Volcan de boue de Piparo (Trinité & Tobago): Crainte d’une nouvelle éruption // Piparo mud volcano (Trinidad & Tobago): Fear of another eruption

On peut lire sur le site Web The Watchers que les autorités et les scientifiques craignent une nouvelle éruption du volcan de boue de Piparo (Trinité-et-Tobago). Selon eux, l’éruption de 1997 pourrait se reproduire cette année. Elle avait entraîné l’évacuation permanente de plus de trente maisons. Aucun décès n’avait été signalé, mais les dégâts matériels avaient été considérables. Au total, 33 maisons et plusieurs voitures avaient été ensevelies sous la boue devenue dure comme du béton.
Comme je l’ai écrit dans une note précédente, il a été fait état d’explosions et de fractures par des habitants après l’explosion du 21 septembre 2019. Plusieurs jours après cet événement, les fissures dans le sol semblent s’agrandir. En outre, la zone a subi un affaissement de l’ordre d’un mètre depuis le 22 septembre.
Les scientifiques craignent une éruption semblable à celle qui a eu lieu il y a 22 ans. Selon certaines informations, il y avait eu à l’époque une pause de l’activité, suivie d’une impressionnante éruption de boue avec des gerbes atteignant 61 mètres de hauteur.
Au vu des résultats des tests effectués par les scientifiques, il s’avère que le véritable danger, ce ne sont pas les gaz, mais les coulées de boue qui pourraient tuer des personnes. Les géologues ont déclaré qu’il est difficile de prévoir avec précision le déclenchement d’une éruption du volcan de boue. .

Il est demandé aux autorités de continuer d’émettre des alertes d’évacuation pour tous les habitants dans un rayon de 500 mètres jusqu’à ce qu’il n’y ait plus de risque. Si des personnes refusent de quitter les lieux, une évacuation obligatoire devra être mise en place ; des moyens de transport et des abris doivent être mis à la disposition des personnes évacuées. Le département  de la Sécurité Nationale doit également veiller à ce que les biens des personnes évacuées soient mis en sécurité pendant leur absence.
La zone du volcan de boue a été fermée au public jusqu’à nouvel ordre.
Source: The Watchers.

———————————————–

We can read on the website The Watchers that authorities ansd scientists fear a new eruption of the Piparo mud volcano in Trinidad and Tobago. They said the 1997 eruption might occur again. The 1997 eruption resulted in the permanent displacement of at least 31 households. No fatalities were reported, but the damage to properties was devastating. A total of 33 houses and several cars were buried under the mud that hardened into concrete.

As I put it in a previous post, loud explosions and cracks were reported by residents near the area on September 21st 2019, and several days after the event, the cracks in the ground appear to be widening. Besides, the area has now undergone subsidence in the order of 1 metre since September 22nd.

Scientists express fear over the possibilities of another devastating eruption like the one that took place 22 years ago. Reports said after rumblings, there was a lull in activity, followed by a massive mud eruption up to 61 metres high.

After experts conducted tests, it was revealed that the real danger is not the gases, but the mudflow which could be fatal to humans. Experts said the development of an impending underground disaster might not be accurately monitored.

Authorities are prompted to continue issuing evacuation alerts for all residents within a 500-metre radius until there are no more risks. If people refuse to move, then a mandatory evacuation must be implemented and transportation and shelter provided for the evacuees. The Ministry of National Security must also ensure that people’s properties are well secured and safe in their absence.

The area of the mud volcano has been closed to the public until further notice.

Source : The Watchers.

Photo du site de l’éruption prise par un drone (Source: The American Association of Petroleum Geologists)

Volcan de boue de Piparo (Trinité & Tobago) // Piparo mud volcano (Trinidad & Tobago)

Le Ministère de la Sécurité Nationale a averti la population que la zone du volcan de boue de Piparo est maintenant interdite d’accès aux véhicules et de piétons. Elle est considérée comme une zone de catastrophe naturelle.  Les habitants sont instamment priés de rester à l’écart de la zone car le volcan peut entrer en éruption à tout moment. La zone a été bouclée avec du ruban de sécurité. Les autorités locales ont également multiplié les patrouilles dans le secteur.
Les géologues ont effectué de nombreuses analyses  sur le site ainsi que des relevés à l’aide de drones pour établir une cartographie 3D du site. La population a également été consultée à propos du regain d’activité du volcan de boue. Une personne a indiqué que des fissures se sont formées sur la route principale de Piparo et que sa maison a été endommagée. Comme je l’ai écrit précédemment, une forte odeur de soufre a envahi la zone du volcan.
Source: Trinidad Daily Express.

