L’Agung entrera-t-il en éruption ? // Will Mt Agung erupt ?

« L’Agung entrera-t-il en éruption? » C’est la question que se posent tous les villageois actuellement dans les abris où ils prient pour que le volcan reste calme et ne détruise pas leurs maisons et leurs plantations.
Cependant, selon les volcanologues locaux, une éruption de l’Agung est imminente. Plusieurs facteurs confirment une telle prévision: la sismicité reste élevée et des centaines de secousses sont enregistrées sur le volcan chaque jour. Elles augmentent en nombre et en intensité. La réduction de leur profondeur au cours de la semaine dernière est une indication que le magma se déplace vers la surface. En plus de l’activité sismique, il existe deux autres signes montrant qu’une éruption est imminente: les émissions de gaz au sommet et le gonflement du volcan qui a fait apparaître une nouvelle fracture dans le cratère.
Si le volcan entre en éruption comme en 1963, la lave coulera sur plusieurs kilomètres depuis le cratère, mais le danger provient surtout des coulées pyroclastiques dévastatrices qui peuvent atteindre des vitesses de plusieurs centaines de kilomètres par heure. Si elles se produisent pendant la nuit et que les gens sont au lit, ils n’auront que quelques secondes ou quelques minutes pour fuir, mais on sait d’ores et déjà que la plupart d’entre eux seront pris au piège et perdront la vie dans ces avalanches à très haute température. Les évacuations massives qui viennent d’avoir lieu réduiront considérablement le nombre de victimes si une éruption devait se produire.

Cependant, il se pourrait que le volcan n’entre pas en éruption. La sismicité pourrait diminuer et la situation pourrait redevenir normale, avec retour des habitants dans leurs maisons. Ce ne serait pas une exception, bien qu’une telle évolution soit assez rare sur les volcans de la Ceinture de Feu. C’est pourtant ce qui s’est passé sur le Kelud, sur l’île de Java, en 2007. Les volcanologues avaient prédit une puissante éruption et ont conseillé d’évacuer une partie de la population autour du volcan. Une éruption s’est produite, mais ce fut un événement mineur dans le cratère. Une éruption puissante n’a jamais vraiment eu lieu et a donné raison au gardien du volcan qui avait affirmé que rien ne se passerait et il critiquait les prévisions alarmistes des scientifiques.
Si l’Agung se calme, le risque est qu’il se réveille brusquement après une période de silence et entre en éruption rapidement. Si une telle situation se produisait, les autorités devraient évacuer de nouveau les populations autour du volcan et il faudrait le faire très rapidement. Espérons qu’elles ne seront pas confrontées à une telle situation d’urgence.
Aujourd’hui, 54 ans après la dernière colère du Mt Agung, notre capacité à prévoir les éruptions volcaniques est encore limitée. Certes, nous avons fait des progrès par rapport au début du 20ème siècle, mais il reste encore un long chemin à parcourir. Les autorités locales utilisent le principe de précaution et je pense personnellement qu’elles ont raison d’adopter une telle politique.

————————————–

“Will Mount Agung erupt?” This is the question all the villagers are asking in the shelters, praying that the volcano remains quiet and does not destroy their houses and their plantations.

However, according to local volcanologists, an eruption of Mount Agung is imminent. Several factors lead to such a prediction: Seismicity is high and hundreds of tremors are being recorded at the volcano each day. They are increasing in number, intensity; the reduction in their depth in the last week or so, is an indication that magma is moving up to the surface. As well as seismic activity, there are two other signs that an eruption is imminent: gas emissions from the summit, and bulging on the volcano’s surface with a new crack within the crater.

If the volcano erupts like in 1963, lava will flow several kilometres from the crater, but the most deadly feature of the eruption would be the devastating pyroclastic flows that can travel hundreds of kilometres an hour. If they occur at night and people are in bed, they have literally seconds or minutes to move so that most of them get caught in the hot avalanches and and die. The recent massive evacuations will considerably reduce the number of victims if an eruption happens.

