Quand l’image traduit l’émotion….

Au mois de décembre 2017, le magazine Chasseur d’Images a sorti son n°400, événement tout à fait remarquable au moment où la presse et l’édition connaissent pas mal de difficultés. La rédaction avait décidé de consacrer dans ce numéro un chapitre aux photos qui avaient marqué ses lecteurs photographes. J’avais proposé l’une des miennes montrant un porteur de soufre sur le volcan Kawah Ijen sur l’île de Java en Indonésie. J’ai eu le plaisir de constater qu’elle a été retenue pour publication, même si mon nom a été écorché !

Le cliché remonte aux années 1990, époque où le volcan n’était pas encore assailli par des hordes de touristes. Il a été réalisé avec un film argentique Fuji Velvia 50. C’est une diapositive que j’ai scannée par la suite afin de la sauvegarder et la conserver plus longtemps. Le regard du porteur de soufre a séduit plusieurs organisateurs de concours et j’ai raconté l’histoire de cette photo dans mon livre Volcanecdotes (Ed. Un Autre Regard) aujourd’hui épuisé. Je vous en livre ici un extrait…

     Une fois les mesures [de températures des évents de soufre] terminées et prélevé un échantillon d’eau du lac, je décidai de commencer à gravir seul le sentier qui permet de rejoindre la lèvre du cratère. En procédant de la sorte, je pourrais choisir des endroits adéquats pour fixer sur la pellicule quelques uns des « forçats du soufre ».  C’est ainsi que j’emboîtai le pas à un porteur dont les pieds étaient enrubannés de chiffons en guise de chaussures. Au bout de quelques dizaines de mètres d’ascension, je perçus le souffle rauque de sa respiration. Il n’était point besoin de stéthoscope pour se rendre compte que ses poumons étaient brûlés par les gaz où se mélangent acides chlorhydrique et sulfurique. Lui aussi allait disparaître jeune, comme la plupart de ces ouvriers dont le confortable salaire a pour  contrepartie une mort précoce.

      Je laissai cet homme poursuivre l’ascension qu’il ponctuait de pauses fréquentes afin de reprendre son souffle. Je choisis un premier poste de prises de vue dans l’un des nombreux lacets du sentier. J’avais le cratère et le lac d’acide couleur turquoise en arrière-plan. Avec le bleu du ciel et une bonne lumière, je pus réaliser plusieurs clichés intéressants. Au bout de quelques minutes de prises de vues, je décidai de continuer à grimper et j’optai pour un endroit où la lumière était plus douce et l’arrière-plan plus neutre, avec en prime des volutes de nuages de gaz ; un endroit idéal pour faire des portraits. Je fixai deux ou trois porteurs sur la pellicule, leur tendant ensuite la kretek (cigarette locale) qu’ils m’avaient demandée. Comment des hommes qui travaillent dans un univers aussi nocif peuvent-ils éprouver du plaisir à s’encrasser davantage les poumons avec des cigarettes, aussi parfumées soient-elles ? 

      C’est alors qu’il apparut. Il avançait d’un pas lent, fatigué par la lourde charge qu’il tenait en équilibre sur son épaule. Il fit quelques pas sur le sentier, parallèlement au lac, puis aborda la boucle qui le ferait se diriger vers moi. A ce moment-là, il s’arrêta et me regarda, surpris semble-t-il de trouver quelqu’un à cet endroit, de surcroît un photographe. J’avais préparé l’angle et les paramètres de prise de vue depuis plusieurs secondes et je n’eus qu’à appuyer sur le déclencheur lorsqu’il cessa d’avancer. J’avais choisi un cadrage assez serré qui laisserait apparaître le buste et, cela va de soi, les paniers remplis de soufre.  La seule vue de son regard à travers le viseur m’indiqua que la photo ne serait pas banale. En appuyant sur le déclencheur, j’ai senti la richesse des sentiments qui émanaient de ses yeux : à la fois la fatigue, voire la douleur, engendrée par le travail, et l’obligation d’effectuer ce rude labeur probablement pour nourrir plusieurs bouches à la maison. J’avais l’impression que cet homme avait envie de me faire comprendre qu’il portait toute la misère du monde sur ses épaules. Une communication sans paroles, mais bien réelle… 

 Le porteur de soufre se trouve à la page 93 de la revue…

Eruption du Raung (Java Est / Indonésie)

drapeau francaisLes autorités indonésiennes ont élevé le niveau d’alerte du Raung (Java Est) suite à une éruption qui a entraîné des retombées de cendre sur les villages environnants.
L’éruption s’est produite dimanche soir et a été entendue à 20 km de distance tandis que les retombées de cendre étaient observées dans les villages situés à une dizaine de kilomètres du sommet. Les pilotes d’avions ont également signalé la présence de cendre à une hauteur de 3500 mètres.
Les autorités ont mis en place un périmètre de sécurité de 2km de rayon autour du volcan dont le niveau d’alerte est maintenant à 2 ou « Siaga ».

