La source de Lusi, le volcan de boue ? // The source of the Lusi mud volcano ?

On en parle très peu aujourd’hui, mais plus de dix ans après le début de la catastrophe, le volcan de boue indonésien Lusi déverse toujours des flots de boue sur l’île indonésienne de Java. Au pire moment, Lusi vomissait 170 000 mètres cubes de boue par jour. Certains villages ont été ensevelis sous 40 mètres de fange. Quelque 60 000 personnes ont dû abandonner leurs maisons et 13 ont été tuées.
Une étude publiée dans le Journal of Geophysical Research de l’American Geophysical Union affirme que la source de ce déversement incessant de boue a été trouvée. Une équipe de chercheurs norvégiens, suisses et indonésiens explique que le volcan de boue n’a pas cessé son activité parce qu’il est relié à un système volcanique qui se trouve à proximité.
La compréhension du fonctionnement de Lusi serait d’un grand intérêt pour les volcanologues. En effet, d’un point de vue géologique, Lusi est un phénomène très récent qui peut permettre de comprendre comment évoluent les volcans, les systèmes hydrothermaux et les geysers.
Les volcans de boue et ceux qui émettent de la lave se trouvent souvent dans les zones de subduction, et l’Indonésie en fait partie. S’agissant des volcans qui émettent de la lave, le magma à très haute température monte constamment vers la surface et permet aux volcans de la région de demeurer actifs. Inversement, les volcans de boue se forment généralement lorsque des gaz tels que le méthane et le dioxyde de carbone s’accumulent en créant une pression qui se libère violemment. Selon la nouvelle étude, Lusi est à la fois un volcan de boue et un système hydrothermal, autrement dit une formation géologique qui libère du gaz.

Les chercheurs pensent que le complexe volcanique d’Arjuno-Welirang, une chaîne volcanique à l’est de Java, est responsable de la naissance de Lusi. En effet, les échantillons de gaz expulsés par ce dernier sont similaires aux éléments chimiques que l’on observe généralement dans le magma. L’étude explique que pendant des années avant l’éruption, le magma du complexe volcanique Arjuno-Welirang a «cuit» les sédiments sous Lusi en générant une pression continue.
Le lien entre Lusi et Arjuno-Welirang a également été démontré par l’utilisation de la tomographie qui permet d’imager des structures tridimensionnelles. Les chercheurs ont disposé 31 sismomètres et ont découvert que, dans la chambre magmatique la plus au nord du complexe Arjuno-Welirang, il y a un tunnel qui alimente le bassin sédimentaire de Lusi.
La nouvelle étude a toutefois été critiquée par d’autres chercheurs qui pensent que les données ne montrent pas suffisamment que le tunnel d’Arjuno-Welirang est lié à Lusi. Ils font également remarquer que l’étude ne compare pas ses résultats aux images à résolution beaucoup plus élevée proposées par les analyses sismiques en 2D de l’industrie pétrolière. Ils ajoutent que des études supplémentaires auraient pu être effectuées pour comparer et valider les résultats, ce qui est recommandé en tomographie car cette technologie est fréquemment source d’erreurs.
La cause de la coulée de boue dévastatrice a été l’objet de nombreux débats au cours de la dernière décennie. Les scientifiques sont assez d’accord pour dire que toute cette pression a été générée par l’activité sismique, mais il n’y a pas de consensus sur l’origine exacte de cette activité. Une étude publiée en 2007 a prétendu que l’éruption du volcan de boue a été causée par un puits de gaz exploratoire qui a perforé des roches à 2 800 mètres sous la surface. Une autre étude indique qu’un séisme de magnitude M 6.3 survenu à plusieurs kilomètres de là, quelques jours avant Lusi, près de la ville de Yogykarta, a provoqué la catastrophe.
Quelle que soit la cause exacte, de nombreuses études montrent que le volcan de boue Lusi a encore de beaux jours devant lui.

Source: Presse scientifique américaine.

——————————————-

Very little is said today about it, but more than ten years after the disaster started, Indonesian mud volcano Lusi is still spewing rivers of mud on the Indonesian island of Java. At its peak, the region was churning out over 170,000 cubic metres of mud every day. Some villages have been buried in as much as 40 metres of mud. Some 60,000 people have had to abandon their homes, and 13 people have been killed.

A study, published in the American Geophysical Union’s Journal of Geophysical Research, affirms that the source of this relentless flow of mud has been found. A team of researchers from Norway, Switzerland, and Indonesia say the mud volcano has not stopped oozing because it is connected to a nearby volcanic system.

