Les méfaits du sel et des pneus cloutés sur les routes // The harmful effects of salt and studded tires on the roads

Avec le réchauffement climatique, les hivers en Europe sont de moins en moins froids, avec de moins en moins de neige et de glace sur les routes. En conséquence, il est moins nécessaire d’épandre du sel pour faire fondre le verglas.
Un article publié dans les médias américains explique que malgré les nouvelles conditions météorologiques, de nombreux Américains vivent dans des zones touchées par la neige et le verglas sur les routes. Chaque année dans ces régions, il faut répandre environ 25 tonnes de sel sur les routes, ce qui permet de réduire le nombre d’accidents d’environ 80 %. Bien que ce soit sans aucun doute une bonne chose en ce qui concerne la sécurité routière, tout ce sel cause de gros dégâts à l’environnement et à l’eau potable. C’est ce qu’explique une nouvelle étude publiée en décembre 2021 dans la revue Frontiers in Ecology and the Environment.
Les chercheurs ont étudié dans quelle mesure le sel sur les routes affecte les écosystèmes d’eau douce et l’approvisionnement en eau. Ils ont aussi cherché à savoir comment on pourrait réduire l’utilisation de dégivreurs nocifs (produits chimiques utilisés pour faire fondre la neige) sans compromettre pour autant la sécurité de la population.
Le sel utilisé sur nos routes est, la plupart du temps, du chlorure de sodium ordinaire (NaCl), celui que l’on utilise en cuisine. Il agit en abaissant le point de congélation de l’eau (0°C) à environ – 9°C. Aux Etats Unis, le New Hampshire a été le premier État à utiliser ce sel sur les routes en 1938, et dans les années 1970, les scientifiques tiraient déjà la sonnette d’alarme sur ses impacts négatifs de ce sel, s’agissant en particulier de la contamination des puits privés. Malgré cette mise en garde, notre dépendance au sel de voirie n’a fait que s’intensifier, elle a même triplé au cours des 45 dernières années.
Lorsque le temps se réchauffe, la glace et la neige fondent et l’eau de pluie évacue le sel dans la végétation en bordure de route et éventuellement dans les cours d’eau qui se trouvent à proximité. L’Agence de Protection de l’Environnement (EPA) aux États-Unis mesure la contamination causée par le sel de voirie en analysant les niveaux de chlorure. En 1988, l’Agence a établi un seuil de sécurité et déclaré que plus de 230 milligrammes de chlorure par litre d’eau est préjudiciable à la vie aquatique.
En comparant les ensembles de données de la base fournie par l’EPA, les scientifiques ont analysé la concentration de chlorure au fil du temps dans les lacs, les cours d’eau et les zones humides aux Etats Unis. Ils ont constaté que ces seuils étaient régulièrement dépassés. Les lacs avec des routes à proximité sont particulièrement exposés au sel déversé sur la voirie. Les chercheurs ont observé une multiplication par trois du chlorure au cours des 37 dernières années dans l’un des lacs qu’ils ont étudiés dans l’est du pays.
L’étude montre que les seuils actuels définis par l’EPA ne sont pas suffisants. Les impacts du sel répandu sur les routes peuvent être mortels pour l’environnement aux seuils actuels et des études récentes montrent que des effets négatifs peuvent se produire à des niveaux bien inférieurs à ces seuils. Plus inquiétant encore, le chlorure du sel déversé sur les routes se retrouve régulièrement dans l’eau potable. De plus, ce sel a la capacité de mobiliser des produits chimiques nocifs contenus dans le sol, comme le radon et le mercure. Des niveaux élevés de chlorure peuvent également corroder les conduites d’eau en libérant dans l’eau potable des métaux lourds comme le plomb.
Conscientes des dangers potentiels qui accompagnent l’utilisation du sel sur les routes, certaines municipalités ont opté pour des alternatives comme le sable ou le jus de betterave. Cependant, les auteurs de l’étude font remarquer que ces solutions présentent, elles aussi, des inconvénients pour l’environnement et peuvent être d’un coût prohibitif. Au lieu de cela, ils suggèrent un certain nombre de pratiques plus vertueuses.
Le sel destiné à être répandu sur les routes doit toujours être stocké dans des structures avec des murs et des sols imperméables pour éviter les infiltrations. Les auteurs préconisent également le déglaçage, autrement dit le traitement des routes avec de la saumure liquide avant une chute de neige, plutôt que l’épandage du sel après la chute de la neige. De plus, les chasse-neige à bord vif avec plusieurs lames reliées par des ressorts sont préférables aux chasse-neige classiques à bord fixe car ils peuvent enlever plus de neige et réduire le besoin de saler la route.
Les propriétaires de maisons particulières peuvent, eux aussi, participer à l’amélioration de la situation. La plupart des gens utilisent trop de sel pour traiter les surfaces autour de leur maison. Il suffit d’environ 340 grammes de sel pour traiter une allée de 6 mètres de long. Pour empêcher les chlorures nocifs d’atteindre les rivières et les ruisseaux, les propriétaires peuvent balayer l’excès de sel qui reste après les intempéries et le jeter.
Enfin, il faut garder à l’esprit que le sel utilisé habituellement cesse de fonctionner lorsque la température descend en dessous de – 9°C.
Source : Yahoo News.

