La révolution numérique en volcanologie

L’arrivée de la technologie numérique a profondément bouleversé l’observation des éruptions volcaniques et la communication des informations, avec des effets très importants sur les mondes de l’image et du livre.

Il me plaît à comparer la couverture de l’éruption de l’Etna en 1991-1993 (l’une des plus longues de l’histoire du volcan) et celle de l’éruption qui se déroule actuellement dans le sud de l’Islande.

En 1991, le seul moyen d’être informé sur l’évolution de l’éruption de l’Etna était d’avoir des contacts sur place (guides ou correspondants) qui relataient par courrier écrit ou par téléphone le fruit de leurs observations. La télévision avait un rôle non négligeable, à condition de ne pas diffuser des images d’archives, comme cela se produit malheureusement encore aujourd’hui.

S’agissant des images fixes, il fallait attendre que les photos soient développées ! Les journaux, magazines et autres revues étaient les seuls supports capables de les diffuser.

En 2010, tout est différent. Plus besoin d’ouvrir un journal pour savoir ce qui se passe sur le terrain volcanique à travers le monde. Il suffit de se connecter à Internet et on a accès à une foule de possibilités.

Les webcams permettent d’assister aux éruptions dans son fauteuil. Depuis quelques temps, le « streaming » a remplacé les images fixes qui changeaient toutes les 30 secondes ou toutes les minutes. On voit l’éruption en direct ! Bien sûr, il manque le bruit, les vibrations, la chaleur et les odeurs, mais ce n’est déjà pas si mal.

La plupart des observatoires diffusent régulièrement des bulletins sur l’activité du ou des volcans dont ils sont responsables. Sans oublier les sites privés qui fournissent eux aussi des informations précieuses. La connaissance de l’anglais, de l’espagnol ou de l’italien est toutefois souvent nécessaire pour comprendre ce qui est écrit. Des internautes peuvent ensuite relayer ces informations ; c’est le but de mon blog ou encore d’Infolave que je gère pour le compte de L’Association Volcanologique Européenne.  

Plus besoin de faire développer ses photos ! Les appareils photo numériques permettent de voir les clichés directement après la prise de vue. Il est possible de les mettre en ligne très rapidement sur la Toile. C’est ainsi que l’on a actuellement accès à des milliers d’images de l’éruption islandaise. La qualité des photos est également bien meilleure que ces dernières années. Le défaut (la lave blanche) sur lequel j’avais attiré l’attention semble en régression au vu des photos de l’éruption actuelle. Il est vrai que les logiciels de retouche sont largement utilisés !

 

Le problème, c’est que l’invasion de la technologie numérique a aussi des conséquences négatives. Les laboratoires qui développaient les films argentiques ont, pour la plupart, fermé leurs portes et mis au chômage leurs employés.

Devant l’afflux d’images – souvent de bonne, voire de très bonne qualité – sur Internet, la vente des « beaux livres » a considérablement diminué et la chute continue actuellement. Plus besoin d’acheter un ouvrage pour admirer des photos de qualité quand on peut les voir gratuitement sur un écran ! Des photographes de renom proposent même de superbes fonds d’écrans. De plus, les gens peuvent prendre des milliers de photos avec leurs appareils photo numériques. Il en reste forcément quelques unes qui sont très bonnes et qu’ils conserveront précieusement. De ce fait, certaines maisons d’édition ont connu ou connaissent de grosses difficultés financières et les dépôts de bilan ne sont pas rares. Mon livre Terres de Feu fera probablement partie des derniers ouvrages qui se sont vendus correctement.

 

Tous ces faits sont la rançon du progrès ( ?) contre lequel il paraît qu’on ne peut rien…  

Une réflexion au sujet de « La révolution numérique en volcanologie »

  1. Un petit lien pour aller dans le même sens
    http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/volcanologie/d/en-bref-et-en-video-eyjafjoell-volcan-islandais-star-de-youtube_23422/#xtor=RSS-8

    Et j’y pensais en feuilletant des Volcans et des Hommes, de P Bourseiller et J Durieux, qui n’est pas un « petit » livre, et qui montre des photos… aussi grandes que celle que j’ai en plein écran gratuitement. Le plaisir n’est pas le même, mais cela sera t’il toujours le cas pour une génération encore plus « écrans »…

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.