Etna (Sicile)

Dans son édition du 26 août, au lendemain de la séquence explosive qui a affecté la couche ouest de la Bocca Nuova, le journal La Sicilia titrait « l’Etna se réveille ». Là encore, il faut mettre un bémol aux affirmations de la presse. Il ne s’agit en aucun cas du début d’une éruption du volcan sicilien. Comme je l’écrivais précédemment, la Bocca Nuova (et elle seule, contrairement à ce que laisse supposer le début d’article du journal) connaît de telles séquences explosives depuis plusieurs semaines. L’accumulation de matériaux au fond de la bouche ouest entraîne des accumulations de gaz qui finissent par se libérer en générant de volumineux nuages de cendre. La température maximale de 170°C enregistrée au niveau des matériaux émis montre qu’il ne s’agit pas de magma juvénile. Depuis cet événement – et en attendant le suivant ! – tout est redevenu calme sur le volcan, hormis quelques explosions en profondeur audibles dans le Cratère NE. Le nuage de cendre n’a eu aucun effet particulier sur le trafic aérien à l’aéroport de Catane.

Etna-cendre.jpg
Exemple d’émission de cendre au sommet de l’Etna.
(Photo: C. Grandpey)

 

Etna (Sicile / Italie)

Dans son édition du 26 août, au lendemain de la séquence explosive qui a affecté la bouche ouest de la Bocca Nuova, le journal La Sicilia titre « l’Etna se réveille ». Là encore, il faut mettre un bémol aux affirmations de la presse. Il ne s’agit en aucun cas du début d’une éruption du volcan sicilien. Comme je l’écrivais précédemment, la Bocca Nuova (et elle seule, contrairement à ce que laisse supposer le début de l’article) connaît de telles séquences explosives depuis plusieurs semaines, en sachant que la dernière en date est la plus spectaculaire de la série. L’accumulation de matériaux au fond de la bouche ouest entraîne une surpression des gaz qui finissent par se libérer en générant de volumineux nuages de cendre. La température maximale de 170°C enregistrée au niveau des matériaux émis montre qu’il ne s’agit pas de magma juvénile. Depuis cet événement – et en attendant le suivant ! – tout est redevenu calme sur le volcan, hormis quelques explosions en profondeur audibles dans le Cratère NE. Sismicité et tremor volcanique ont retrouvé des niveaux normaux. Le nuage de cendre n’a eu aucun effet particulier sur le trafic aérien à l’aéroport de Catane.

Galeras (Colombie)

drapeau francais.jpgL’INGEOMINAS indique que l’épisode sismique associé à la phase éruptive du 25 août a duré une douzaine d’heures avant de retrouver le niveau d’avant l’éruption. Un survol du volcan a permis d’observer des émissions de gaz et de cendre en différents points du cône sommital. Il se peut qu’une nouvelle bouche se soit ouverte sur le versant nord de ce même cône car de fortes anomalies thermiques y ont été détectées. Les émissions de SO2 étaient de 3000 tonnes par jour.

La couleur du niveau d’alerte a été ramenée à l’Orange.

 

drapeau anglais.jpgINGEOMINAS indicates that seismic activity that accompanied yesterday’s eruption lasted 12 hours or so before going back to its level before the event. During an overflight, scientists could observe gas and ash emissions in different points of the summit cone. A new crater may have opened on the northern flank of the cone as strong thermal anomalies have been detected. SO2 emissions are 3,000 tonnes per day.

The colour of the alert level has been brought back to Orange.

Piton de la Fournaise (Ile de la Réunion)

drapeau francais.jpgLe dernier bulletin de l’Observatoire couvrant la période de mai à juillet 2010 indique que depuis le début du mois de mars, le nombre quotidien de séismes s’est stabilisé à un niveau très faible, comparable à celui détecté entre mars et septembre 2009. Depuis mai 2010, un petit nombre de séismes sommitaux  de faible magnitude (M<1.5) et quelques éboulements dans le cratère Dolomieu ont été enregistrés. La plupart de la sismicité est localisée à l’aplomb du Piton de la Fournaise, au dessus du niveau de la mer.

Le réseau géodésique autour des cratères Bory et Dolomieu révèle un lent mouvement de contraction de l’édifice volcanique.

 

drapeau anglais.jpgThe Observatory’s latest report (May – July 2010) indicates that starting early in March, the number of earthquakes has become steady at a low level, much like what it was between March and September 2009. A small number of low-magnitude (<1.5) summit earthquakes and a few collapses inside the Dolomieu Crater have been recorded since May 2010. Most of these events were located below the Piton de la Fournaise, above sea level.

The geodesic network around Bory and Dolomieu craters showed a very slow contraction of the edifice.