However, the volcano might not erupt at all. Seismicity might decline and the situation might go back to normal. This would be no exception, although such an evolution is rather rare on the volcanoes of the Ring of Fire. This is what happened on Kelud Volcano on the island of Java in 2007. Volcanologists had predicted a powerful eruption and evacuated part of the population around the volcano. An eruption did occur, but it was a minor event within the crater. A powerful eruption never really took place and gave reason to the keeper of the volcano who had said nothing would happen and criticized the scientists’ predictions..

If Mt Agung calms down, the risk is that it might wake up suddenly after a period of quietness and start erupting rapidly. Should such a situation happen, authorities would have to evacuate again the residents around the volcano and they would have to do it very quickly. Let’s hope they will not be confronted with such an emergency situation.

Today, 54 years after Mt Agung’s last wrath, our prediction of volcanic eruptions is still limited. It is better than at the beginning of the 20th century but there is still a long way to go. Local authorities use the principle of precaution and I personally think they are right to do so.

Vue de l’éruption de 1963 (Source: VSI)

 

Baisse du niveau d’alerte du Kelud (Indonésie) // The alert level of Kelud (Indonesia) has been lowered

drapeau francaisL’information volcanique ne doit pas se limiter aux dernières éruptions. Elle concerne également l’évolution de l’activité volcanique, même quand celle-ci est en baisse. Ainsi, le VSI a abaissé le niveau d’alerte du Mont Kelud (est de l’île de Java), à «normal» ou «niveau 1

» le 7 Août 2014. Toutefois, il a été recommandé au gouvernement local de ne pas ouvrir trop vite la zone du Kelud au public. En effet, les environs du volcan sont encore recouverts de matériaux volcaniques, avec la menace de glissements de terrain pendant les périodes de fortes pluies.
L’état « ​​normal » actuel est le niveau d’alerte le plus bas depuis l’éruption du 13 février. Bien qu’il n’y ait pas eu de victimes, des milliers d’habitants des régences de Kediri, Malang et Blitar ont  dû évacuer leurs maisons. L’éruption a également contraint un certain nombre d’aéroports à fermer en raison du danger que représentait la cendre volcanique.
Source: The Jakarta Post.

 —————————————————-

drapeau anglaisVolcanic news should not only be limited to eruption news. It also concerns the evolution of volcanic activity, even when it is declining. For instance, VSI downgraded the alert level of Mount Kelud (East Java), to “normal” or “level one” on August 7th. However, the local government is advised not to hastily open the Kelud area to the public. Indeed, the volcano’s surrounding area was still blanketed with volcanic material, which poses the threat of landslides during heavy rain periods.

The current normal status is the volcano’s lowest alert level after it erupted on February 13th. Despite no casualties being reported during the eruption, thousands of residents of the nearby regencies of Kediri, Malang and Blitar were forced to evacuate their homes. The eruption also forced a number of airports to close due to the hazard of volcanic ash.

Source : The Jakarta Post.

Kelud, Sinabung, Marapi (Indonésie)

drapeau francaisSuite à une baisse régulière de l’activité, le niveau d’alerte du Kelud a été abaissé à 2 (sur une échelle de 4 niveaux) le 28 février dernier.

Le VAAC de Darwin indique qu’entre la fin du mois de février et le début du mois de mars les panaches de cendre émis par le Sinabung atteignaient une altitude de 3 à 4 km avant de s’étirer vers l’E, NE, N, NO, O, et SO.

D’après la presse indonésienne, une explosion a secoué le Marapi le 26 février et généré un panache de cendre qui a entraîné des retombées jusqu ‘à une dizaine de kilomètres vers le sud. Le niveau d’alerte est maintenu à 2, sur une échelle de 4 niveaux.

Source: Global Volcanism Network.