++++++++++

Les pneus cloutés sont aujourd’hui interdits en France mais toujours autorisés dans les pays scandinaves. Cependant, un scientifique de l’Agence islandaise de l’environnement a expliqué qu’ils sont un facteur majeur de pollution particulaire. Il l’a démontré lors d’une réunion publique sur l’impact des pneus cloutés sur la qualité de l’air et le revêtement des routes. Selon lui, une voiture avec des pneus cloutés use le revêtement 20 à 40 fois plus qu’une voiture avec des pneus conventionnels. On relève régulièrement des niveaux élevés de pollution particulaire à Reykjavík au printemps lorsque le temps est calme, que les routes sont sèches et que les conducteurs ne sont pas encore passés aux pneus d’été.
Cela montre clairement qu’il est dans l’intérêt des responsables de l’entretien des routes de réduire l’utilisation de pneus cloutés, mais le scientifique reconnaît que le besoin de tels pneus varie selon les endroits. En particulier, les gens qui vivent à la campagne ou ceux qui se déplacent en voiture dans certaines parties de l’Islande ont intérêt à être équipés de pneus cloutés. Lorsqu’il y a du verglas, les pneus cloutés sont préférables.
Le scientifique fait remarquer que les pneus cloutés ne sont pas interdits en Norvège, mais il y a des taxes dans certaines villes; c’est donc à chaque municipalité de décider et il y a des incitations économiques à réduire l’utilisation des pneus cloutés. Les automobilistes qui vivent à la campagne et se rendent à Oslo peuvent acheter un «passeport» pour pneus cloutés, qui peut avoir la forme d’un laissez-passer annuel, mensuel ou quotidien. Un tel système pourrait fonctionner en Islande.
Source : Iceland Review.

—————————————–

With global warming, winters in Europe are less ans less cold, with less and less snow and ice on the roads. As a consequences, there is less ned to spread salt to make the ice melt.

An article released on U.S. news media explains that despite the new weather conditions, many Americans live in areas impacted by snow and ice. Every year, road crews in these regions dump about 25 tons of salt on roadways, reducing vehicular accidents by approximately 80 percent. And while this undoubtedly a good thing as far as road safety is concerned, all that salt is wreaking havoc on the environment and the drinking water. This was explained in a new study published in December 2021 in Frontiers in Ecology and the Environment.

The researchers set out to learn how road salt is impacting freshwater ecosystems and the water supply, as well as how we might scale back or mitigate the use of hazardous deicers (chemicals used to melt snow) without jeopardizing public safety.

Most road salt is basic sodium chloride (NaCl), the same thing we keep in the kitchen cabinet. It works by lowering the freezing point of water—from 0°C to about – 9°C. New Hampshire was the first state to use road salt in 1938, and by the 1970s, scientists were already sounding the alarm about its potential negative impacts, particularly the contamination of private wells. . Nevertheless, our reliance on road salt has only intensified, tripling over the last 45 years alone.

