Eruption du Mont Shindake (Japon) // Eruption of Mt Shindake (Japan)

L’Agence météorologique japonaise (JMA) indique qu’une éruption s’est produite le 11 janvier 2020 à 15 h 05 sur le Mont Shindake sur l’île Kuchinoerabu dans la préfecture de Kagoshima. L’île se trouve à environ 130 km au sud-sud-ouest de la ville de Kagoshima.
Aucun blessé n’a été signalé dans l’immédiat. L’éruption a projeté des matériaux à 300 mètres au-dessus du cratère. Aucune coulée pyroclastique n’a été observée et aucun ordre d’évacuation n’a été émis. C’est la première éruption depuis le 2 février 2019.
La JMA maintient le niveau d’alerte à 3 sur une échelle de 5. Il a été demandé aux randonneurs de ne pas gravir le volcan. Le niveau d’alerte avait été relevé le 2 octobre 2019 en raison d’un séisme majeur.
À la fin du mois de décembre 2019, 100 personnes résidaient officiellement sur l’île qui a une superficie d’environ 36 kilomètres carrés. En mai 2015, tous les habitants de l’île ont été évacués vers l’île de Yakushima, à environ 12 km à l’est, suite à un épisode éruptif accompagné d’explosions.
Source: Agence météorologique japonaise.

—————————————–

The Japanese Meteorological Agency (JMA) indicates that an eruption occurred on January 11th, 2020 at 3:05 p.m at Mount Shindake on Kuchinoerabu Island in Kagoshima Prefecture. The island is located some 130 km south-southwest of the city of Kagoshima.

There were no immediate reports of injuries. The eruption sent rocks flying 300 metres above the crater. No pyroclastic flow has been observed and no evacuation order was issued. It was the first eruption since February 2nd, 2019.

The JMA maintains the alert level at 3 on a scale of 5. Climbers are asked to refrain from scaling the mountain. The alert level was raised from 2 in October following a major earthquake.

As of the end of December 2019, 100 people were registered as residents on the island, which is about 36 square kilometres in size. In May 2015, all residents of the island were evacuated to Yakushima Island, some 12 km to the east, after explosive eruptions.

Source : Japanese Meteorological Agency.

Image de l’éruption mise en ligne par la JMA

Exercice d’évacuation annuel à Kagoshima (Japon) // Annual evacuation drill in Kagoshima (Japan)

drapeau-francaisLa préfecture de Kagoshima vient d’organiser son exercice annuel d’évacuation dans l’éventualité d’une éruption majeure du Sakurajima. Cette année, le coréen et le chinois ont été ajoutés aux langues étrangères utilisées pendant l’exercice.
En août 2015, le niveau d’alerte du Sakurajima a été porté à 4, sur une échelle de 5, ce qui signifie que les habitants devaient se tenir prêts pour une possible évacuation. Certains touristes étrangers qui n’étaient pas au courant de la situation sont entrés dans des zones interdites.
Dans le dernier exercice, l’avis d’évacuation a été diffusé par haut-parleurs dans toute l’île en japonais, anglais, coréen et chinois. La population locale et quelque 150 organisations ont participé à l’exercice. Après la diffusion de l’alerte par des fonctionnaires municipaux, les gens ont été évacués de l’île par ferry. Etant donné que l’année dernière certains habitants se sont dirigés vers des endroits autres que ceux pour lesquels ils étaient prévus, on a remis cette année aux participants à l’exercice, avant qu’ils montent dans le ferry, des cartes montrant leur destination individuelle.
Selon l’Agence météorologique japonaise, l’activité du Sakurajima a ralenti depuis la dernière éruption majeure en septembre. Le niveau d’alerte actuel est de 2, ce qui signifie que l’approche du cratère est interdite.
Source: The Japan Times.