 ——————————————–

drapeau anglaisDue to a regular decrease in activity, the alert level for Kelud was lowered to 2, on a scale of 1-4, on February 28th.

The Darwin VAAC indicates that by the end of February and in early March ash plumes from Sinabung rose to altitudes of 3-4 km a.s.l. and drifted 25-55 km E, NE, N, NW, W, and SW.

According to news articles, an explosion at Marapi on February 26th produced an ash plume that caused ashfall in areas as far as 10 km to the south. The alert level remains at 2, on a scale of 1-4.

Source: Global Volcanism Network.

L’Indonésie est-elle prête à affronter une catastrophe volcanique? // Is Indonesia ready to face a volcanic disaster?

drapeau francaisAlors que l’Indonésie doit faire face aux conséquences des deux éruptions du Sinabung et du Kelud, les experts scientifiques se demandent si le pays est bien équipé pour affronter les menaces que représentent tous les volcans de l’archipel.
Au moins 24 personnes ont été tuées au cours des deux dernières éruptions. 17 personnes sont mortes lorsque le Sinabung s’est manifesté et l’éruption du Kelud a fait 7 victimes supplémentaires. Plus de 130 000 personnes ont été déplacées à la suite des deux catastrophes.
Chaque province indonésienne possède sa propre agence de gestion des catastrophes, mais les niveaux varient. Dans l’est de Java, où se dresse le Kelud, le niveau de gestion des risques est acceptable. Beaucoup de vies ont été sauvées au cours des dernières éruptions, en sachant que la zone située autour du volcan est habitée par des centaines de milliers de personnes.
Dans le cas du Sinabung, la plupart des gens ne connaissaient pas le comportement du volcan qui était resté en sommeil pendant des siècles.
L’Agence nationale de gestion des catastrophes (BNPB) a travaillé avec les organismes locaux et les ONG sur des programmes visant à préparer les populations à de tels événements. Il s’agit notamment d’identifier les menaces, former des responsables locaux et effectuer des simulations et des exercices, tout en établissant une cartographie des risques et une quantification des populations susceptibles d’être touchées.
Cependant, les gouvernements locaux ne consacrent qu’une petite partie de leurs budgets à la gestion des catastrophes, bien que les choses aient tendance à s’améliorer.
Les récentes éruptions peuvent être considérés comme des événements mineurs. L’Agence nationale de gestion des catastrophes se demande comment le pays réagirait si une éruption majeure comme celle du Krakatau en 1883 avait eu lieu aujourd’hui. Comme l’a déclaré un responsable : « Le plus grand aéroport du pays serait paralysé. Si l’éruption devait durer des mois, l’économie serait réduite à néant. L’Indonésie doit encourager la modélisation scientifique, y compris les simulations, pour estimer les pertes et les coûts humains dans le cas d’une éruption majeure comme celle du Krakatau ».
Les systèmes de surveillance sont corrects, avec des capteurs installés sur la plupart des volcans du pays, mais les autorités doivent inclure ces données de surveillance dans leurs programmes d’évaluation des risques, y compris les scénarios d’éruptions, et mettre sur pied des plans de reconstruction.
Selon la BNPB, au moins 197 personnes ont été tuées pendant les dernières catastrophes qui ont pris la forme d’inondations, glissements de terrain, éruptions volcaniques à travers tout le pays depuis Janvier 2014.

Source : The Jakarta Globe.