———————————————

The Ministry of National Security has warned the population that the Piparo mud volcano is now closed to vehicular and pedestrian traffic. It is considered as a disaster zone. Residents are strongly asked to stay away from the area as the volcano could erupt at any time. The area has been cordoned off with caution tape. Local authorities have also increased patrols in the area.

Geologists have conducted numerous tests at the site as well as drone surveys to produce a 3D mapping of the area. Residents have also been consulted on the increased activity. One person reported cracks forming on the Piparo Main Road which also caused damage to her home. As I put it before, a strong sulphur odour has invaded the area.

Source: Trinidad Daily Express.

On trouve des volcans de boue dans plusieurs régions du monde, comme les Maccalube di Aragona en Sicile. (Photo : C. Grandpey)

Explosion du volcan de boue de Piparo (Trinité et Tobago) // Explosion of the Piparo mud volcano (Trinidad and Tobago)

Le volcan de boue de Piparo a connu une forte explosion à 21h08 (heure locale) le 21 septembre 2019. En mai de cette même année, des géologues ont déclaré que la pression montait sous le volcan, faisant craindre une nouvelle éruption. On pense que le volcan de boue a un cycle éruptif de 25 à 30 ans.
Des fractures sont apparues sur les routes et dans les habitations de plusieurs localités à proximité du volcan de boue et il y avait une forte odeur de soufre dans l’air.
Une éruption dévastatrice a eu lieu à Piparo le 22 février 1997. Des voitures et des maisons ont été ensevelies sous 2,5 kilomètres cubes de boue qui s’est rapidement durcie. Bien que personne n’ait été tué, 31 familles ont été définitivement évacuées de leurs maisons.
Source: Trinitad and Tobago Guardian ; The Watchers.

J’ai écrit une note sur ce volcan le 14 mai 2019 avec une vidéo montrant l’éruption de 1997:
https://claudegrandpeyvolcansetglaciers.com/2019/05/14/prochaine-eruption-du-volcan-de-boue-de-piparo-trinite-will-piparos-mud-volcano-soon-erupt-trinidad/

———————————————

 A strong explosion of the Piparo mud volcano was reported at 22:08 (local time) on September 21st. In May 2019, geologists said pressure was building up under the volcano, raising fears another eruption was imminent. It is thought Piparo has a cyclic­i­ty of large erup­tions every 25 to 30 years.

Cracks appeared across roads and homes in several communities close to the mud volcano and there was a strong sulphur scent in the air.

A devastating eruption took place at Piparo on February 22nd, 1997. Cars and homes were buried under a 2.5-cubic kilometre of mud that quickly hardened. Though no one was killed, 31 families were permanently displaced from their homes.

Source:  Trinidad and Tobago Guardian ; The Watchers.

I wrote a post about this volcano on May 14th, 2019, with a video showing the 1997 eruption:

https://claudegrandpeyvolcansetglaciers.com/2019/05/14/prochaine-eruption-du-volcan-de-boue-de-piparo-trinite-will-piparos-mud-volcano-soon-erupt-trinidad/

Source: Google Maps

Volcans du monde // Volcanoes of the world

Voici quelques faits marquants de ces derniers jours:

Stromboli (Sicile):

Voici le déroulement de l’événement éruptif observé sur le Stromboli le 3 juillet 2019 tel qu’il a été décrit par l’INGV :

Une séquence paroxystique a été observée à partir de 14h46 (GMT) – toutes les heures sont exprimées en GMT – le 3 juillet 2019. Le début du phénomène a été précédé par une intensification de l’activité strombolienne au niveau d’une bouche éruptive dans la zone centre-sud (S2) et deux autres dans la zone nord (N1 et N2), ainsi que par une activité de spattering au niveau de deux bouches situées dans la zone centre-sud (S1 et C).

