Séisme japonais (suite)

Bien que ce blog soit réservé aux volcans, il est intéressant de s’attarder sur le séisme exceptionnel (M.9) qui a frappé le Japon le 11 mars 2011 car il concerne la tectonique des plaques qui détermine à la fois le déclenchement des séismes et le comportement des volcans.

 

Les séismes sont particulièrement fréquents au Japon qui frémit quotidiennement. On estime que 1500 d’entre eux se produisent chaque année au Pays du Soleil Levant et l’histoire montre qu’un certain nombre a été dévastateur.

Ainsi, en 1923, le séisme de Kanto a tué plus de 100 000 personnes et on le commémore aujourd’hui à l’occasion du National Disaster Prevention Day. En 1995, le séisme de Kobe (M 6,8) a tué plus de 6 000 personnes.

 

Cette activité sismique intense est due à la position du Japon par rapport aux plaques tectoniques, ce vaste puzzle qui régit le comportement géologique de notre planète. Le pays se trouve dans une zone où les plaques Nord-américaine, Pacifique, Eurasienne et Philippine sont en contact les unes avec les autres. Le nord du Japon se trouve en grande partie au-dessus de la pointe occidentale de la plaque Nord-américaine. Le sud du Japon, quant à lui, occupe essentiellement la plaque Eurasienne.

 

L’épicentre du séisme du 11 mars se trouvait à 373 km au NE de Tokyo et à 130 km à l’est de Sendai, dans l’Océan Pacifique, près de la Fosse du Japon. Cette dernière est une zone de subduction où la plaque Pacifique (plus lourde car elle supporte le poids de l’océan) plonge sous la plaque nord américaine. C’est cette poussée colossale qui a fait se soulever la plaque nord-américaine lors du séisme.

 

En moyenne, la plaque Pacifique se déplace vers l’ouest à raison de 8 – 9 centimètres par an. C’est ce qui explique en partie le volcanisme linéaire à Hawaii mais aussi les nombreux séismes – parfois catastrophiques – qui se produisent  au Japon.

 

La rupture de faille qui a eu lieu le 11 mars s’est faite sur 322 km, le long d’une faille sous-marine d’environ 354 km de long sur une centaine de km de large. Les séismes qui se produisent à une telle échelle sont d’une extrême violence et on a du mal à s’imaginer les forces en présence. Ainsi, le séisme japonais a déplacé l’axe de la Terre, fait s’accélérer la rotation de la Terre et raccourci la journée de 24 heures de 1,8 millisecondes ! La plaque nord-américaine s’est déplacée d’environ 20 mètres entraînant avec elle toute l’île d’Honshu qui s’est déplacée d’environ 2,40 mètres !

 

Je ne reviendrai pas sur le tsunami qui a suivi le séisme, avec toutes les conséquences que l’on sait. Le séisme s’est produit à seulement 24 km de profondeur. Quand le plancher océanique s’est soulevé et s’est écarté du Japon, l’énergie libérée a donné naissance à deux vagues d’une hauteur de six mètres qui, tels des rouleaux compresseurs, ont tout écrasé sur leur passage.

 

Comme je l’écrivais au début de cette note, le volcanisme est étroitement lié à la tectonique des plaques. Deux jours après le séisme japonais, le volcan Kirishima sur l’île de Kyushu a connu une brève mais violente crise explosive. Le volcan étant déjà en période éruptive, il est difficile, voire impossible, de dire si ce brusque accès de colère a un lien avec le séisme du 11 mars. Au moment où j’écris ces lignes, aucun autre volcan de la région n’est entré en éruption.

 

Suite au séisme et au tsunami du 11 mars, la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi a subi de gros dégâts et les Japonais rencontrent d’énormes difficultés pour refroidir les réacteurs et éviter une contamination à grande échelle. Sans entrer dans la polémique sur le « pour ou contre le nucléaire », on peut tout de même s’étonner qu’un pays comme le Japon, exposé à de violents séismes, ait construit 17 centrales nucléaires sur son territoire ! D’autres pays dans une situation sismique analogue sont restés plus prudents à ce niveau. La Nouvelle Zélande, par exemple, a refusé de se lancer dans l’électronucléaire et produit une partie de son électricité à partir de la géothermie. En revanche, on peut s’étonner quand l’Agence pour l’Energie Nucléaire Indonésienne (BATAN) déclare – depuis le séisme japonais – que de nombreux sites tels que Kalimantan, Bangka ou la côte nord de l’île de Java  conviendraient parfaitement à l’implantation de centrales nucléaires car ils ne sont pas exposés aux séismes, aux tsunamis ou aux éruptions volcaniques !

Pour terminer ce propos, voici un extrait de ce que déclarait Haroun Tazieff le 31 juillet 1977 dans un article du journal Le Monde que le quotidien a de nouveau publié dans son magazine du 26 mars 2011 :

« Aujourd’hui, c’est une catastrophe d’envergure […] que l’on prépare en cherchant à nous imposer un programme électronucléaire tel qu’aucun autre pays civilisé n’en voudrait. Comme dirait Alain Peyrefitte (à propos de la ligne Maginot), « c’est un chef d’œuvre coûteux, inadapté, inutile ». Coûteux car il se chiffrera par centaines de milliards de francs. Inadapté car, concentré le long des fleuves, dont il massacrera les vallées et mettra en danger les grandes cités, il obligera à transporter au loin le courant produit délibérément en excès, ce qui justifiera la construction de nouvelles, gigantesques et onéreuses lignes à haute tension. Inutile, car il est faux de prétendre que nous manquons d’énergie [….] Il est faux de prétendre qu’il faille toujours plus d’électricité, comme il est faux de prétendre qu’il n’y a plus, en France, d’autres possibilités hydroélectriques, que le charbon n’est pas rentable, que les énergies nouvelles – solaire, géothermique, marémotrice entre autres – ressortissent de la rêverie, sinon de la science-fiction. Auteur, en 1959, du premier projet d’utilisation d’énergie géothermique – en territoire français d’outre-mer – je me suis entendu répondre par les autorités « compétentes » d’EDF que la géothermie, ce n’était « pas sérieux »…Ce que j’ai pu traduire plus tard, lorsque l’expérience m’eut dessillé les yeux, par « pas susceptible d’enrichir davantage les sociétés pétrolières »….

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.