L’éruption du Kelud: Au moins six victimes

drapeau francaisAu moins six personnes sont mortes à ce jour suite à l’éruption du Kelud. Alors que les problèmes respiratoires sont probablement la cause des décès, au moins une personne et un blessé grave ont été victimes de l’effondrement du toit de leur maison sous le poids de la cendre.
Les gens ont indiqué que le Kelud était à nouveau entré en éruption vers 6 heures du matin samedi, mais avec moins d’intensité, avec un panache de cendre d’environ 1 km de hauteur.
Samedi, la cendre tombée jeudi continuait d’affecter une grande partie de Java. Toutes les écoles de Semarang, dans le centre de l’île, sont restées fermées. La situation devrait redevenir normale à partir de lundi.
Certains aéroports ont repris du service, d’autres restent fermés. Bandung, Surabaya, Yogyakarta et Solo étaient encore fermés samedi et le resteront probablement au moins jusqu’à dimanche.

Source : The Jakarta Globe.

 ———————————————-

drapeau anglaisAt least six persons have died so far in the wake of Mount Kelud’s eruption. While respiratory problems are the likely culprits, at least one death and one critical injury were caused by the collapse of the roof under the weight of the ash.

People have reported that at around 6 a.m. Mt Kelud erupted again on Saturday morning, but on a smaller scale, with an ash plume about 1 km high.

On Saturday, Thursday’s ash continued to affect much of Java. All schools in Semarang, Central Java were closed. The situation is expected to go back to normal on Monday.

Some airports have resumed service, some remain closed.  Bandung, Surabaya, Solo and Yogyakarta were still closed on Saturday and will probably remain so at least through Sunday.

Source: The Jakarta Globe.

Le Kelud et les compagnies aériennes // Mount Kelud and air companies

drapeau francaisLe Ministère des Transports a déclaré que l’éruption du Kelud était un cas de « force majeure »,  ce qui exonère les compagnies aériennes de l’indemnisation des passagers en raison des vols annulés. Les compagnies sont invitées à effectuer les  remboursements dans leur intégralité, sans frais de dossier sur les billets des passagers qui ont annulé leurs voyages le jour de l’éruption.
En tout, sept aéroports sur l’île de Java ont été fermés en raison de l’éruption du Kelud jeudi soir. Vendredi, le nombre total de vols annulés atteignait 586. Cependant, l’aéroport Soekarno-Hatta à Jakarta et l’aéroport Ngurah Rai de Bali continuent à fonctionner normalement car ils n’ont pas été touchés par les cendres volcaniques.

Source : Antara News.

  ———————————-

drapeau anglaisThe Transportation Ministry has declared the eruption of Mount Kelud to be a force majeure, which exempts airlines from compensating passengers due to cancelled flights. Airline companies are asked to make full refunds without administrative fees on air tickets of passengers who cancelled their trips on the day of the eruption.
In all, seven airports on the island of Java have been closed due to the eruption of Mount Kelud on Thursday night. On Friday the total number of cancelled flights reached 586. However, Soekarno-Hatta airport in Jakarta and Ngurah Rai airport in Bali remain safe and continue operating, as they have not been affected by volcanic ash.

Source: Antara News.

Kelud-NASA

Le panache éruptif du Kelud vu depuis l’espace le 14 février 2014  (Crédit photo:  NASA)

Ne pas oublier que le Kilauea peut devenir explosif ! // Don’t forget that Kilauea volcano may become explosive!

drapeau francaisLa plupart des gens qui vont sur le Kilauea s’attendent à trouver des coulées de lave et à marcher en toute sécurité sur un champ de lave. Comme le volcan se trouve sur un point chaud, ils sont persuadés que l’activité restera effusive et n’aura rien à voir avec celle des volcans explosifs des zones de subduction.
Ils ont en partie raison, mais ils ne doivent pas oublier que Kilauea peut être explosif lui aussi. C’est ce qu’un scientifique du HVO a voulu démontrer au cours d’une conférence dans le cadre du programme de sensibilisation mis sur pied par l’Observatoire.

Le dimanche 18 mai 1924, une éruption a entraîné la mort d’un homme et un mouvement de panique parmi les personnes qui se trouvaient dans la zone située autour du cratère de l’Halema’uma’u.

Tout a commencé au printemps de 1924, lorsque plusieurs habitants de Kapoho ont signalé une activité inhabituelle. Le 21 avril, l’un d’eux a déclaré avoir ressenti « 88 secousses dans sa maison. »

Les choses ont empiré le 22 avril. Ce jour-là, un autre habitant a compté 238 séismes entre 17 heures et 21 heures.

Le 23 avril, deux scientifiques du HVO ont découvert en fin de matinée une fracture de 3,50 mètres de largeur au bord de la route, près de Kapoho. Ils firent une pause pour déjeuner et, lorsqu’ils eurent fini de manger, ils s’aperçurent que cette largeur atteignait environ quatre mètres!