————————————————

drapeau anglaisIndonesian authorities on June 29th raised the alert level of Mount Raung in East Java after an eruption that caused ashfall on surrounding villages.
The eruption that occurred on Sunday evening was heard 20 kilometres away, and ashfall was observed in villages about 10 kilometres away from the summit. Aircraft pilots also reported seeing large amounts of ash at a height of 3,500 metres.
Authorities cordoned off a two-kilometre radius around the volcano, and raised the alert level to “Siaga”, the second highest level.

Java, des volcans et des hommes

Rendez-vous avec Jacques Drouin et les volcans de Java (Indonésie) sur Azur TV à partir du jeudi 26 février et jusqu’au mercredi 4 mars dans l’émission « L’oeil du voyageur » aux horaires ci-dessous :
jeudi : 14h45, 17h20, 22h00
vendredi : 16h25
samedi : 00h00
dimanche : 07h30, 14h00, 23h30
undi : 6h30, 10h20
mardi : 15h15
mercredi : 16h25
http://www.azur-tv.fr/content/oeil-voyageur
ou canal 31 de la TNT

Sans oublier aujourd’hui mardi 25 février à 16h25 la dernière diffusion de l’émission consacrée aux ours et à la présentation du livre « Dans les pas de l’Ours » !

Offrande-Bromo

Offrande au volcan Bromo, sur l’île de Java  (Photo:  C.  Grandpey)

Pour le plaisir des yeux… // For your viewing pleasure…

drapeau francaisEn cliquant sur le lien ci-dessous, vous verrez un très beau document réalisé par l’astronome-photographe Thierry Legault. Il a planté son appareil photo au bord la caldeira du Tengger (Ile de Java / Indonésie) et a filmé tout la nuit les volcans qui se trouvent à l’intérieur et autour de la caldeira : le Bromo, le Batok et le Semeru (La vidéo débute à 22 secondes). Le résultat en accéléré est magnifique.
http://legault.perso.sfr.fr/indonesian_volcanoes.html

———————————————————–

drapeau anglaisBy clicking on the link below, you will see a very nice document by Thierry Legault, an astronomer and photographer. He installed his camera on the rim of the Tengger caldeira (Java  / Indonesia) and filmed all through the night the volcanoes in and around the caldeira: Bromo, Batok and Semeru (The videao starts after 22 seconds). The time lapse video is great:

http://legault.perso.sfr.fr/indonesian_volcanoes.html

Slamet (Indonésie)

drapeau francaisLe VSI a élevé le niveau d’alerte du Slamet à III (Siaga) lundi dernier suite à une hausse de l’activité volcanique. Le tremor se maintient à un niveau élevé. Les explosions stromboliennes sont à la fois fréquentes et violentes. Les panaches de cendre montent parfois à plus de 2000 mètres de hauteur. De plus, l’édifice volcanique tend à gonfler, ce qui laisse supposer que du magma est en train de monter dans les conduits.

 ————————————————

drapeau anglaisVSI raised the alert level of Slamet to 3 (Siaga) last Monday, due to an increase in volcanic activity. The tremor currently keeps a high level. Strombolian explosions are both frequent and strong. Ash plumes reach heights of more than 2000 metres. Besides, the edifice tends to inflate, which suggests new magma ascent within the conduits.

Baisse du niveau d’alerte du Kelud (Indonésie) // The alert level of Kelud (Indonesia) has been lowered

drapeau francaisL’information volcanique ne doit pas se limiter aux dernières éruptions. Elle concerne également l’évolution de l’activité volcanique, même quand celle-ci est en baisse. Ainsi, le VSI a abaissé le niveau d’alerte du Mont Kelud (est de l’île de Java), à «normal» ou «niveau 1

» le 7 Août 2014. Toutefois, il a été recommandé au gouvernement local de ne pas ouvrir trop vite la zone du Kelud au public. En effet, les environs du volcan sont encore recouverts de matériaux volcaniques, avec la menace de glissements de terrain pendant les périodes de fortes pluies.
L’état « ​​normal » actuel est le niveau d’alerte le plus bas depuis l’éruption du 13 février. Bien qu’il n’y ait pas eu de victimes, des milliers d’habitants des régences de Kediri, Malang et Blitar ont  dû évacuer leurs maisons. L’éruption a également contraint un certain nombre d’aéroports à fermer en raison du danger que représentait la cendre volcanique.
Source: The Jakarta Post.