When the weather gets warmer, the ice and the snow melt and the rain washes the salt into roadside vegetation and eventually into nearby waterways. The U.S. Environmental Protection Agency (EPA) measures the contamination caused by road salt by looking for evidence of chloride. In 1988, the agency established a safety threshold, stating that any more than 230 milligrams of chloride per liter of water is detrimental to aquatic life.

By comparing datasets from the EPA’s database, the scientists analyzed chloride concentration over time in the nation’s lakes, streams, and wetlands, finding that those thresholds were routinely surpassed. Lakes with roads in their drainage basin are particularly vulnerable to salination from road salt. The researchers have observed a three-fold increase of chloride in the last 37 years alone in one of the lakes they have studied.

The study shows that the current EPA thresholds are clearly not enough. The impacts of deicing salts can be sublethal or lethal at current thresholds and recent research suggests that negative effects can occur at levels far below these thresholds. More worryingly, chloride from road salt routinely makes its way into drinking water. What is more, deicing salts have the ability to mobilize harmful chemicals sequestered in the soil, such as radon and mercury. High levels of chloride can also corrode water pipes, releasing heavy metals like lead into the drinking water.

Recognizing the potential hazards that accompany the use of road salt, some municipalities have made the switch to alternatives like sand or beet juice. However, the authors of the study concede that those options come with their own ecological drawbacks and can be prohibitively expensive. Instead, they suggest a number of more advisable practices.

Road salt should always be stockpiled in permanent structures with walls and impermeable floors to prevent seepage. The authors also endorse de-icing: treating roads with liquid salt brine before a storm, rather than scattering salt after the snow has fallen. Additionally, live-edge snowplows with multiple blades connected by springs, rather than conventional plows that have a fixed edge can remove more snow and mitigate the need for road salt.

Homeowners can also be a part of the solution. Most people use too much salt to treat surfaces around their homes. It only takes about 340 grams of salt to treat a 6-meter–long driveway. To prevent harmful chlorides from reaching rivers and streams, homeowners can sweep up excess salt that remains after a storm and throw it away.

Finally, one should keep in mind that ordinary road salt stops working when the temperature falls below – 9°C.

Source: Yahoo News.

++++++++++

Studded tires are forbidden in France today but are still allowed in Scandinavian countries. Howevern an expert at the Environment Agency of Iceland explained they are a major factor in particulate pollution. He presented the data in an open meeting on the impact of studded tires on air quality and road surfaces. In his opinion, a car with studded tires wears down the road 20-40 times more than a car with conventional tires. High levels of particulate pollution occur regularly in Reykjavík in the spring, when the weather is still, road surfaces are dry, and drivers have not yet switched over to summer tires.

As a consequence, it is clearly in the interest of those responsible for road maintenance to reduce the use of studded tires, but the need for such tires varies. In particuler, people who live out in the countryside or people who are driving in certain parts of Iceland had better to be on studded tires. When there is wet ice, then studded tires have the advantage.

The expert pointed out that studded tires are not banned anywhere in Norway, but there are fees in certain towns, so it is up to each municipality to decide and there has been an economic incentive to reduce the use of studded tires. Those who live in the countryside and drive into Oslo can buy a studded tire “passport,” which can be an annual, monthly, or daily pass. Such a system could work in Iceland.

Source: Iceland Review.

 

Floride : les Keys sous la menace de l’océan // Florida : the Keys under the threat of the ocean

Avec le réchauffement climatique, la hausse du niveau de la mer va devenir de plus en plus problématique dans de nombreuses régions du monde. Aux États-Unis, les côtes de la Floride risquent d’être submergées et les Keys pourraient disparaître à court terme.

J’ai visité les Keys il y a quelques années dans le but de visiter la maison d’Ernest Hemingway et voir la Royale, la machine à écrire qu’il utilisait pour écrire les romans que j’étudiais quand j’étais à l’université.

Longtemps célèbres pour la pêche qui s’y pratique, leurs récifs coralliens et les écrivains qui y résident, les Keys de Floride sont désormais confrontés à une réalité que personne n’aurait pu imaginer : ils risquent d’être submergés par la montée de l’océan et toutes les maisons ne pourront pas être sauvées.

