Cleveland (Iles Aléoutiennes / Alaska / Etats Unis)

drapeau francais.jpgL’AVO indique que les dernières images satellites montrent qu’un nouveau dôme de lave s’est formé dans le cratère du Cleveland au cours de la semaine écoulée. En conséquence, la couleur du niveau d’alerte pour l’aviation est repassée à l’Orange et le niveau d’alerte du volcan a été élevé à Vigilance.

 

drapeau anglais.jpgAVO indicates that recent satellite views show that another lava dome has formed in the summit crater over the past week. As a consequence, the alert level for aviation has been raised to ORANGE and the volcano alert level to WATCH

 

Santiaguito & Fuego (Guatemala)

drapeau francais.jpgOn peut lire sur le site web Inside Costa Rica que les volcans guatémaltèques Santiaguito et Fuego ont connu un regain d’activité au cours des dernières heures, ce qui a incité lundi  les autorités à recommander aux compagnies aériennes d’être vigilantes.

L’INSIVUMEH a mis en garde l’aviation civile sur le risque de dispersion des cendres volcaniques dans différentes directions avec les changements d’orientation des vents.

On a enregistré 33 explosions en 24 heures sur le Santiaguito avec des projections jusqu’à 800 mètres de hauteur et des dispersions de cendre vers le SO et le SE.

Des panaches de couleur bleue et blanche étaient émis par le Fuego, avec dispersion vers le SO.

 

drapeau anglais.jpgOne can read on the website Inside Costa Rica that Guatemalan volcanoes Santiaguito and Fuego increased their activity in the last hours and the authorities recommended on Monday to take all the necessary precautions with the surrounding air traffic.
The dispersion of ash in various directions and changes in wind pattern led INSIVUMEH to warn about the civil aviation.
Santiaguito recorded 33 explosions in 24 hours, with a range of up to 800 metres above the crater, leaving ashes scattered in the southwest and southeast.
White and blue plumes up to 100 metres above the crater, with displacement to the southwest, were observed on Fuego.

 

Arrêt des webcams à El Hierro (Iles Canaries / Espagne)

drapeau francais.jpgAu vu de la faible activité éruptive et du coût de l’opération, la Municipalité d’El Hierro et la société Movistar ont décidé de suspendre le service de webcams qui permettait de suivre en direct (et en streaming !) l’éruption sous-marine dans la Mar de Las Calmas, au sud de La Restinga. Le communiqué officiel précise que le service sera à nouveau opérationnel si l’éruption devait s’intensifier. Le site fonctionnait depuis le 10 novembre 2011. Le 23 mars 2012, il avait reçu 1 370 255 visites, avec 333,423 visiteurs uniques. L’Espagne, l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni sont en tête des pays qui ont contribué à cette fréquentation intense.

Source: Canarias 7.

 

drapeau anglais.jpgDue to the low level of eruptive activity and the operating costs, local authorities at El Hierro and the MOVISTAR company have decided to stop the live webcams that allowed to see the submarine eruption off La Restinga. The official report indicates that the service will again be operational if the eruption were to intensify. The site had been operational since November 10th 2011. On March 23rd 2012, it had received 1,370,255 visits from 333,423 single visitors. Spain, Germany, France and the United Kingdom are the main countries that contributed to this success of the website.

Source: Canarias 7.

 

Soufriere Hills (Ile de Montserrat)

drapeaufrancais.jpgDans son dernier rapport, le MVO indique que l’activité du volcan Soufriere Hills reste faible mais que l’on observe une hausse de la sismicité. Deux essaims d’origine volcano-tectonique ont été enregistrés le 22 mars (49 événements) et le 23 mars (54 événements). Les secousses produites par l’essaim du 23 mars étaient nettement plus intenses que celles du 22 mars.
Des observations effectuées le 23 mars ont révélé certaines modifications sur le volcan. L’activité fumerollienne s’est intensifiée et un nouvel évent est apparu sur le versant NO du dôme, derrière Gages Mountain. Une bouche émettant de la vapeur sous pression ainsi qu’une petite quantité de cendre s’est formée à l’arrière de la fracture d’effondrement de février 2010. De légères retombées de cendre se produisent sur le versant occidental du volcan. Des rugissements de dégazage sont perçus de temps en temps au MVO, à 5,75 km au NO.
Les émissions de SO2 au cours de la semaine écoulée atteignaient en moyenne 433 tonnes par jour, avec un maximum de 654 tonnes par jour et un minimum de 282.

drapeau anglais.jpgIn its latest update, MVO indicates that activity at the Soufrière Hills volcano is low, although seismicity has increased. Two swarms of volcano-tectonic earthquakes were recorded on March 22nd and 23rd with 49 events and 54 events, respectively. Earthquakes in the second swarm were markedly larger than those in the first.
Observations on March 23rd showed several changes on the volcano. Fumarolic activity has increased and a new steam vent has appeared on the northwest face of the lava dome behind Gages Mountain. A pulsing steam vent containing a small amount of ash has formed in the back of the February 2010 collapse scar. Very light ashfall is occurring on the western flank of the volcano. Roaring associated with the venting can be heard intermittently from MVO, 5.75 km NW of the volcano.
The average sulphur dioxide measurement for the past week was 433 tonnes per day with a maximum of 654 and a minimum of 282 tonnes

Séismes

Deux séismes d’origine purement tectonique ont secoué ces derniers jours deux pays qui hébergent des volcans actifs.
– Le premier séisme a été enregistré le mardi 24 mars à 20h47 (TU) sur la Hamakua Coast de la Grande Ile d’Hawaii, à 19 km au NNO de Hilo. Sa magnitude était de 4,9. L’épicentre a été localisé à 43,5 km de profondeur. Aucun dégât majeur n’a été signalé et aucune alerte tsunami n’a été déclenchée. L’événement n’a pas eu d’effet sur le Kilauea ou le Mauna Loa.  
– Un puissant séisme de magnitude 7,2 a secoué le Chili dans la région de Maule (215 km au SSO de Santiago) le 25 mars à 22h37 (TU). L’épicentre a été localisé à une profondeur de 30 km. Les autorités chiliennes ne font état d’aucune victime. Le séisme n’a pas déclenché de tsunami.

