Eruption du Bromo (Indonésie)

Le Bromo est entré en éruption le lundi 18 février à 6 heures du matin et a émis une colonne de cendre d’environ 600 mètres de hauteur.

Le niveau d’alerte est actuellement à 2 mais les autorités pensent l’augmenter pour la sécurité des visiteurs qui ne doivent pas s’approcher à moins de 1 km du cratère. Il est toutefois possible d’admirer le volcan et le panorama depuis les collines voisines.

Source : The Jakarta Post.

———————————————-

Mount Bromo erupted on Monday, February 18th, 2019 at about 6:00 a.m. with a 600-metre-high ash column.

The alert level for the volcano has been at 2. Local authorities say they are currently preparing to increase the alert level and security for Mt. Bromo. Visitors are currently prohibited from being within a 1-kilometre radius from the crater, but can watch the volcano from nearby hills.

Source: The Jakarta Post.

Bouche éruptive au fond du Bromo (Photo: C. Grandpey)

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion): Reprise de l’éruption! // New start of the eruption!

17h30 (heure métropole) : Suite à la reprise de l’activité sismique sous le flanc est du volcan à 15 heures (heure locale), le tremor volcanique est réapparu vers 17h00. D’abord très faible, son intensité a progressivement augmenté jusque vers 17h50, avec apparition d’un dégazage en contre bas de l’éruption du 18 février dernier. A noter qu’aucune déformation n’a été enregistrée lors de cette phase d’injection magmatique vers la surface, signe que le dyke ayant alimenté cette ou ces nouvelles fissures est le même que celui qui a alimenté l’éruption précédente.

Source : OVPF.

Cette éruption va-t-elle durer ? Rien n’est moins ûr. En effet, la pression permettant au magma d’effectuer son ascension dans les conduits magmatiques ne semble pas très forte et la sortie de lave ne semble pas très intense sur les images de la webcam du Piton Cascades.

———————————————–

17:30 (Paris time): Following the resumption of seismic activity under the eastern flank of the volcano at 15:00 (local time), the volcanic tremor reappeared around 17:00. At first very low, its intensity gradually increased until about 5:50 pm, with the appearance of a degassing just below the site of the eruption of February 18th. No deformation was recorded during this phase of magma injection to the surface; this is the sign that the dyke that fed this or these new fissures is the same one that fed the previous eruption.
Source: OVPF.
Will this eruption last? Not so sure. Indeed, the pressure allowing the magma to ascend in the feeding conducts does not seem very strong and the lava output does not seem very intense as seen on the images of the Piton Cascades webcam.

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion): Fin de l’éruption? // End of the eruption?

7 heures (heure métropole): Comme je le pressentais en écrivant ma dernière note, l’éruption du Piton de la Fournaise, débutée le 18février à 09h48 (heure locale) s’est arrêtée ce même jour à 22 heures. Des coulées restent néanmoins visibles, mais elle vont progressivement se refroidir.

L’OVPF explique qu’ « aucune hypothèse n’est écartée quant à l’évolution de la situation à venir (arrêt définitif, reprise de l’activité sur le même site, reprise de l’activité plus en aval), compte tenu de la persistance d’une sismicité.»

Cette brièveté de l’éruption était prévisible. L’événement a mis du temps à démarrer, ce qui montrait que la pression dans les conduits d’alimentation n’était pas très soutenue. De plus, le tremor éruptif a très vite commencé à diminuer. Hier soir, la webcam montrait que les coulées n’étaient pas très actives. Il faut toutefois se montrer prudent car on connaît l’inconstance du piton qui est capable de retrouver goût à la vie quelques heures après avoir été déclaré mort !

Quoi qu’il en soit, les événements des dernières heures confirment qu’il serait très imprudent d’acheter un billet d’avion pour la Réunion sans s’assurer que l’éruption est susceptible de durer plusieurs semaines ! Mais peut-on avoir une assurance de quelque chose avec le Piton de la Fournaise… ?

++++++++++

15 heures (heure métropole): Depuis 15h00 (heure locale), une nouvelle crise sismique est enregistrée sur les instruments de l’OVPF. Elle n’est pour le moment accompagnée d’aucune déformation rapide. Elle correspond probablement à une nouvelle injection de magma vers la surface. Selon l’Observatoire, une éruption est possible à brève échéance dans les prochaines minutes ou heures. Cette activité se situe dans la zone où s’est produite la précédente brève éruption.

——————————————————

7:00 (Paris time): As I predicted it while writing my last post, the eruption of Piton de la Fournaise, which started on February 18th at 09:48 (local time) stopped that same day at 22:00. A few lava flows can still be seen but they will gradually cool down.
OVPF explains that « no hypothesis is discarded as to the evolution of the future situation (definitive end, resumption of activity on the same site, resumption of activity further downslope), as seismicity is still observed. »
This brevity of the eruption was predictable. The event took a long time to start, which showed that the pressure in the supply conducts was not very high. In addition, the eruptive tremor rapidly began to decline. Last night, the webcam showed that the flows were not very active. However, we must be cautious because we know the inconsistency of this volcano which is able to find a new life a few hours after being declared dead!
Anyway, the events of the last hours confirm that it would be very imprudent to buy a plane ticket for Reunion without making sure that the eruption is likely to last several weeks! But can we have an assurance of something with Piton de la Fournaise …?

Voici deux images de l’éruption, signées Christian Holveck que je remercie sincèrement.

++++++++++

15:00 (Paris time): A new seismic crisis has been recorded since 15:00 (local time) on the OVPF instruments. For the moment, there is no significant deformation of the volcanic edifice. It probably corresponds with a new magma injection toward the surface. According to the Observatory, a new eruption my occur in the next minutes or the next hours. This seismic activity is located in the same area as the last short eruption.

