Etna (Sicile / Italie)

etna,bocca nuova,volcans,volcano newsL’activité de la Bocca Nuova semble avoir atteint son intensité maximale. Ce matin, le tremor est sur le déclin, même si l’activité semble encore soutenue. On peut raisonnablement penser que d’ici quelques heures tout redeviendra normal…avant le prochain spectacle dans 2 ou 3 jours !

 

etna,bocca nuova,volcans,volcano newsActivity at Bocca Nuova seems to have reached a climax. This morning, the tremor is declining, even if seismic activity is still quite intense. One can reasonably think that everything will get back to normal in a few hours….before the next show in 2 or 3 days!

El Hierro (Iles Canaries / Espagne)

L’analyse des matériaux mixtes émis lors de l’éruption au large de La Restinga est fort intéressante. Baptisés « restingolites », ils se composent d’une croûte extérieure noire très rigide, de composition basanitique, enveloppant un cœur blanchâtre plus friable, de composition trachytique à rhyolitique. Il s’agit donc de xénolithes semblables à ceux émis par l’Etna pendant l’activité éruptive de 2000-2002. Leur « fabrication » est facile à comprendre : en venant des profondeurs, le magma a traversé des couches sédimentaires auxquelles il a arraché des fragments qu’il a ensuite fait remonter à la surface. Bien vésiculées et donc d’une faible densité, ces « restingolites » flottaient facilement à la surface de l’océan.  

Une étude récente accompagnée d’analyses chimiques et radiologiques effectuées par des chercheurs de l’Université de La Lagune révèle que la partie blanchâtre des « restingolites » montre des taux d’uranium six fois plus élevés que pour les autres roches volcaniques des Canaries, ce qui les classe parmi les roches volcaniques les plus radioactives au monde. Le rapport uranium/thorium est de 3/1, au lieu d’être de 0,1 à 0,2 fois plus élevé.

Il serait intéressant de savoir si les matériaux d’aspect identique vomis par l’Etna en 2000-2002 étaient eux aussi radioactifs.   

A noter que la situation sismique est redevenue normale sur El Hierro. Les quelques événements encore enregistrés restent à une profondeur d’au moins 20 km. En conséquence, la couleur du niveau d’alerte de la zone affectée ces derniers temps par les secousses (SO de Frontera) vient d’être ramenée au Vert.

hierro,volcans,volcanoes,volcano news,restingolite

Echantillons de « restingolite »