Lors d’une réunion organisée début juin 2021, les responsables du comté de Monroe ont présenté un plan visant à surélever les rues et les routes des Keys pour les empêcher d’être inondées en permanence. Le problème, c’est qu’il n’y a pas l’argent nécessaire pour financer ce projet extrêmement coûteux. Si le financement n’est pas trouvé, les Keys deviendront l’un des premiers endroits aux États-Unis – et certainement pas le dernier – où les habitants devront se faire à l’idée que certaines zones devront être abandonnées à la mer et aux marées.

Au cours de la réunion, les autorités locales ont détaillé le plan de 1,8 milliard de dollars qui, au cours des 25 prochaines années, prévoit de surélever 240 kilomètres de routes, tout en installant un nouveau réseau d’égouts et de stations de pompage, ainsi que des îlots de végétation pour éviter que les rues ne soient envahies par l’eau de mer. La surélévation des chaussées est attendue avec impatience par les habitants dont les voitures sont corrodées par l’eau salée et qui doivent enfiler des bottes pour atteindre l’entrée de leurs propriétés.

Le budget du comté de Monroe ne sera pas suffisant pour financer le réaménagement de toutes les routes, ni pour racheter les maisons sinistrées. Les demandes formulées auprès des législateurs de l’État de Floride pour que soit perçue une nouvelle taxe pour couvrir ces coûts ont été rejetées. De plus, les dépenses vont s’accumuler quand il s’agira d’empêcher les infrastructures essentielles telles que les égouts et les sous-stations électriques, ainsi que les maisons particulières, d’être inondées en même temps que les routes.

Les représentants de la NOAA à la réunion ont expliqué que les Keys sont menacés par la montée des océans qui s’accélère avec la fonte rapide des calottes glaciaires du Groenland et de l’Antarctique. Ils ont insisté sur le fait que le réchauffement planétaire causé par l’homme entraînera une nouvelle élévation du niveau de la mer de 40 centimètres d’ici 2040.

Ce qui n’arrange rien dans les Keys, c’est que le calcaire poreux des îles permet à l’eau de mer de s’infiltrer encore plus facilement. Il suffit donc de marées hautes, même par beau temps, pour transformer les routes en étangs, sans oublier que le changement climatique provoque également les ouragans destructeurs qui s’abattent parfois sur l’archipel.

On sait depuis longtemps que les Keys de Floride sont parmi les endroits les plus exposés aux inondations en Amérique du Nord. Sans changement de stratégie, certaines zones deviendront accessibles uniquement par bateau.

Source : médias d’information américains.

————————————

With global warming, sea level rise is going to become more and more acute is many parts of the world. In the U.S., Florida’s coasts are in danger of being submerged and the Keys might disappear in the short term.

I visited the Keys a few years ago with a single aim: I wanted to visit Ernest Hemingway’s house and see La Royale, the typewriter he used to write the novels I studied when I was in university..

Long famed for its spectacular fishing, its coral reefs and its literary residents, the Florida Keys is now confronted with a previously unthinkable reality: it faces being overwhelmed by the rising seas and not every home can be saved.

During a meeting organised in early June 2021, Monroe county officials agreed to push ahead with a plan to elevate streets throughout the Keys to keep them from perpetual flooding. The problem is that they do not have the money to do so. If the funding is not found, the Keys will become one of the first places in the US – and certainly not the last – to inform residents that certain areas will have to be surrendered to the oncoming tides.

During the meeting, local authorities gave details of a plan to spend 1.8 billion dollars over the next 25 years to raise 240 kilometres of roads in the Keys, deploying a mixture of new drains, pump stations and vegetation to prevent the streets becoming inundated with seawater. The heightened roadways are eagerly anticipated by residents who told the meeting of cars being ruined by the salt water and of donning boots to wade to front doors.

Monroe county’s budget will not cover the raising of all the roads, nor any mass buyout of homes, and an appeal to Florida state lawmakers to levy a new tax to cover these mounting costs has been rebuffed. Further costs will pile up as the county grapples with how – and who pays – to keep critical infrastructure such as sewers and power substations, as well as people’s homes, from being flooded along with the roads.