À 13h59, une explosion dans la partie centre-sud de la terrasse cratérique a généré un débordement de lave qui s’est répandue sur la partie supérieure de la Sciara del Fuoco.

À partir de 14h43 et 10 secondes, le débordement de lave a concerné toutes les bouches actives à l’intérieur de la terrasse cratérique : en particulier la bouche C à 14h43:10,  les deux bouches N1 et N2 à 14h44:20. A 14h45:00, le débordement de lave a commencé à partir de la bouche S2.

À 14h45:50, il y a eu une explosion plus intense de la bouche N1, avec une coulée de lave.

La phase paroxystique a commencé à 14h46 dans la partie centre-sud du cratère, suivie de deux explosions latérales à 14h46:10 et 14h46:20, vraisemblablement dans la zone centre-sud de la terrasse cratérique.

À 14h46:40, on a enregistré la principale explosion paroxystique affectant l’ensemble de la terrasse cratérique. L’événement a alimenté un débordement de lave qui s’est mis en place sur la Sciara del Fuoco. Des blocs incandescents se sont détachés du front de coulée et ont roulé jusqu’à la mer. Le personnel de l’INGV sur le terrain a observé une colonne éruptive s’élevant à environ 4 km au-dessus de la zone sommiyale du volcan. Les produits générés par le paroxysme et l’effondrement de la colonne éruptive principale, ainsi que par des deux déflagrations latérales sont retombés le long des flancs du volcan. Ils ont généré au moins deux flux pyroclastiques à forte turbulence qui ont dévalé la Sciara del Fuoco pour finalement atteindre la mer.

À 14 h 59:40, l’activité strombolienne a repris, avec des explosions plus intenses que celles habituellement observées, et le refroidissement des produits retombés sur le volcan. La lave a continué à s’écouler en formant au moins deux bras.
Le 4 juillet 2019, au moment de l’élission du bulletin de l’INGV, des projections étaient observées dans la partie centre-sud du cratère et un débordement de lave actif continuait à avancer dans le secteur sud de la Sciara del Fuoco, atteignant le littoral.
Source: INGV.

++++++++++

Nouveau lac de lave:

Alors que les lacs de lave semblent se faire de plus en plus rares ces temps-ci, le British Antarctic Survey nous apprend que l’un d’entre eux a été découvert dans le cratère du Mont Michael, un volcan actif qui culmine à 990 mètres sur l’île Saunders, l’une des Iles Sandwich du Sud. Soupçonnée depuis 2001, la présence du lac de lave a été confirmée après l’analyse d’images haute résolution prises par les satellites Landsat et Terra de la NASA et Sentinel-2 de l’ESA, entre 2003 et 2018. Le lac de lave est resté visible pendant toute la période d’observation.

La presse internationale affirme qu’il s’agit du huitième lac de lave persistant connu au monde et du premier lac de lave situé au sein des territoires britanniques d’outre-mer. Le lac de lave du Mont Michael présente un diamètre d’environ 110 mètres. Selon le British Antarctic Survey, la température de la lave varie entre 989 et 1.279°C sous une croûte dont la température de surface se situe entre 284 et 419°C.

Actuellement, des lacs ou chaudrons de lave persistent dans le cratère du Nyiragongo (RDC), du Masaya (Nicaragua) et de l’Erebus (Antarctique. Par contre, ils ont disparu – au moins momentanément – du Kilauea (Hawaii), de l’Erta Ale (Ethiopie), du Marum et du Benbow (Vanuatu) et, aux dernières nouvelles, du Nyiamuragira (RDC).

Source : Presse internationale.