Understanding how Lusi happened can tell volcanologists quite a lot. In terms of geological formations, Lusi is a new-born phenomenon, and thus allows scientists to understand how systems like volcanoes, hydrothermal vents, and geysers evolve.

Mud volcanoes and igneous volcanoes often both appear in subduction zones and Indonesia is one of them. As a consequence, hot magma is constantly rising to the surface and keeping the region’s volcanoes active. Conversely, mud volcanoes typically form when gases such as methane and carbon dioxide build up pressure that is released violently. According to the new study, Lusi is both a mud volcano and a hydrothermal vent, a geological formation that releases gas.

Researchers say the Arjuno-Welirang volcanic complex, a string of volcanoes in East Java, is to blame. Indeed, samples of the gas expelled by Lusi were similar to chemicals typically found in magma. The study explains that for years before the eruption, magma from Arjuno-Welirang had been « baking » the sediment lying under Lusi and continuously building pressure.

Connections between Lusi and Arjuno-Welirang were also made by the researchers’ use of tomography which allows to image three dimensional structures. Researchers laid out 31 seismometers and found that in the northernmost magma chamber of Arjuno-Welirang, there is a tunnel that feeds Lusi’s sediment basin.

The new study has criticisms from researchers who do not believe the data sufficiently shows the Arjuno-Welirang tunnel is linked to Lusi. These say the study does not compare its results to the far higher resolution images available from 2D petroleum industry reflection seismic surveys. They add that the additional surveys could have been used to compare and validate results, which is a useful tool in tomography because it can frequently produce errors.

Exactly how the dangerous mudflow began has been debated heavily in the past decade. Scientists are pretty united in saying all this pressure was generated by seismic activity, but there is not a consensus on the exact origin of this activity.

One study released in 2007 claimed the deadly eruption was caused by an exploratory gas well that punctured rock 2,800 metres below the surface. Another study suggests that an M 6.3 earthquake that occurred several days prior kilometres away from Lusi near the city of Yogykarta triggered the mud disaster.

Regardless of the exact cause, many studies show that Lusi shows no indication of stopping any time soon.

Source : U.S. scientific press.

Lusi: un désastre environnemental  (Crédit photo: Wikipedia)

Lusi, encore et encore ! // Lusi, again and again !

De nombreux articles dans la presse internationale nous rappellent ces jours-ci que l’éruption de Lusi, le volcan de boue la plus destructeur au monde, est né près de la ville de Sidoarjo, sur l’île de Java (Indonésie) il y a plus de 11 ans. L’éruption continue au moment où j’écris ces lignes. Le volcan de boue est apparu le 29 mai 2006 et, au plus fort de l’éruption, il vomissait 180 000 mètres cubes de boue chaque jour, enterrant des villages entiers sous parfois 40 mètres de fange. C’est le pire événement de ce type dans l’histoire. L’éruption a causé la mort de 13 personnes et détruit les maisons de 60 000 autres. Bien que la boue coule encore plus d’une décennie plus tard, les scientifiques ne sont toujours pas d’accord sur la cause de la catastrophe. La question est de savoir si l’éruption de Lusi est due à un séisme enregistré plusieurs jours auparavant à Yogjakarta, ou si une erreur technique s’est produite lors du forage d’un puits d’exploration de gaz à proximité du site de l’éruption.

La NASA a mis en ligne des images satellites de la zone affectée avant et après l’éruption de Lusi.

——————————————-

There are quite a lot of articles in the newspapers these days to remind us that the eruption of Lusi, the world’s most destructive mud volcano, was born near the town of Sidoarjo, on the island of Java, Indonesia, just over 11 years ago. To this day it has not stopped erupting. The mud volcano started on May 29th, 2006, and at its peak disgorged 180,000 cubic metres of mud every day, burying villages in mud up to 40 metres thick. The worst event of its kind in recorded history, the eruption took 13 lives and destroyed the homes of 60,000 people. Although the mud is still flowing more than a decade later, scientists are not yet agreed on its cause. The debate is whether the eruption of Lusi was due to an earthquake several days previously, or down to a catastrophic failure of a gas exploration well that was being drilled nearby at the time.

NASA has released satellite photos of the affected area before and after the eruption of Lusi.

