Des chiffres à méditer avant la COP 21 // Figures to take into account before the Paris Climate Conference

drapeau-francaisMon amour de l’Alaska n’est un secret pour personne et je garde des contacts quasi permanents avec le 49ème Etat de l’Union. Plusieurs visites m’ont permis de constater avec effroi la vitesse avec laquelle les glaciers fondent. Les relevés de températures de ces dernières années sont plutôt inquiétants et devraient inciter les participants à la COP 21 à prendre des mesures contraignantes car il y a urgence.
Voici les relevés des températures moyennes dans les principales villes de l’Alaska pour le mois d’octobre des trois dernières années. Ce sont les chiffres officiels communiqués par l’Alaska Climate Research Center (http://climate.gi.alaska.edu/). Les températures sont communiquées en degrés Fahrenheit, mais cela ne change rien au problème. Hormis un réchauffement moins flagrant en 2014, 2013 et 2015 affolent le mercure !

——————————–

drapeau-anglaisMy love for Alaska is no secret and I keep almost permanent contact with the 49th State of the Union. Several visits have enabled me to see how fast glaciers are melting. The temperature readings of recent years are rather worrying and should encourage participants to the COP 21 to take binding measures because it is urgent.
Here are the average temperatures recorded in the main cities of Alaska in October for the last three years. These are the official figures provided by the Alaska Climate Research Center (http://climate.gi.alaska.edu/). Temperatures are reported in degrees Fahrenheit, but this does not change the problem. Apart from some less blatant warming in 2014, 2013 and 2015 temperatures were incredibly high!

°°°°°°°°°°

Températures moyennes pour octobre 2013// Average temperatures for October 2013:

Fairbanks: 36.1°F, 11.9°F au-dessus de la normale. (= above normal)
Anchorage: 43.0°F, 8.2°F au-dessus de la normale (= above normal). Le mois le plus chaud depuis que des relevés sont effectués en Alaska // The warmest October on record.
Barrow: 24.7°F, 7.5°F au-dessus de la normale (= above normal).
Delta Junction: 37.2°F, 13.1°F au-dessus de la normale (= above normal).
Juneau: 44.7°F, 2.3°F au-dessus de la normale (= above normal).
Ketchikan: 47°F, 1.7°F au-dessus de la normale (= above normal).
King Salmon: 42.9°F, 9.4°F au-dessus de la normale (= above normal).
Kodiak: 44.4°F, 3.9°F au-dessus de la normale (= above normal).
Nome: 35.6°F, 6.9°F au-dessus de la normale (= above normal).

Températures moyennes pour octobre 2014 // Average temperatures for October 2014:

Fairbanks: 25.2°F, 1.0°F au-dessus de la normale (= above normal).
Anchorage: 33.4°F, -1.4°F en-dessous de la normale (= below normal).
Barrow: 21.3°F, 4.1°F au-dessus de la normale (= above normal)..
Delta Junction: 21.7°F, 2.4°F en-dessous de la normale (= below normal)..
Juneau: 43.8°F, 1.4°F au-dessus de la normale (= above normal)..
Ketchikan: 48.7°F, 3.4°F au-dessus de la normale (= above normal).
King Salmon: 32.0°F, 1.5°F en-dessous de la normale (= below normal)..
Nome: 29.1°F, 0.4°F au-dessus de la normale (= above normal).

Températures moyennes pour octobre 2015 // Average temperatures for October 2015:

Fairbanks: 31.8°F, 7.6°F au-dessus de la normale (= above normal). .
Anchorage: 40.5°F, 5.7°F au-dessus de la normale (= above normal).
Barrow: 20.6°F, 3.4°F au-dessus de la normale (= above normal).
Delta Junction: 31.9°F, 7.8°F au-dessus de la normale (= above normal).
Juneau: 44.6°F, 2.2°F au-dessus de la normale (= above normal).
Ketchikan: 49.8°F, 4.5°F au-dessus de la normale (= above normal).
Kodiak: 45.5°F, 5.0°F au-dessus de la normale (= above normal).

Gla 14

…et pendant ce temps, les glaciers fondent!

…and in the meantime, glaciers are melting!