++++++++++

Les volcans de boue ne doivent pas être ignorés. Leurs éruptions peuvent être violentes et certaines d’entre elles ont tué des gens. Le volcan de boue de Wandan à Taiwan est entré en éruption le 8 juillet 2019, projetant de la boue à plus de 1,5 mètre de hauteur. L’éruption s’est poursuivie le 9 juillet avec des flammes qui sortaient du sol. La dernière éruption de ce volcan de boue a eu lieu le 24 décembre 2018.
Le gouvernement local a envoyé de toute urgence une pelleteuse pour mettre en place un barrage permettant d’éloigner la boue des terres cultivées à proximité. La boue qui s’était accumulée lors de l’éruption de l’année dernière n’avait toujours pas été évacuée de sorte que les champs sont maintenant recouverts de coulée de boue, au grand désespoir des agriculteurs qui espèrent que le gouvernement va instaurer un système de subventions.
Le volcan de boue de Wandan entre en éruption tous les 6 mois à 2 ans en divers endroits dans un rayon de 2 km.
Source: The Watchers.

———————————————-

Here are a few highlights of the past days:

INGV has described the course of the eruptive event observed on Stromboli on July 3rd, 2019:

A paroxysmal sequence was observed from 14:46 (GMT) – all hours are expressed in GMT – on July 3rd, 2019. The onset of the phenomenon was preceded by an intensification of Strombolian activity at an eruptive vent in the south-central zone (S2) and two others in the northern zone (N1 and N2), as well as spattering activity at two vents located in the central-south zone (S1 and C).

At 13:59, an explosion in the south-central part of the crater terrace generated an overflow of lava that spread over the upper part of the Sciara del Fuoco.
From 14:43 and 10 seconds, the lava overflow affected all the active vents inside the crater terrace: in particular Vent C at 14:43: 10, the two Vents N1 and N2 at 14:44:20. At 14:45:00, a lava overflow started from Vent S2.
At 14:45:50, there was a more intense explosion of Vent N1, with a lava flow.
The paroxysmal phase began at 14:46 in the south-central part of the crater, followed by two lateral explosions at 14:46:10 and 14:46:20, presumably in the south-central zone of the crater terrace.
At 14:46:40, INGV recorded the main paroxysmal explosion affecting the entire crater terrace. The event generated a lava overflow that travelled on the Sciara del Fuoco. Incandescent blocks broke away from the flow front and rolled into the sea. INGV field personnel observed an eruptive column about 4 km above the summit area of ​​the volcano. The materials generated by the paroxysm and the collapse of the main eruptive column, as well as by two lateral explosions, fell down along the flanks of the volcano. They generated at least two turbulent pyroclastic flows that rushed down the Sciara del Fuoco to finally reach the sea.
At 14:59:40, strombolian activity resumed, with explosions more intense than those usually observed, and the cooling of the products that had fallen on the volcano. Lava continued to flow, forming at least two branches.
On 4 July 2019, at the time of the release of the INGV bulletin, projections were observed in the south-central part of the crater and an overflow of active lava continued to advance in the southern sector of the Sciara del Fuoco, reaching the coast.
Source: INGV.

++++++++++

New lava lake :

While lava lakes seem to be getting scarce these days, the British Antarctic Survey informs us that one of them was discovered in the crater of Mount Michael, an active volcano that rises 990 metres on Saunders Island, one of the South Sandwich Islands. Suspected since 2001, the presence of the lava lake was confirmed after analysis of high resolution images taken by NASA’s Landsat and Terra satellites and ESA’s Sentinel-2 between 2003 and 2018. The lava lake remained visible throughout the observation period.
The international press says it is the world’s eighth largest known lava lake and the first lava lake in the British overseas territories. The Mount Michael lava lake has a diameter of about 110 metres. According to the British Antarctic Survey, the temperature of the lava varies between 989 and 1.279°C under a crust whose surface temperature is between 284 and 419°C.
Currently, lava lakes or lava cauldrons persist in the crater of Nyiragongo (DRC), Masaya (Nicaragua) and Erebus (Antarctica) but have disappeared – at least for a moment – from Kilauea (Hawaii), Erta Ale (Ethiopia), Marum and Benbow (Vanuatu) and, according to the latest news, from Nyiamuragira (DRC).
Source: International Press.

