Troisième coulée de lave sur le Mayon (Philippines) // Third lava flow on Mayon Volcano (Philippines)

Dans sa dernière mise à jour, le PHILVOCS indique qu’une troisième coulée de lave est apparue sur le Mayon. Elle descend la ravine Basud sur 3 kilomètres. Les coulées de lave dans les ravines Miisi et Bonga-Buyuan ont atteint respectivement 3,2 km et 4,5 km.
Au cours de ses dernières 24 heures, le PHILVOCS a enregistré 16 séismes d’origine volcanique et au moins trois événements de fontaines de lave.
Bien que les instruments montrent des mesures inférieures aux jours précédents, il n’y a aucun signe que l’activité du Mayon a diminué.
Une fois encore, le PHILVOCS demande au public de ne pas pénétrer dans la zone de danger de 8 km. Le niveau d’alerte est maintenu à 4 sur le volcan.
Source: PHILVOCS.

————————————-

In its latest update, PHILVOCS indicates that a third lava flow is coming from Mount Mayon. It is travelling down from the Basud Channel over 3 kilometres. Lava flows in the Miisi and Bonga-Buyuan channels reached 3.2 km and 4.5 km, respectively.

During its last 24 hours, PHILVOCS recorded 16 volcanic quakes and at least three lava fountaining events.

Although instruments showed lower figures compared to previous days, there is no sign that Mayon’s high level of unrest had waned.

Again and again, PHILVOCS asks the public to stay away from the 8-km danger zone while Alert Level 4 is kept over the volcano.
Source: PHILVOCS.

Source: PHILVOCS

La sécurité sur le Kilauea (Hawaii) // Safety on Kilauea Volcano (Hawaii)

On me reproche parfois d’être trop prudent sur un volcan. Peut-être ; en tout cas, je n’ai jamais connu de situations alarmantes sur les nombreux sites que j’ai visités. Je n’ai jamais été blessé non plus, contrairement à certaines personnes que je connais qui ont fait trempette dans des mares de boue ou dans des coulées de lave. Des souvenirs de vacances sans aucun doute très douloureux ! La seule fois où ma situation est devenue compliquée, j’étais avec un petit groupe dans le cratère du Pu’uO’o à Hawaii et ce n’est pas moi qui avais décidé d’y pénétrer. Comme le fait remarquer Guy de St Cyr dans son livre « D’un volcan à l’autre », je ne ‘sentais’ pas cette aventure dans le cratère.

Visiter un volcan actif demande des précautions car des événements inattendus peuvent se produire. La récente mort d’un guide local à Hawaii à cause des gaz émis par la lave au contact de la pluie montre qu’il ne faut pas prendre à la légère une excursion sur le terrain volcanique.

L’Observatoire des Volcans d’Hawaii (HVO) consacre un chapitre de son site web aux précautions à prendre sur le Kilauea. C’est très bien expliqué ; il est dommage que les recommandations soient écrites uniquement en anglais.

https://pubs.usgs.gov/fs/2000/fs152-00/

Le HVO énumère les différents dangers auxquels un visiteur peut être confronté :

  • Sur le littoral: Effondrement de la plateforme littorale avec risque d’explosions ; projections de matériaux incandescents et/ou d’eau à haute température ; nuages de gaz acides et parfois extrêmement denses avec visibilité nulle…
  • Sur le champ de lave: Longues distances d’approche sur terrain difficile ; obligation de porter des habits et chaussures robustes, sans oublier les gants ; nécessité d’avoir une lampe ; prévoir de l’eau et de la nourriture. J’ajoute qu’il est utile d’avoir un GPS car on peut se perdre sur les immenses champs de lave hawaiiens.

Il est recommandé de se renseigner auprès des rangers pour savoir où et à quelle distance se trouvent les coulées. Une fois à proximité des coulées faire attention de ne pas se faire encercler.

Ces lignes ne sont qu’un bref résumé des conseils prodigués par le HVO et le Parc National. Je commande fortement la visite du site Internet du HVO où l’on trouve une foule d’informations intéressantes.

https://volcanoes.usgs.gov/observatories/hvo/

—————————————–

I am sometimes accused of being too careful on volcanoes. Maybe ; in any case, I have never been confronted with alarming situations on the numerous volcanoes I have visited. I have never been injured either, unlike some people I know who have dipped their feet in hot mud pools or in lava flows. I’m sure they kept painful memories of their holidays! The only time my situation became complicated, I was with a small group in the Pu’uO’o Crater in Hawaii and it was not me who had decided to get into this crater. As Guy de St Cyr points out in his book « D’un volcan à l’autre, » I was not eager to live this adventure in the crater.

Visiting an active volcano requires caution as unexpected events may occur. The recent death of a local guide in Hawaii because of the gases emitted by lava in contact with the rain shows that one should be very careful when starting a trip.

