Kilauea (Hawaii / Etats Unis)

1475806114.57.jpgLa situation n’a pas évolué au cours des derniers jours. La lave en provenance de l’East Rift Zone continue à voyager en tunnels vers l’océan qu’elle atteint sur le site de Waikupanaha. Il n’y a actuellement qu’une seule entrée de lave dans le Pacifique. Aucune incandescence n’est visible depuis pas mal de temps dans le cratère du Pu’u O’o. Des anomalies thermiques décelées par les satellites trahissent la présence de coulées de surface sur le pali, dans le secteur des Royal Gardens.

La bouche dans l’Halema’uma’u continue à émettre un nuage de gaz blanc. Aucune incandescente n’est visible à l’intérieur de la bouche.

Les émissions de SO2 au sommet du Kilauea varient entre 800 et 950 tonnes par jour, alors qu’elle n’étaient que de 140 tonnes par jour entre 2003 et 2007.

Source : HVO.

 

993348610.63.jpgThe situation has been unchanged over the past few days. Lava from the east Rift Zone is flowing through a lava tube system before reaching the Waikupanaha ocean entry. There is currently one single entry to the west of Kalapana. No incandescence has been observed for quite a long time in Pu’u O’o. Anomalies detected in satellite images revealed active surface flows at several locations on the pali, in the Royal Gardens area.

The vent in Halema’uma’u crater continues to produce a white plume of gas. No incandescence can be seen inside the vent.

The SO2 emission rate at the summit ranges between 800 and 950 tonnes per day whereas the 2003-2007 average rate was 140 tonnes per day.

Source : HVO.

Publicités

Nevado del Huila (Colombie)

1475806114.56.jpgSelon l’INGEOMINAS, quatre phases de tremor ont révélé des explosions entre le 22 et le 28 juillet. Des panaches de gaz étaient visibles sur la webcam (voir lien ci-dessous) et ont été aperçus par le pilote d’un vol commercial. Le 23 juillet, des retombées de cendre ont été observées au NO du volcan. Le niveau d’alerte est maintenu à 3 (couleur Jaune) qui indique des modifications dans l’activité volcanique.

Webcam: http://intranet.ingeominas.gov.co/webcam/popayan/webcam_Huila.html

 

993348610.46.jpgAccording to INGEOMINAS, four pulses of seismic tremor indicated explosions between July 22nd and 28th. Gas plumes were seen on the webcam (see the link here below) and by a pilot during a commercial flight. On July 23rd, ashfall was reported in an area to the NW of the volcano. The Alert Level remains at 3 (Yellow), indicating « changes in the behavior of volcanic activity »).

Webcam: http://intranet.ingeominas.gov.co/webcam/popayan/webcam_Huila.html

 

Des détonations sous-marines à la Martinique

Les Martiniquais sont inquiets. Depuis le mois de novembre 2008, on perçoit d’étranges détonations sous-marines sur la côte Caraïbe de l’île ; elles continuent d’alimenter les conversations et les craintes au sein de la population.

Il y a quelques jours, le journal France-Antilles indiquait que « les scientifiques de l’Observatoire volcanologique et sismologique de la Montagne Pelée ont été rapidement informés du phénomène. A force de recherches, ils ont écarté toutes les hypothèses humaines et ont pris soin d’installer fin juin, à 42 mètres de profondeur, un hydrophone. Ce dernier a pour mission d’enregistrer les sons, jusqu’au mois de novembre prochain, afin d’analyser l’origine tellurique de ces ondes. »

On peut encore lire dans le journal qu’ « en différents lieux et profondeurs, les plongeurs entendent ces détonations de façon plus ou moins intense et régulière. Ils y sont maintenant habitués. Rarement, il arrive que le bruit cesse. C’était le cas cette semaine. Aucun son, même faible, ne s’est fait entendre par les oreilles expertes des plongeurs. »

Les scientifiques pensent que le phénomène, sûrement localisable soit sous le flanc sous-marin de la Pelée, soit entre la Martinique et la Dominique, est situé à de grandes profondeurs, peut-être de l’ordre de 500 mètres! En tout cas, selon France-Antilles, ils n’y voient, pour l’instant, aucun danger particulier.

Selon l’expression consacrée: Affaire à suivre, en espérant que les mesures prises pour étudier ce phénomène ne sont pas trop légères….

Sarychev (Iles Kouriles / Russie)

1475806114.66.jpgL’activité se poursuit à un niveau faible. Depuis le 15 juin, on n’a observé aucune nouvelle explosion accompagnée de panaches de cendre. Les mauvaises conditions météo obligent souvent à se rabattre sur les images satellites pour observer l’activité du volcan. C’est ainsi que l’on a vu des panaches de gaz et de vapeur s’étirer sur 30 à 50 km vers l’ouest et le sud les 15, 18, 19 et 21 juillet.

Le Sarychev ne possède pas de réseau sismique.

Source:  Sakhalin Volcanic Eruption Response Team (SVERT)

 

993348610.48.jpgActivity at the volcano continues at a low level. Since June 15th, there have been no other large ash explosions. Due to poor weather conditions, satellite imagery is often used to observe the volcano. Gas-and-steam plumes were seen on July 15th, 18th 19th and 21st drifting 30-50 km W and S.

Sarychev Volcano is not equipped with seismic instrumentation.
Source: 
Sakhalin Volcanic Eruption Response Team (SVERT)

Shiveluch (Kamchatka / Russie)

1475806114.47.jpgLe volcan a émis samedi des panaches de cendre qui sont montés jusqu’à 5000 mètres de hauteur. Plus de 170 épisodes de tremor ont été enregistrés au cours des dernières 24 heures. Ils étaient parfois suivis de puissantes émissions de cendre et d’avalanches pyroclastiques.