La plupart de mes sources sur ce qui se passe en Indonésie proviennent de journaux locaux ou nationaux. Il faut être prudent avec le contenu de ces articles car ces médias cautionnent souvent la politique du gouvernement.
Voici un lien vers un article (en anglais) qui donne une vision différente de l’aide fournie aux populations après l’éruption du mont Kelud :
http://dissidentvoice.org/2014/02/kelud-volcano-tears-washing-ash-away/

Voici quelques extraits :
L’une des victimes de l’éruption du Kelud raconte : « Je suis tombée malade avant l’éruption du Kelud. L’éruption était énorme et spectaculaire. Ensuite, rien ne s’est passé pendant deux nuits, rien en termes d’opérations de sauvetage ou d’aide substantielle du gouvernement ou de l’armée. La cendre était partout ; le toit et même les murs de ma maison ont été endommagés. Et toujours rien, presque rien du gouvernement ! Il n’y avait pas d’ambulances et de camions militaires. Regardez autour de ce village – il n’y a rien ici « .
Voici une autre partie du texte :
« Plusieurs antennes médicales mises en place par l’armée indonésienne juste en face du complexe de gouvernement à Wates (une ville près de Kediri et à une vingtaine de kilomètres de Sugihwaras) sont propres et, selon les normes locales, bien équipées. Le seul problème semble être qu’elles sont vides. Pas totalement vides, bien sûr. Sur les lits, il y a plusieurs médecins civils et militaires en train de dormir. D’autres sont inoccupés et discutent. En voyant mes deux appareils photo professionnels, certains font tout juste l’effort de se lever, mais cela semble être trop pénible ; ils se remettent vite sur le dos et couvrent leurs visages avec leurs bérets.
Les bottes des médecins militaires sont impeccables. Il est évident qu’ils n’ont pas marché dans la cendre, le sable ou la poussière au cours de la journée.
Derrière les tentes, on peut voir des dizaines de gros camions militaires sans personne à bord. Des centaines de véhicules – camions, motos et 4 × 4 d’intervention – sont dispersés autour de la zone.
Non loin de ces tentes médicales, un groupe de sauveteurs erre sans but précis. Ces gens portent des blousons jaunes. Des masques à gaz sont placés soigneusement sur leurs visages. Il va sans dire que les masques ne sont guère utiles ici car les fortes pluies ont emporté cendre et sable dans cette partie de la régence de Kediri il y a plusieurs heures « .
Plus loin dans l’article, on peut lire à propos de la visite du président indonésien dans les camps :
« Presque tous les réfugiés sont rentrés chez eux … pour réparer les toits et pour nourrir les animaux. Mais quand SBY (le Président) a annoncé son arrivée, les militaires ont commencé le ramassage et à les ramener vers les camps à l’aide de camions. Le gouvernement local a également insisté pour que les réfugiés retournent dans ces abris, afin de créer une atmosphère montrant qu’il y a des gens, beaucoup de gens, auxquels ont est venu en aide … Les élections sont proches et le gouvernement est loin d’être populaire. C’est une publicité gratuite pour ceux qui sont au pouvoir ici, et à Jakarta « .

 —————————————————

drapeau anglaisAs Indonesia deals with the aftermath of the two eruptions of Mt Sinabung and Mt Kelud , experts question whether the country is well-equipped to face the threats from all the volcanoes that dot the archipelago.

At least 24 people have been killed in the two eruptions. 17 people died when Mount Sinabung erupted and Mount Kelud killed 7 more. More than 130,000 people were displaced as a result of the two disasters.

Each Indonesian province has its own disaster management agency and but levels of preparedness vary. In East Java, where Mount Kelud is, the level of preparedness is good. Many lives were saved in the latest eruptions even though the area around the volcano is inhabited by hundreds of thousands of people.

In the case of Sinabung, most people were unfamiliar with the habits of the volcano which had been dormant for hundreds of years.

The National Disaster Mitigation Agency (BNPB) has worked with local agencies and NGOs on preparedness programs at community level. These include identifying threats, providing training to local officials and conducting simulations and drills, risk mapping and quantifying populations likely to be affected.

However, local governments only spend tiny portions of their budgets on disaster management, but things are improving.

The recent eruptions can be considered as small-scale events. The National Disaster Mitigation Agency wonders how the country would react if a major eruption like that of Krakatau in 1883 occurred today. Said one official: “The country’s biggest airport would be paralyzed. If the eruption were to last for months, the economy would shut down. Indonesia needs to boost scientific modelling, including simulations, to estimate casualties and human costs in the event of a major eruption such as Krakatau”.

