KIlauea (Hawaii / Etats Unis)

drapeau francais.jpgLe Pu’uO’o montre à nouveau une belle activité avec un épanchement de lave à partir d’un hornito situé dans la partie NE du cratère. Depuis hier, le Kilauea connaît une phase de gonflement qui se traduit par une hausse du niveau de la lave dans l’Halema’uma’u et ce regain d’activité dans le Pu’uO’o. Assez étrangement, les coulées de surface sur la plaine côtière à l’ouest de Kalapana ne semblent pas affectées par ces épisodes de gonflement et de dégonflement du volcan.

 

drapeau anglais.jpgPu’uO’o is again quite active at the moment with a nice lava flow coming from a hornito in the NE part of the vent. Kilauea has been going through a new inflation episode since yesterday. As a consequence, the level of lava is rising within Halema’uma’u vent and Pu’uO’o is getting more active. Strangely enough, the lava flows on the coastal flat west of Kalapana do not seem to be affected by the D/I events.

PuuOo-mars-2011.jpg

Krisuvik (Islande)

drapeau francais.jpgUn essaim sismique affecte la région de Krisuvik depuis le milieu de la semaine dernière et la sismicité est actuellement en train de décliner. Les géologues pensent que cet événement a contribué à agrandir la zone géothermale de la presqu’île de Reykjanes dans la mesure où une plus grande quantité d’eau va pouvoir maintenant entrer en contact avec des roches chauffées à haute température.

Toutefois, les scientifiques islandais pensent qu’il n’y a pas lieu de s’inquiéter car de tels essaims sismiques sont enregistrés régulièrement. Le dernier en date s’est produit il y a deux ans. Rien n’indique qu’une éruption volcanique est susceptible de ce produire dans la région.

Source : IceNews.

 

drapeau anglais.jpgA swarm of small earthquakes has been affecting the Krisuvik area since last week and is now decreasing. Geologists believe the event has enlarged the Reykjanes geothermal heat area, as more water is now able to come into contact with hot rocks.
However, Icelandic scientists think there is no need to worry as these series come regularly and there was a big series of earthquakes around two years ago. There is no indication of a risk of a volcanic eruption in the area.

Source : IceNews.

Krisuvik-blog.jpg

Site géothermal de Krisuvik (Photo: C. Grandpey)

 

Et la boue continue à couler…

Selon une étude publiée dans le Journal of the Geological Society, le volcan de boue indonésien LUSI – qui déverse sa boue sans arrêt depuis le 29 mai 2006 – pourrait continuer son effet de destruction pendant encore un quart de siècle.

C’est du moins la conclusion d’études faites à partir de simulations informatiques s’appuyant sur le comportement de deux puits de gaz exploités dans la même région et sur des études sismiques révélant la structure géologique de LUSI. Actuellement, la bouche qui se trouve au milieu du lac de boue a un diamètre d’une cinquantaine de mètres et on a dénombré 166 autres petites bouches dans le secteur du volcan de boue. Situées dans des usines, des habitations ou sur des routes, elles émettent des gaz qui s’enflamment parfois brusquement et représentent un danger pour les habitants.

Selon les simulations informatiques (qu’il faut toujours considérer avec grande prudence quand on parle de la Nature), à partir de 2037 les quantités de boue émises par l’orifice devraient devenir négligeables et la situation pourrait alors être contrôlée, ce qui n’est pas le cas actuellement car l’équivalent de quatre piscines olympiques de boue continue à se déverser quotidiennement sur la région de Porong. De plus, le secteur du volcan de boue s’affaisse régulièrement et il se pourrait qu’en 2037 la dépression atteigne une profondeur de 95 à 475 mètres.

Rappelons que LUSI a tué 13 personnes, englouti 12 villages sous une couche de boue atteignant parfois 15 mètres d’épaisseur et chassé 42 000 personnes de leurs domiciles. Le gouvernement indonésien affirme que le désastre a été déclenché par un séisme qui a secoué le pays à 280 km de LUSI, ce qui ne semble guère possible aux yeux des spécialistes qui accusent la compagnie Lapindo Brantas de négligences lors d’un forage pour exploiter une poche de gaz.