NOAA representatives at the meeting explained that the Keys are in jeopardy from rising seas that are accelerating upwards as the vast ice sheets of Greenland and Antarctica melt away. They also said that human-caused global heating means an extra 40 centimetres of sea level rise by 2040.

Compounding this problem, the islands’ porous limestone allows the rising seawater to bubble up from below, meaning it just takes high tides on sunny days to turn roads into ponds, while climate change is also spurring destructive hurricanes that can occasionally crunch into the archipelago.

It has been known for a long time that the Florida Keys are one of the most vulnerable places to flooding in North America. Without a change in strategy, parts of the Keys will become accessible only by boat.

Source: U.S. news media.

Photos : C. Grandpey

 

 

 

 

 

 

Sibérie : Accélération de la fonte du permafrost // Siberia : Permafrost melting is accelerating

Pendant les cours de géographie de mon adolescence, les professeurs m’ont toujours appris que la Sibérie est la région du monde où le sol est gelé en permanence. Aujourd’hui, les informations en provenance de Russie nous indiquent que ce permafrost – ou pergélisol – est en train de fondre à une vitesse incroyable, avec des conséquences désastreuses pour l’environnement.

En République de Sakha, également appelée Yakoutie, dans le nord-est de la Sibérie, le réchauffement climatique provoque la fonte de sols jusqu’ici gelés toute l’année. La totalité de cette république grande comme 72 fois la Suisse, repose sur un permafrost d’une épaisseur dépassant parfois 1000 mètres. Où que l’on creuse le sol, même pendant le bref été sibérien, on atteint – ou plutôt on atteignait – une terre dure comme du béton. Aujourd’hui, la couche active, autrement dit celle qui est dégelée, descend jusqu’à 3 mètres de profondeur.

Les conséquences de ce dégel accéléré sont très spectaculaires: déformation du sol, érosion ultra rapide des berges de l’Océan Arctique, inondations, apparition de marais et de lacs engloutissant les pâturages, «forêts ivres» où les arbres s’inclinent de manière chaotique, réveil de microbes et bactéries centenaires capables de déclencher des épidémies .

La fonte du permafrost est visible jusqu’en milieu urbain. A Yakoutsk, la capitale de la région, le pergélisol offrait une fondation parfaite aux bâtiments. Toutes les constructions sont édifiées sur des pilotis plantés dans le pergélisol. Un espace de 1 à 2 mètres est laissé vide entre le rez-de-chaussée et le sol pour que la chaleur des habitations ne fasse pas fondre le sol qui les supporte, et afin que l’air glacial refroidisse la couche active. Jusqu’en 2000, la norme obligeait les constructeurs à planter des pilotis de 8 mètres pour les immeubles. Cela signifie qu’aujourd’hui, pendant plusieurs mois, ces constructions ne sont plus maintenues que sur les 5 derniers mètres. Les conséquences sont faciles à imaginer: des fissures lézardent des dizaines de bâtiments construits à l’époque soviétique et certains bâtiments se sont déjà effondrés. Officiellement, 331 constructions ont été déclarées «inutilisables» par les autorités. Seules 165 seront effectivement détruites, faute de financement. La presse locale a également signalé des affaissements de terrain durant l’été dernier.

Pour pallier le plus urgent, un système de thermosiphons en forme de Y a été installé le long des immeubles les plus menacés. Un thermosiphon est un dispositif de refroidissement qui abaisse la température du sol en faisant circuler un fluide caloporteur contenu dans une canalisation insérée dans le sol. Les thermosiphons ressemblent à des radiateurs inversés dont le pied est planté dans le sol.

Les maisons et les immeubles ne sont pas les seuls à souffrir de la fonte du permafrost. En devenant instable et mouvante, la couche active fait aussi se gondoler les voies de chemin de fer et les routes, phénomène que j’ai signalé à propos de la ville de Bethel, dans le nord de l’Alaska. Plus grave, les déformations subies par les gazoducs et les oléoducs occasionnent des fuites et donc une pollution  Cette situation a été observée dans la Péninsule de Yamal où des techniques innovantes sont constamment mises en oeuvre pour faire face à ce problème.

