Réponses aux commentaires

Comme vous avez pu vous en rendre compte, certains sujets (le décès de Jacques Durieux ou, plus récemment le gaz du lac Kivu) ont entraîné des réactions – certaines très sympa, d’autres moins – chez certains blogonautes. Ne soyez pas surpris devant mon absence de réponse sur mon blog. Par souci de discrétion, je ne réponds jamais publiquement à ces commentaires. Je contacte directement les personnes concernées via l’adresse électronique qu’elles ont fournie. J’aime beaucoup ce genre de dialogue et je pense que c’est la moindre des courtoisies que de montrer à ces personnes que leurs remarques ont été prises en compte.  

Kilauea (Hawaii / Etats Unis)

drapeaufrancais.jpgUne faible incandescence peut être observée de nuit au fond de la bouche qui perce le plancher de l’Halema’uma’u. Les émissions de cendre restent faibles ; on relève surtout de la poussière provoquée par de petits effondrements. Un volumineux panache blanc est emporté par le vent vers le sud-ouest. La dernière mesure des émissions de SO2 effectuée le 27 août révèle 950 tonnes par jour.  

La lave en provenance de l’East Rift Zone continue à s’écouler en tunnels vers le Pacifique où elle entre sur le site de Waikupanaha. Un delta en formation avance vers la mer, avec les risues d’effondrement que l’on connaît. Il est parcouru de plusieurs ruisselets de lave. Aucune coulée de surface n’a été observée sur le pali ou sur la plaine côtière. 

Source: HVO.  

 

drapeau anglais.jpgWeak glow can still be observed inside the Halema`uma`u vent at night. Ash production remains low and is composed mostly of rock dust from frequent small collapses. A thick, white plume is blowing to the southwest. The most recent sulphur dioxide emission rate measurement on August 27th was 950 tonnes / day.

Lava from the East Rift Zone flows through tubes to the coast and is entering the ocean at Waikupanaha. The delta has been building seaward for the last several days, with several small lava streams running on it. The risk of collapse is very high. No surface flows have been seen on the pali or the coastal flat in recent days.

Source: HVO.

Banquette-littorale-Hawaii.gif
Banquette littorale et arrivée de lave en 2006 (Photo: C. Grandpey)

Le lac Kivu (République Démocratique du Congo): une bombe à retardement!

En 1986, une nappe de gaz carbonique – évaluée à 1,2 millions de tonnes – s’échappait du lac Nyos au nord-ouest du Cameroun et asphyxiait environ 1700 personnes et de très nombreuses têtes de bétail.

Une catastrophe similaire pourrait se produire à nouveau un jour ou l’autre sur les rives du lac Kivu, à cheval sur la frontière entre la République Démocratique du Congo et le Rwanda. En effet, le lac renferme de très importantes quantités de méthane et de CO2 susceptibles de se répandre à l’air libre et d’anéantir des populations. Il suffirait qu’un séisme ou une coulée de lave du Nyiragongo tout proche vienne perturber l’équilibre fragile du lac pour que les gaz s’en échappent.

La zone du lac la plus inquiétante est le Golfe de Kabuno, au nord-ouest du lac Kivu, où une poche de CO2 estimée à 3 kilomètres cubes sommeille à 12 mètres sous la surface de l’eau, à la verticale d’une faille tectonique.

Il semblerait donc urgent d’évacuer cette poche de gaz – qui contient 10 fois plus de gaz carbonique que le lac Nyos – avant qu’elle s’échappe et asphyxie des milliers de personnes. En effet, il y a plusieurs gros villages sur les rives du Golfe de Kabuno et la ville de Goma (un million d’habitants) est située à 20 km à l’est.   

Michel Halbwachs, volcanologue à l’Université de Savoie, a mis en garde les autorités sur les risques encourus dans cette région déjà durement frappée par les conflits ethniques. Si le vent venait à pousser la nappe de CO2 vers Goma, le bilan serait très lourd. Rappelons que Michel Halbwachs et Jean-Chistophe Sabroux (que je salue en passant) ont mis en place sur le lac Nyos un ingénieux système de pompage du CO2. L’expérience a d’ailleurs été remarquablement décrite dans un documentaire intitulé Les orgues de Nyos.

La Banque Mondiale a prévu un budget de 3 millions de dollars pour pomper le CO2 du lac Kivu. Les gouvernements rwandais et congolais ont aussi prévu d’extraire le méthane qui représenterait une source de revenus intéressante pour ces pays relativement pauvres. Les deux états ont signé un projet de production de 200 mégawatts à partir des réserves de méthane du lac.

Le temps presse. Si  rien n’est fait rapidement, on dira une nouvelle fois que l’homme n’a pas su tirer les leçons d’une catastrophe naturelle précédente !  

Koryaksky (Kamchatka / Russie)

drapeaufrancais.jpgLe dernier bulletin du KVERT indique que la sismicité était légèrement au-dessus du niveau de base entre le 20 et le 23 août, sans toutefois dépasser le niveau des jours précédents. Des panaches de gaz contenant de la cendre s’élevaient jusqu’à 3,7 km d’altitude les 26 et 27 août. Au vu des images satellites, ces panaches s’étiraient sur plus de 385 km en direction de l’est entre le 20 et le 27 août.

Le niveau d’alerte est maintenu à l’Orange.  

 

drapeau anglais.jpgSeismicity was slightly above background levels on August 20th – 23rd and didn’t exceeded background levels in the other days of week. Gas-steam plumes containing ash and raising up to 3.7 km a.s.l. were observed on August 26th-27th. According to satellite data, ash plumes extending more than 385 km mainly to the eastern directions from the volcano were registered between August 20th and 27th.

The alert level remains at Orange.