Cleveland (Iles Aléoutiennes / Alaska)

J’ai reçu ce matin un message de l’Alaska Volcano Observatory (AVO) indiquant que les capteurs sismiques et infrasoniques locaux avaient enregistré une petite explosion sur le Cleveland aujourd’hui à 03:55 (heure locale). En conséquence, la couleur de l’alerte aérienne est passée à l’ORANGE et l’alerte volcanique à VIGILANCE.
L’AVO indique que les explosions du Cleveland produisent généralement des nuages de cendre relativement modestes qui se dissipent en quelques heures. Aucun nuage de cendre provenant de la dernière explosion n’a été détecté sur les images satellites sur lesquelles la couverture nuageuse est importante.
Le Cleveland est surveillé par un réseau sismique limité. La détection des éruptions est effectuée en associant les données sismiques et infrasoniques, les impacts d’éclairs et les données satellitaires.
Source: AVO.

———————————————–

I received this morning a message from the Alaska Volcano Observatory (AVO) telling me that local seismic and infrasound sensors recorded a small explosion today at 03:55 (local time) at Cleveland Volcano. As a consequence, the aviation colour code was raised to ORANGE and the alert level to WATCH.
AVO indicates that explosions from Cleveland typically produce relatively small volcanic ash clouds that dissipate within hours. No ash cloud from this event has been seen in satellite images, which currently are partly obscured by weather clouds.

Cleveland volcano is monitored with a limited real-time seismic network. Rapid detection of an ash-producing eruption may be possible using a combination of seismic, infrasound, lightning, and satellite data.

Source: AVO.

Source: AVO

Publicités

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion): Fin de l’éruption? // End of the eruption?

6 heures (heure métropole): L’humeur fantasque du Piton de la Fournaise se confirme ! Après un début en fanfare, le tremor volcanique a brusquement chuté à 1 heure (heure locale) si bien que l’activité éruptive de surface débutée le 3 avril 2018 s’est arrêtée le 4 avril à 4h00, après une phase de gaz piston.

L’OVPF indique qu’aucune hypothèse n’est écartée quant à l’évolution de la situation à venir : arrêt définitif de l’éruption ? Reprise de l’activité sur le même site ? Reprise de l’activité plus en aval que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de l’Enclos Fouqué ? Il faut garder à l’esprit les nombreux éboulements observés le 3 avril au niveau du rempart du Nez Coupé de Sainte Rose.

Ceux qui avaient pris un billet d’avion pour aller assister au spectacle sur l’Ile de la Réunion risquent d’être fort déçus !

++++++++++

15 heures (heure métropole) : Suite à l’arrêt de l’activité éruptive, une activité sismique est toujours présente sur les appareils de l’Observatoire, notamment dans le secteur de Piton Crac où 10 séismes ont été enregistrés entre 04h et 09h (heure locale).
Des éboulements continuent à se produire dans le secteur du Nez Coupé de Sainte Rose (12 événements entre 04h et 09h, heure locale). Toutefois, la fréquence de ces séismes et de ces éboulements a tendance à diminuer, avec seulement 3 éboulements au niveau de Nez Coupé de Sainte-Rose et 0 séismes enregistrés entre 09h et 15h30 (heure locale).

Aucune déformation majeure de l’édifice volcanique n’est enregistrée.

Les   concentrations en CO2 dans le secteur du Gîte du Volcan montrent une baisse progressive depuis la journée d’hier. Les concentrations de SO2 dans l’atmosphère sont revenues à leur niveau de base.

L’OVPF conclut son rapport en indiquant qu’aucune hypothèse n’est écartée quant à l’évolution de la situation (arrêt définitif de cet épisode, reprise de l’activité sur ce site ou plus en aval que ce soit à l’intérieur ou à l’extérieur de l’Enclos Fouqué).

Source : OVPF.

L’Observatoire joue pleinement son rôle : il observe la situation au vu des mesures fournies par tous les instruments disposés sur le volcan. C’est aujourd’hui la limite de la volcanologie ; on observe mais on est toujours incapable de formuler des prévisions fiables sur l’évolution de la situation, même sur des volcans effusifs et sans danger réel comme le Piton de la Fournaise ou le Kilauea.