Le réchauffement climatique est très marqué dans le Grand Nord où la température actuelle dépasse de 3°C celle d’il y a trente ans. Cette hausse du mercure engendre des cercles vicieux dans un milieu très fragile. Le climat n’est plus aussi sec qu’autrefois. Au lieu de 40 mm de précipitations par an, on enregistre de nos jours une pluviométrie pouvant atteindre 80 mm en une seule journée. En conséquence, l’intensité des inondations est décuplée. Celles qui accompagnent habituellement la fonte des neiges à la fin du mois de mai, accélèrent l’érosion des bords de rivière. Une seconde vague d’inondations survient fin juillet à cause des pluies anormales. Le troisième épisode à la fin août est le plus sévère. Il est provoqué par les lacs qui débordent, avec des eaux noires résultant de la fonte du pergélisol, juste avant le retour de l’hiver. Les habitations n’ont pas le temps de sécher que le gel survient et tout doit être abandonné. Il n’y a pas de budget pour aider la population et le gouvernement de la République de Sakha n’est pas préparé pour ce genre de catastrophe.

Comme je l’ai indiqué à propos de l’Alaska, la fonte du permafrost affecte particulièrement la toundra qui couvre le nord de la Yakoutie. Dans le sud, la taïga résiste mieux au changement climatique mais, comme dans le Yukon canadien, on rencontre des « forêts ivres », avec des arbres qui s’inclinent dans tous les sens car leurs racines ne sont plus maintenues en place par le sol gelé. La taïga est également menacée par les incendies et par les coupes de bois excessives à des fins commerciales.

Avec la fonte du permafrost, on redoute le retour de microbes et de bactéries centenaires, voire millénaires. Toutefois, à part une épidémie d’anthrax signalée dans le nord de la Sibérie, le phénomène ne s’est pas vérifié.

Source : The Siberian Times.

—————————————————–

During the geography classes of my adolescence, teachers always taught me that Siberia was the region of the world where the ground was frozen permanently. Today, news reports from Russia tell us that the is melting at an incredible rate, with disastrous consequences for the environment.
In the Sakha Republic, also known as Yakutia, in north-eastern Siberia, global warming is causing the melting of soils that used to be frozen all year round. The totality of this republic, which is 72 times as large as Switzerland, rests on a permafrost of a thickness sometimes exceeding 1000 metres. Wherever one digs the ground, even during the brief Siberian summer, one reaches – or rather used to reach – a ground as hard as concrete. Today, the active layer, the one that is thawed, goes down to 3 metres deep.
The consequences of this accelerated thaw are very dramatic: deformation of the soil, ultra rapid erosion of the shores of the Arctic Ocean, floods, appearance of marshes and lakes engulfing pastures, « drunken forests » where the trees are bowing in a chaotic manner, awakening of century-old microbes and bacteria capable of triggering epidemics.
The melting of permafrost can be seen in urban areas. In Yakutsk, the capital of the region, the permafrost provided a perfect foundation for the buildings. All constructions are built on stilts planted in permafrost. A space of 1 to 2 metres is left empty between the groundfloor and the ground so that the heat of the houses does not melt the soil which supports them, and so that the icy air may cool the active layer. Until 2000, builders were required to plant 8-metre piles for the buildings. This means that today, for several months, these constructions are only maintained on the last 5 metres. The consequences are easy to imagine: fissures crack dozens of buildings built during the Soviet era and some buildings have already collapsed. Officially, 331 buildings were declared « unusable » by the authorities. Only 165 will actually be destroyed, for lack of funding. The local press also reported land subsidence last summer.
To overcome the most urgent situations, a Y-shaped thermosyphon system has been installed along the most endangered buildings. A thermosyphon is a cooling device that lowers the temperature of the soil by circulating a heat transfer fluid contained in a pipeline inserted in the ground. Thermosyphons look like inverted radiators whose feet are planted in the ground.
Houses and buildings are not the only ones to suffer from the melting of permafrost. As it is becoming unstable, the active layer is also distorting railroads and roads, a phenomenon I reported about the city of Bethel in northern Alaska. More serious, the deformations suffered by pipelines cause leaks and therefore pollution This situation was observed in the Yamal Peninsula where innovative techniques are constantly implemented to deal with this problem.
Global warming is very pronounced in the Far North, where the current temperature is 3 ° C higher than thirty years ago. This rise in temperatures creates vicious circles in a very fragile environment. The climate is not as dry as before. Instead of 40 mm of rainfall per year, rainfall today can reach up to 80 mm in one day. As a result, flood intensity is increased tenfold. The floods that usually accompany the melting of snow at the end of May, accelerate the erosion of river banks. A second wave of flooding occurs at the end of July due to abnormal rains. The third episode in late August is the most severe. It is caused by lakes that overflow, with black water resulting from melting permafrost, just before the return of winter. Houses did not have time to dry when the frost occurs and everything has to be abandoned. There is no budget to help the people and the government of the Republic of Sakha is not prepared for this kind of disaster.

