Hausse de la sismicité sur le Katla (Islande) // Increase in seismicity on Katla volcano (Iceland)

drapeau francaisLe Met Office islandais indique qu’un séisme de M 3,3 a été enregistré dans la partie sud-est du Katla en tout début de matinée le 22 Septembre. La secousse principale a été suivie d’une dizaine de répliques, parmi lesquelles certaines étaient peu profondes et peut-être liées à l’activité géothermique. Aucun changement significatif n’a été observé dans les rivières de la région, mais les données en relation avec cet événement seront étudiées attentivement. Le Met Office indique que  » le Katla connaît ce type de cycle sismique de temps à autre, en moyenne 1 à 3 fois par an. » Au moment de la publication du rapport, la sismicité semblait s’être calmée.

——————————————–

drapeau anglaisThe Icelandic Met Office reports that an M 3.3 earthquake hit the south-east of Katla in the early morning of September 22nd. The main tremor was followed by around ten aftershocks, some of which were shallow and possibly connected to geothermal activity. No significant changes to nearby rivers have been reported, but the relevant data will be studied more closely. The Office indicates that “Katla sees this type of seismic cycle from time to time – on average 1-3 times a year.” At the moment of the report, things appeared to have quietened down.

Katla blog

Sismicité ce matin sur le Myrdalsjökull avec la secousse de M 3.3 sur le Katla.

(Source: Met Office)

Ubinas (Pérou): Nouvel épisode éruptif // Ubinas (Peru): New eruptive episode

drapeau francaisL’Observatorio Vulcanológico del Sur (OVS) m’a envoyé un message indiquant que l’Ubinas a enregistré un nouvel épisode éruptif le 21 septembre à 9h14, avec un panache de cendre jusqu’à 1.500 mètres de hauteur et des retombées qui ont affecté plusieurs villages dans un rayon de 10 kilomètres du volcan. L’explosion elle-même a duré 293 secondes et a émis une énergie de 2,6 mégajoules (MJ). Le volcan avait montré un accroissement d’activité au cours des dernières 24 heures.
L’Institut Géophysique du Pérou (IGP) a recommandé aux autorités locales d’évaluer l’impact de la cendre sur les villages afin de pouvoir gérer les risques. Lorsque cela est nécessaire, les autorités fournissent des masques à la population, ainsi que des équipements pour protéger l’eau et de la nourriture. En outre, ils demandent que la qualité de l’eau et de l’air à Arequipa et Moquegua soit évaluée.
Voici une vue de l’éruption du 21 deptembre:
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=6RoO6fZE3j0

———————————

drapeau anglaisThe Observatorio Vulcanológico del Sur (OVS) has sent me a message indicating that Ubinas volcano registered a new eruptive episode on September 21st at 9:14 a.m. with an ash plume up to 1,500 metres which affected several nearby villages in a radius of 10 kilometres. The explosion itself had a duration of 293 seconds and emitted an energy of 2.6 megajoules (MJ). The volcano recorded an abnormally large amount of activity in the last 24 hours.
The Geophysical Institute of Peru (IGP) recommended that local authorities assess the impact of ash on the villages with the aim of implementing mitigation actions. When necessary, authorities provide masks, lenses and equipment to protect water and food. Additionally, they ask that the water and air quality of Arequipa and Moquegua be evaluated.
Here is a view of the 21 September eruption :
https://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=6RoO6fZE3j0