Cependant, à partir du 24 Avril, cette activité ismique inhabituelle devint de moins en moins intense. Elle ne fut pas considérée comme une menace et des groupes de touristes furent autorisés à visiter le Parc des Volcans.
Le 9 mai, lors d’une visite à l’Halema’uma’u, des touristes se retrouvèrent enveloppés dans des tourbillons de sable pendant 40 minutes. Dans la soirée de ce même jour, environ 12 heures après que le groupe de touristes eût quitté les lieux, les premières grosses explosions se firent entendre autour de l’Halema’uma’u.

Le lendemain matin, on découvrit des fragments de roche pesant parfois 50 kilos jusqu’à 225 mètres de la lèvre du cratère.
Après l’explosion, des blocs ont été installés afin que les voitures ne puissent pas passer, mais les visiteurs avaient encore le droit de s’approcher à pied du bord de Halema’uma’u, à leurs propres risques. Des roches ont continué d’être éjectées au cours des jours suivants.
Le 16 mai, un scientifique du HVO contemplait l’éruption lorsque l’ensemble du cratère a pris une couleur rouge, avec des éclairs dans le panache de cendre. Les touristes qui se trouvaient à proximité ont dit que « les milliers de lumières qui jaillissaient du nuage éruptif avaient l’apparence de fusées ». Ce soir-là, les femmes et les enfants ont été évacués du camp militaire du Kilauea et des retombées de cendre ont été signalées jusqu’à Glenwood.
Le 18 mai, de violentes explosions se sont produites alors que des touristes étaient présents dans le Parc. Un homme a été tué tandis que les survivants s’enfuyaient pour se mettre à l’abri. Les explosions ont également provoqué un orage électrostatique et émis tellement de roches incandescentes que leur amoncellement ressemblait à un écoulement de lave.
Après les incidents de la journée, la Volcano House a été fermée pour la première fois « de mémoire d’homme ».
L’éruption de1924, qualifiée de «modeste» par les scientifiques, montre qu’un événement similaire peut se produire et se produira probablement. Nous devons garder à l’esprit qu’une telle éruption pourrait être beaucoup plus importante et pourrait durer beaucoup plus longtemps. Nous pouvons facilement imaginer le chaos qu’elle provoquerait aujourd’hui. Il est donc nécessaire de tenir le public informé. Une bonne information et une bonne planification sont essentielles pour la sécurité de tous.
Source : Hawaii Tribune Herald .

————————————————

drapeau anglaisMost people who go and visit Kilauea expect to find lava flows and walk safely on the lava field. As the volcano stands on a hotspot, they believe that activity is effusive and that they are far from the explosive volcanoes along subduction zones.

They are partly right but they should not forget that Kilauea can be explosive. This is what an HVO scientist wanted to demonstrate during a talk which was part of the Observatory’s Awareness programme.

On Sunday, May 18th, 1924, an eruption resulted in the death of one man and chaos among area residents around Halema’uma’u Crater.

It all started in the spring of 1924, when several Kapoho residents reported unusual activity occurring near their homes.

On April 21st, one of them reported “88 distinct shocks at his house.”

Things got worse on April 22nd. Another resident counted 238 quakes between 5 p.m. and 9 p.m.

On April 23rd, two HVO scientists discovered a 12-foot-wide crack on the side of the road near Kapoho. They stopped to have lunch, and by the time they had finished eating, the gap had widened to 13 and a half feet!

However, by April 24th, the unusual activity had become less and less intense. It was not viewed as a significant threat and tour groups were still allowed to visit the park.

During a tour of Halema‘uma‘u on May 9th, tourists were enveloped in swirls of sand for 40 minutes. In the evening of that day, about 12 hours following the departure of the tour group, the first big explosions occurred around Halema‘uma‘u.

The next morning fragments of rock up to 50 kilos were found as far as 225 metres from the rim of the pit.

After the explosion, a rock barrier was built so no cars could pass, but people were still allowed to walk to the rim of Halema‘uma‘u at their own risk. Rocks continued to be ejected over the next few days.

On May 16th, an HVO scientist was watching the eruption when the entire crater turned red with flashes of lightning in the ash plume. Tourists who stood nearby said that “the thousands of lights that broke from the eruption cloud gave the appearance of skyrockets”. That evening, women and children were evacuated from Kilauea Military Camp and it was reported that the ash fell as far down as Glenwood.

On May 18th, violent eruptions occurred while visitors were in the Park, resulting in the death of one man while survivors ran away to make it to safety. The explosions also caused an electrical storm and produced so much hot rock that it gave the appearance of lava flow.

Following the day’s incidents, the Volcano House got closed for the first time in “living memory.”

The 1924 eruption, considered as “modest” by scientists, shows that a similar event can and will happen again; we have to keep in mind that any such eruption could be much bigger and could last much longer. We can easily imagine the chaos such an eruption would cause today. It is necessary to keep the public informed. Good planning is essential to the safety of everyone.

Source: Hawaii Tribune Herald.

Halemaumau-1924

L’Halema’uma’u le 22 mai 1924  (Crédit photo: USGS)