The Hawaiian Volcano Observatory devotes a chapter of its website to the precautions to take on Kilauea. It is very well explained; unfortunately, the recommendations are written only in English.

https://pubs.usgs.gov/fs/2000/fs152-00/

HVO has listed the various dangers that a visitor may have to face:
– On the shoreline: Bench collapse, with the risk of explosions; tephra jets; scalding waves burn ; acidic and sometimes extremely dense gas clouds with zero visibility …
– On the lava field: Long approach of the lava flows on difficult terrain; obligation to wear sturdy clothes and shoes, not to mention gloves; need to have a lamp; provide water and food. I add that it is useful to have a GPS because you can get lost on the immense Hawaiian lava fields.
It is recommended to check with rangers to find out where and how far the lava flows are. Once near the flows, be careful not to be encircled. Make sure you have an escape route.

These lines are only a brief summary of the advice provided by HVO and the National Park. I strongly advise the visit of the HVO website where there is a lot of interesting information.
https://volcanoes.usgs.gov/observatories/hvo/

La réalisation de tels clichés demande une certaine vigilance (Photos: C. Grandpey)

Les leçons de l’éruption du Moto-Shirane (Japon) // The lessons of the Moto-Shirane eruption (Japan)

Les Japonais sont des gens très scrupuleux. Chaque fois qu’un problème survient, ils essaient d’en déterminer les causes et de trouver des solutions. Cet état d’esprit peut être observé dans de nombreux domaines d’activité et les volcans en font partie.
Lorsque le Mont Moto-Shirane est entré soudainement en éruption le 23 janvier 2018, tuant une personne et en blessant 11 autres, l’Agence Météorologique Japonaise (JMA) a été dans l’impossibilité d’émettre un bulletin d’alerte immédiatement après l’événement. Le premier a été publié seulement environ une heure plus tard. La ville de Kusatsu, une station de ski près du volcan, a réussi à diffuser un bulletin d’alerte par radio 50 minutes après l’éruption. L’Agence a réagi avec un tel retard parce qu’il fallait qu’elle vérifie non seulement ce qui s’est passé sur volcan, mais aussi si le système d’observation et d’alerte des volcans de la région avait fonctionné. Cet événement montre que le gouvernement japonais et la communauté scientifique (en l’occurrence les volcanologues) auraient tout intérêt à revoir le système actuel de surveillance et d’alerte, et examiner les moyens de répondre au mieux aux éruptions une fois qu’elles ont eu lieu.
Le Japon compte 111 volcans actifs, ce qui  représente environ 7% des volcans actifs de la planète, et 50 sont surveillés 24 heures sur 24. La zone volcanique où l’éruption s’est produite le 23 janvier en fait partie. L’Institut de Technologie de Tokyo a un observatoire sur le Moto-Shirane ; ce qui s’est passé est donc d’autant moins excusable.
L’éruption a eu lieu au niveau du cratère Kagamiike sur le Mont Moto-Shirane. Les volcanologues et l’Agence ne s’attendaient pas à une éruption sur ce site car il n’y avait pas eu d’activité volcanique depuis environ 3 000 ans. Les efforts de surveillance dans la région se concentrent sur le cratère Yugama, à environ 2 km au nord. Les données indiquent que l’éruption du 23 janvier a été très soudaine. Une activité sismique a été enregistrée vers 9h59 et l’éruption a eu lieu à 10h02. Tout bulletin d’alerte aurait donc été inutile en matière d’évacuations.
La dernière éruption semble montrer que le système d’observation du Moto-Shirane est inadéquat, même si un meilleur équipement n’aurait  pas forcément permis de prévoir une éruption phréatique. Cet événement devrait toutefois inciter la JMA à vérifier si le réseau national de sismomètres et de caméras de surveillance volcanique ne présente pas des lacunes. Bien qu’il y ait des contraintes budgétaires, l’Agence devrait utiliser au mieux ses ressources pour accroître l’efficacité du réseau d’observation. Par exemple, il n’y avait pas de carte à risques couvrant le site de la dernière éruption. La JMA devra donc revoir la façon dont la carte est élaborée en tenant compte du fait que les activités volcaniques peuvent être très irrégulières.
La JMA devra analyser les données de la dernière éruption pour déterminer l’étendue exacte des dégâts. Pour cela, il faudra identifier les zones où le volcan a envoyé des projectiles et de la cendre, le type spécifique et l’ampleur de l’éruption, si de l’eau chaude a été émise et s’il y a eu des coulées pyroclastiques. L’Agence devra également étudier pourquoi il a fallu si longtemps pour émettre une alerte d’éruption. Le premier bulletin a été émis environ une heure après l’éruption, avec élévation du niveau d’alerte de 1 à 2 sur une échelle de 5, niveau qui indique que l’entrée dans la zone du cratère est limitée. Environ une heure et 50 minutes après l’éruption, le niveau d’alerte est passé à 3, en vertu duquel l’entrée dans la zone du cratère est soit interdite, soit restreinte. Le problème est que l’Agence n’a pas partagé ce bulletin d’alerte avec les autorités locales à Kusatsu.
Le système d’alerte éruptive rapide a été mis en place à la suite de l’éruption du Mont Ontake en 2014, qui a tué 58 personnes. Le but est d’inciter les gens à évacuer la zone et ainsi à limiter le nombre de victimes. Afin d’expliquer pourquoi les bulletins d’alerte n’ont pas été émis immédiatement, la JMA a déclaré qu’il a fallu du temps pour confirmer les faits liés à l’éruption en raison du manque de caméras de surveillance près du site. Dans un tel cas et dans un but de sécurité, il faudrait que l’Agence obtienne le plus rapidement possible des informations auprès des randonneurs et des touristes qui se trouvent près du site de l’éruption et qu’elle émette des bulletins d’informations appropriés, même si ces informations ne peuvent pas être vérifiées. Les municipalités proches des volcans devraient également agir selon le même principe, même si elles sont susceptibles d’obtenir des informations contradictoires, comme ce fut le cas pour la mairie de Kusatsu.
Beaucoup de volcans japonais sont des lieux touristiques et les gens ne se rendent pas forcément compte du risque éruptif. La plupart des municipalités situées à proximité des volcans ne possèdent pas de plans d’évacuation pouvant être utilisés en cas de problème..
Bien que l’éruption du Mont Moto-Shirane nous rappelle la difficulté à prévoir de tels événements, elle devrait pousser le gouvernement japonais à intensifier ses efforts pour améliorer le système de surveillance volcanique. Un bon point de départ consisterait à allouer des ressources suffisantes pour former une nouvelle génération de volcanologues, car le pays souffre cruellement d’une pénurie de jeunes scientifiques dans ce domaine.
Source: The Japan Times.