++++++++++

Mud volcanoes should not be ignored. Their eruptions can be powerful and some of them have killed people. The Wandan mud volcano in Taiwan erupted on July 8th, 2019, ejecting mud more than 1.5 metres above the ground. The eruption continued on July 9th with flames coming out of the ground. The last eruption of this mud volcano was on December 24th, 2018.

​The local government urgently dispatched an excavator to ward off the mud from the nearby cropland. The mud that had gathered during last year’s eruption had not cleared and now the field is covered with mudflow, affecting farmers who hope the government will set up a system of subsidies.

The Wandan mud volcano erupts every 6 months to 2 years at various places inside a radius of 2 km.

Source: The Watchers.

Vue au sol et image satellite du Mt Michael (Source: British Antarctic Survey)

Prochaine éruption du volcan de boue de Piparo (Trinité) ? // Will Piparo’s mud volcano soon erupt (Trinidad) ?

Piparo est un petit village de l’île de la Trinité (voir la carte ci-dessous), situé au sud de la chaîne de montagnes qui traverse l’île. On y observe un volcan de boue qui est entré en éruption le 22 février 1997 en causant de gros dégâts. Les vibrations du sol et des grondements ont alerté la population qui a pu fuir à temps, mais rien ne laissait prévoir l’éruption très spectaculaire. Des voitures et des maisons ont été ensevelies sous plus d’un kilomètre carré de boue qui s’est rapidement durcie pour devenir une surface dure comme du béton. Bien que personne n’ait été tué, 31 familles ont dû être relogées.
Le volcan de boue est inactif depuis l’éruption de 1997. On peut encore voir les vestiges de maisons et de routes détruites pendant cet événement.
Le volcan de boue de Piparo n’est pas un cas isolé à la Trinité. Bien que beaucoup plus rares sur terre, les volcans de boue ont également formé des îles temporaires au large de la Trinité en 1964 et 2001. En outre, il existe une quinzaine d’autres volcans de boue dans la région.
Le Trinidad and Tobago Guardian nous informe ces jours-ci que l’on observe une hausse de la pression sous le volcan de boue de Piparo, avec la crainte d’une nouvelle éruption à court terme. Les géologues ont déclaré que des modifications avaient également été observées à la surface et sous la surface des bouches éruptives qui se sont manifestées il y a 22 ans.
Les statistiques montrent que le volcan entre en éruption tous les 25 à 30 ans, ce qui laisse craindre une éruption imminente. Les géologues expliquent que « bien que les données laissent supposer actuellement que le volcan de boue est  » en train de gonfler « sous l’effet de l’augmentation de la pression en profondeur, nos résultats sont encore préliminaires car des tendances à plus long terme sont nécessaires pour définir de manière concluante le statut du volcan de boue. Il faut toutefois demander à la population et à tous ceux qui côtoient quotidiennement le volcan de boue d’être vigilants. »

Voici une vidéo montrant l’éruption spectaculaire du volcan de boue en février 1997:
https://youtu.be/mCYTPWIIsdo

Source: The Watchers, Trinidad and Tobago Guardian.

———————————————————-

Piparo is a small village in Trinidad (see map below), on the southern edge of Trinidad’s Central Range. The village is the site of a mud volcano xhose dramatic eruption caused huge damage on February 22nd, 1997. Thanks to tremors and rumbling that gave precious little warning of the devastating eruption to come, villagers were able to flee at the last minute. Cars and homes were buried under more than a square kilometre of mud that quickly hardened into a concrete-like marerial. Though no one was killed, 31 families were permanently displaced from their homes.

The mud volcano has been inactive at the site of the 1997 eruption. The remnants of destroyed houses and roads have been still visible to this day.

Piparo’s mud volcano eruption is no isolated case in Trinidad. Though much more rare than their appearance on land, mud volcanoes also formed temporary islands off Trinidad in 1964 and 2001. Moreover, approximately 15 other mud volcanoes also exist in the area.

The Trinidad and Tobago Guardian informs us these days that pressure is building up again under the Piparo mud volcano, with fears another eruption is imminent. Geologists said active changes have also been observed on the surface and subsurface of volcanic vents which erupted 22 years ago.