Source: USGS.

Escapade aux Etats Unis (suite..et fin!)

Mon escapade américaine vit ses derniers jours. L’avant-dernière étape a pour site Natchez, dans l’état du Mississippi, l’une des régions où le travail des esclaves dans les plantations était le plus répandu et le plus dur. Dimanche matin, je me suis rendu dans l’une des églises de la ville afin d’assister à une messe « gospel ». Moment magique qui n’a rien à voir avec les vomisseurs de décibels de la Nouvelle Orléans!
Après une halte à Selma (Alabama) – point de départ de la célèbre marche pour le droit de vote des Noirs le 21 mars 1965 – mon périple se terminera à Atlanta, là où il avait commencé, et où je vais reprendre l’avion à destination de la France, la tête pleine d’images. See you!

TVB.

Natchez.JPG

Coucher de soleil sur le Mississippi à Natchez (Photo: C. Grandpey)

Laki (Islande) & Tambora (Indonésie)

J’ai lu il y a quelques jours dans la presse américaine un article à propos de l’éruption cataclysmale du Tambora (Indonésie) en 1815 et les perturbations climatiques considérables qu’elle entraîna en 1816 dans l’hémisphère nord, que ce soit aux Etats-Unis ou en Europe. Suite à cette éruption qui a atteint le niveau 7 sur le VEI (Index d’Explosivité Volcanique), de nombreux pays connurent « une année sans été » avec, par exemple, 50 centimètres de neige le 6 juin à Wilton dans le Connecticut. Dans toute la Nouvelle Angleterre, l’année 1816 a été surnommée « Eighteen-hundred-and-froze-to-death », autrement dit « L’année-1800-où-il- a-gelé-à-en-mourir». On ne connaît pas le nombre de victimes dans le Connecticut, mais on sait que les récoltes ont été réduites à néant et que le bétail a été durement affecté par cette météo hors du commun. Le phénomène a probablement contribué à accélérer l’émigration en Nouvelle Angleterre. On estime à 71 000 le nombre de personnes tuées par l’éruption sur les îles indonésiennes de Sumbawa où se trouve le Tambora, et sur l’île voisine de Lombok. Les cendres présentes dans l’atmosphère ont provoqué de spectaculaires couchers de soleil qui, dit-on, ont inspiré des peintres comme J.M.W. Turner.

L’éruption du Tambora n’est pas la seule à avoir entraîné des perturbations climatiques de grande ampleur. En 1783, celle du Laki (Islande) avait, elle aussi, profondément affecté les pays de l’hémisphère nord et la France a connu son lot de problèmes.
Quelques jours avant que je découvre l’article de presse sur le Tambora, une amie avait attiré mon attention sur une publication du Groupe d’Etudes Historiques de Verdun faisant allusion à des événements observés le 6 juillet 1783 dans la commune de Verjux en Bourgogne. Dans le registre des baptêmes de 1783, une note du curé de la paroisse, datée du 6 juillet 1783, relatait un tremblement de terre « précédé par des brouillards extraordinaires en plein été qui ont tenu durant plus de trois semaines, à voiler chaque jour le soleil le plus ardent, dans tout le cours de ces 3 semaines ; à persévérer chaque nuit, où la lune et toutes étoiles etoient pleinement voilées […] Il n’en est plus mention, quoiqu’ils aient continué, mais moindres, durant quelque tems ce qui a été suivi par des fièvres qui se sont déclarées dès le mois d’aoust, qui nont pas été mortelles pour le plus grand nombre, mais qui abbatoient touttes les forces et pour longtems »

Un témoignage provenant de Saint-Symphorien-sur-Saône (Côte d’Or), à une quarantaine de kilomètres de Verjux, corrobore nettement celui du curé de cette localité : « On vit depuis le 17 juin jusqu’au mois de juillet une brume dans l’air qui obscurcissait beaucoup les matins et les soirs. Le soleil, dans ce temps-là, paraissait en feu, on le regardait fixement sans éblouir les yeux comme à l’ordinaire. »

Il ne fait guère de doute que ces brumes épaisses voilant le soleil depuis juin, dont parlent le curé de Verjux et le témoin de Saint-Symphorien, sont dues à l’éruption du Laki plus qu’à une éruption de l’Etna comme le prétendent certains.
Commencée en 1783, l’éruption du Laki a duré 8 mois et elle constitue la plus grande catastrophe de l’Islande. Les dégâts matériels sont considérables. Les effets les plus néfastes sont dus à la cendre riche en fluor qui pollue les eaux et les pâturages. Les récoltes et le bétail sont lourdement touchés, entraînant épidémies et famines parmi la population. Entre 1783 et 1786, la mortalité islandaise atteint 22 %.
En France, les famines qui suivent l’éruption du Laki favorisent le mécontentement général, et la multiplication d’émeutes. Certains vont jusqu’à prétendre que l’éruption du laki est à mettre parmi les causes de la Révolution française de 1789.

 

Laki-blog.jpg
La région du Laki (Islande)  [Photo: C. Grandpey]