As I put it about Alaska, permafrost melting affects the tundra that covers northern Yakutia. In the south, the taiga is more resilient to climate change but, as in the Canadian Yukon, there are « drunken forests », with trees bowing in all directions because their roots are no longer held in place by the frozen soil. The taiga is also threatened by fires and excessive logging for commercial purposes.
With the melting of permafrost, scientists fear the return of century-, or even millennium-old microbes and bacteria. However, apart from an outbreak of anthrax reported in northern Siberia, the phenomenon has not been confirmed.
Source: The Siberian Times.

Exemple d’immeuble construit sur pilotis à cause du permafrost (Crédit photo: Wikipedia)

Hawaii: Carte des coulées de lave dans l’East Rift Zone du Kilauea // Map of the lava flows in Kilauea’s East Rift Zone

L’éruption du Kilauea est terminée depuis près de sept mois maintenant. Les coulées de lave émises par les fractures 1 à 24 en 2018 ont recouvert une superficie d’environ 35 kilomètres carrés et ajouté environ 360 hectares de nouvelles terres à la Grande Ile d’Hawaii. L’épaisseur de la lave varie selon les zones. La plus grande épaisseur sur la terre ferme, au niveau de la Fracture 22, est d’environ 54 mètres et la plus grande épaisseur dans le delta de lave qui s’est formé sur la côte est de 275 mètres. Les géologues de l’USGS sont en train d’élaborer une carte avec différentes couleurs en fonction de l’épaisseur de la lave. Une première ébauche de la carte est visible ci-dessous. Vous obtiendrez une carte en meilleure résolution avec ce lien :

http://bigislandnow.com/wp-content/uploads/2019/02/usgsmap221.jpg

Une carte définitive sera publiée lorsque toutes les données auront été collectées et analysées.

Les bouches éruptives le long de la ligne de fractures dans et à proximité des Leilani Estates émettent encore un peu de vapeur, mais il n’y a plus de lave active dans le secteur. En conséquence, la vie reprend progressivement. Il y a un mois, une nouvelle route a été ouverte à partir du «Y» de la Highway132 et à travers la coulée de lave jusqu’à la centrale géothermique PGV. À présent, certains propriétaires de terrains et de maisons situées à proximité du champ de lave commencent à ouvrir des voies d’accès.
Source: Big Island Now.

———————————————–

The eruption of Kilauea has been over for nearly seven months now. Lava flows erupted from fissures 1-24 in 2018 buried an area of about 35 square kilometres and added about 360 hectares of new land to the island. The thickness of the lava varies across the flow field. The greatest thickness on land, at fissure 22, is approximately 54 metres, and the greatest thickness in the lava delta is 275 metres. A preliminary map with different colours according to the thickness of the lava flows is being worked out by USGS geologists. You will get a higher resolution map by clicking on this link:

http://bigislandnow.com/wp-content/uploads/2019/02/usgsmap221.jpg

A final map will be released when all remote sensing data have been collected and processed.

Vents along the line of fissures in and near Leilani Estates are still lightly steaming today, but there is no active lava anywhere. As a consequence, life is starting again progressively in the area. A month ago, a new road was been completed from the “Y” on Highway 132 across the new lava channel to the PGV Geothermal Plant. Now, some property and home owners in and near the flow field have begun bulldozing their own access roads.

Source:Big Island Now.

Source: USGS