Statistics show that the volcano erupts every 25 to 30 years, which raises the fears that an erup­tion can be im­mi­nent. Geologists say that « while the da­ta cur­rent­ly sug­gests that the mud vol­cano is ‘swelling’ as pres­sure builds at depth, our find­ings are still pre­lim­i­nary as trends over a longer term are need­ed to con­clu­sive­ly state the sta­tus of the mud vol­cano. Nev­er­the­less, we need to pre­pare the com­mu­ni­ty and all those that tra­verse the mud vol­cano dai­ly to be vig­i­lant. »

Here is a video showing the dramatic eruption of the mud volcano in February 1997:

https://youtu.be/mCYTPWIIsdo

Source : The Watchers, Trinidad and Tobago Guardian.

Situation de la République de Trinité et Tobago et du village de Piparo (Source: Google Maps)

Volcan de boue au Guatemala // Mud volcano in Guatemala

On peut regarder sur YouTube un clip réalisé le 13 janvier 2019 à Santa Rosa, dans le sud du Guatemala. On y voit un cratère renfermant une mare de boue très active. Il est apparu dans un lagon très fréquenté par les touristes. La vidéo montre plusieurs personnes autour du cratère d’où s’échappe également du gaz. Les autorités étudient actuellement le cratère pour savoir s’il fait partie d’une nouvelle activité volcanique susceptible d’affecter le tourisme dans la région.
Les volcans de boue – parfois appelés marmites du diable – sont assez répandus dans les régions volcaniques. La boue se forme principalement lorsque l’eau, qui a été chauffée sous terre, commence à se mélanger avec des matériaux. Ces derniers sont ensuite poussés vers la surface par la pression de gaz en empruntant généralement une faille ou une fracture géologique. La température de la boue atteint généralement une centaine de degrés. C’est la température que j’avais mesurée dans des volcans de boue en aval de la Dragon’s Mouth à Yellowstone il y a quelques années. Le gaz émis est principalement du méthane, ce qui explique les explosions qui peuvent se produire sur les sites. De telles explosions ont été observées le 11 août 2008 dans les Maccalube di Aragona en Sicile. Elles ont tué deux enfants en septembre 2014.
Voici une vidéo du volcan de boue au Guatemala:

https://www.msn.com/en-au/video/lifestyle/guatemalan-authorities-investigate-new-volcanic-crater-in-tourist-hot-spot-lagoon/vp-BBSdrVk?fbclid=IwAR3ei6yX5dqcxEQToZ44Vm0Qb9SGVd36eJ9abbMlAFLOpk9VGMvQssvU3Ro

————————————————–

One can watch on YouTube a clip that was captured on January 13th, 2019 in Santa Rosa, southern Guatemala. It shows a crater with a very active mud pool that has appeared in a lagoon popular for tourists. The footage shows a crowd watching the crater spewing mud and gas up into the air. Authorities are investigating if the crater could be part of a new volcano activity that could affect tourism in the area.

Mud volcanoes – sometimes called devil’s caldron – are fairly common in volcanic areas. The mud is mostly formed as hot water, which has been heated deep below the Earth’s surface, begins to mix and blend with subterranean mineral deposits. This material is then forced upwards under the pressure of gases through a geological fault or fissure. The temperature of the mud usually reaches about 100°C. This was the temperature I measured near Dragon’s Mouth at Yellowstone a few years ago. Most of the gas released from mud cauldrons is methane, which accounts for the explosions that may occur on the sites. Such explosions were observed on August 11th, 2008 at the Maccalube di Aragona in Sicily. They killed two children in September 2014.