—————————————-

6:00 (Paris time): The whimsical mood of Piton de la Fournaise is confirmed! After a promising start, the volcanic tremor dropped abruptly at 1 am (local time) so that the eruptive activity that began on April 3rd, 2018 ended on April 4th at 4:00 am, after a phase of gas pistoning.
OVPF indicates that no hypothesis is ruled out regarding the evolution of the situation: definitive end of the eruption? New activity on the same site? New activity further downslope whether inside or outside the Enclos Fouqué? We must keep in mind the many landslides observed on April 3rd at the rampart of the Nez Coupé de Sainte Rose.
Those who took a plane ticket to watch the show on Reunion Island may be very disappointed!

++++++++++

3:00 pm (Paris time): Following the stopping of eruptive activity, seismic activity is still present on the Observatory’s equipment, particularly in the area of the Piton Crac where 10 earthquakes were recorded between 4 a.m. and 9 a.m. ( local time).
Rockfalls are still occurring in the area of ​​the Nez Coupé de Sainte Rose (12 events between 4 a.m. and 9 a.m., local time). However, the frequency of these earthquakes and rockfalls tends to decrease, with only 3 rockfalls at Nez Coupé de Sainte-Rose and 0 seismic event recorded between 09:00 and 15:30 (local time).
No major deformation of the volcanic edifice is recorded.
CO2 concentrations in the Gîte du Volcan area have shown a gradual decline since yesterday. Atmospheric concentrations of SO2 have returned to background levels.
OVPF concludes its report by indicating that no hypothesis can be ruled out as to the evolution of the situation (definitive end of this episode, resumption of activity on this site or further downslope, whether inside or outside the Enclos Fouqué).
Source: OVPF.
The Observatory plays its full role: it observes the situation according to the measurements provided by all the instruments displayed on the volcano. Today it is the limit of volcanology; we observe but we are still unable to make reliable predictions on the evolution of the situation, even on effusive volcanoes without any real danger like Piton de la Fournaise or Kilauea.

Source: OVPF

Vue de l’éruption le 3 avril 2018. Un grand merci à Christian Holveck de m’avoir adressé des images. Voir une très belle galerie d’images à cette adresse: http://www.christianholveck.com/galerie.php?t=14&g=68

Des lahars sur la Montagne Pelée (Martinique) // Lahars on Montagne Pelée (Martinique)

C’est bien connu, les volcans peuvent être dangereux même quand ils ne sont plus en éruption et leurs colères du passé peuvent avoir des effets sur le long terme. La Martinique vient d’en être un parfait exemple. La Montagne Pelée n’est pas en éruption en ce moment, mais un phénomène géologique inquiète les scientifiques et la population du Prêcheur, petite localité située au nord de Saint Pierre sur la côte caraïbe, au pied de la Montagne Pelée. Des lahars – coulées de boue d’origine volcanique – dévalent régulièrement les flancs de la montagne. Les dépôts laissés par ces lahars sont impressionnants, comme on peut le constater depuis le Pont du Prêcheur et en amont sur la rivière (voir photos ci-dessous). On s’aperçoit que la coulée de boue, alimentée par des effondrements au niveau de la falaise Samperre, a charrié des blocs de plusieurs tonnes. Les pelleteuses procèdent inlassablement au curage de la rivière, mais les moyens déployés semblent limités.

Depuis près de deux mois, ces coulées de boue à répétition (l’Observatoire en a recensé plus de 200), provoquées par des pluies très abondantes, angoissent de plus en plus les habitants du Prêcheur. La sirène les réveille en pleine nuit, à trois reprises le 22 février 2018. Les habitants des cités Pohie et Coquette, ont dû être évacués à plusieurs reprises. En application du plan de prévention des risques, la municipalité a fait évacuer les 130 élèves de l’école municipale pour les mettre en sécurité au niveau du Presbytère. Il n’est guère surprenant qu’un certain mal-être gagne peu à peu les Prêchotains. La mise en place d’un accompagnement psychologique est devenue une nécessité impérieuse. La Protection Civile assure déjà une permanence. La municipalité veut aussi interpeller l’État et créer un groupe de parole.

S’agissant de la surveillance et l’alerte à la population, il a été constaté que le réseau de capteurs était endommagé. Les dispositions ont rapidement été prises pour engager sans délai le rétablissement de ce réseau automatique. En parallèle, le réseau de sismomètres et de géophones – enregistrement en temps réel des bruits induits par le déplacement des blocs de pierre – a été renforcé..