(Photo: C. Grandpey)

Le Pavlof (Iles Aléoutiennes) il y a un an… // Pavlof volcano one year ago…

drapeau francaisIl y a un an, le 13 mai 2013, le Pavlof entrait en éruption. Quelques jours plus tard, l’ISS survolait la région et la NASA mettait en ligne le 18 mai plusieurs images spectaculaires de cet événement. Vous les découvrirez en cliquant sur ce lien :

http://earthobservatory.nasa.gov/IOTD/view.php?id=81205&eocn=home&eoci=iotd_grid

 ———————————————-

drapeau anglaisOne year ago, on May 13th 2013, an eruption was beginning on Pavlof volcano. A few days later, the ISS was flying over the region and NASA released a few dramatic images of the event. Just click on this link to see them:

http://earthobservatory.nasa.gov/IOTD/view.php?id=81205&eocn=home&eoci=iotd_grid

L’année volcanique 2013 !

Au vu des notes publiées quotidiennement sur mon blog depuis le début de l’année 2013, plusieurs volcans méritent des félicitations pour leur bon comportement ou pour leurs efforts méritoires afin d’attirer l’attention du public même si, globalement, l’activité volcanique n’a pas atteint des sommets au cours de l’année écoulée.

Début et fin 2013, El Hierro (Iles Canaries) a rappelé par des essaims sismiques que du magma s’agitait à quelques kilomètres de profondeurs et que le risque éruptif ne saurait être écarté.

Le Stromboli (Sicile) a montré en début d’année une belle activité strombolienne qui s’est accompagnée de coulées le long de la Sciara del Fuoco. Il s’est calmé par la suite.

En Equateur, le Reventador et surtout le Tungurahua ont rappelé qu’ils pouvaient représenter une sérieuse menace pour les zones habitées sur leurs pentes ou à proximité. Le danger de coulées pyroclastiques et de lahars est présent quasiment en permanence

L’Alaska Volcano Observatory nous a appris à plusieurs reprises que le Cleveland, le Pavlof et le Veniaminof vomissaient des panaches de cendre au-dessus des Iles Aléoutiennes, avec un risque de perturbation du trafic aérien.

Au Guatemala, le Pacaya a montré une petite activité strombolienne tandis que le Fuego et le Santiaguito étaient régulièrement secoués par des explosions. La lave s’écoulait parfois sur leurs flancs, sous forme effusive pour l’un et d’avalanches pyroclastiques pour l’autre.

Toujours en Amérique Centrale, le Popocatepetl reste en alerte Jaune Phase 2 avec des émissions périodiques de cendre et quelques explosions au niveau du dôme dans le cratère.

Enfin, le San Miguel (Salvador) a connu ces derniers jours une phase explosive et rappelé qu’il faisait partie des volcans actifs de la région.

Le Sakura-jima (Japon) nous a maintenant habitués à ses violentes séquences éruptives accompagnées de volumineux panaches de cendre.

Toujours au Japon, ces dernières semaines ont vu la naissance de l’île Niijima et sa jonction avec Nishino-jima. Reste à savoir si elle saura résister aux assauts des vagues et contribuera à l’extension des eaux territoriales japonaises !

En Nouvelle Zélande, White Island a connu quelques soubresauts, mais rien de très inquiétant…jusqu’au jour où un groupe de touristes se fera surprendre par une violente explosion de boue et de cendre !

Au Kamchatka, alors que l’éruption du Tolbachik n’est plus qu’un souvenir (elle a pris fin en août), le Shiveluch et le Klyuchevskoy ont pris le relais avec de violents épisodes explosifs susceptibles de perturber le trafic aérien. La région est peu peuplée et le risque humain est donc relativement faible.

L’une des éruptions les plus significatives a commencé sur le Sinabung (Ile de Sumatra / Indonésie) au mois de septembre et a entraîné l’évacuation de près de 18 000 personnes. D’un point de vue humain, c’est l’éruption la plus sérieuse de 2013. De plus, la cendre cause de sérieux problèmes à l’économie de la région.

Même s’il a pris des vacances entre juin et Octobre, l’Etna a connu une très belle activité au Cratère Sud-Est, avec des paroxysmes à répétition. Je suis assez d’accord avec ceux qui prétendent que ce fut le volcan le plus actif – et surtout le plus spectaculaire – de l’année 2013, sans menace pour les zones habitées.