Le Shiveluch (3283 m) est entré en éruption en décembre 2006 et n’a cessé d’être actif depuis cette époque. L’acticité volcanique des 2 ou 3 dernières années a considérablement modifié la morphologie du volcan. La taille du cratère a augmenté de moitié et les pentes sont devenues plus raides.

Source : Agence russe d’informations internationales Rianovosti. 

 

993348610.54.jpgThe volcano released ash plumes to a height of about 5,000 metres on Saturday. Over 170 tremors have been recorded in the past 24 hours. Some of them were followed by powerful ash bursts and avalanches.

Shiveluch (3,283 m) last erupted in December 2006 and has been active ever since. Volcanic activity over the past two or three years has significantly altered the morphology of the volcano. The crater has been increasing in size by 50% and the slopes have become far steeper.

Source: Russian international news agency Rianovosti.

Mont Fuji (Japon)

1475806114.45.jpgC’est bien connu : les volcans peuvent tuer, même sans être en éruption. Ce sont souvent des randonneurs qui perdent la vie, par imprudence ou parce qu’ils sont mal préparés à escalader les pentes raides de l’Etna, du Semeru ou du Lengai.

Les dernières victimes se trouvaient sur le Mont Fuji (3776 m d’altitude), gravi chaque été par quelque 200 000 personnes dont un tiers d’étrangers. La police japonaise a retrouvé les corps d’un Américain et de son compagnon d’escalade, portés disparus depuis  la semaine dernière. Ils sont probablement morts d’hypothermie car les conditions météo (froid et neige) étaient très mauvaises. Ces décès viennent s’ajouter à ceux de 10 randonneurs morts de froid la semaine dernière sur l’île d’Hokkaido.

A noter que tous les ans des personnes meurent où sont blessées pendant l’ascension ou la descente du mont Fuji. Ainsi, en 2008, on a relevé 4 morts et 17 blessés.

Le Mont Fuji est une destination extrêmement populaire, en particulier pour les Japonais, qu’ils soient shintoïstes ou bouddhistes, en raison de sa forme caractéristique et du symbolisme religieux traditionnel qu’il représente. Il a d’ailleurs été le sujet d’inspiration de nombreuses œuvres artistiques au cours des siècles. Il était fort prisé par les peintres japonais du 19ème siècle, comme le maître de l’estampe nipponne Katsushika Hokusai  et  ses Trente-six vues du mont Fuji.

 

993348610.60.jpgEverybody knows that volcanoes can kill, even without an eruption. Most often, hikers died because they are reckless or because they are not physically prepared to climb the steep slopes of Mont Etna,  Semeru or Ol Doinyo Lengai.

The latest victims were climbing Mount Fuji (3776 m), like some 200,000 people every summer. A third of them are foreigners. The Japanese police recovered the bodies of an American hiker and a friend of his who had been reported missing since last week. They probably died of hypothermia as weather conditions (cold and snow) were very bad. These deaths come after those of ten other hikers who died of wet and cold on the northern island of Hokkaido.

Every year, a few people die during the ascent and the descent of Mount Fuji. In 2008, four hikers died and secventeen were injured.

Mount Fuji is a very popular destination among the Japanese, whatever their religion, because of its conical shape and the traditional and religious symbol it represents. It has been a frequent subject of Japanese art over the past centuries. Japanese painters loved it, like Katsushika Hokusai and his Thirty-six Views of Mount Fuji.

  

1356441035.gif
Le Mont Fuji (Avec l’aimable autorisation de Wikipedia)

Sakurajima (Japon)

1475806114.57.jpgSelon la Japan Meteorological Agency (JMA), au vu des images satellites et d’après les observations faites par les pilotes, les explosions dans le Cratère Showa généraient des panaches de cendres qui s’élevaient jusqu’à 2 ou 3 km d’altitude à la mi-juillet, avant d’être emportés par le vent vers le SO, le nord et le NE. Le 19 juillet, la JMA a fait passer le niveau d’alerte de 2 à 3, sur une échelle de 5. En effet, la fréquence de l’activité explosive s’était accrue depuis la fin du mois de juin et des ondes de choc étaient ressenties les 18 et 19 juillet.

Il ne faut pas oublier que le Sakurajima se dresse à proximité d’une zone fortement peuplée avec, en particulier la ville de Kagoshima. De nombreux travaux ont été entrepris et des mesures ont été prises afin de limiter les risques encourus par la population. En cas d’éruption majeure, l’évacuation est parfaitement programmée. Chaque 12 janvier, date anniversaire de l’explosion de 1914, elle fait même l’objet d’une répétition générale.

Source : Global Volcanism Network.

 

993348610.46.jpgAccording to the Japan Meteorological Agency (JMA), judging from satellite imagery, and pilot observations, by mid-July explosions from Showa crater occasionally produced plumes that rose to altitudes of 2 – 3 km a.s.l. Plumes were observed drifting SW, N, and NE. On July 19th, JMA raised the Alert Level from 2 to 3 (on a scale of 5). The frequency of explosive eruptions had increased since late June, and shock waves were detected on July 18th and 19th.

One should bear in mind that Sakurajima stands close to a populated area with the town of Kagoshima. Major works have been performed and measures have been taken in order to limit the risks run by the population. In case of a major eruption, the evacuation has been carefully programmed. Every year on January 12th – the anniversary of the 1914 explosion – there is a general rehearsal of the evacuation.

Source: Global Volcanism Network.

1013970031.jpg
Le Sakurajima et la ville de Kagoshima
(Avec l’aimable autorisation de Wikipedia)