————————————

drapeau-anglaisThe prefecture of Kagoshima has just held the annual disaster drill to prepare for a large-scale eruption of Mount Sakurajima. This year, Korean and Chinese were added to evacuation advisory languages.
Last August, the eruption warning level for Sakurajima volcano was raised to 4, on a scale of 5 levels, which means residents must be ready to evacuate. Some foreign tourists were unaware of the warning and entered areas that had been declared off-limits.
In the latest drill, an evacuation advisory was aired through speakers around the island in Japanese, English, Korean and Chinese. Local residents and some 150 organizations took part in the drill. Following a disaster warning conducted by city officials, participants were evacuated from the island by ferry. Considering that last year some residents went to places other than designated evacuation centres, participants in the drill were asked to hand over cards showing where they were headed before boarding the ferry.
Japan Meteorological Agency reports that volcanic activity had slowed since the last major eruption in September. The current alert level is 2, which means people should not approach the crater.
Source: The Japan Times.

Sakurajima-blog

Le Sakurajima et la ville de Kagoshima  (Crédit photo: Wikipedia)

Sakurajima (Japon): L’éruption de 1914 // The 1914 eruption

drapeau francaisLes derniers bulletins de la Japan Meteorological Agency et le passage du Sakurajima en alerte de niveau 4 (sur une échelle de 5) montrent que la situation doit être prise au sérieux. De plus, la recrudescence d’activité du Sakurajima intervient au moment du redémarrage du réacteur de la centrale nucléaire de Sendai, située à une cinquantaine de kilomètres du volcan. Beaucoup évoquent l’éruption de 1914 qui reste l’une des plus violentes dans l’histoire du volcan.

Voici un extrait du chapitre de mon livre « Killer Volcanoes » (aujourd’hui épuisé) consacré à l’éruption de 1914.

Lorsqu’une éruption commence en janvier 1914, le Sakurajima est endormi depuis un siècle. Elle est annoncée, comme souvent, par une crise sismique qui débute le 11 de ce mois et inquiète les autorités qui prennent tout de suite conscience de la gravité de la situation. Dans la ville de Kagoshima, on enregistre 417 secousses telluriques dans les trente heures précédant l’éruption. 

Dès que la terre se met à trembler le 11 janvier, les 22 000 habitants de l’île où trône à cette époque le Sakurajima, pêcheurs et fermiers pour la plupart, sont évacués en toute hâte à l’aide de tous les bateaux disponibles auxquels viennent se joindre ceux de la marine nationale le lendemain. Une partie de la population de Kagoshima est évacuée elle aussi car elle risque d’être exposée aux fureurs du volcan.  

Les émissions de gaz sont toujours visibles le 12 janvier au matin lorsque cinq bouches au moins s’ouvrent à 10h10 sur le flanc est du volcan. De puissantes explosions font naître d’énormes panaches de cendre d’une dizaine de kilomètres de hauteur. La colonne éruptive s’effondre par moments en déclenchant des coulées pyroclastiques. Les retombées de cendre sont intenses et la couche atteint un mètre d’épaisseur à vingt kilomètres de distance. Plus que l’éruption elle-même, c’est l’effondrement des toitures des maisons – surtout à Kagoshima – qui est responsable des trente-cinq victimes de l’événement. D’autres personnes périssent également – une dizaine semble-t-il – quand se produisent des glissements de terrain provoqués par un violent séisme de magnitude 6,7 à 18h29 le 12 janvier. Il est suivi d’un petit tsunami qui cause des dégâts aux bateaux dans le port.

Dans la soirée du 13 janvier, sur le coup de 20 heures, la région du Sakurajima est secouée par un nouveau séisme. Il marque un profond changement dans le comportement du volcan. Au lieu d’être explosive, l’activité devient effusive et elle donne naissance à deux champs de lave pendant les vingt jours suivants.  

L’activité effusive cesse le 20 janvier sur le versant ouest du Sakurajima mais reste bien présente sur le flanc est où la lave s’échappe de trois ensembles de deux cratères chacun. L’une des bouches de chaque couple laisse échapper la lave qui dégaze bruyamment par l’intermédiaire de sa voisine. La vitesse de progression est estimé à trente mètres à l’heure, ce qui est fort rapide pour de l’andésite. Les coulées couvrent une distance d’environ trois kilomètres depuis leur source et s’étalent sur environ deux kilomètres. Sur les dix-huit villages qui se trouvent sur les flancs du Sakurajima, sept sont recouverts et on estime que 2500 bâtiments ont été détruits par l’éruption. .