J’aurais tendance à classer le Kilauea « hors catégorie » car son éruption dure depuis janvier 1983. La lave n’entre plus dans le Pacifique depuis plusieurs semaines et les coulées qui parcourent le versant nord du Pu’u O’o ne sont pas très actives, même si elles mettent le feu à la forêt. Le lac de lave est toujours présent dans le cratère de l’Halema’uma’u.

Tolb-fev

L’éruption du Tolbachik fin février 2013  (Crédit photo: Yuri Demyanchuk)

Sinabung-blog

L’éruption du Sinabung  (Crédit photo:  Ulet Ifansasti)

Le lien ci-dessous permet d’admirer les fontaines de lave de l’Etna le 2 décembre 2013.

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=QMpAfrGRsL0

Un test nucléaire en Corée du Nord peut-il déclencher une éruption? // North Korea nuclear test likely to cause an eruption?

   On peut lire sur le site web Russia Today que le troisième test nucléaire prévu par la Corée du Nord pourrait déclencher une éruption du Mont Baekdu, volcan en sommeil situé à 110 km du site d’essais de Punggye-ri. La dernière éruption remonte à 1925 et un géologue sud-coréen estime que le prochain test pourrait avoir un impact direct ou indirect sur l’activité de ce volcan.

La menace d’une éruption se trouve renforcée par plusieurs facteurs comme l’élévation de près de 10 centimètres du sommet du Mont Baekdu depuis 2002 sous la poussée de la chambre magmatique qui sommeille sous l’édifice. De plus, en 2006 un satellite a détecté une augmentation de la température de surface quelques jours après un test nucléaire souterrain effectué par la Corée du Nord dans la partie nord du pays.

Le premier test nucléaire sur le site de Punggye-ri en 2006, avec une énergie dégagée d’environ 1 kilotonne, a généré un séisme de M 3,6. Le test suivant, en 2009, avec une puissance estimée à 2-6 kilotonnes, a produit un séisme de M 4,4 sur l’échelle de Richter. Les observateurs nord-coréens estiment que le troisième test pourrait avoir une énergie dégagée d’environ 20 kilotonnes, soit l’équivalent de la bombe de Nagasaki (21 kilotonnes) en 1945.

Les scientifiques japonais, quant à eux, établissent un lien entre les dernières éruptions du Mont Baekdu et des contraintes souterraines subies par la région. Par exemple, le volcan est entré au moins 6 fois en éruption entre le 14ème et le 20ème siècle et, chaque fois, l’événement faisait suite à un séisme au Japon. Les volcanologues nord-coréens ont observé une activité anormale dans le lac au sommet du volcan après le séisme de M 9 qui a secoué le Japon en mars 2011. A l’époque le Korean Times indiquait que l’eau du lac était très agitée et éclaboussait fortement, avec une augmentation de son niveau de 60 centimètres. Une éruption pourrait entraîner une inondation sur un rayon de 30 km, endommager des structures et mettre en danger la vie des habitants. De plus, la cendre volcanique pourrait causer de fortes perturbations au trafic aérien en Corée, en Chine, en Russie et au Japon, avec de sévères répercussions sur les activités commerciales.

L’article aborde plus ou moins directement le lien entre séismes et volcans. Cette relation n’a jamais été vraiment prouvée. C’est l’un des chevaux de bataille des Japonais qui redoutent que les séismes répétés dans leur pays réveille le vénérable et vénéré Mont Fuji. Jusqu’à présent, il ne s’est rien produit. D’un point de vue personnel, je ne pense pas qu’il existe un lien réel entre séismes tectoniques et éruptions volcaniques.  En revanche, un séisme tectonique puissant est susceptible de fragiliser, voire déstabiliser, un édifice volcanique et provoquer des glissements de terrain.

Dernière minute: La Corée du Nord a indiqué ce matin que le 3ème essai nucléaire venait d’avoir lieu. Il est effectivement plus puissant que les précédents.  Selon l’USGS, le test a provoqué un séisme de M 5.1 à l’ENE de Sungjibaegam, à 1 km de profondeur.

 

   We can read on the website Russia Today that the anticipated North Korean third nuclear test may trigger an eruption of Mt. Baekdu, a dormant volcano located 110 kilometres from the North Korean Punggye-ri nuclear site and whose last activity dates back to 1925. According to a South Korean geologist, the nuclear test will probably exert a direct or indirect impact on volcanic activity at the mountain.

