 sont mortes à la suite de l’éruption du Fuego le 3 juin 2018. Plusieurs villages sur les pentes du volcan ont été ensevelis sous la cendre et la boue. Les opérations de secours du 5 juin ont été perturbées par l’arrivée d’une nouvelle coulée pyroclastique sur le versant sud du volcan. Plus de 1,7 million de personnes ont été touchées par l’éruption et plus de 3 000 ont été évacuées.
La dernière éruption du 5 juin a surpris beaucoup de gens car les volcanologues avaient déclaré que l’éruption était terminée et ne se reproduirait pas dans un proche avenir. Selon l’INSIVUMEH, il n’y aurait « pas d’éruption imminente au cours des prochains jours ».
Remarque personnelle: Une telle déclaration de la part des volcanologues guatémaltèques est très surprenante car nous savons que les coulées pyroclastiques peuvent se déclencher sans prévenir. Lors de la visite d’un observatoire sur les flancs du Merapi en Indonésie, j’ai été très surpris par le laps de temps très bref entre l’apparition du signal sur les sismographes et le déclenchement de la coulée pyroclastque au sommet du volcan. Le délai aurait été beaucoup trop bref pour avertir du danger. Aujourd’hui, nous ne sommes pas en mesure de prévoir ce genre d’événements. Nous connaissons les volcans où ils sont le plus susceptibles de se produire, mais la prévision s’arrête là.
Source: BBC News.

——————————————

At least 192 people are missing and 75 are dead as a result of the explosion of Fuego volcano on June 3rd, 2018. Villages on the slopes were buried in volcanic ash and mud. Rescue work on June 5th was disrupted when a new eruption sent another pyroclastic flow down the volcano’s south side. More than 1.7 million people have been affected by the eruption, with more than 3,000 evacuated.

The last eruption of June 5th took many by surprise after volcanologists said the eruption was over for the near future. Indeed, INSIVUMEH had predicted « no imminent eruption over the next few days ».

Personal remark: Such a statement from volcanologists is very surprising as we know that pyroclastic flows can be triggered without warning. While visiting an observatory on Mt Merapi, I was very surprised when I saw on the seismographs the very short time between the signal end the event. Today, we are not able to predict this kind of events. We know the volcanoes where they are the most likely to occur, but prediction stops here.

Source: BBC News.

Vue de l’Acatenango et du Fuego depuis Antigua (Photo: C. Grandpey)
Publicités

4 réflexions au sujet de « Fuego (Guatemala): Le bilan s’alourdit // The death toll is mounting »

  1. Bonjour Claude,
    Volcanologie… plus de logis que de terrain.
    Certes, comme vous le dites, prévoir le moment exact du déclenchement d’une éruption volcanique reste aujourd’hui quasiment impossible, surtout lorsque l’Andésite s’en mêle. Cependant, la volcanologie et l’outillage mis à sa disposition permet tout de même, à l’heure actuelle, de détecter le réveil d’un édifice endormit, à supposé, bien sûr, qu’il ait été « mis sur écoute » préalablement et que des équipes bien affutées soient attentives aux suggestions et évolutions possibles des signaux perçus. Il semblerait que le Fuego ait échappé à ce préalable.
    De toutes évidences, tout comme son jumeau l’Acatenango qui se manifesta violemment en 1972, son grand voisin le Pacaya en 2015, ou même l’Agua, pas bien éloigné, qui semble totalement tranquille depuis des siècles, il n’est pas nécessaire d’être devin pour imaginer que tôt ou tard il y aura ici un grand « boum » dévastateur. Oui ces volcans sont très dangereux et dévastateur, ils sont « gris de chez gris » et mériteraient qu’on les ausculte avec d’avantage de minutie, pour les sortir enfin de la catégorie des « imprévisibles ». Mais voilà, on dirait presque dans certains cas, que nous avons rajeunie de quelques siècles, totalement surpris et atterrés par la formidable explosion de l’Ilopango de 535,36 qui ravageât, sans qu’à l’époque on eut compris pourquoi, une bonne partie du Salvador et la quasi-totalité du climat de la Terre.
    Il est fort à parier que tout occuper à ramasser rageusement le lœss si fertile, qui recouvrait le bien « gentil » Kaiserstuhl d’alsace, nous soyons tout étonné un jour de le voir soudainement reprendre du service.
    Si l’histoire ne se répète pas vraiment, ne ferait-elle pas preuve tout de même d’un certain bégaiement ?
    Amicalement
    Pierre Chabat