Les couleurs sont bien sûr fausses, mais elles permettent de discerner parfaitement la zone recouverte par la boue de Lusi (Source: NASA)

Confirmation de l’éruption du volcan de boue Akhtarma Pashali (Azerbaïdjan) // Confirmation of the eruption of Akhtarma Pashali mud volcano (Azerbaijan)

drapeau-francaisL’éruption du volcan de boue Akhtarma Pashali en Azerbaïdjan (voir ma note du 26 Janvier) a été confirmée. La première explosion a eu lieu le 26 janvier à 07h20, avec des flammes qui sont montées jusqu’à 120-150 mètres de hauteur. La deuxième s’est produite 10 minutes plus tard, avec une flamme d’une hauteur de 20 mètres. La boue produite par l’éruption s’est répandue sur une surface de 200-250 mètres carrés. L’éruption a ensuite cessé.
Le volcan de boue Akhtarma Pashali est situé à 35 kilomètres de la ville de Shirvan. Le diamètre du cratère est d’environ 10 kilomètres carrés.
Les volcans de boue sont un phénomène géologique bien connu et plus d’un millier d’entre eux ont été recensés dans le monde. La présence des volcans de boue va souvent de pair avec l’existence d’importants gisements de pétrole et de gaz. C’est pourquoi l’Azerbaïdjan occupe la première place dans le monde pour le nombre de volcans de boue. Le pays en possède 344 et 133 d’entre eux sont situés dans la région de la mer Caspienne.
Les plus grands volcans de boue au monde, comme Boyuk Khanizadagh et Turaghai, se trouvent en Azerbaïdjan. Boyuk Khanizadagh, avec un diamètre de 10 km et une hauteur de 700 mètres, est entré en éruption en 2001, avec des flammes de 300 mètres de hauteur, le record pour un volcan de boue.
Source: Today.AZ.
Plus près de nous, les Maccalube di Aragona en Sicile méritent une visite, même si leur taille est assez modeste par rapport aux volcans de boue d’Azerbaïdjan. Cependant, ils peuvent devenir dangereux quand des explosions de méthane se produisent. En septembre 2014, deux enfants âgés de 7 et 9 ont été tués par de telles explosions.

———————————

drapeau anglaisThere is the confirmation of the eruption of Akhtarma Pashali mud volcano in Azerbaijan. (see my note of January 26th). The first explosion occurred on January 26th at 07:20, when the flames rose to 120-150 metres in the air. The second was 10 minutes later, when the fire rose to a height of 20 metres. The total area of the mud spill was 200-250 square metres. The eruption then stopped.
Akhtarma Pashali is located 35 kilometres from the city of Shirvan. The diameter of the crater is approximately 10 square kilometres.
Mud volcanoes are a fairly widespread geological phenomenon and over a thousand mud volcanoes are known to exist in the world. The dissemination of mud volcanoes usually indicates the existence of large oil and gas basins, therefore oil and gas-rich Azerbaijan ranks first in the number of mud volcanoes in the world. The territory of Azerbaijan places 344 mud volcanoes and 133 of them are located in the country’s Caspian Sea section.
The world’s largest mud volcanoes such as Boyuk Khanizadagh and Turaghai are both located in Azerbaijan. Boyuk Khanizadagh, with a diameter and a height of 10km and 700 metres respectively, erupted in 2001, shooting out flames 300 metres in the air. It was the highest record for flames shot from a mud volcano.
Source : Today.AZ.
Closer to us, the Maccalube di Aragona in Sicily are worth a visit, even though their size is quite modest compared with the mud volcanoes in Azerbaijan. However, they can become dangerous when methane explosions occur. In September 2014, two children aged 7 and 9 were killed by such explosions.

Maccalube

Maccalube di Aragona (Sicile)  [Photo: C. Grandpey]

Eruption d’un volcan de boue en Azerbaïdjan ? // Eruption of a mud volcano in Azerbaijan ?

drapeau-francaisAujourd’hui, parmi les informations du jour, j’ai remarqué un rapport qui fait état d’une éruption en Azerbaïdjan. Selon la presse locale (l’information doit être vérifiée) le volcan de boue Akhtarma-Pashali dans le district de Hajigabul aurait connu une éruption à 03h00 le 26 janvier. L’événement a duré jusqu’au matin. Le volcan est situé à 35 km de la ville de Chirvan.
L’Akhtarma-Pashali fait partie d’un complexe de volcans de boue. Sa dernière éruption majeure a eu lieu le 1er avril 2013. La photo qui accompagne les articles de presse montre des flammes au sommet d’une colline. Ce ne serait pas exceptionnel.