Le 1er février, la lave a rempli le chenal large de quatre cents mètres et profond de soixante-douze mètres qui sépare le Sakurajima de la Péninsule d’Oosumi. Le volcan se trouve donc relié au continent !

Dans les mois qui suivent, l’activité continue, alternant les phénomènes explosifs et effusifs, avec une recrudescence de ces derniers sur le versant est le 22 mars 1914. L’éruption s’achève définitivement au début de l’année 1915.

————————————————-

drapeau anglaisThe latest bulletins from the Japan Meteorological Agency and the elevationof Sakurajima’s alert level to 4 (on a scale of 5) show that the situation must be taken seriously. In addition, the activity increase comes at the time of the restart of the reactor at the Sendai nuclear plant, about fifty kilometers from the volcano. Many evoke the 1914 eruption which remains one of the most violent in the history of the volcano.
Here is a summary of the chapter of my book « Killer Volcanoes » (now out of print) dedicated to the 1914 eruption.

When an eruption began in January 1914, Sakurajima had been asleep for a century. It was preceded, as often, by a seismic crisis that began on January 11th. The authorities got concerned and became immediately aware of the seriousness of the situation. In the city of Kagoshima, 417 earthquakes were recorded within thirty hours before the eruption.
As soon as the earth shook on January 11th , the 22,000 inhabitants of the island under the threat of Sakurajima, fishermen and farmers for most of them, were evacuated on board all available boats, together with  those of the Navy the next day. Part of the population of Kagoshima was also evacuated because it might be exposed to the fury of the volcano.
Gas emissions were still visible on January 12th  in the morning when at least five vents opened at 10:10 on the eastern flank of the volcano. Powerful explosions generated huge plumes of ash ten kilometers high. The eruption column collapsed at times, triggering pyroclastic flows. The ashfall was intense and the ash layer was still a meter thick twenty kilometers away. More than the eruption itself, it was the collapse of the roofs of houses – especially in Kagoshima – which was responsible for the thirty-five victims of the event. Other people also perished –  maybe ten – when landslides were caused by a massive earthquake measuring M 6.7 at 6:29 p.m. on January 12th . It was followed by a small tsunami which caused damage to the boats in the harbor.
On the evening of  January 13th , at 20:00, the Sakurajima region was shaken by another earthquake. It marked a profound change in the behavior of the volcano. Instead of being explosive, activity becomes effusive and gave birth to two lava fields for the next twenty days.
The effusive activity ceased on January 20th on the western side of Sakurajima but remained on the eastern side where lava was coming out of three sets of two craters. One of the vents of each couple of craters released lava that degassed loudly through its neighbor. The speed of the lava was estimated at thirty meters per hour, which is very fast for andesite. Lava flows covered a distance of about three kilometers from their source and spread over a width of about two kilometers. Out of the eighteen villages located on the slopes of Sakurajima, seven were covered by lava and an estimated 2500 buildings were destroyed by the eruption. .
On February 1st, the lava filled the 400-hundred-metre-wide channel, seventy-two meters deep, between Sakurajima and the Oosumi Peninsula. The volcano was thus connected to the mainland!
In the following months, activity continued, alternating explosive and effusive phenomena, with a resurgence of these on the eastern slope on 22 March 1914. The eruption ended for good in early 1915.

Sakurajima-blog

Crédit photo: Wikipedia

Petit déjeuner explosif à Kagoshima (Japon) // Explosive breakfast at Kagoshima (Japan)

drapeau francaisPetit déjeuner explosif pour les habitants de Kagoshima ! Vers 00h05 (heure française) et 8h05 pour les Japonais, le Sakurajima a cru bon de rappeler qu’il restait un volcan actif avec une forte explosion et un panache de cendre impressionnant. Une image qui devrait faire réfléchir ceux qui veulent remettre en route la centrale nucléaire de Sendai…

 ——————————————–

drapeau anglaisExplosive breakfast for the residents of Kagoshima! At 00:05 or so (French time) and 8:05 am for the Japanese, Sakurajima reminded the Japanese it was an active volcano with a loud explosion and an impressive ash plume. This image that should make think twice those who want to restart the Sendai nuclear power station …

Sakurajima-6-nov

L’explosion vue par la webcam.  Merci a Philippe Thoré de m’avoir envoyé cette capture d’écran.