Comme toujours lorsque de tels événements se produisent, les rumeurs vont bon train. Certains n’ont pas hésité à évoquer une possible éruption ou un réveil de la Montagne Pelée. Dans une mise au point, L’Observatoire volcanologique et sismologique de la Martinique a rappelé que « le phénomène de lahar n’est pas lié à une activité éruptive de la Montagne Pelée mais à l’érosion de terrains volcaniques anciens à l’intérieur desquels circulent des eaux souterraines. » Il faut noter que le Prêcheur n’était pas sur la trajectoire des coulées pyroclastiques de l’éruption du 8 mai 1902. Malgré cela, la localité a été victime d’un lahar qui a tué quelque 400 personnes pendant la nuit du 7 au 8 mai 1902

La situation actuelle requiert la plus grande surveillance. Il faudra surveiller la falaise et la rivière lorsque arrivera la saison des pluies.

Sources: France-Antilles; Radio France Martinique.

°°°°°°°°°°

Le dernier bulletin trimestriel (octobre à décembre 2017) d’activité volcanique de la Montagne Pelée diffusé par l’Observatoire indique que « l’activité fumerollienne est nulle ; l’activité hydrothermale poursuit un régime globalement en lente diminution. L’activité sismique est faible et traduit l’activité du système hydrothermal (circulations et interactions de gaz, vapeur et eau sous pression dans la roche poreuse et fracturée). On ne constate pas d’anomalie des autres paramètres de surveillance liée à une éventuelle remontée de magma.

Sur la base des observations de l’Observatoire, aucune activité éruptive n’est à prévoir prochainement, et le niveau d’alerte actuel reste VERT.

———————————————

It is well known that volcanoes can be dangerous even when they are no longer erupting and their past eruptions can have long-term effects. Martinique has just been a perfect example. The Montagne Pelée is not erupting at this time, but a geological phenomenon worries the scientists and the population of Prêcheur, a small town located north of Saint Pierre on the Caribbean coast, at the foot of Montagne Pelée. Lahars – mudslides of volcanic origin – regularly descend the sides of the mountain. The deposits left by these lahars are impressive, as can be seen from the Pont du Prêcheur (see photos below). One can see that the mudslide has carried blocks of several tons. The excavators tirelessly proceed to the cleaning of the river, but the means deployed seem limited.

For nearly two months, these repeated mudslides caused by heavy rains have become increasingly stressful to the inhabitants of the Prêcheur. The siren wakes them up in the middle of the night, three times on February 22nd, 2018. The inhabitants of the districts of Pohie and Coquette, had to be evacuated several times. In application of the risk prevention plan, the municipality evacuated 130 students from the municipal school to make them safe at the Presbytery. It is hardly surprising that a certain ill-being is gradually gaining the Prêchotains. The setting up of a psychological support has become an imperative necessity. The Civil Protection already manages an office in the town. The municipality will also ask for the help of the State and create a group of communication among the inhabitants.

With regard to surveillance and warning to the population, it was found that the sensor network was damaged. Repairs were quickly made to ensure the restoration of this automatic network. In parallel, the network of seismometers and geophones – real-time recording of noise induced by the movement of stone blocks – has been reinforced.

As always when such events occur, rumours are rife. Some did not hesitate to tell about a possible eruption or an awakening of Montagne Pelée. In an update, the Volcanological and Seismological Observatory of Martinique recalled that « lahars are not related to an eruptive activity of Montagne Pelée but to the erosion of ancient volcanic terrains within which groundwater is circulating. »

The current situation demands a constant monitoring. It will be necessary to keep a close watch of the Samperre cliff and the river when the rain season will arrive.

Sources: France-Antilles; Radio France Martinique.

°°°°°°°°°°

The last quarterly bulletin (October to December 2017) of Mount Pelee’s volcanic activity released by the Observatory indicates that « there is no fumarolic activity; hydrothermal activity keeps slowly decreasing. Seismic activity is low and corresponds with the activity of the hydrothermal system (circulation and interaction of gas, steam and water under pressure in the porous and fractured rock). There is no anomaly among other monitoring parameters related to a possible magma ascent.
Based on these observations, no eruptive activity is expected in the short term and the Observatory keeps the alert level at GREEN.

++++++++++

Dépôts de lahars en amont et en aval du pont sur la rivière du Prêcheur:

Vue du lahar, des dépôts et des blocs en amont du Prêcheur:

Vue aérienne de la falaise Samperre où se produisent les glissements de terrain qui génèrent les lahars:

Photos: C. Grandpey