++++++++++

A noter que dans le même temps les retombées de cendre en provenance du Popocatepetl (Mexique) ont entraîné pendant 3 heures la fermeture de l’aéroport de Puebla, le temps de nettoyer les pistes. Le phénomène n’a rien d’exceptionnel, là non plus.

——————————-

drapeau anglaisToday in the news, there are reports of an eruption in Azerbaijan. According to the local press (the information needs to be checked) the Akhtarma-Pashali mud volcano in Hajigabul district erupted at 3:00am on January 26th. The event lasted till the morning. The volcano is located 35 km from Shirvan city.
Akhtarma-Pashali is part of a mud volcano complex. Its last major eruption occurred on April 1st 2013. The photo linked to the press report shows flames on top of a hill. This would not be exceptional.

++++++++++

Meantime, ashfall from Popocatepetl (Mexico) caused a 3-hour closure of the airport in Puebla, so that ash could be removed from the runways. This phenomenon is not exceptional either.

Les volcans de boue de la Mer d’Azov // The mud volcanoes of the Sea of Azov

drapeau francaisSituée dans le sud-est de l’Europe, près de la Mer Noire à laquelle elle est reliée par l’étroit Détroit de Kertch, la mer d’Azov est devenue une attraction populaire le week-end dernier quand un volcan de boue est apparu à quelques dizaines de mètres du rivage de la péninsule de Taman. Il a projeté sa boue à plusieurs mètres de hauteur et a commencé à former une île artificielle.
https://youtu.be/cLzuF-nUQVw
Les volcans de boue ne sont pas rares en Russie et en Ukraine qui bordent la mer d’Azov. On en trouve dans la région de Krasnodar en Russie. Des dizaines d’autres se manifestent sur la péninsule de Taman en Russie ainsi que sur la péninsule de Kertch dans le sud-est de l’Ukraine où les « bains de boue » sont utilisés à des fins thérapeutiques. Les habitants et les touristes recherchent la boue pour ses propriétés curatives censées traiter les troubles du système nerveux, l’arthrite, la sciatique, et pyélonéphrite.
Les géologues indiquent que les volcans de boue peuvent provoquer des blessures et causer des dégâts matériels si leurs éruptions projettent de gros morceaux d’argile ou d’autres matériaux. Ils ajoutent que pendant les 50 dernières années, les volcans de boue qui se sont formés dans la mer d’Azov sont restés inoffensifs.
Source: Presse russe.

Le Maccalube di Aragona sont des volcans de boue populaires en Sicile. Bien qu’inoffensifs la plupart du temps, ils peuvent devenir dangereux comme en août 2008 lorsque des explosions ont envoyé la boue jusqu’à 40 mètres de hauteur et recouvert une superficie de 4 kilomètres carrés. Ces explosions ont provoqué un mouvement de panique dans la petite ville de Santa Barbara qui avait déjà été secouée par un tremblement de terre quelques jours auparavant, avec de sérieux dégâts aux maisons et aux rues. En septembre 2014, une fillette de sept ans et son frère ont été tués lorsqu’un geyser de boue a surgi brutalement dans les Maccalube.
Sur l’île de Vulcano dans les îles Eoliennes (en Sicile aussi), les bains de boue sont très populaires et censés guérir les maladies de peau. J’ai développé ce sujet dans un numéro spécial de l’association LAVE (http://www.lave-volcans.com/intro.html)

—————————————-

drapeau-anglaisLocated in SE Europe, close to the Black sea to which it is linked by the narrow Strait of Kerch, the Sea of Azov became a popular sightseeing attraction over the weekend when a mud volcano appeared a few dozen meters away from the shore. It shot its mud several metres into the air and started forming an artificial island, just off the coast of the Taman Peninsula.
https://youtu.be/cLzuF-nUQVw
Mud volcanoes are not exceptional in Russia or Ukraine that border the Sea of Azov. They are often found in Russia’s Krasnodar region. Dozens of mud volcanoes can be found on the Taman Peninsula of Russia and the Kerch Peninsula of southeastern Ukraine where they are used as popular, therapeutic “mud baths.” Locals and tourists use the earth’s mud for its healing properties to treat nervous system disorders, arthritis, sciatica, and pyelonephritis.
Local geologists warn that mud volcanoes overall can cause injuries or material damage if the eruption involves spewing out large pieces of clay or other debris. They say that for the last 50 years, mud volcanoes, which have formed in the Azov Sea, have remained harmless.
Source: Russian press.