Les volcans de Io // The volcanoes of Io

drapeau francaisUne nouvelle étude publiée par la NASA le 10 Septembre 2015 présente un nouveau modèle pour expliquer l’existence des volcans sur Io, celle des quatre lunes de Jupiter qui est la plus proche de la planète.
Io est considérée comme l’objet le plus actif d’un point de vue volcanique dans notre système solaire, avec des centaines d’éruptions qui ont émis de la lave jusqu’à 400 km de hauteur. La nouvelle étude suggère que l’influence gravitationnelle de Jupiter, couplée à la composition interne de Io – essentiellement de la matière en fusion – explique la position anormale des volcans à la surface de cette lune.
Des études antérieures partaient du principe que Io était un objet solide, mais déformable (un peu comme l’argile). Ces mêmes études ajoutaient que Io subissait une légère déformation due à la pression exercée par l’effet gravitationnel de Jupiter. Toutefois, lorsque les chercheurs ont comparé les modèles informatiques basés sur cette hypothèse avec des photos de la surface de Io prises par des engins spatiaux, ils ont découvert que la plupart des volcans de Io étaient décalés de 30 à 60 degrés par rapport aux régions qui émettent la chaleur la plus intense.
La théorie suggérée par ces études antérieures était la suivante : Etant la lune la plus proche de Jupiter, Io orbite plus vite que les autres lunes plus distantes de la planète. Ainsi, Io effectue deux orbites chaque fois qu’Europa en effectue une seule. En raison de ce phénomène, Io subirait une plus forte attraction gravitationnelle de la même position orbitale, ce qui entraînerait sa déformation. Cette activité géologique intense et cohérente était considérée comme le résultat de l’attraction entre Jupiter et ses autres lunes, ce qui provoquerait un déplacement de la matière à l’intérieur de Io, produirait de la chaleur, provoquerait sa déformation.
Pourtant, cette seule interaction avec Europa ne pouvait pas expliquer le décalage des volcans sur Io. Le comportement volcanique étrange de Io demandait une autre explication qui incorporait non seulement la chaleur produite par l’attraction de Jupiter, mais aussi la chaleur générée par quelque chose d’autre. Dans le nouveau modèle proposé par la NASA, la chaleur provient du mouvement du magma proprement dit. Les auteurs de l’étude sont persuadés que la matière en fusion à l’intérieur de Io est un mélange d’élément liquide (le magma) et de roche en voie de solidification. Comme ce mélange se déplace sous l’influence de l’attraction gravitationnelle de Jupiter, il tourbillonne et vient frotter contre la roche solide qui l’entoure, frottement qui génère la chaleur.
Cette nouvelle recherche de la NASA implique que les océans qui se trouvent sous les croûtes de lunes soumises à une attraction gravitationnelle sont peut-être être plus fréquents qu’ont le pensait jusqu’à présent. Le phénomène s’applique aux océans formés à partir de magma ou d’eau, ce qui augmente les chances d’une vie ailleurs dans l’univers.
Source: NASA
Voici une vue du panache éruptif à la surface de Io (Source : NASA) :
http://en.es-static.us/upl/2015/09/io-volcano-cp.gif

———————————————

drapeau anglaisA new study released by NASA on September 10th 2015 explains a new model for what generates the volcanoes on Io, the innermost of Jupiter’s four moons. Io is known as the most volcanically active object in our solar system, with hundreds of eruptions ejecting lava up to 400 km off the moon’s surface. The new research suggests that the gravitational influence of Jupiter on the molten interior of Io is what causes the misplaced volcanoes on Io’s surface. Previous studies had revealed that Io’s volcanoes were offset by 30 to 60 degrees from the places where the most intense heat was produced. These studies assumed Io was a solid object, but deformable (a bit like clay). They added Io was slightly deformed from the effect of Jupiter’s gravitational squeezing its innermost large moon. However, when scientists compared computer models based on this assumption to actual spacecraft photos of Io’s surface, they discovered that most of Io’s volcanoes were offset 30 to 60 degrees.
As an inner moon of Jupiter’s, Io orbits faster than the next large moon outward, Europa, completing two orbits every time Europa completes one. This regular timing leads Io to feel the strongest gravitational pull from the same orbital location, which distorts its shape. This intense and consistent geological activity was known to be the result of a pulling between Jupiter and its other moons – which causes material within Io to shift, generate heat, and distorts it shape. Yet even this interaction with Europa could not explain the misplaced volcanoes on Io.
Io’s odd volcanic activity called for a new explanation, which incorporated heat from not just the tidal flexing by Jupiter, but also the heat generated by something else. In this new model, the heat comes from the magma’s movement itself.
The authors of the study now believe the molten interior of Io is a slurry mix of liquid (magma) and solidifying rock. As this molten mix flows under the influence of tidal flexing, it swirls and rubs against the surrounding solid rock, generating heat due to friction.
This new NASA research implies that oceans beneath the crusts of tidally stressed moons may be more common than expected. The phenomenon applies to oceans made from either magma or water, potentially increasing the odds for life elsewhere in the universe.
Source: NASA
Here is a view of the eruptive plume at the surface of Io (Source: NASA):
http://en.es-static.us/upl/2015/09/io-volcano-cp.gif

Io volcan

Source: NASA