 —————————————————-

drapeau anglaisVolcanic news should not only be limited to eruption news. It also concerns the evolution of volcanic activity, even when it is declining. For instance, VSI downgraded the alert level of Mount Kelud (East Java), to “normal” or “level one” on August 7th. However, the local government is advised not to hastily open the Kelud area to the public. Indeed, the volcano’s surrounding area was still blanketed with volcanic material, which poses the threat of landslides during heavy rain periods.

The current normal status is the volcano’s lowest alert level after it erupted on February 13th. Despite no casualties being reported during the eruption, thousands of residents of the nearby regencies of Kediri, Malang and Blitar were forced to evacuate their homes. The eruption also forced a number of airports to close due to the hazard of volcanic ash.

Source : The Jakarta Post.

Merapi (Ile de Java / Indonésie)

drapeau francaisLe Merapi a connu une hausse soudaine d’activité sismique le 20 Avril avec au final une explosion qui a entraîné des retombées de cendre dans un rayon de 15 kilomètres sur les versants sud-est, sud et sud-ouest du volcan.
Des secousses ont été enregistrées pendant environ 20 minutes à 4h21 (heure locale) dimanche dernier. Il a été fait état d’incandescence au sommet du Merapi au moment de l’explosion, mais il n’y a pas eu d’écoulement de lave. Cela signifie qu’il ne s’agissait probablement pas d’une nouvelle phase éruptive. Le volcan a essentiellement expulsé des gaz, principalement du CO2.
En juillet 2013, le Merapi avait déjà vomi de la vapeur et projeté des matériaux au cours d’une autre explosion. Les volcanologues locaux avaient dit à l’époque que l’explosion n’était pas une éruption, mais plutôt un événement phréatique dû à l’eau de pluie qui avait provoqué une accumulation de pression en venant en contact avec la roche chaude à l’intérieur de l’édifice volcanique.
Le niveau d’alerte du Mont Merapi reste « actif – normal ». Les personnes vivant à proximité du volcan et les randonneurs sont invités à rester vigilants et ne pas aller jusqu’au sommet.

Source : The Jakarta Post.

Ces explosions phréatiques ne se produisent pas seulement sur ​​le Merapi. On peut les observer sur beaucoup d’autres volcans à travers le monde. Elles sont particulièrement dangereuses car elles ont lieu sans prévenir. J’ai personnellement été confronté à un événement similaire sur l’Etna dans les années 1990 lorsque le plancher du cratère central s’est soudain soulevé et a explosé à deux reprises en envoyant des bombes à plusieurs centaines de mètres du cratère.

Le Merapi fait partie des volcans les plus dangereux. Ses dernières éruptions sont décrites dans mon dernier livre « Killer Volcanoes, éruptions meurtrières des temps modernes » (voir colonne de gauche de ce blog).

 ——————————————–

drapeau anglaisMount Merapi showed an episode of increased seismic activity on April 20th which culminated with an explosion that showered ash over areas within a 15-kilometer radius on the southeast, south, and southwest sides of the volcano.

Tremors were recorded for around 20 minutes at 4:21 a.m. (local time) on Sunday. Some glow was observed around the time of the blast at the top of Mt Merapi, but there was no lava flow. This means the mountain was probably not entering a new eruptive phase.

Most of the material from the blast included gases, mainly CO2. .

Last July, Merapi had already spewed steam and debris in another explosion. Local volcanologists said at the time that the blast was not an eruption, but rather a phreatic event due to rainwater building up pressure when it came in contact with hot material within the volcanic edifice.

Mount Merapi’s alert level remains “active-normal”. People living near the volcano and hikers are advised to stay vigilant and not go as far as the summit.

Source: The Jakarta Post.

Such phreatic explosions not only occur on Mount Merapi. They can be observed on many other volcanoes around the world. They are particularly dangerous as they take place without warning. I was personally confronted with a similar event on Mount Etna in the 1990s when the floor of the central crater suddenly rose before exploding twice and sending bombs several hundred meters out of the crater.