    J'aime

    1. Bonjour Pierre,
      Nous sommes totalement démunis aujourd’hui devant les volcans gris. On a vu à quel point les volcanologues indonésiens ont pataugé devant les humeurs de l’Agung. Même punition pour ceux du PHIVOLCS qui ne savaient pas comment aller évoluer la colère du Mayon. Leurs homologues ont eu de grosses difficultés en 2010 à gérer l’éruption du Merapi qui a tué plus de 300 personnes. Entre détecter le réveil d’un volcan (cela fait longtemps que le Fuego est réveillé) et prévoir l’évolution d’une éruption, il y a un fossé que nous n’avons toujours pas franchi. L’INSIVUMEH qui gère les volcans guatémaltèques est relativement bien équipé et même s’il l’était davantage, je pense que la dernière éruption aurait abouti un même nombre de morts. Là où je ne suis pas d’accord, c’est quand des scientifiques osent dire qu’un tel volcan ne se manifestera plus. On n’en sait rien. Même les Japonais se font avoir (souvenons nous du Mont Ontake!) La volcanologie actuelle ne sait pas faire grand-chose. A Hawaii, les Américains ne savent pas trop comment va évoluer l’éruption dans le cratère sommital qui est pourtant truffé d’instruments. A la Réunion, ce sont des éruptions d’opérette pour touristes. Dans la mesure où il n’y a pas d’habitations menacées et de vies humaines en jeu, on peut se permettre toutes les fantaisies dans les rapports d’observation. Mon approche des volcans actifs sur le terrain m’a appris la modestie et m’a fait comprendre que nous sommes bien peu de chose face aux forces de la Nature.
      Très cordialement,
      Claude Grandpey

      J'aime

  2. Re-bonjour Claude,
    Si d’aucuns prétendent définir le comble du savoir par son absence totale, alors que les Mahorais soient édifiés, nous sommes certains que la cause les essaims sismiques qui les font vibrer en ce moment, nous échappent complètement.
    Alors que la généreuse expédition de l’OVPF nous ramenait en 2016 de merveilleux souvenirs du « voyage » au Karthala, certes initiatiques mais très peu volcanologiques, notre connaissance du volcanisme Comorien resta à son comble de l’ignorance.
    En sortant « tectoniquement » de l’esprit caustique, il est assez « normal » à mon sens que des manifestations tectoniques émanent d’une région Est de Mayotte qui laisse apparaitre une fissure sous-marine assez importante, orientée Sud Sud Ouest, Nord Nord Est, (Bien visible sur Google earth) peut-être même une espèce de faille transformante, d’où visiblement l’épicentre des vibrations est localisé. Donc, rien de volcanique ici, comme supputé par les médias ce matin!?
    Si l’on à coutume d’associer directement tous volcanismes à son contexte tectonique, quel est donc celui des Comores. Je ne suis pas à ce jour arrivé à « glaner » quelques théories ou hypothèses à ce sujet, auriez-vous quelques pistes ? Si non, j’attendrai patiemment le retour de la mission d’experts qui vient d’être expédiée là bas, pour en savoir d’avantage.
    Re-amitiés
    Pierre Chabat

    J'aime

    1. Très humblement, je sais bien peu de choses sur la tectonique et le volcanisme de cette île. Etant donné sa position, j’aurais tendance à croire que la sismicité actuelle est provoqué par des réajustements de failles. Il faut toutefois être prudent car il y a eu du volcanisme à Mayotte il n’y a pas si longtemps que ça si l’on se projette à l’échelle géologique. Comme vous le dites, attendons le retour des experts…
      Bonne soirée.
      Claude Grandpey

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s