The Maccalube di Aragona are a popular area in Sicily. Although harmless most of the time, they can become dangerous like in August 2008 when explosions sent chunks of mud up to 40 metres high, with the mud covering an area of 4 square kilometres. These explosions sent panic in the small town of Santa Barbara which had previously been shaken by an earthquake a few days before, with serious damage to the houses and the streets. In September 2014, a seven-year-old girl and her brother were killed after a mud geyser unexpectedly erupted.
On he island of Vulcano in the Aeolian Islands (in Sicily too), mud baths are very popular and supposed to cure skin diseases. I developed this topic in a special issue for the L.A.V.E. association (http://www.lave-volcans.com/intro.html)

Mer d'azov

Vue de la Mer d’Azov et du Détroit de Kerch (Google map)

Maccalube

Maccalube di Aragona  (Photo: C. Grandpey)

Hors serie Vulcano

Hors-série de la revue LAVE sur l’Ile de Vulcano.

Un volcan de boue insolite // An unusual mud volcano

drapeau francaisLes volcans de boue n’ont rien d’extraordinaire. On peut les observer dans différentes parties du monde, comme en Roumanie ou en Sicile avec les Maccalube di Aragona. Selon l’USGS, « les volcans de boue sont constitués de gaz et de liquides rejetés par la Terre et ils ont tendance à évacuer surtout du méthane, même si on trouve également de petites quantités d’azote et de dioxyde de carbone ».

Le volcan de boue de Pugachevskiy en Russie orientale vient de faire la une des journaux avec une série de photos surprenantes prises par le photographe Mikhail Mikhailov alors qu’il survolait la zone. Le volcan de boue ressemble à un œil humain géant, un phénomène extrêmement rare. .

————————————————-

drapeau anglaisMud volcanoes are by no means an extraordinary phenomenon. They can be observed in different parts of the world, like in Sicily with the Maccalube di Aragona. According to the U.S. Geological Survey, “mud volcanoes are geo-excreted gases and liquids and tend to release methane, although they also release smaller quantities of nitrogen and carbon dioxide”.

Eastern Russia’s Pugachevskiy mud volcano is making headlines with a series of surprising images taken by photographer Mikhail Mikhailov. The mud volcano resembles a giant human eye. The rare phenomenon was caught, unexpectedly, when Mikhailov flew over the area.

Mud volcano

Crédit photo: Mikhail Mikhailov

Explosion d’un volcan de boue en Sicile : Deux morts // A mud volcano explodes in Sicily : Two dead.

drapeau francaisLa tragédie s’est produite vers 11 heures samedi matin quand l’un des volcans de boue des Maccalube di Aragona a explosé et englouti un homme et ses deux enfants âgés de 7 et 9 ans. L’homme, âgé de 46 ans, a réussi à s’extraire de la boue mais sa fille de sept ans était déjà morte quand elle a pu être retirée rapidement. Son frère, âgé de 10 ans, a été retrouvé seulement 7 heures plus tard et avait cessé de vivre.

Les volcans sont situés sur la colline de la réserve naturelle des Maccalube. Selon les autorités locales, l’explosion a donné lieu à ce qu’on appelle un «basculement» de la colline qui s’est effondrée sur elle-même, créant une zone boueuse d’un diamètre de plusieurs centaines de mètres.

Au moment de l’explosion, le père et ses deux enfants se trouvaient en haut de la colline, tandis que d’autres touristes étaient plus loin et en état de choc après avoir été témoins du drame.
L’accès à la réserve des Maccalube di Aragona a immédiatement été fermé. La dernière explosion de ce type s’est produite en 1995.

————————————————-

drapeau anglaisThe tragedy occurred at about 11 a.m. on Saturday morning when one of the mud volcanoes of the Maccalube di Aragona exploded and engulfed a man and two children aged 7 and 9. The man, aged 46, managed to get out of the mud but his seven-year-old daughter was already dead when she was able to be removed quickly. His brother, aged 10, was found only 7 hours later and was dead.
The volcanoes are located on the hill in the natural reserve of the Maccalube. According to local authorities, the explosion resulted in a so-called ‘tipping’ of the hill that collapsed on itself, creating a muddy area with a diameter of several hundred metres.
At the time of the explosion, the father and his two children were at the top of the hill, while other tourists were away and in shock after witnessing the drama.
Access to the Maccalube di Aragona was immediately closed. The latest explosion of this type occurred in 1995.

Maccalube

L’un des volcans de boue des Maccalube  (Photo:  C.  Grandpey)