——————————————–

The Japanese are very scrupulous people. Each time a problem occurs, they try to find its causes and possible solutions. This behaviour can be observed in many fields of activity and volcanoes are concerned too.

When Mount Moto-Shirane erupted without warning on January 23rd 2018, killing one person and injuring 11 others, the Japan Meteorological Agency (JMA) was unable to issue an alert immediately after the eruption; the first one was issued only about an hour later. The town of Kusatsu, the site of a ski resort near the volcano, only managed to broadcast a disaster warning through a wireless system 50 minutes after the eruption. Along with verifying what happened at the volcano, the Agency needs to look into whether the volcano observation and alert system in the area worked. The government and the volcanologist community should re-examine the current monitoring and alert system, and review ways to best respond to eruptions once they have taken place.

Japan has 111 active volcanoes accounting for about 7% of active volcanoes around the world, and 50 of them are observed round the clock. The volcanic area where the eruption occurred last week is one of these 50 areas. The Tokyo Institute of Technology has an observatory there, making what happened all the more shocking.

The eruption took place at the Kagamiike crater on Mount Moto-Shirane. Volcanologists and the Agency had not anticipated an eruption at that site since there had been no volcanic activity there in some 3,000 years. The monitoring efforts in the area are concentrated at the Yugama crater of Mount Shirane, some 2 km to the north. Data indicate the January 23rd eruption was very sudden. Volcanic tremors were observed in the area around 9:59 a.m. and the eruption took place at 10:02 a.m.

It is clear that the system to observe Mount Moto-Shirane is inadequate, although even a better one may not have enabled the prediction of a phreatic eruption. This event should prompt the Agency to look into whether the nation’s network of seismometers and video cameras to monitor volcanic activities has too many holes. While there are budgetary constraints, the Agency should make the best use of its resources to increase efficiency of the observation network. The hazard map for volcanic activities and eruptions did not cover the site where last week’s eruption took place. Thus, the Agency should review the way the map is created based on the understanding that volcanic activities can be very irregular.

The Agency needs to analyze data from the latest eruption to determine the exact extent of the damage, including identifying the areas where the volcano spewed stones and ash, the specific type and scale of the eruption, whether hot water was discharged and whether there were debris flows. It should also scrutinize how and why it took so long to issue an eruption alert. The first warning came about an hour after the eruption, raising the volcanic status level from 1 to 2 on a scale of 5, a level at which entry into the crater area is restricted. About one hour and 50 minutes after the eruption, it raised the status level to 3, under which entering the mountain area is either banned or restricted. However, the Agency did not share this warning with the Kusatsu Municipal Government.

The system of issuing a prompt eruption alert was established in the wake of the 2014 eruption of Mount Ontake which killed 58 people, in an effort to encourage people to evacuate and limit casualties as much as possible. Explaining why the warnings were not issued immediately, JMA said it took time to confirm the facts related to the eruption due to the lack of monitoring cameras near the site. In such a case, the Agency should get information from climbers and tourists who were near the scene as quickly as possible and issue relevant warnings – even if the information provided cannot be verified – under the principle that safety comes first. Municipalities near volcanoes also should act under the same principle, although they may get conflicting information, as the Kusatsu town office did.

Many of Japan’s volcanoes constitute tourism resources, and people may not have a sufficient sense of caution regarding the possibility of eruptions. Most municipalities near volcanoes are said to lack advance evacuation plans in the event of an incident.

Although what happened last week at Mount Moto-Shirane reminds us of the difficulty of forecasting volcanic eruptions, that should not lead the government to slacken its efforts to improve the system to monitor volcanic activities. A good starting point would be to allocate sufficient resources to train a new generation of volcanologists since the nation is suffering from an acute shortage of young experts in the field.

Source : The Japan Times.

Zone sommitale du Moto-Shirane (Crédit photo: F. Gueffier)