Here is a video of the mud caldron in Guatemala:

https://www.msn.com/en-au/video/lifestyle/guatemalan-authorities-investigate-new-volcanic-crater-in-tourist-hot-spot-lagoon/vp-BBSdrVk?fbclid=IwAR3ei6yX5dqcxEQToZ44Vm0Qb9SGVd36eJ9abbMlAFLOpk9VGMvQssvU3Ro

Volcan de boue sur le site des Maccalube di Aragona (Sicile)

« Marmite du diable » à Namaskard (Islande)

[Photos: C. Grandpey]

Volcan de boue Devil’s Woodyard (Trinité-et-Tobago) // Devil’s Woodyard mud volcano (Trinidad and Tobago)

Une reprise d’activité vient d’être observée sur volcan de boue de Devil’s Woodyard à Trinité-et-Tobago. Des grondements et des explosions ont secoué la communauté d’Hindustan vers 4 h 20 et de nouveau vers 8 h 52 le 13 février 2018. Quelque 40 personnes ont dû être évacuées. La première éruption a duré environ 20 secondes avec des jets de boue d’environ 6 mètres de hauteur. La seconde éruption a duré cinq secondes avec des projections à environ 3 mètres de hauteur. La boue s’est répandue sur environ 45 mètres tout autour du cratère.
Les pompiers ont demandé aux habitants d’évacuer leurs maisons et à retirer leurs véhicules de la zone menacée. Malgré les consignes, des centaines de personnes ont afflué vers le site en espérant apercevoir l’éruption. La police a finalement bouclé la zone et empêché quiconque d’entrer dans Hindustan Road.
Le bâtiment des toilettes situé près du site du volcan de boue s’est affaissé de quelques dizaines de centimètres tandis que le sentier de galets conduisant au site a été gravement endommagé. Des fractures se sont formées jusqu’à environ 2 000 mètres du cratère. La police a averti les habitants de quelque 25 maisons proches du volcan de boue qu’une évacuation pourrait devenir nécessaire. Dans cette éventualité, trois abris dans l’école primaire, l’école presbytérienne et le centre communautaire d’Hindustan, tous situés dans des zones sûres, ont été équipés pour accueillir les personnes évacuées. Les habitants ont finalement été autorisés à retourner chez eux.
La dernière éruption de ce volcan de boue a eu lieu en 1995 ; elle a tué une personne et laissé 31 familles sans abri.
La première éruption connue de ce volcan a eu lieu en 1852.
Source: Trinidad Guardian, The Watchers.

Selon les journaux locaux, l’éruption est maintenant terminée…jusqu’à la prochaine fois! Il se dit que le volcan de boue de Devil’s Woodyard se manifeste tous les 20-30 ans. Wait and see!

—————————————-

New activity is taking place at Devil’s Woodyard mud volcano in Trinidad and Tobago. Rumbles and explosions shook the community of Hindustan around 4.20 am and again at 8.52 am., on February 13th 2018. Some 40 people had to be evacuated. The first eruption lasted for about 20 seconds before jets of mud began spewing about 6 metres in the air. The second lasted about five seconds and went up about 3 metres in the air. The volcanic mud extended some 45 metres in each direction of the crater.

Firefighters called on residents to evacuate their homes and remove their vehicles from the area. Despite the call, hundreds of people flocked to the scene hoping to catch a glimpse of the eruption. Eventually, police cordoned off the area and prevented anyone from entering Hindustan Road.

The toilet area near the volcanic site sank a few tens of centimetres, while the cobble stones from the walkway leading to the site were severely damaged. Cracks developed about 2,000 metres from the crater. The police warned residents of some 25 homes close to the mud volcano that a full-scale evacuation might become necessary. In the event of an evacuation, three shelters at the Hindustan Government Primary School, Presbyterian School and Community Centre, all of them in safe areas, were equipped to welcome evacuees. Residents were finally allowed to return to their homes.

The last eruption of this volcano took place in 1995, killing 1 person and leaving 31 families homeless.

The first known eruption of this volcano took place in 1852.

Source: Trinidad Guardian, The Watchers.

According to the local newspapers, the eruption is now over…until the next one. The rumour says that Devil’s Woodyard mud volcano erupts every 20-30 years. Wait and see!

Les volcans de boue – comme les Maccalube di Aragona en Sicile – sont des phénomènes géologiques bien connus. Ce sont des sites touristiques qui requièrent une certaine prudence car de violentes explosions de gaz peuvent se produire de temps en temps. (Photo: C. Grandpey)