Backing the scenario of the growing eruption threat is the changing height of Mt. Baekdu. It has risen nearly 10 centimeters since 2002 due to the expanding magma chamber beneath the edifice. Moreover, in 2006 a satellite detected an increase of the surfaces temperature just days after North Korea conducted an underground nuclear test in its northern territory.

The first nuclear test conducted in Punggye-ri in 2006, with an explosive yield of about 1 kiloton, resulted in a magnitude 3.6 tremor. The second test was carried out in 2009 and the yield was estimated at 2-6 kilotons, which led to a tremor with a magnitude of 4.4 on Richter magnitude scale. North Korea watchers speculate that the third test may lead to an explosive yield of about 20 kilotons which could be compared to the 1945 Nagasaki bomb estimated yield of 21 kilotons. .

Meanwhile, Japanese scientists connect previous eruptions of Mt. Baekdu with major subterranean stresses in the region. For instance, it erupted at least six times between the 14th and 20th centuries, and each time it followed an earthquake in Japan. North Korean volcanologists observed abnormal activity at a lake atop the mountain after the March 2011 9.0-magnitude earthquake in Japan. The Korea Times reported the lake’s water was shaking and splashing, causing a 60-centimetre rise. An eruption is likely to cause severe flooding of the neighboring area within a 30-kilometre radius, causing devastating damage of infrastructure and endangering people’s lives. The volcanic ash could affect air traffic in the Koreas, China, Russia and Japan, disrupting business activities.

The article tackles, directly or indirectly, the question of the link between earthquakes and volcanoes. This relationship has never been clearly proved. It is one of the Japanese’ favourite topics; indeed, they fear that the very frequent earthquakes that occur in the country might wake up Mount Fuji. Up to now, the old venerable volcano has been indifferent to such seismicity.  As far as I am concerned, I do not believe there exists a real link between tectonic earthquakes and volcanic eruptions. However, a tectonic event may weaken or even destabilize a volcanic edifice and trigger large-scale landslides.

Last minute: North Korea indicates this morning that it has just performed the third nuclear test. It was more powerful than the previous ones. According to USGS, it triggered a M 5.1 earthquake ENE of Sungjibaegam, at a depth of 1 km.

Baekdu-blog

Le Mont Baekdu vu depuis l’espace en avril 2003  (Avec l’aimable autorisation de la NASA)

Three Sisters (Oregon / Etats Unis)

   Dans une note émise le 7 janvier 2012, j’attirais l’attention sur le soulèvement du sol dans la région des Three Sisters (Oregon) et plus particulièrement de South Sister. Le dernier rapport de l’USGS indique que la phase de gonflement est maintenant quasiment terminée.
L’inflation avait été repérée sur les images satellites il y a plus de 10 ans et les scientifiques se demandaient alors si elle n’annonçait pas une reprise de l’activité volcanique dans la région. Ils affirment aujourd’hui qu’une éruption est peu probable.
De tels épisodes de gonflement se produisent fréquemment dans les zones volcaniques et cessent au bout de quelques années. Le soulèvement de South Sister a probablement commencé fin 1997 sous la poussée de magma qui se trouve à 6 km de profondeur. Les capteurs installés à l’époque dans tout le secteur montrent que le sol s’est soulevé d’environ 23 cm, sur un diamètre de 16 km. Aujourd’hui, le soulèvement est si faible qu’il est pratiquement indétectable.
South Sister, qui culmine à 3157 mètres est considéré comme un volcan actif dont la dernière éruption remonte à 2000 ans.

Source: The Oregonian.

 

   In a note edited on January 7th 2012, I drew attention to the uplifting of the ground in the Three Sisters area (Oregon), mainly South Sister. USGS scientists say the bulge has now nearly stopped
The uplift was spotted on satellite imagery more than a decade ago and led scientists to wonder if volcanic activity was ahead, but they now say an eruption is unlikely.
Such bulges are common around volcanoes, and most stop growing after a few years. The South Sister uplift probably started in late 1997, pushed by magma pooling 6 km below the surface. GPS sensors set up all over the area reveal that the ground has risen about 23 centimetres in all. The bulge is about 16 km in diameter. The rate of uplift now is so low that it is almost undetectable.
South Sister, which rises 3,157 m, is considered an active volcano. It last erupted 2,000 years ago.

Source: The Oregonian.

Three-Sisters

South-Sister

Les Three Sisters et South Sister  (Photos: C. Grandpey)