Monitoring systems are adequate, with sensor equipment installed at volcanoes nationwide, but authorities needed to actually use this monitoring data in their risk and hazard assessment programs, including eruption scenarios, and in formulating reconstruction plans.

According to the BNPB, at least 197 people have been killed in disasters, including flooding, landslides, and volcanic eruptions nationwide since January 2014.

Source: The Jakarta Globe.

Most of my sources about what happens in Indonesia are the local or national newspapers. One needs to be careful when dealing with these articles as these media are often approving the government’s policy.

Here is a link to an article (in English) that gives a different view of the help provided to the populations after the eruption of Mt Kelud:

http://dissidentvoice.org/2014/02/kelud-volcano-tears-washing-ash-away/

Here are some excerpts, with the testimonies of some victims of the eruption :

“I got sick before Mount Kelud exploded. The eruption was enormous, and it was spectacular. Then, nothing happened for two nights; nothing in terms of rescue operations or some substantial help from the government or the military (TNI). Ash was everywhere, the roof and even the walls of my house got damaged. And still nothing, almost nothing from the government! There were no ambulances and no military trucks. Look around this village – there is nothing here.”

Here is another part of the text:

“Several mobile medical tents set up by the Indonesian military (TNI) right in front of the government complex in Wates (a town near the city of Kediri and some 20 kilometers from Sugihwaras), are clean and by local standards, well equipped. The only problem appears to be that they are empty. Not totally empty, of course. On the cots, there are several TNI medics and doctors, sleeping. Others are aimlessly chatting. Seeing my two professional cameras, some make a feeble attempt to get up, but that appears to be too taxing, and they soon fall back onto their backs, and cover their faces with berets.

The boots of the military medics are shining. It is obvious that they had not encountered any ash, sand, or dust, in the course of the day.

Behind the tents, dozens of heavy military trucks stand in absolute idleness. Hundreds of vehicles: trucks, motorbikes and rescue 4×4’s are scattered around the area.

Not far from those medical tents, a group of rescue workers hang around aimlessly. People are wearing yellow windbreakers. Gasmasks are firmly placed over their faces. It goes without saying that there is not much need for gasmasks here, as heavy rain washed away most of the ash and sand from this part of Kediri Regency, several hours ago.”

Further down in the article, about the Indonesian President’s visit to the camps:

“Almost all the refugees went home… to fix their roofs, and to feed their animals. But when SBY announced his arrival, the military began collecting them, bringing them back, using trucks. The local government also put pressure on the refugees to return back to these shelters, to create an atmosphere that people, many people, are being helped here…Elections are nearing and the government is far from popular. This is all free advertisement for those in power here, and in Jakarta.”

Photos du Kelud (Indonésie)

drapeau francaisEn cliquant sur le lien ci-dessous, vous verrez une galerie de photos montrant les transformations subies par le cratère du Kelud et les effets de la cendre sur la région.

http://www.oysteinlundandersen.com/Volcanoes/Kelud/Kelud-Volcano-Indonesia-February-2014.html

 ———————————————–

drapeau anglaisBy clicking on the link below, you will see a great gallery of photos showing the changes undergone by the crater of Mount Kelud, as well as the effects of the ash on the region.

http://www.oysteinlundandersen.com/Volcanoes/Kelud/Kelud-Volcano-Indonesia-February-2014.html