Histoire d’eau et de magma sur la planète Mars // About water and magma on Mars

Des scientifiques de l’Université d’Arizona ont expliqué en 2018 qu’il pourrait y avoir de l’eau liquide sous la calotte glaciaire du pôle sud de la planète Mars. Dans une nouvelle étude publiée début 2019 dans la revue Geophysical Research Letters, une autre équipe de chercheurs de la même université écrit que cette eau, si elle existait réellement, aurait besoin d’une source de chaleur souterraine pour devenir liquide.
Les auteurs de l’étude ont déclaré que cette chaleur résulterait probablement d’une activité volcanique souterraine relativement récente. Si cette hypothèse était confirmée, cela voudrait dire que Mars est une planète plus active d’un point de vue géologique qu’on le pensait auparavant. Les chercheurs ont ajouté qu’en l’absence d’activité volcanique récente, il était peu probable que de l’eau liquide soit présente sous les calottes de glace de la planète qui présentent une épaisseur de 2 km.
Sur Terre, on trouve souvent de l’eau liquide à la base des calottes glaciaires en raison du fait que la chaleur irradie de sous la surface et s’accumule, ce qui fait fondre la glace. Dans l’étude de 2018, publiée dans la revue Science, les chercheurs avaient présenté des données laissant supposer que l’eau liquide était susceptible d’exister sous la calotte glaciaire du pôle sud de Mars, mais l’étude n’avait pas fourni d’explications.
Pour déterminer ce qui pourrait expliquer la présence d’eau, les scientifiques ont d’abord supposé qu’elle existait, puis ils ont modélisé les propriétés physiques de la planète Mars. Comme la Planète Rouge dégage beaucoup moins de chaleur de son intérieur que la Terre, les scientifiques ont avancé différentes hypothèses  pour essayer d’expliquer la présence d’eau de fonte sous les calottes glaciaires.
Un premier modèle a suggéré que le sel pourrait être responsable de la fonte de la glace car le minéral abaisse de manière significative son point de fonte. Toutefois, les chercheurs ont constaté que cette solution ne serait pas suffisante pour maintenir l’eau liquide.
L’équipe scientifique a ensuite proposé une autre explication: la chaleur proviendrait d’une autre source, en particulier une chambre magmatique qui se serait formée sous la surface de Mars il y a environ 300 000 ans. Les chercheurs ont avancé l’hypothèse selon laquelle cette chambre magmatique aurait dégagé de la chaleur, ce qui aurait maintenu l’eau sous les calottes glaciaires.

La principale conclusion de l’étude repose sur le raisonnement «  si-alors »: SI l’eau existe, ALORS il doit y avoir une activité géologique récente dans le sous-sol pour fournir de la chaleur. SI cette approche est réaliste, ALORS cela signifie qu’une activité volcanique souterraine se produit encore sur la planète Mars, bien que la plupart des scientifiques pensent qu’il n’y a aucune preuve d’un volcanisme actif aujourd’hui, même si certaines études indiquent que des coulées de lave à la surface de la planète pourraient être apparues il y a seulement quelques millions d’années.
Il est important de savoir si Mars cache de l’eau liquide à sa surface car cela aura des implications importantes, à la fois pour les projets d’implantation de colonies de peuplement permanentes, mais aussi dans le cadre des recherches de vie sur la planète.
Source: Newsweek, University of Arizona.

—————————————————

Scientists from the University of Arizona explained in 2018 that there might be liquid water deep below Mars’s southern polar ice cap. In a study published in the journal Geophysical Research Letters, another team from the same university wrote that this water, if it really existed, would require an underground source of heat to become liquid.

The authors of the paper said that this heat would likely result from relatively recent subterranean volcanic activity. If this hypothesis was confirmed, it would indicate that Mars is a more geologically active planet than previously believed. The researchers also noted that without any recent volcanic activity, liquid water was unlikely to be present below the planet’s 2-kilometre-thick ice sheets.

On Earth, liquid water is often found at the base of ice sheets because of the fact that heat radiates from below the surface and becomes trapped, which causes it to melt. Last year’s paper, published in the journal Science, presented data suggesting that liquid water could also be found below Mars’s southern ice sheet, although the study did not explain how it could exist there.

To work out what could be sustaining the predicted liquid water, the scientists first assumed it existed and then modelled Mars’s physical properties. Because the Red Planet has much less heat radiating from its interior than our own, the scientists proposed different ideas for what could be causing water to melt at the bottom of the ice sheets.

One model suggested that salt could be responsible because the mineral significantly lowers the melting point of ice. But the researchers found that this effect would not be sufficient to sustain the liquid water.

Next, the research team proposed another explanation: the heat was coming from another source, specifically, a chamber filled with magma that formed below the Martian surface around 300,000 years ago. The researchers suggested this could have been releasing heat, which kept the water at the bottom of the ice caps liquid.

However, the main conclusion of the study is really an if-then statement: If the water exists, then there must be recent geological activity in the subsurface that provided heat. If these suggestions are true, it could mean that underground volcanic activity may still be occurring on the planet today, despite the views of some scientists that it had largely stopped in relatively recent times. Most scientists think there is no evidence for active volcanism erupting onto the surface of Mars today, though some studies have suggested lava flows elsewhere on the surface could be as young as forming several million years ago.

The question of whether or not Mars hosts liquid water on the surface has significant implications both for plans to set up permanent settlements there and the search for life on the planet.

Source : Newsweek, University of Arizona.

Calotte glaciaire sur le pôle sud de la Planète Rouge (Crédit photo: NASA)