Les Açores vues depuis l’espace // The Azores seen from space

drapeau francaisLe 16 mars 2015, Sentinel-1A, un satellite de l’Agence Spatiale Européenne (ESA) a enregistré une image montrant trois îles de l’archipel des Açores : Faial, Sao Jorge et Pico Island, avec le Mont Pico et ses 2 351 mètres.
L’image met en évidence les différences de relief de ces îles où les volcans et les montagnes font la loi.
Faial fait partie des Açores centrales. Avec une superficie de 173 kilomètres carrés, l’île compte quelque 15000 habitants. Au 18ème siècle, son économie était dominée par la chasse à la baleine. Au 19ème siècle, Horta est devenu un important port maritime et une escale pour un grand nombre de navires transatlantiques. Avec d’autres îles de l’archipel, Faial est d’origine volcanique. En 1957, une violente éruption à environ 1 km de la côte a produit de grandes quantités de lave et de cendre et formé un îlot – Capelhinos – qui fut plus tard relié à l’île de Faial par un isthme.
São Jorge est une île longue et mince dont les côtes sont soumises à l’érosion de l’océan. L’île mesure 55 km de long et une chaîne de montagnes forme son épine dorsale. Avec 1053 m, Pico da Esperança est son plus haut sommet. L’île a une superficie de 246 kilomètres carrés. La côte ouest est bordée de falaises, tandis que celle de l’est est moins tourmentée. De même, la côte nord a des falaises abruptes, tandis que le côté sud est présente une pente plus douce. 9500 personnes vivent sur cette île. Avec l’inauguration de ses ports et de l’aéroport en 1982, les activités commerciales se sont développées.
Tirant son nom de son imposante montagne, l’île de Pico possède une histoire basée sur la chasse à la baleine et les vins. La chasse à la baleine a donné naissance de nos jours à un centre d’étude et d’observation des baleines, des dauphins et autres mammifères marins. Depuis la fin des éruptions volcaniques il y a 300 ans, le Pico est considéré comme endormi et il attire de nombreux scientifiques.
Source: ESA: http://www.esa.int/spaceinimages/Images/2015/10/Azore_islands

————————————

drapeau-anglaisOn March 16th 2015, ESA’s Sentinel-1A satellite captured an image showing three of the Azore islands, including Faial, Sao Jorge and Pico Island, with Mount Pico reaching over 2351 metres in height.
The image highlights the differences in the relief of the islands, with volcanoes and mountains clearly standing out.
Faial is part of the central group of the Azores. The surface area covers 173 square kilometres. It has some 15,000 inhabitants. In the 18th century, its economy was dominated by whale hunting and by the 19th century, Horta became an important seaport and a layover for a large number of yachts crossing the Atlantic.
Along with other islands in the archipelago, Faial is of volcanic origin. In 1957, a big eruption about 1 km from the coast ejected large quantities of lava and ash, forming an islet – Capelhinos – that later became connected to Faial island by an isthmus.
São Jorge is a long and slender island whose coasts are open to ocean erosion. The island is 55 km long, with a mountain range forming its backbone. At 1053 m, Pico da Esperança is its highest peak. The island has an area of 246 square kilometres. The western coast is lined with cliffs, while the east is smoother. Similarly, the northern coast has sharp cliffs, while the southern side is less inclined. 9,500 persons live on this island. With the inauguration of its ports and the airport in 1982, commercial activities have developed.
Named after its imposing mountain, Pico Island’s history was based on whaling and wines. Whale hunting turned into a movement of study and observation of whales, dolphins and other sea mammals. Since volcanic eruptions ended 300 years ago, Pico is considered dormant and has become a magnet for scientists.
Source: ESA: http://www.esa.int/spaceinimages/Images/2015/10/Azore_islands

Açores

Crédit photo: ESA.

Une réflexion au sujet de « Les Açores vues depuis l’espace // The Azores seen from space »

  1. Bonjour Claude,
    L’éruption du Capelinhos de 1957-58 est souvent citée comme bel exemple de panaches cypressoïdes de type Surtseyen. La présence d’Haroun Tazieff sur les lieux à cette époque, où il manqua d’y laissé la vie, asphyxié par des gaz dont il à rapporté le caractère exceptionnel et méconnu de leur composition. Avons nous depuis une idée des produits qui les composaient, outre bien sûr le souffre, majoritairement émit. Cette faille nourricière du volcanisme des Açores, dont l’activité semble ce rapprocher de la dorsales médio-atlantique mériterait effectivement plus d’analyse et d’attention, et peut-être même nous renseigner sur l’origine hypothétique « point chaud » de Flores tout proche. En tous cas, merci de nous en rappeler son existence, même vue de très haut.
    Amitiés
    Pierre Chabat

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.