Kelud (Indonésie): Baisse du niveau d’alerte

drapeau francaisSuite au déclin d’activité du volcan, le niveau d’alerte du Kelud a été abaissé hier jeudi. Il est passé d’AWAS à SIAGA, le troisième niveau sur une échelle de 4. Suite à cette nouvelle situation, la zone d’exclusion a également été réduite de 10 kilomètres à cinq kilomètres. Cependant, des milliers de personnes évacuées étaient déjà rentrées chez elles, à l’intérieur de la zone de danger. Mercredi soir, le nombre total de personnes évacuées se trouvant dans des abris était de 28 492.
Comme je l’ai indiqué précédemment, des milliers de maisons (plus de 5000 selon les derniers chiffres) ont été détruites ou endommagées par l’éruption et l’agriculture a été durement touchée elle aussi.
L’aéroport de Surakarta a rouvert hier. Il faisait partie des sept aéroports de Java qui ont été fermés en raison de la cendre volcanique.

Source: The Jakarta Post.

 —————————————-

drapeau anglaisAs of Thursday, the alert status of Mount Kelud has been downgraded from the highest level, (Awas) to Siaga as the volcanic activity has gradually decreased. Under the new alert status the exclusion zone has also been reduced from 10 kilometres to five kilometres. However, thousands of evacuees have already returned home within the danger zone. As of Wednesday evening the total number of evacuees still housed in shelters was 28,492.
As I put it before, thousands of houses (more than 5,000, according to the latest figures) have been destroyed or damaged by the eruption and agriculture has been severely hit too.
Surakarta Airport reopened on Thursday. It was among seven airports in Java that were closed due to the volcanic ash.

Source: The Jakarta Post.

Kelud-webcam

Le cratère du Kelud vu par la webcam.

Sinabung & Kelud (Indonésie)

drapeau francaisLes États-Unis, à travers leur ambassadeur en Indonésie, viennent d’accorder une somme de 200 000 dollars destinée à la logistique, dans le cadre de la situation d’urgence qui fait suite à l’éruption du Sinabung .

Cet argent sera utilisé par l’Agence Nationale de Gestion des Catastrophes pour venir en aide aux victimes de l’éruption. Il s’ajoute aux 100 000 dollars attribués le 6 Février afin de fournir des fournitures essentielles aux personnes évacuées. L’argent servira aussi à former le personnel de l’Agence. Les États-Unis ont déjà fourni une assistance technique et des équipements au VSI. Ils ont permis de créer un réseau de surveillance sismique plus efficace autour du volcan.

Dans le même temps, comme cela était prévisible, les lahars du Kelud se sont déversés dans la rivière Konto et ont inondé des zones agricoles dans plusieurs districts situés à proximité du volcan. Dans le village de Karang Tengah , dans le sous-district de Kandangan, un lahar a submergé 50 hectares de terres agricoles et détruit une digue. Une ferme avicole avec environ 15 mille poulets a été emportée par le flot de boue, avec de lourdes pertes financières.
Une route reliant les villages de Blimbing et Wangkalkerep a été coupée sur une longueur d’environ 20 mètres. Dans le village de Klampingan, une maison a été emportée par le lahar.

Source : Antara News.

——————————————–

drapeau anglaisThe U.S., through its ambassador to Indonesia, has provided an additional 200,000 dollars for logistic support as part of the ongoing emergency response to the Mount Sinabung eruption. The aim of this money is to support operations and logistics through the National Disaster Management Agency. The funding is in addition to the 100,000 dollars released on February 6th, to provide critical supplies to those displaced. The assistance will also be used to train the agency’s staff The U.S. has already contributed to providing technical assistance and equipment to the VSI. It helped create a more efficient seismic monitoring network around the volcano.

Meantime, as was predicted, lahars streaming from Mount Kelud and flowing into River Konto inundated farming areas in several districts close to the volcano. In Karang Tengah village, Kandangan sub-district, a lahar submerged 50 hectares of farming areas and destroyed a dyke. A poultry farm with around 15 thousand chicken was swept away by the cold lava, with heavy financial losses. .

A road connecting Blimbing and Wangkalkerep villages was cut off for a length of around 20 metres. In Klampingan village, a house was swept away by the lahar.

Source: Antara News.