El Hierro (Iles Canaries / Espagne)

drapeau francais.jpgLe tremor connaît ces derniers jours de très fortes variations, allant d’un signal intense à un signal de quasi extinction. Pendant les périodes intenses, des morceaux de lave apparaissent encore à la surface de l’océan au sud de La Restinga..
Les dernières images bathymétriques (voir le lien ci-dessous) montrent le cône éruptif ainsi qu’une petite vallée d’effondrement (une fracture ?) au SO du cône.
http://www.uclm.es/profesorado/egcardenas/bati.htm

drapeau anglais.jpgThe tremor has gone through great variations during the past days, ranging from an intense signal to hardly any signal. During the intense episodes, chunks of lava can still be seen at the surface of the ocean to the south of La Restinga..
The latest bathymetric images (see link here below) show the eruptive cone as well as a collapse valley ( a fissure?) to the SW of the cone.
http://www.uclm.es/profesorado/egcardenas/bati.htm

 

Hierro-blog.jpg
Exemple de variation du tremor sur le site éruptif.

Erta Ale (Ethiopie): Pourquoi la tragédie?

Après la tragédie qui a coûté la vie à 5 touristes et provoqué l’enlèvement de deux autres sur la lèvre de l’Erta Ale, beaucoup se demandent ce qui a bien pu pousser un groupe de terroristes à abattre des innocents. Le journal américain The Christian Science Monitor essaye de donner une réponse. Il rappelle que le volcan se trouve dans une région de « fracture sismique et politique », à la fois à la frontière de deux plaques tectoniques et de deux pays ennemis – l’Ethiopie et l’Erythrée – qui se sont livrés à une guerre territoriale qui a fait 80 000 victimes. L’Erta Ale se trouve à moins de 25 km de cette frontière qui, aujourd’hui encore, est mal définie. La guerre qui a duré entre 1998 et 2000 n’a pas apaisé la haine qui existe depuis des lustres entre ces deux nations. Il suffit de voir la réaction du gouvernement éthiopien après le drame : avant même de connaître le nombre de victimes, il ne faisait aucun doute que l’Erythrée était le coupable !
Le message de l’Ethiopie à l’attention de la communauté internationale et de son voisin érythréen à l’issue du drame était très clair. Voici les propos tenus par le Ministre des Affaires Etrangères éthiopien : « Le gouvernement ne peut rester passif alors que le régime en place à Asmara continue à encourager en toute impunité les actes de terrorisme à l’intérieur du territoire éthiopien. Il sera obligé de prendre toutes les mesures nécessaires pour mettre un terme une fois pour toutes aux activités du régime érythréen, à moins que la communauté internationale assume ses responsabilités et prenne les mesures nécessaires pour mettre fin à ce comportement abominable ».
Dans une telle ambiance, il va sûrement falloir attendre pas mal de temps pour que la région de l’Afar présente une sécurité suffisante pour accueillir des touristes. Les agences de voyages françaises ont d’ailleurs retiré de leurs catalogues les prochains circuits prévus en Ethiopie.

On remarquera la discrétion des médias français à propos du drame qui s’est déroulé sur l’Erta Ale. Accaparés par le naufrage au large de la Toscane, ils n’ont consacré que quelques lignes ou quelques dizaines de secondes à cet autre événement. Il est vrai que nous ne faisions pas partie des victimes, donc aucun intérêt!